Info

Coronavirus : quels sont les pays confinés ?

Deux habitantes de Séville dansent à leur balcon alors que les festivités de la Feria de la ville andalouse ont été annulées. Espagne, le 25 avril 2020.
Deux habitantes de Séville dansent à leur balcon alors que les festivités de la Feria de la ville andalouse ont été annulées. Espagne, le 25 avril 2020.
© AP Photo/Miguel Morenatti

Alors qu'avec l'été viennent les vacances, l'épidémie de coronavirus est toujours là. Les Etats-Unis ont décidé de se retirer de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) l'accussant d'avoir tardé à régair face à la pandémie. Un autre grand sceptique, le président du Brésil, Jair Bolsonaro, annonce le 8 juillet avoir été testé au coronavirus.  La propagation du virus est inégale dans le monde qui se prépare même à une deuxième vague. Dans cette incertitude, quels sont les pays qui restent confinés ou ceux qui se reconfinent ?

Plus de trois milliards de personnes ont été confinées, soit la moitié de la population mondiale.

Après la province chinoise de Hubei (qui a levé progressivement le confinement depuis le 25 mars) et sa capitale Wuhan, berceaux de l'épidémie de Covid-19, de plus en plus de pays ont pris des mesures coercitives pour confiner l'ensemble de leur population: l'Italie depuis le 9 mars, l'Espagne (14 mars), le Liban (15 mars), la République tchèque (16 mars), la France, Israël et le Venezuela (17 mars), et la Belgique (18 mars). 

Mais alors que des pays comme l'Italie prolongent leur confinement, la capitale chinoise Wuhan elle, commence a reprendre vie, avec la remise en service des transports le 8 avril. Dans cette ville où 11 millions d'habitants vivaient coupés du monde depuis fin janvier, le confinement général n'a quant à lui pas encore été levé et de nombreux contrôles restent en place. La mairie a immédiatement réimposé un confinement à 70 quartiers résidentiels parmi les 7.000 de la ville.

  • A voir : à Wuhan, l'heure du déconfinement
Chargement du lecteur...
 

Dans cet article, nous recensons les pays, États, régions ou villes totalement confinés, avec interdiction de sortir de chez soi, sauf cas exceptionnels.
 

Face au Covid-19, le confinement en Afrique

 
  • Algérie

C'est Blida, froyer de l'épidémie de Covid-19 qui la première a été mise en confinement total à partir du 18 avril. Ce confinement a été allégé pour le ramadan et transformé en couvre-feu. Les autorités ont prolongé le confinement, qui devait être levé le 29 avril a été finalement prolongé jusqu'au 14 mai.

Le gouvernement algérien a depuis prolongé ses strictes mesures de confinement  jusqu'au 13 juin dans 44 des 48 wilayas (préfectures) du pays. Le confinement est totalement levé  dans les quatre autres préfectures, dont trois dans l'extrême sud désertique.

Les mesures de confinement se traduisent par un couvre-feu de 17h00 à 07h00 (16h00-06h00 GMT) dans les neuf wilayas les plus touchées, dont Alger et Oran, et de 14h00 à 07h00 dans les autres. Un couvre-feu est en place désormais dans 29 des 48 préfectures du pays.

Depuis le 19 mars, les autorités ont interdit les regroupements et suspendu tous les moyens de transport en commun publics et privés à l'intérieur des villes et entre les provinces, ainsi que le trafic ferroviaire.

La fermeture des établissements scolaires et universitaires, des stades et des mosquées ainsi que de nombreux commerces, comme les cafés et les restaurants et les salles des fêtes, reste en vigueur.

L'Algérie a décidé de garder ses frontières fermées au moins jusqu'au 15 juillet.

  • Afrique du Sud

L'Afrique du Sud a commencé ce 1er mai à alléger avec précaution le confinement qui a permis depuis cinq semaines de ralentir la progression de la pandémie de coronavirus. Un million et demi de personnes ont été autorisées à reprendre le travail, sous stricte protection sanitaire, dans des secteurs comme le bâtiment, le textile ou la maintenance. Mais l'essentiel des restrictions est resté en place. Avec plus de 215.00 cas et 3.500 morts, le pays le plus industrialisé d'Afrique subsaharienne est aussi, de loin, le plus touché par le Covid-19.

Le confinement mis en place le 27 mars avait peiné à être respecté, entraînant notamment une crise alimentaire.

Chargement du lecteur...
  • Botswana
Le président du Botswana Mokgweetsi Masisi, qui avait lui-même été contraint à deux semaines de quarantaine, a annoncé que le confinement sera prolongé jusqu'au 7 mai. Après cette prolongation, les mesures de confinement seront "progressivement allégées" pendant une période supplémentaire de deux semaines, a précisé le président. Le confinement doit être totalement levé le 30 mai.

Suite à une récente recrudescence de nouveaux cas, la capitale Gaborone est complètement confinée depuis le 13 juin. Le Botswana compte 314 cas de contamination et un décès.

  •  Congo-Brazzaville

Le président de la République du Congo, Denis Sassou Nguesso, a annoncé jeudi 30 avril la prolongation jusqu'au 15 mai du confinement pour enrayer la propagation du coronavirus. La fermeture des frontières et l'isolement des deux principales villes, Brazzaville et Pointe-Noire, du reste du pays sont maintenues.

Le Congo-Brazzaville (environ cinq millions d'habitants, 1557 cas officiellement déclarés dont 44 décès et 501 guérisons) était initialement en confinement total depuis le 31 mars et jusqu'à ce 30 avril.

