Info

Coupe arabe des Nations : Maroc-Algérie, bien plus qu’un simple match

Ce montage photo réunit les sélections marocaine et algérienne, qui s'affrontent, ce samedi 11 décembre, en quarts de finale de la Coupe arabe.
Ce montage photo réunit les sélections marocaine et algérienne, qui s'affrontent, ce samedi 11 décembre, en quarts de finale de la Coupe arabe.
AP Photo/Darko Bandic

Ce samedi, les quarts de finale de la Coupe Arabe nous offrent une affiche entre le Maroc et l’Algérie. Une rencontre qui représente à la fois un enjeu sportif, mais aussi diplomatique, puisqu’elle se déroule sur fond de tensions extrêmes entre les deux pays.

Si le match entre le Maroc et l’Algérie devrait se jouer dans de parfaites conditions climatiques, au stade Al Thumama, à Doha, il y aura de l’électricité dans l’air. 
L’enjeu est de taille et ce, même si les deux équipes seront très largement (surtout pour le Maroc) composées de joueurs évoluant dans les sélections A’. En d'autres termes, il s'agit de joueurs locaux et non pas de l'équipe nationale première.

Pour rappel, Les Lions de l'Atlas ont fini leaders du groupe C avec 3 victoires de rang contre la Palestine (4-0), la Jordanie (4-0) et l'Arabie saoudite (1-0).
De son côté, l'Algérie s'est classée deuxième du groupe D, derrière l'Egypte. Les Fennecs, menés par Yacine Brahimi, ont enchainé deux victoires (contre le Soudan 4-0 et le Liban 2-0) et un nul contre l'Egypte (1-1).

Vers un avantage pour les Lions de l'Atlas... ou un parfait équilibre 

Toutes deux qualifiées pour les barrages de la Coupe du monde de 2022, les sélections du Maghreb vont croiser le fer pour la 30ème fois en match officiel.
Le bilan : dix victoires pour les Lions de l’Atlas, neuf pour les Fennecs et dix matches nuls.
Il s’agira donc, pour la sélection de Madjid Bougherra, d’établir un équilibre parfait entre les deux pays. De l’autre côté, le Maroc pourrait, en cas de victoire, se targuer d’avoir pris un léger un avantage dans un historique plus que serré entre les deux sélections.

Un avantage non négligeable pour les supporters marocains, dont l'équipe ne rayonne pas autant que la sélection algérienne sur le continent, mais reste néanmoins sur une victoire 4-0 lors du dernier match officiel qui a opposé les deux pays, en 2011.

Pas une simple répétition pour le Maroc

Si la Coupe Arabe sonne, avant tout, comme une répétition générale, pour le Qatar, avant le Mondial de 2022, ce choc revêt un caractère particulier.
Pour preuve, le match se jouera à guichets fermés, les 40 000 places ayant rapidement trouvé preneurs. 

Le Royaume, prend ce match très au sérieux. Selon le média marocain Le360, le sélectionneur national, Vahid Halilhodzic, sera présent à Doha, pour soutenir les hommes de Houcine Ammouta. Il y rejoint le président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), Fouzi Lekjaa.

Selon la presse marocaine, le royaume aurait promis une récompense financière, en cas de victoire contre l’Algérie. Chaque joueur devrait percevoir une prime de 300 000 dirhams (près de 29 000 euros), en cas de succès contre les Fennecs. Une somme qui viendrait s’ajouter aux 200 000 dirhams que la FRMF a déjà promis d’attribuer aux joueurs pour leur qualification en quarts. Une motivation supplémentaire pour des joueurs "locaux", loin de percevoir des émoluments comparables à ceux des habituelles stars marocaines, qui jouent en Europe.

Un match, pour la "fierté"

En 2020, à l’occasion d’un live avec nos confrères de beIN Sports, l’ailier droit algérien de Manchester City, Riyad Mahrez, était revenu sur les relations entre Marocains et Algériens en football, avec amusement : "À Paris, quand l’Algérie joue, les mecs ne sont pas pour nous. Tu crois que les Marocains sont pour nous ? Peut-être les Tunisiens… Mais les Marocains ne sont pas pour nous, hein (rires). Ce n’est pas parce qu’ils ne nous aiment pas mais parce qu’on fait trop de bruit. On crie et on parle trop, on fait les fiers !". 

Des déclarations qui représentent bien l’état d’esprit qui règne dans les rangs des supporters des deux équipes. Sur les réseaux, certains s’en sont donné à coeur joie. 

Ce supporter marocain, par exemple, annonce, confiant, que son équipe va mettre fin au record d’invincibilité de la sélection algérienne. Pour rappel, l’Algérie a, selon la FIFA, aligné 35 matchs sans défaite et ce, même si les résultats entre sélection A et A’ sont mélangés (contre l’avis de la Fédération algérienne de football). 

Les supporters algériens, eux, tentent de se rassurer, même s’ils savent les Marocains favoris (les joueurs locaux des Lions de l’atlas étant, globalement, meilleurs que ceux de la sélection algérienne). Pour ce supporter algérien, la "grinta" (la détermination) algérienne fera la différence. 

Pour d’autres, c'est le fair play qui prime : "C'est un simple match de football, et que le meilleur gagne", tweete ce supporter.

Un match sur fond de tensions diplomatiques

Mais au-delà de l’aspect purement sportif, la tournure récentes des relations diplomatiques entre les deux pays fait monter, d’un cran, l’enjeu autour de cette rencontre. Certains s’en sont amusés sur les réseaux sociaux, comme ce supporter qui annonce que "L'ONU arbitrera le match" entre les deux pays.

D’autre craignent que ce match ravive les tensions entre les deux peuples. 

Depuis plusieurs mois, la tension entre les deux pays ne cesse de croître. Début novembre, l’Algérie dénonçait la mort de trois de ses ressortissants par un bombardement attribué aux forces marocaines, au Sahara occidental, territoire au coeur des tensions entre les deux pays. 

Des supporters marocains ont, d’ailleurs, lancé un appel, sur les réseaux sociaux, afin qu’un tifo, càd une grande banderole, revendiquant le territoire du Sahara Occidental soit déployé pendant le match. Un message politique qui pourrait être adressé au voisin algérien, faisant basculer le match dans une toute autre dimension... bien loin du rectangle vert.