Info

Coupe du monde au Qatar : l'équipe australienne dénonce les "souffrances" des travailleurs migrants

Chargement du lecteur...
Danny Vukovic, Andrew Redmayne, Mat Leckie, Mat Ryan et Mitch Duke
© Socceroos via AP

Dans une sobre vidéo diffusée ce 27 octobre sur les réseaux sociaux, les joueurs de l'équipe nationale de football d'Australie dénoncent les "souffrances" endurées par les travailleurs migrants qui ont construit les infrastructures de la Coupe du monde football du Qatar. Les Socceroos deviennent ainsi la première équipe qualifiée pour la Coupe du monde à critiquer ouvertement le pays hôte.

"Nous reconnaissons les progrès significatifs et les réformes législatives qui ont eu lieu au Qatar ces dernières années pour reconnaître et protéger les droits des travailleurs et nous encourageons tous les acteurs à poursuivre dans cette voie des réforme", écrit la Fédération australienne de football dans son communiqué.

 "Toutefois, nous avons également appris que le tournoi a été associé à la souffrance de travailleurs migrants et de leurs familles et cela ne peut être ignoré", poursuit la fédération. Elle fait directement référence au système de la "kefala".

(RE)voir : Le Mondial au Qatar ou les dessous de l'esclavage moderne
Chargement du lecteur...

Le communiqué est accompagné d'une courte vidéo dans laquelle figurent 16 joueurs de l'équipe des Socceroos.
 
Chacun des joueurs est filmé face camera en noir et blanc. Jamie Maclaren (Melbourne City) et Nick D'Agostino (Melbourne) rappellent le parcours de leur équipe qui pour se qualifier pour jouer "au pinnacle du jeu le plus grand au monde" ont parcouru tous les continents.

Jackson Irvine (St Pauli), qui visiblement a un oeil au beurre noir, récite avec un sourire "en 2005 j'étais là, et je sais ce que signifie la Coupe du Monde pour les Australiens. J'ai vu ce que les Socceroos peuvent apporter et ce que nous pouvons être au-delà de nos côtes". Et un peu plus loin dans la vidéo, il rajoute "nous avons appris que la décision d'héberger la coupe du Monde au Qatar a eu pour conséquence de faire souffrir et blesser un nombre incalculable de nos frères ouvriers."

(RE)lire : Coupe du Monde 2022 au Qatar : ce boycott qui monte

Alex Wilkinson (défendeur à Sydney et président du syndicat des joueurs professionnels) fait le lien avec le passé migrant de l'Australie : "Ces migrants qui ont souffert ne sont pas juste des nombres. Comme les migrants qui ont construit notre pays et notre football, ils possèdent le même courage et la même détermination pour construire une vie meilleure."

Denis Genreau qui évolue à Toulouse choisi d'évoquer les droits des personnes LGBT+ "en tant que joueurs, nous soutenons les droits des personnes LGBT+ mais au Qatar les gens ne sont pas libres d'aimer la personne de leur choix."

Bailey Wright Sunderland lance un plaidoyer pour le travail de défense des droits initié par les syndicats "Nous sommes aux côtés de la FIFPRO, de la confédération international des travailleurs du secteur de la construction qiu tente de mettre en place un système équitable au Qatar."

(RE)lire Le boycott de Philipp Lahm du Qatar va-t-il réveiller le monde du football sur la question des droits humains ?

"Ces deux dernières années, nous nous sommes consacrés à comprendre et mieux connaître la situation au Qatar", expliquent les joueurs. "Nous ne sommes pas des experts mais nous avons écouté des organisations telles qu'Amnesty (International), la Fifa" et, "plus important, des travailleurs étrangers au Qatar".
 

Les joueurs poursuivent en mentionnant les réformes prises par les autorités qataries sur les conditions de travail dans le pays mais estiment que ces changements sont "incohérents" et pourraient être améliorés.

Les Socceroos ont expliqué qu'ils travaillent avec plusieurs organismes afin "d'établir un changement durable" et ont demandé au Qata de mettre en place un centre d'aide pour les migrants. L'équipe australienne a aussi demandé la décriminalisation des relations avec des personnes de même sexe et "une solution concrète" pour ceux dont les droits ne sont pas respectés. "Ce sont les droits fondamentaux qui devraient êre acordés à tous et vont assurer la progression du Qatar".

(RE)voir : Football : Boycotter la coupe du monde du Qatar ?

Chargement du lecteur...


Depuis que la Fifa a attribué le Mondial au Qatar en 2010, le premier pays arabe à organiser l'événement est critiqué à propos du traitement des personnes LGBT mais aussi des travailleurs étrangers et des femmes ou encore de la climatisation de sept de ses huit stades.

Des organisations de défense des droits humains comme HRW et Amnesty International ont appelé le Qatar et la Fifa à créer un fonds d'indemnisation pour les ouvriers victimes des chantiers du Mondial, doté de 440 millions de dollars, soit l'équivalent des dotations sportives promises aux 32 sélections alignées.

(RE)voir : Coupe du monde 2022 au Qatar : le mondial du cauchemar
Chargement du lecteur...

Le Qatar affirme de son côté avoir mené de nombreuses réformes ces dernières années. Des efforts restent cependant à faire au niveau de leur mise en oeuvre, a estimé le secrétaire général de la Confédération européenne des syndicats, Luca Visentini, lors d'une visite cette semaine à Doha.