 
  • Kinshasa (RDC)
Le Parlement de la République démocratique du Congo a prolongé lundi 6 juillet pour 15 jours -et pour la sixième fois- l'état d'urgence sanitaire, à un moment où les autorités envisagent une timide reprise du trafic aérien vers la RDC. 
 

Le président Félix Tshisekedi a décrété l'état d'urgence sanitaire le 24 mars, face au premier cas de coronavirus importés d'Europe, qui entraîne la fermeture des frontières, la suspension des liaisons aériennes entre la capitale Kinshasa et le reste du pays, la fermeture des écoles et des lieux de culte.

Cependant maintenir le confinement est chose ardue. En juin, une manifestation réclamant la réouverture du marché de la Gombe a fait plusieurs morts :

Chargement du lecteur...


Dans le Nord-Kivu, trois villes majeures (Goma, Beni et Butembo) ont été isolées du reste de la province par les autorités afin de stopper la propagation du Covid-19 depuis le 7 avril.

Dans le Haut-Katanga, la ville de Lumumbashi et de Kasumbalesa ont été placées en confinement depuis le 28 avril. Kasumbalesa est une ville frontalière avec la Zambie, et point de passage des camions qui exportent les minerais congolais (cuivre cobalt) vers les ports de Tanzanie et  d'Afrique du Sud .

 
  • Gambie

Le président gambien Adama Barrow a annoncé dans le soirée du 19 mai une prolongation de 21 jours de l'état d'urgence permettant des mesures exceptionnelles pour combattre le Covid-19 dans ce petit pays d'Afrique de l'Ouest.

Le président a invoqué dans une allocution télévisée les pouvoirs conférés par la Constitution pour passer outre au refus opposé samedi par le Parlement à une demande de prolongation de 45 jours présentée par l'exécutif.

L'état d'urgence y remonte au 26 mars. Il avait été prolongé par le Parlement le 3 avril. Les autorités ont imposé des restrictions sur les marchés et les transports.

 
  • Au Kenya, Nairobi et Mombasa isolées

Le pays n'a pas imposé de confinement total, mais a instauré  un couvre-feu du crépuscule à l'aube et a bloqué les mouvements à l'entrée et à la sortie de Nairobi, de trois villes côtières et du comté de Mandera, dans le nord-est. 
Les écoles ont été totalement fermées.

Depuis le 29 avril, les entrées et sorties de deux grands camps de réfugiés de Dadaab et Kakuma, qui abritent environ 400.000 personnes, sont interdites à compter de mercredi, a annoncé le ministre kényan de l'Intérieur, Fred Matiangi .

Le président Uhuru Kenyatta a annoncé lundi 6 juillet une réouverture graduelle du pays, avec la reprise des vols internationaux le 1er août et la levée de l'interdiction d'entrer ou de sortir des deux plus grandes villes du pays et principaux foyers de l'épidémie, Nairobi et Mombasa, ainsi que du comté de Mandera (nord-est).
 

  • Libye
Le Gouvernement d'union nationale (GNA) avait annoncé à partir du 19 avril un confinement général de dix jours dans les zones qu'il contrôle dans l'ouest de la Libye, dont la capitale Tripoli, afin de limiter la propagation du nouveau coronavirus dans le pays en guerre. Cette mesure ne s'applique pas à l'est du pays contrôlé par le maréchal Khalifa Haftar, ainsi qu'à une grande partie du sud qui échappe au contrôle des deux camps rivaux. 

A présent, des mesures de couvre-feu sont en oeuvre avec des horaires variant selon l'état de propagation de la maladie.
 
  • Liberia
Les autorités libériennes ont annoncé un renforcement du couvre-feu nocturne et une prolongation de l'état d'urgence,  lundi 22 juin. Les frontières et l'aéroport de Monrovia restent également fermés. L'état d'urgence est prolongé jusqu'au 21 juillet.
 
Chargement du lecteur...
 
  • Maroc

Le confinement est en vigueur depuis le 20 mars. Le 18 avril, les autorités ont prolongé cette mesure jusqu'au 20 mai. Lundi 18 mai, le chef du gouvernement marocain, Saâd-Eddine El Othmani a annoncé devant le Parlement une prolongation du confinement et de l'état d'urgence sanitaire de 3 semaines supplémentaires, jusqu'au 10 juin.

Le royaume n'avait pas hésité à faire sortir les chars de l'armée dans les rues de Rabat le dimanche 23 mars pour que les mesures soient vraiment appliquées. Les mosquées sont fermées depuis le vendredi 20 mars. Elles vont rouvrir progressivement à partir du 15 juillet, "en prenant en considération la situation épidémiologique locale et les conditions de contrôle sanitaire", indique le ministère de la Santé dans un communiqué.

Début juin, le royaume a commencé à assouplir ces mesures et fin juin, il a accéléré son déconfinement avec la réouverture des cafés, restaurants, hôtels et salles de sport ainsi que la reprise du tourisme intérieur et des déplacements interurbains. 

Le confinement a été particulièrement difficile pour les petits marocains qui ont du rester enfermés chez eux 14 semaines. Certains en ont gardé des séquelles :

Chargement du lecteur...
  • Île Maurice

Le confinement mis en place le 20 mars à l'île Maurice pour enrayer la propagation du coronavirus a été prolongé jusqu’au 1er juin, a annoncé le Premier ministre Pravind Jugnauth le 8 mai. Si les rassemblements religieux, politiques et syndicaux seront toujours interdits, les boulangeries, boucheries et poissonneries pourront à nouveau ouvrir le 15 mai. En revanches, les marchés, bars et centres commerciaux resteront fermés jusqu'au 1er juin, tandis que les écoles ne rouvriront que le 1er août.
Les plages restent interdites.

