Info

Coupe du Monde 2022 au Qatar : ce boycott qui monte

Mehdi Chamram, conseiller de la ville de Téhéran et Ahmad Reza Abedzadeh, ancien capitaine de l'équipe nationale de football iranienne, révèlent le trophée de la Coupe du monde lors du Tour du Trophée, le 1er septembre 2022.
Mehdi Chamram, conseiller de la ville de Téhéran et Ahmad Reza Abedzadeh, ancien capitaine de l'équipe nationale de football iranienne, révèlent le trophée de la Coupe du monde lors du Tour du Trophée, le 1er septembre 2022.
Vahid Salemi/AP

À un peu plus de deux mois du coup d’envoi, la pression monte face au Mondial 2022 de football. Face à la polémique sur les atteintes aux droits humains et les conséquences sur l’environnement de l’organisation de ce tournoi au Qatar, certaines voix annoncent un boycott de la compétition. Tour d’horizon.

“Sans nous”, peut-on lire en gros sur la une du journal. Ce 13 septembre 2022, le Quotidien de La Réunion annonce qu’il boycottera le Mondial 2022 de football, organisé au Qatar du 20 novembre au 18 décembre. Il s’agit du premier média français à décider de boycotter la compétition. C’est aussi la première fois en France qu’un média annonce boycotter cet événement majeur du football. 

Voir : Coupe du monde au Qatar : le Quotidien de la Réunion boycottera l'évènement

Chargement du lecteur...

Respecter ses valeurs

Pour la rédaction, ce choix s’inscrit dans le respect de sa ligne éditoriale qui “défend des valeurs de respect, de bienveillance, d’engagement, d’indépendance et de liberté d’expression.”

"Ce projet de boycott a été proposé par le chef du service des sports du journal", explique le directeur du Quotidien Vincent Vibert. "Il ne savait pas comment relayer l'événement, il a donc proposé à la direction de tout simplement le boycotter, ce que nous avons validé et présenté en interne", ajoute-t-il.

On verra s'il y a un réel impact sur les ventes mais à un certain moment sur des questions morales et de valeurs, il faut dissocier les choses de la partie économique.Vincent Vibert, directeur du Quotidien de La Réunion

"Notre journal boycottera tout ce qui est en lien avec l'événement sportif, mais relayera les informations en lien avec les problématiques écologiques et humaines portées par la compétition", précise Vincent Vibert. Interrogé par la radio française publique France Info, le directeur du Quotidien ajoute qu’il “n’y aura pas un mot sur tout l’événement sportif et on n’aura aucun revenu publicitaire lié à la Coupe du monde.” Il conclut : “On verra s'il y a un réel impact sur les ventes mais à un certain moment sur des questions morales et de valeurs, il faut dissocier les choses de la partie économique.

Chargement du lecteur...

Dans le monde du football

La veille, une ancienne star du football a aussi annoncé son intention de boycotter le Mondial 2022. L’ancien international français Eric Cantona poste un message sur ses réseaux sociaux dans lequel il explique qu’il ne regardera “pas un seul match de cette Coupe du monde.” "Ça me coûte parce que depuis que je suis gosse c’est un évènement que j’adore, que j’attends et que je regarde avec passion, regrette-t-il. Mais soyons honnêtes avec nous-même ! Cette Coupe du monde-là n'a aucun sens ! Pire, c’est une aberration !

Combien de milliers de morts pour construire ces stades. Pour au final, quoi ? Amuser la galerie pendant deux mois.Eric Cantona, ancien footballeur français

Pour Eric Cantona, “le Qatar n’est pas un pays de foot.” Par ailleurs, il déplore “une aberration écologique avec tous ces stades climatisés.” Enfin, la troisième raison qui justifie son boycott est l’absence de considération des ouvriers ayant construit les stades. “Combien de milliers de morts pour construire ces stades, dénonce l’ex-footballeur. Pour au final, quoi ? Amuser la galerie pendant deux mois.

Eric Cantona n’est pas le seul ancien footballeur à avoir adopté cette position.
Le 7 août 2022, l’ex-footballeur allemand Philipp Lahm avait aussi annoncé qu’il n’irait pas au Qatar. “Je ne fais pas partie de la délégation et je n’ai pas l’intention de faire le voyage en tant que supporter”, détaillait-il.
Pour lui, “les droits humains doivent jouer un rôle plus important dans l’attribution des compétitions.”  Il regrettait également l’attitude de la FIFA dans l’attribution de la compétition. “Les droits de l’homme, la taille du pays… Tout cela n’a pas été pris en compte dans le choix de confier la Coupe du monde au Qatar.” 

D’autres formes de boycott ? 

Médias et stars du football ne sont pas les seuls à vouloir boycotter la Coupe du monde organisée par le Qatar.
Le 31 août, l’acteur français Vincent Lindon avait passé un coup de gueule à propos de l’organisation de cet événement sportif sur le plateau de l’émission C à vous, diffusée sur France 5. Pour l’occasion, il a promis qu’il ne "regarderait pas la Coupe du Monde.” “C’est non seulement une aberration écologique, mais il y a aussi un non-respect des droits de l’homme”, énumère l’acteur. 

Sur les réseaux sociaux, des internautes prennent la parole. Le 1er septembre, une vidéo de Johan Reboul, influenceur et auteur du “Guide du Jeune Engagé” intitulée “4 raisons de boycotter la Coupe du Monde 2022 au Qatar” a été likée plus de 226 000 fois. Par ailleurs, la décision du Quotidien de La Réunion de boycotter le Mondial 2022 a été massivement commentée. “À quand une prise de position des “plus gros” ?, demande un internaute sur Twitter.
Aussi, bon nombre d’entre eux annoncent qu’ils ne suivront pas le tournoi, avec le hashtag #BoycottQatar2022.