Info

Coupe de l'América: Team New Zealand dans la tempête et victime d'une escroquerie

La Team New Zealand lors de la précédente Coupe de l'América, le 26 juin 2017 au large des Bermudes
La Team New Zealand lors de la précédente Coupe de l'América, le 26 juin 2017 au large des Bermudes
afp.com - Don EMMERT

Team New Zealand, vainqueur de la dernière Coupe de l'America à la voile qui remettra en jeu son titre à domicile en 2021, s'est défendu mercredi d'avoir fait des malversations, mais a reconnu avoir été victime d'une escroquerie.

"Nous avons directement contacté la police en charge des fraudes, qui a travaillé minutieusement avec la police belge et Interpol. Nous avons pu récupérer une partie de l'argent", a expliqué le patron de l'équipe néo-zélandaise, Grant Dalton.

"Nous avons été victimes d'escrocs, nous ne savons pas qui ils sont, la police non plus", a-t-il poursuivi.

Selon le quotidien New Zealand Herald, Team New Zealand (TNZ) a été victime d'une arnaque en voulant payer un de ses fournisseurs en Europe et a perdu trace de l'argent transféré sur un compte en banque en Hongrie.

En Nouvelle-Zélande, où la voile est l'un des sports majeurs derrière le tout-puissant rugby, la situation de TNZ inquiète jusqu'au gouvernement, qui a lancé une enquête interne sur le fonctionnement du syndicat néo-zélandais.

Les autorités du pays ont pointé du doigt dans un document officiel "la mauvaise organisation structurelle et financière" de TNZ, ainsi que "sa réticence à partager les informations et sa gouvernance défaillante".

Un prêt de trois millions de dollars néo-zélandais (1,72 M EUR au cours actuel) accordé à l'équipe inquiète particulièrement le gouvernement, car son objet initial a depuis été requalifié.

Pour accueillir la prestigieuse épreuve de voile, du 6 au 21 mars 2021 à Auckland, le gouvernement néo-zélandais et les autorités locales ont déjà investi 250 millions de dollars néo-zélandais (près de 145 M EUR).

Team New Zealand s'est défendu dans un communiqué "catégoriquement de toute malversation".

L'équipe avait déjà été plongée dans la tempête mardi, quand elle avait annoncé avoir renvoyé plusieurs employés, soupçonnés d'espionnage au profit de défis étrangers.