  • Nigeria

La ville de Lagos a pu reprendre une vie normale  lundi 4 mai. Face à la pression sociale, après les violences et les pillages de ces dernières semaines, le gouvernement a décidé d'assouplir les mesures et de n'imposer qu'un couvre-feu de 19 heures à 6 heures du matin.

Les mégalopoles d'Abuja et Lagos étaient en confinement depuis lundi 30 mars. Le président Muhammadu Buhari avait pris les habitants de Lagos et d'Abuja de court, en annonçant dimanche soir une interdiction de "tout mouvement" pendant au moins 14 jours.

(RE)Lire : A Lagos, la faim est pire que le Covid-19

Ces deux États enregistrent la grande majorité de la centaine de contaminations officiellement enregistrée dans le pays.

Les habitants d'Ogun sont eux aussi confinés. Comme à Abudja, ils doivent respecter des mesures strictes de déplacement pour aller faire des courses un jour sur deux, depuis le 31 mars. 

 
  • Rwanda 

Le Rwanda a procédé ce lundi 4 mai à un déconfinement partiel et autorisé sa population à se déplacer durant la journée, après plus de six semaines de confinement pour freiner la propagation du coronavirus, a annoncé vendredi 1er mai le bureau du Premier ministre.

Rwanda : un déconfinement par étapes

Chargement du lecteur...


A partir du 4 mai, les Rwandais pourront se déplacer librement de 5 heures du matin à 20 heures et auront besoin en soirée d'une autorisation, selon un communiqué publié par le bureau du Premier ministre. Les transports en commun reprennent mais le port du masque est obligatoire
 

  • Sierra Leone

Le président de la Sierra Leone, Julius Maada Bio, a de nouveau décrété le confinement de la population à partir de dimanche 3 mai et pour trois jours en raison de la propagation du nouveau coronavirus dans le pays.
La Sierra Leone avait déjà annoncé une telle mesure début avril, également pour trois jours.
Les autorités interdisent les déplacements entre les régions et imposent un couvre-feu nocturne, après avoir bouclé les frontières terrestres, supprimé les vols internationaux et fermé les écoles.

La Sierra Leone est restée préservée par le Covid-19 plus longtemps que la plupart des pays africains, avant d'annoncer son premier cas le 30 mars.
 

  • Zimbabwe

Depuis le 30 mars, les quelque 16 millions de Zimbabwéens sont confinés chez eux pour une période de 21 jours.  Le président Emmerson Mnangagwa a annoncé vendredi une nouvelle extension jusqu'au 17 mai du confinement imposé à la population pour tenter d'enrayer la progression de l'épidémie de coronavirus.
 

En Europe 

  • Allemagne

La première économie européenne a prévu de lever la quasi-totalité des restrictions imposées à partir de mars pour freiner la pandémie de nouveau coronavirus.
Football, écoles, grands magasins: l'Allemagne annonce de nouvelles étapes décisives de déconfinement qui augurent d'un retour progressif à la normale en mai dans ce pays figurant parmi les moins touchés par le nouveau coronavirus.

Deux reconfinements locaux d'une semaine ont été annoncés le 23 juin, concernant plus de 600.000 personnes dans deux cantons voisins, Gütersloh et Warendorf, deux villes importantes de Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Dans le premier, les mesures ont été prolongées jusqu'au 7 juillet. Un reconfinement avait déjà été décidé le 18 mai dans le canton de Coesfeld (dans le même Land). 

  • Autriche 

Assez épargnée par le virus, avec 18.000 cas et 706 morts, l'Autriche a ouvert ses frontières à la pluspart des pays européens sauf la Suède mi juin.  Le chef du gouvernement autrichien Sebastian Kurz a annoncé maintenir des restrictions de déplacement avec la Serbie et le Montenegro.

Les contrôles le long des frontières terrestres avec la Slovénie et la Hongrie seront également renforcés, ciblant notamment les voyageurs en provenance des Balkans, nombreux à travailler en Autriche.

Quelques cantons de Haute-Autriche ont fermé leurs écoles et renforcé les mesures de port du masque. La région montagneuse de Carinthie (sud), prisée des vacanciers, a décidé le 7 juillet d'imposer le port du masque le soir dans les lieux publics de plusieurs stations touristiques.
 

  • Belgique 

Le confinement proclamé le 17 mars a été prolongé jusqu'au 3 mai. Aucun "événement de masse" ne pourra être organisé avant le 31 août, a annoncé mercredi la Première ministre Sophie Wilmès, ce qui aura des conséquences sur le sport belge, à commencer par  le football et le cyclisme.

La Belgique est désormais dans la phase trois du déconfinement depuis le 8 juin qui consiste en un important assouplissement des règles jusqu'alors en vigueur puisque désormais, "la liberté devient la norme et les interdits, l'exception". La Belgique rouvre ses frontières le 15 juin 2020 (de et vers l'Europe). Deux autres phases de déconfinement sont programmées en juillet (phase 4) et en août (phase 5).

  • Bulgarie
La Bulgarie, qui avait imposé un confinement dès le 8 mars, se félicitait d'être un des pays d'Europe les moins touchés par la pandémie. Avec la levée rapide des restrictions depuis la fin mai, la situation s'est cependant détériorée, plus de 100 nouvelles contaminations quotidiennes étant enregistrées en moyenne ces derniers temps contre 20 à 40 pendant le confinement. Le port du masque est redevenu obligatoire depuis le 10 juin, une obligation dont le Premier ministre Borissov se passe bien. 

S'étant rendu le 23 juin au monastère de Rila (sud-ouest), pour un projet de rénovation de la route menant à ce site religieux réputé, il s'est entretenu de près avec le supérieur du monastère, avant d'entrer dans l'église sans masque. Il a écopé d'une amende.

