Info

Coronavirus : pourquoi peut-on attraper le Covid-19 plusieurs fois ?

Échantillon du virus Covid-19, en orange sur l'image, émergeant d'une cellule, en vert. Image prise avec un miscroscope électronique, mise à disposition par l'Institut National de la Santé aux Etats-Unis, février 2020. 
Échantillon du virus Covid-19, en orange sur l'image, émergeant d'une cellule, en vert. Image prise avec un miscroscope électronique, mise à disposition par l'Institut National de la Santé aux Etats-Unis, février 2020. 
NIAID-RML via AP

Peut-on attraper deux fois le Covid-19 ? Cette question cruciale dans la lutte contre la pandémie n'a aujourd'hui pas de réponse ferme. En revanche, depuis l'apparition du variant Omicron, de plus en plus de cas de réinfection ont été répertoriés. Que disent les études sur la question ? 

"Etre immunisé, ça veut dire que vous avez développé une réponse immunitaire contre un virus qui va vous permettre de l'éliminer. Et comme la réponse immunitaire a une mémoire, ça vous permet aussi de ne pas être réinfecté par le même virus plus tard", explique Eric Vivier, professeur d'immunologie à l'Assistance publique des hôpitaux de Marseille. Cependant, cette réponse immunitaire est mise à mal par le variant Omicron et ses nombreux sous-variants.

De manière générale, pour les virus à ARN comme le Sars-Cov-2, il faut "environ trois semaines pour avoir une quantité suffisante d'anticorps protecteurs" et cette protection dure plusieurs mois, poursuit-il. Mais ça, c'est la théorie: le Sars-Cov-2, qui ne cesse de réserver des surprises, est trop nouveau pour permettre la moindre certitude.

"Nous ne savons pas", "nous pouvons seulement extrapoler à partir d'autres coronavirus et même pour eux, les données sont limitées", souligne Mike Ryan, directeur des programmes d'urgence de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Pour le Sras, qui a fait près de 800 morts dans le monde en 2002-2003, les malades guéris étaient protégés "en moyenne pendant deux à trois ans", indique à l'AFP le Pr François Balloux, du University College de Londres. Donc "on peut certainement se faire réinfecter, mais la question c'est: après combien de temps? On ne saura que rétroactivement".

Omicron, un variant qui change la donne 

Depuis le mois de décembre 2021, le variant Omicron, plus contagieux que ses prédécesseurs, déferle sur la planète. Le 8 décembre 2021, le patron de l'OMS déclarait lors d'un point presse que "des données préliminaires venant d'Afrique du Sud suggèrent un risque de réinfection plus élevé avec Omicron, mais plus de données sont nécessaires pour tirer des conclusions plus fermes". 

Une étude réalisée en Afrique du Sud par l'assurance maladie privée Discovery, dont les résultats ont été publiés le 14 décembre, estime que les personnes ayant été contaminées par le variant Delta présentent un risque de réinfection à Omicron de l'ordre de 40%. Pour ceux infectés par le variant Bêta, ce nombre grimpe à 60%. 

Le 16 décembre 2021, un rapport de l'Imperial College London suggérait qu'Omicron était 5,4 fois plus susceptible de causer une réinfection au Covid-19 que le variant Delta. Une autre étude britannique, de l'Agence de Sécurité de Santé du Royaume-Uni estime qu'environ une personne infectée par le variant Omicron en Angleterre sur 10 a déjà été infectée par le virus auparavant. 

En revanche, toutes ces études se concentrent sur des cas de réinfection d'un variant à un autre. Dans le cas du variant Omicron, une infection "est un peu comme un coup d'épée dans l'eau", selon l'épidémiologiste Antoine Flahault, directeur de l’Institut de Santé Globale à l’Université de Genève en Suisse. "Quand on a été infecté par Omicron, on a pas de mémoire immunitaire", explique-t-il. L'épidémiologiste précise par ailleurs que "beaucoup de travaux semblent montrer qu’Omicron est un variant un peu particulier vis-à-vis de l’immunité." Là où les variants Delta ou Alpha permettaient à la personne infectée d'être immunisée temporairement contre une réinfection, le variant Omicron s'est affranchi de cette contrainte.

