Afrique

Côte d'Ivoire : un mort à cause d'une fausse information sur les réseaux sociaux

Capture d'écran d'une vidéo qui dément que des Ivoiriens ont été torturés par des Nigériens. Il s'agirait en fait d'une vidéo datant de 2019, provenant du Nigeria. 
Capture d'écran d'une vidéo qui dément que des Ivoiriens ont été torturés par des Nigériens. Il s'agirait en fait d'une vidéo datant de 2019, provenant du Nigeria. 
DR

Une personne a été tuée et plusieurs autres blessées dans des violences xénophobes visant la communauté nigérienne qui ont éclaté dans plusieurs quartiers d'Abidjan, après la diffusion d'une vidéo sur les réseaux sociaux, une "fake news", selon les autorités ivoiriennes.

Une vidéo diffusée faisant croire à l'agression d'Ivoiriens par des Nigériens a provoqué des violences dans les communes populaires d'Abobo et Yopougon, ainsi qu'à Anyama, Angré et Adjamé. Il s’agissait en réalité d’une vidéo qui date de 2019 montrant des hommes du groupe jihadiste nigérian Boko Haram interpellés brutalement par l'armée nigériane, a indiqué jeudi soir le gouvernement ivoirien.

Le "bilan provisoire" de ces violences fait état d'"un mort et plusieurs blessés graves", ainsi que "des commerces pillés et incendiés", a déclaré le procureur d'Abidjan Richard Adou dans un communiqué.

"Une vingtaine de personnes ont été interpellées" et "des enquêtes sont en cours" pour retrouver les auteurs des violences et celles à l'origine de la diffusion de la fausse vidéo, a précisé le procureur.

Promettant d'être "intransigeant avec tous les fauteurs de troubles qui mettent à mal la cohésion sociale", le ministre ivoirien de la Sécurité Vagondo Diomandé a lancé un appel au calme dans une intervention à la télévision publique.

"Nous sommes dans un pays qui accueille tout le monde, notamment nos frères de la sous-région (...) Il faut que ces agissements cessent", a-t-il déclaré.

Le Niger, voisin de la Côte d'Ivoire, a réagi avec modération, saluant la réaction prompte des autorités ivoiriennes.

Le ministre nigérien des Affaires étrangères Hassoumi Massoudou a déploré des "événements malheureux en Côte d'Ivoire" et exprimé sa "compassion vis-à-vis des compatriotes victimes d'un malentendu".

"Notre ambassadeur à Abidjan a saisi les autorités ivoiriennes qui ont réagi promptement", a-t-il souligné.