Critiquant le non respect de la distanciation, le ministère de la Santé avait déjà imposé en juin une amende de 3.000 leva (1.500 euros) au parti conservateur Gerb de M. Borissov pour avoir tenu une réunion le 20 juin dans une salle bondée en présence du Premier ministre.

Le parti socialiste (opposition), dont quatre responsables avaient été contaminés lors d'une autre réunion, a écopé d'une amende similaire.

Et le directeur du plus grand stade de Sofia, Vassil Levski, a été sanctionné pour ne pas avoir imposé une distanciation entre les supporters toujours le samedi 20 juin lors du derby Levski-CSKA.

 
  • Danemark

Le royaume s'est déconfiné, et dès le 25 juin avait autorisé ses ressortissants à voyager dans les pays ayant un taux de contamination inférieur à 20 pour 100 000 habitants. La Suède cependant reste interdite d'accès. Les matchs de football  ont repris et les supporters peuvent accéder aux stades si ils conservent la distance de sécurité d'un mètre. La finale de la Coupe du Danemark a été interrompue près d'un quart d'heure mercredi 3 juillet pour cause de supporters rebelles refusant de respecter les règles de distanciation sociale imposées à l'intérieur du stade pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus, a indiqué la police. Le match a repris après 14 minutes et s'est soldé par une victoire de Sonderjyske (2-0).

  • Espagne  

Tous les Espagnols sont de nouveau autorisés à sortir de chez eux depuis samedi 2 mai pour se promener ou faire du sport après 48 jours de confinement très strict pour freiner l'épidémie de coronavirus. Les masques sont obligatoires dans les transports en commun depuis le 4 mai.

Après avoir déjà permis aux enfants de moins de 14 ans de sortir depuis le 26 avril, le gouvernement a de nouveau allégé les conditions du confinement imposé depuis le 14 mars, qui était l'un des plus stricts au monde. Cependant le masque est obligatoire pour tous les enfants à partir de 6 ans dans la rue ou dans les lieux publics comme les magasins quand il n'est pas possible de garder ses distances, selon un décret publié mercredi 20 mai.

Les 46 millions d'Espagnols ne pouvaient jusque là sortir de chez eux que pour des activités, là encore, essentielles : se rendre au travail ou à la pharmacie et faire des courses alimentaires et ce, pour une période minimum de 15 jours. Contrairement aux autres pays européens.

Très progressif, le plan de déconfinement de l'Espagne, l'un des pays les plus endeuillés par la pandémie de coronavirus, doit s'étaler jusqu'à fin juin. Il comporte quatre phases qui seront mises en oeuvre à des rythmes différents dans chaque région en fonction de l'évolution de l'épidémie. Madrid et Barcelone, les deux plus grandes villes espagnoles, ne passeront pas lundi 11 mai à la nouvelle étape du déconfinement contrairement à d'autres régions où les terrasses pourront rouvrir et les gens se réunir avec leurs proches, a annoncé vendredi le gouvernement.

La région de Catalogne a ordonné samedi 3 juillet le confinement de quelques 200 000 habitants autour de la ville de Lerdia en raison d'un regain de contagion. "Nous avons décidé de confiner la zone del Segria (autour de la ville de Lerida, 150 km à l'ouest de Barcelone), sur la base de données qui confirment une croissance très importante du nombre de cas de contagions de Covid-19", a déclaré devant la presse le président de la région, l'indépendantiste Quim Torra. La ministre régionale de la Santé, Alba Verges, a précisé que les regroupements de plus de dix personnes étaient interdits, et les visites dans les maisons de retraites suspendues.

Deux semaines seulement après la levée du confinement généralisé qui empêchait les Espagnols de quitter leur province, ce reconfinement de 200.000 habitants coïncide avec la réouverture des frontières samedi aux ressortissants de 12 nouveaux pays, les citoyens d el'Union européenne et de l'espace Schengen ainsi que les Britanniques.

  • France : Guyane et Mayotte

Le gouvernement français a prolongé l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 30 octobre inclus, car le virus y circule encore activement, et même très activement en Guyane où le pic de l'épidémie est prévu "mi-juillet-fin juillet". Le Premier ministre Jean Castex a annoncé sa venue dimanche 12 juillet. 

Lire aussi : Coronavirus : en Guyane un foyer de contamination inquiète

A Mayotte, le conseil scientifique recommande "le maintien du confinement jusqu’au décours du pic épidémique local" et "la limitation stricte du nombre d’arrivants", dans un 2e avis rendu mercredi 13 mai à Annick Girardin, la ministre des Outre-mer.

Prolongé d'abord jusqu'au 15 avril, le confinement a pris partiellement fin en France métropolitaine le 11 mai, avec la réouverture des écoles, comme annoncé par Emmanuel Macron. 


(RE)lire : Coronavirus en France : les grandes dates du déconfinement 

 
  • Grèce
Le gouvernement a commencé un déconfinement progressif avec la réouverture depuis le 4 mai des petits commerces et des salons de coiffure. Les sites archéologiques, dont l'emblématique Acropole d'Athènes, on rouvert le 18 mai. Et les musées ont rouvert en juin. Le nombre de visiteurs sera réduit afin de faire respecter les normes de distanciation sociale. Le port du masques est obligatoire dans les transports et conseillé dans les musées et les lieux fermés.