À qui faut-il se fier ? 

Une récente étude chinoise, non évaluée par d'autres scientifiques, a certes montré que des macaques rhésus infectés par ce virus puis guéris n'avaient pas pu être réinfectés. Mais "ça ne veut rien dire" sur la durée, estime Frédéric Tangy, chercheur à l'Institut Pasteur, car l'observation s'est déroulée sur une période relativement courte, un mois.

Dans ce contexte, des informations venues d'Asie, en particulier de Corée du Sud, faisant état de plusieurs patients guéris testés à nouveau positifs soulèvent de nombreuses interrogations. En théorie, il pourrait s'agir d'une deuxième contamination, notent plusieurs experts, qui jugent toutefois cela peu probable et privilégient à ce stade d'autres explications.

Il se pourrait que chez certains, le virus ne disparaisse pas et infecte "de façon chronique", comme le virus de l'herpès qui peut rester dormant et asymptomatique, note le Pr Balloux. Les tests n'étant pas fiables à 100%, il pourrait aussi s'agir d'un faux négatif, le patient n'ayant en fait jamais été débarrassé du virus. "Ça suggèrerait que les gens restent infectieux longtemps, plusieurs semaines. Ce n'est pas idéal", ajoute-t-il.

Anticorps protecteurs ? 

Une étude réalisée sur 175 patients guéris à Shanghai, publiée début avril 2021 sans évaluation, montre que la plupart d'entre eux ont développé des anticorps neutralisants entre 10 et 15 jours après le début de la maladie, à diverses concentrations. Mais "savoir si la présence d'anticorps signifie immunité est une question différente", a noté Maria Van Kerkhove, autre responsable de la gestion de l'épidémie à l'OMS.

"On est en train de se poser la question pour savoir si quelqu'un qui a fait un Covid (...) est si protégé que ça", s'est inquiété mercredi le Pr Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique en France. Et pire: "On ne sait pas si les anticorps qu'on développe soi-même contre le virus ne sont pas un risque d'augmenter la maladie", indique Frédéric Tangy, notant que les symptômes les pires du Covid-19 arrivent tardivement, au moment où le patient a développé des anticorps.

Pas d'éléments probants non plus pour l'instant pour dire qui développerait des anticorps plus efficaces: malades les plus gravement touchés ou les plus épargnés, personnes âgées ou jeunes...

Face à ces incertitudes, certains s'interrogent sur la pertinence d'atteindre via les contaminations une immunité collective (quand l'épidémie s'éteint faute de nouvelles personnes à contaminer)."La seule véritable solution est un vaccin", estime ainsi Archie Clements, épidémiologiste à l'université australienne Curtin.

Malgré tout, des campagnes de tests sérologiques (qui détectent les anticorps) sont lancées pour mieux connaître la part, probablement très faible, des populations ayant été contaminées, comme en Finlande et au Royaume-Uni. Ou en Allemagne, où un centre de recherche évoque même une sorte de "passeport" d'immunité permettant aux personnes positives de reprendre leurs activités.

"C'est trop prématuré", assure à l'AFP le Dr Saad Omer, directeur du Yale Institute for Global Health, qui suggère d'attendre quelques mois pour des résultats plus fiables. "Quand il y aura des tests sérologiques suffisamment sensibles et spécifiques". Les chercheurs insistent en effet sur la nécessité notamment que ces tests ne soient pas trompés par les anticorps d'autres coronavirus bénins en circulation. Mais des certificats d'immunité soulèvent aussi des questions éthiques, insistent certains chercheurs.

Et "les gens qui ont besoin de travailler, pour nourrir leur famille, pourraient chercher à se faire infecter", met en garde le Pr Balloux.