Depuis le 1er juillet la  Grèce accueille les voyageurs en provenance de l’espace européen (à l’exception des voyageurs des vols en provenance du Royaume-Uni et de Suède ainsi que de Turquie) sans test obligatoire. Les touristes sont les bienvenus s'ils quelque soit leur moyen de transport. L'aéroport d'Athènes est ouverts ainsi que les aéroports régionaux et des îles: Mykonos, Heraklion, Santorin, Kos, Corfou… On peut aussi venir en ferry depuis Ancone et Venise en Italie par les ports de Patras et Igoumenitsa (les traversées depuis la Turquie n’ont pas repris). Ou par la route depuis la Bulgarie via le post frontière de Promachonas. Les autres entrées - Albanie, Macédoine du Nord et Turquie - sont autorisées unique pour raisons essentielles (pas les voyages d’agréments).
 
  • Irlande

Depuis le 29 juin l'Irlande, comme la plus part de ses voisins européens s'est déconfinée. 

Les établissements d’enseignement (écoles, collèges, lycées et universités) restent fermés aux élèves et aux étudiants jusqu’à la rentrée scolaire et universitaire de septembre/octobre.

Les autorités irlandaises déconseillent tout voyage non-essentiel au départ ou à destination de l’Irlande. Il est toujours demandé à toute personne arrivant en Irlande (citoyen irlandais compris) depuis l’étranger (hors Irlande du Nord) de s’auto-isoler (interdiction de toute sortie) pendant 14 jours et de déclarer l’adresse où elle se confinera. Des contrôles seront menés pour vérifier le bon respect de cette mesure.

 
  • Italie

Les autorités italiennes ont entamé le lundi 4 mai un allègement attendu par tous, pour faire repartir une économie mise à genoux par la maladie.

Cette ouverture reste très prudente: pas de commerces de détail, pas de bars ni de restaurants, télétravail encouragé, pas de réunion de famille même s'il sera possible d'aller voir ses proches vivant dans la même région, distanciation sociale maintenue y compris dans les transports, pas de rassemblement, pas de pique-nique au parc...

Comme ses voisins européens, l'Italie a rouvert ses frontières depuis le 15 juin. Il n'y a que pour aller en Sardaigne que les voyageurs doivent au préalable s’enregistrer en ligne sur la plateforme numérique de la région Sardaigne "Sardegna Sicura". 

La plupart des liaisons aériennes vers et au départ de l’Italie ont repris normalement. Le trafic ferroviaire a également repris entre Paris-Turin-Milan et Marseille-Nice-Milan et des TER circulent entre Vintimille et Menton.

Cependant, à Mondragone, près de Naples, près de 700 personnes ont reçu l'ordre le 22 juin de se confiner sur leur lieu de résidence.

  • Pologne

Comme dans de nombreux autres pays européens, les rassemblements sont interdits et sont limités à deux personnes à l'exception des familles. Les célébrations religieuses peuvent accueillir cinq personnes maximum. Les élections présidentielles qui devaient avoir lieu dimanche 10 mai ont été annullées. 

Le 13 juin dernier, la Pologne a rouvert ses frontières et a levé la quarantaine pour les citoyens de l’Union européenne.

A partir du 17 juin, les compagnies aériennes sont autorisées à reprendre les connexions aériennes internationales de transport de passagers entre la Pologne et les pays de l’UE et la Suisse, l’Islande et la Norvège. Les connexions aériennes avec le Portugal, la Suède et le Royaume-Uni resteront suspendues au moins jusqu’au 30 juin.

A partir du 22 juin, PKP Intercity reprend certains trains internationaux. Les liaisons internationales vers Berlin, Vienne, Ostrava, Prague sont de nouveau disponibles.

  • Portugal

Très prudent dans sa gestion de la crise, le Portugal a quelque peu assoupli ses règles de confinement avant de décider l'interdiction des rassemblements de plus de dix personnes et la fermeture des cafés et commerces dès 20H00, à partir du 23 juin.

Dans la région de Lisbonne, nouveau "confinement à domicile" depuis le 1er juillet pour 700.000 habitants d'une vingtaine de quartiers, pour au moins deux semaines.

  • Royaume-Uni

Lundi 15 juin, tous les commerces, les centres commerciaux et partiellement les lieux de cultes sont autorisés à rouvrir en Angleterre. Et alors que les pubs, les salons de coiffure aient été autorisés à accueillir à nouveau la clientèle, le 29 juin, le gouvernement le gouvernement a annoncé un durcissement du confinement à Leicester, avec notamment la fermeture des magasins non essentiels.

Les pubs, bars, restaurants, hôtels, musées et coiffeurs, d'Angleterre, ont rouvert le 4 juillet et la distance recommandée entre deux personnes est réduite de deux mètres à un mètre.
 

  • Suisse

La Suisse a annoncé un déconfinement depuis le 22 juin. La distance minimale recommandée entre deux personnes passe de 2 à 1,5 mètre.

Les rassemblements de plus de 30 personnes dans l’espace public sont autorisés.
Les manifestations accueillant jusqu’à 1000 personnes sont autorisées. Toutefois, si le nombre de participants dépasse 300, l’espace doit être divisé en différents secteurs comportant chacun 300 personnes au maximum.
Les manifestations de plus de 1000 personnes restent interdites jusqu’au 31 août dans toute la Suisse.

Les clients des restaurants, des bars et des boîtes de nuit ne sont plus tenus de consommer assis. Le couvre-feu a également été levé.
Les compétitions peuvent à nouveau avoir lieu pour les sports impliquant des contacts physiques étroits.
Les dispositions relatives à la protection des personnes vulnérables sont abrogées.
La recommandation concernant le télétravail est levée.
Le port du masque est recommandé lorsque les mesures de distanciation physique ne peuvent être appliquées et obligatoire dans les manifestations et les transports publics.

Ailleurs dans le monde

  • Arabie saoudite

Le 3 juillet le ministre saoudien de la Santé annonçait que le royaume avait franchi le cap des 200.000 contaminés au nouveau coronavirus, à quelques semaines du début du hajj, le grand pèlerinage de La Mecque. Par conséquent, l'Arabie Saoudite a annoncé qu'elle n'accepterait que 1.000 fidèles vivant sur son territoire pour le hajj prévu fin juillet. Les vols internationaux de et vers le pays sont suspendus.
Le 21 juin le Royaume avait amorcé un déconfinement. Outre la levée totale du couvre-feu et la réouverture des commerces décidées par les autorités, la Commission générale dédiée aux médias audiovisuels a de son côté annoncé la réouverture des cinémas, à condition que les règles de distanciation sociale soient respectées.

  • Azerbaidjian

L'ancienne république soviétique située au bord de la mer Caspienne a reconfiné toute sa population à partir du 22 juin jusqu'au 1er août.
 

  • Géorgie
Mardi 14 avril, le Premier ministre Guiorgui Gakharia a ordonné le prolongement du confinement et d'un couvre-feu jusqu'au 22 mai.
 

Le 23 mai, les autorités géorgiennes ont déclaré la fin de l’état d’urgence et la levée de la plupart des restrictions à l’intérieur du pays. Certaines limitations sont toutefois maintenues : les taxis ne peuvent pas transporter plus de deux passagers assis à l’arrière et les transports collectifs urbains et interurbains sont toujours suspendus.

L’espace aérien géorgien reste fermé jusqu’au 1er juillet et des restrictions à l’entrée sur le territoire géorgien continuent de s’appliquer jusqu’à cette date :
• interdiction générale d’entrée sur le territoire géorgien pour tous les ressortissants étrangers (à l’exception notamment des familles binationales) ;
• quarantaine obligatoire pour toute personne rentrant de l’étranger ;
• fermeture des frontières terrestres.

 
  • Inde
L'État indien du Tamil Nadu, région du Sud de l'Inde, a ordonné lundi 15 juin le reconfinement de l'agglomération de Chennai en raison de la virulence de l'épidémie du coronavirus. "Confinement complet à partir du 19 juin pour les districts de Chennai, Thiruvallur, Chengalpet et Kanchipuram", des zones mitoyennes de la capitale régionale, a annoncé sur son compte Twitter l'AIADMK, le parti au pouvoir au Tamil Nadu. Cette mesure, qui concerne une quinzaine de millions de personnes, est pour l'instant en place jusqu'à la fin du mois. Les commerces essentiels de la région ne pourront ouvrir que jusqu'à 14h00 et les habitants seront limités à un rayon de 2 kilomètres pour leurs déplacements. Le Premier ministre indien Narendra Modi avait ordonné le mardi 24 mars un confinement total de l'Inde. 
 
Chargement du lecteur...

Coronavirus en Inde : des millions de travailleurs migrants rentent chez eux
 
Chargement du lecteur...
 
  • Irak

Les déplacements sont interdits dans l'ensemble du pays, selon une décision de la cellule de crise chapeautée par le ministère de la Santé prise mi-mars. Les autorités ont aussi fermé aéroports, frontières, universités, centres commerciaux, restaurants et chantiers. C'est surtout la situation du système de santé, exsangue, qui met en péril le pays. Les personnels soignants et les médecins ne sont pas payés et sont à bout de force. L'Irak connait 67 442 cas confirmés de Covid-19 et 2779 morts au 8 juillet 2020.

 
  • Liban

Le pays a éé reconfiné quatre jours, entre les 13 et 17 mai, après une augmentation des cas de Covid-19.

Chargement du lecteur...


Le pays avait déjà multiplié les précautions : fermeture de l'aéroport et des restaurants, couvre-feu nocturne et interdiction des rassemblements dans les lieux de culte.
Pendant le confinement, des manifestations contre la situation économique dans le pays avaient éclaté.

Liban : la contestation de retour malgré le Covid-19 :

Chargement du lecteur...

 
  • Israël 

Israël a fermé ses frontières à tous les étrangers, à l'exception des résidents, afin de combattre l'épidémie du nouveau coronavirus. Tous les voyageurs en provenance de l’étranger doivent effectuer une quarantaine à leur domicile.

Le port du masque et la distanciation sociale de 2 mètres sont obligatoires en Israël.

L'Etat hébreu a aussi interdit mardi 17 mars les déplacements "non-essentiels". Les habitants ne peuvent sortir de chez eux que pour "aller acheter de la nourriture et des médicaments, consulter un médecin ou se rendre à leur travail, où il ne doit pas y avoir plus de 10 personnes ». Mais ce confinement est difficile à faire respecter comme on le voit ici :
 

Chargement du lecteur...

En accord avec les autorités palestiniennes, l'organisme israélien chargé des activités civiles dans les Territoires palestiniens a par ailleurs annoncé mercredi 18 mars que les étrangers résidant en Israël ne seront pas autorisés à entrer en Cisjordanie occupée, où 44 cas de personnes contaminées ont été recensés. Cependant la Cisjordanie va être fermée pendant cinq jours à partir du 3 juillet. Les autorités avaient déjà ordonné la semaine passée le bouclage temporaire des villes de Naplouse (nord), Hébron et Bethléem (sud).

 
  • Russie

Le plus grand pays du monde dénombre au 8 juillet 699.7496 cas détectés et la courbe des contaminations ne fait que croître depuis mai. La Russie est le quatrième pays le plus touché en terme de contaminations, derrière les Etats-Unis, le Brésil et l'Inde.

Moscou reste le foyer principal de la contamination. La grande majorité de la population moscovite restera donc confinée au moins jusqu'au 31 mai, l'essentiel des bureaux et des commerces ainsi que tous les restaurants et les services à la personne demeureront fermés.

Le déconfinement a été amorcé dès la mi-mai et le 25 juin dernier, le président Poutine a maintenu le référendum sur la réforme de la constitution. Dans de nombreuses villes, tables et urnes ont été installées à l'air libre officiellement pour minimiser les risques d'infection, suscitant des moqueries en ligne et nourrissant les accusations de falsifications de l'opposition dans ces bureaux de vote de fortune.

Malgré l'interdiction des rassemblements publics, le président Poutine avait maintenu la parade pour célébrer la victoire de 1945 le 24 juin.

Les vols vers Moscou sont limités à un par semaine.

 
  • Turquie

La Turquie a amorcé un déconfinement cahotique début juin. Les vols intérieurs ont repris le 1er juin mais ceux internationaux par la compagnie nationale sont plus incertains.  Ils ont repris le 15 juin vers Paris et Lyon. 

Les couvre-feux permanents pour certaines tranches d’âge, sont levés. Les personnes âgées de plus de 65 ans sont dorénavant autorisées à sortir tous les jours de 10 heures à 20 heures, les jeunes de moins de 18 ans n’étant pas astreints à ces limites. 

Les épiceries, supermarchés, commerces de bouche pourront rester ouverts, pour des courses d’appoint, à pied et à proximité du domicile. Les stations-essence, hôtels, hôpitaux, pharmacies et cliniques vétérinaires seront également ouverts. 
Le port du masque est obligatoire dans l’espace public notamment à Ankara, Istanbul et Bursa.

  • Ukraine

Les mesures strictes de confinement ont été re-introduites à partir du 19 juin.
 

  • 12 États aux Etats-Unis

Face à une crise économique majeure, de nombreux états ont annoncé l'assouplissement des mesures de confinement et la réouverture de certains commerces et entreprises. Mais face à la recrudescence de cas, 30 états sur 50 voient une explosion des cas de contamination, certains ont décidé de sursoir à leur déconfinement. La Californie, le Texas et la Floride sont toujours les plus touchés :

Chargement du lecteur...


La Californie a prévu d'assouplir ses mesures de confinement la semaine du 4 mai. Cet Etat avait été le premier a décrété un confinement total le 19 mars. Le gouverneur de l'État, Gavin Newsom, a pris le premier l'une des mesures les plus drastiques aux États-Unis depuis le début de la crise du coronavirus. La directive n'a pas de date de fin. Mais il travaille de concert avec ses voisins du Colorado, Nevada, Oregon, et Washington pour une réouverture progressive. Pour le moment, il n'a pas décidé de mettre en oeuvre la phase 4 du déconfinement, qui autorise les rassemblements de plus de 300 personnes, les concerts, les matchs de sport...

Le gouverneur de l’Etat de New York, Cuomo a décrété l'entrée dans le phase 3 du déconfinement le 24 juin sauf pour la ville de New York . Ce qui signifie que désormais les rassemblemements de plus de 25 personnes sont autorisés.  Mais dîner au restaurant n'est pas encore autorisé.


Il n'y a que onze états, très ruraux, qui n'ont pas imposé un confinement. Il s'agit du Montana, du Dakota du Nord, du Dakota du Sud, du Minnesota, du Wisconsin, du Nebraska, de l'Oklahoma, de l'Iowa, du Kansas, du Missouri et du Kentucky. Le New Hampshire, dans l'est des Etats-Unis, est aussi entré dans sa phase 4 de déconfinement depuis le 29 juin.

La Floride a décidé de refermer ses bars fin juin après un nouveau pic de contamination, mais tous les commerces, les restaurants et les plages sont accessibles depuis le 4 mai.
Chargement du lecteur...

 
  • Chine

La province chinoise de Hubei et sa capitale Wuhan, berceaux de l'épidémie de Covid-19,  ont été coupées du monde depuis fin janvier. Le confinement a été levé le 7 avril.

Les restrictions aux déplacements ont été allégées le 14 mars pour les plus de 50 millions d’habitants.

  • Philippines 
Depuis la mi-mars, des mesures de confinement ont été imposées sur l'Ile de Luzon, où se situe Manille. Au total, 60 millions de Phillipins sont confinés. 

Le président philippin Rodrigo Duterte a par ailleurs demandé aux forces de l'ordre d'abattre toute personne à l'origine de "troubles" dans les régions placées en confinement en raison de la pandémie de coronavirus. Des propos qui ont ensuite été tempérés par des responsables philippins.
  Les Philippins ne peuvent plus assister aux obsèques de leurs proches, les morts du Covid-19 sont incénérés sans que les parents n'ait pu voir leur corps, ce qui est particulièrement douloureurs pour ce peuple dont la très grande majorité est catholique pratiquante.
 

Les pays confinés en Amérique latine

 
  • Argentine 

L'Argentine a décrété jeudi 19 mars le confinement "préventif et obligatoire" de la population, soit quelque 44 millions de personnes. Le confinement est pour la deuxième fois prolongé dans le pays. Dans une allocution, le président argentin Alberto Fernandez, a annoncé un nouveau délai : jusqu'au 7 juin. L'Argentine devient ainsi le pays où le confinement dure le plus longtemps dans le monde avec 80 jours au 7 juin.
Buenos Aires et sa périphérie, qui avaient connu un pic de contamination en mai, voient les mesures de confinement durcies du 1er au 17 juillet. Cordoba avait amorcé ce durcissement dès le 19 mai.

  • Bolivie 

Le pays va assouplir les mesures de confinement obligatoire à partir du 11 mai, mais maintiendra fermées ses frontières terrestres et aériennes jusqu'à la fin de ce même mois, a annoncé mercredi la présidente Jeanine Añez. 

  • Les États de Sao Paulo et Rio de Janeiro (Brésil)

Au Brésil, où le président d'extrême droite Jair Bolsonaro n'a eu de cesse de minimiser l'épidémie et de dénoncer l'"hystérie" autour du Covid-19, les gouverneurs des deux Etats les plus touchés, Sao Paulo et Rio de Janeiro, ont pris eux-mêmes l'initiative de mesures de restrictions.

L'Etat de Sao Paulo, s, qui comptabilise déjà 15 morts, sera en e gouverneur de l'Etat de Sao Paulo Joao Doria, le plus touché par le coronavirus au Brésil, avec 41 000 cas sur 45 millions d'habitants, a annoncé vendredi 8 mai la prolongation du confinement jusqu'au 31 mai, en dépit des pressions du président Jair Bolsonaro en vue d'un retour au travail des Brésiliens.

Les peuples autochtones de l'Amazonie sont très inquiets face à la pandémie :
 

Chargement du lecteur...
 
  • Chili
Toute la population de la capitale du Chili, Santiago, va être confinée à partir du vendredi 15 mai à 22 heures.

Le confinement a été ordonné mercredi 13 mai par le gouvernement, après une augmentation des cas de Covid-19 - 2.260 nouveaux cas, dont 12 mortels.

Le Chili avait jusqu'à présent opté pour une stratégie de confinement sélectif face à la pandémie, le limitant aux zones les plus touchées.

C'est aussi le pays d'Amérique latine ayant fait subir le plus de tests - 14.000 par jour et environ 200.000 au total - à sa population pour détecter les personnes atteintes par le nouveau coronavirus.
 
Chargement du lecteur...

 
  • Colombie
Le confinement imposé en Colombie depuis six semaines contre la pandémie de coronavirus va être à nouveau prolongé de deux semaines jusqu'au 25 mai, avec toutefois quelques assouplissements, a annoncé mardi le président Ivan Duque. Les secteurs de la construction et de l'industrie manufacturière ont déjà été autorisés à reprendre leurs activités, à condition de mettre en place des "protocoles" de bio-sécurité, et les adultes peuvent pratiquer une activité sportive individuelle en début de matinée. Par ailleurs, les enfants de six à 17 ans seront autorisés à sortir trois fois par semaine durant une demi-heure. Mais les personnes de plus de 70 ans, jugées très vulnérables au virus, restent confinées jusqu'au 31 mai.
Le port d'un masque est obligatoire dans les transports en commun, les taxis, les supermarchés et les banques.
Et certaines villes comme la capitale Bogota, où le confinement a été imposé dès le 20 mars, ont en outre mis en place des limitations de circulation par genre, les hommes pouvant sortir les jours impairs, les femmes les jours pairs.
 
  • Équateur
L'Equateur a prolongé jusqu'au 15 juin l'état d'exception, qui permet confinement de la population et couvre-feu, en raison de la pandémie de coronavirus dans ce pays comptant près de 32.000 cas confirmés, dont 1.500 morts, a annoncé mardi le président Lenin Moreno.

On ne sait plus comment enterrer les morts comme on peut le voir ici :
Chargement du lecteur...
  •  Mexique
Le Mexique avait mis en place des mesures de confinement stictes le 23 mars. Le gouvernement espérait lever ces mesures d'isolement et de fermeture des commerces non essentiels le 30 mai, mais même s'il pense avoir atteint le pic des contamination, ce confinement sera prolongé de 15 jours.

Le président Andrés Manuel López Obrador a pourtant déjà prévu de réactiver des secteurs économiques clés tels que la construction, les mines et l'industrie automobile, à partir de la mi-mai, "si les autorités sanitaires nous le permettent"
 
  • Panama

Le Panama qui compte au 4 juillet 36 000 cas de Covid-19 a re-introduit le confinement dans la capitale et dans une province voisine.

  • Pérou 
 L'état d'urgence sanitaire a été décrété le 15 mars au Pérou, deuxième pays le plus affecté de la région derrière le Brésil. La population est confinée jusqu'au 10 mai et les commerces non essentiels gardent portes closes. Les écoles et les universités restent fermées étant donné l'ampleur de l'épidémie de nouveau coronavirus dans le pays a annoncé le président Vizcarra le 6 mai dernier.
 
  • A voir : la vie des français confinés à Cuzco
Chargement du lecteur...
    
  • Salvador
Le gouvernement du Salvador a prolongé mardi soir le confinement de la population jusqu'au 6 juin. Le décret gouvernemental permet aux Salvadoriens de seulement aller faire des courses alimentaires et de se rendre dans les supermarchés et les banques.

Il interdit de circuler tous les transports en communs, car ils restent "le lieu d'une contagion importante pour le Covid-19", a déclaré à la presse le secrétaire juridique de la présidence, Conan Castro.

Le Salvador compte 1.498 cas de coronavirus, pour 30 morts.

Le confinement avait été décrété pour la première fois dans ce pays d'Amérique centrale le 21 mars.

 
  • Venezuela 

Le gouvernement vénézuélien a annoncé lundi 16 mars la mise en "quarantaine totale" du pays. Cette dernière est effective depuis mardi.

Les activités professionnelles sont suspendues, sauf celles liées à la distribution alimentaire, la sécurité policière et militaire, ainsi que les services sanitaires et les transports.

La quarantaine intervient après la suspension des cours à tous les niveaux et l'interdiction de l'arrivée au Venezuela de vols en provenance d'Europe, de Colombie, de la République dominicaine et du Panama.