Info

Covid-19 : L'OMS craint des "niveaux élevés" de contamination en Europe

Des touristes se prennent en photo devant la fontaine de Trevi à Rome, en Italie, le 20 juin 2022. Alors que le tourisme reprend partout autour de la planète, le nombre de contaminations au Covid-19 repart à la hausse en Europe.
Des touristes se prennent en photo devant la fontaine de Trevi à Rome, en Italie, le 20 juin 2022. Alors que le tourisme reprend partout autour de la planète, le nombre de contaminations au Covid-19 repart à la hausse en Europe.
Andrew Medichini/AP

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) déclare le 30 juin s'attendre à "des niveaux élevés" de circulation du Covid-19 cet été en Europe. Elle appelle à surveiller le virus de près. En un mois, les cas de coronavirus ont été multiplié par trois. 

Il y a désormais trois fois plus de cas de Covid-19 en Europe qu'il y a un mois. Le 30 juin, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) s'attend à "des niveaux élevés" de Covid-19 cet été sur le continent européen. Elle appelle à surveiller de près la circulation du virus. 
 
Chargement du lecteur...
 

"Comme les pays à travers l'Europe ont levé les mesures sociales qui étaient en place, le virus va circuler à des niveaux élevés au cours de l'été", affirme Hans Kluge, directeur pour l'Europe de l'organisation de l'ONU, Hans Kluge. "Le virus ne va pas disparaître juste parce que des pays arrêtent de le surveiller. Il continue à contaminer, il continue à changer et il tue toujours", souligne-t-il dans une déclaration écrite.

Un sous-variant d'Omicron à l'origine de la recrudescence des cas

Tiré par le sous-variant Omicron BA.5, le nombre de cas dans la cinquantaine de pays de la zone de l'OMS Europe s'est rapproché cette semaine des 500 000 quotidiens. À la fin du mois de mai, ce nombre s'élevait à 150 000 cas par jour, selon les données publiques de l'organisation.

Après avoir avoisiné les 4 000 à 5 000 décès par jour pendant une bonne partie de l'hiver, le nombre de morts reste lui actuellement à un niveau bas d'environ 500, soit son niveau de l'été 2020. La quasi totalité des pays européens affichent des cas en hausse, avec le Portugal, le Luxembourg, la France, la Grèce, Chypre, l'Allemagne et l'Autriche actuellement dans le peloton de tête de la plus forte incidence.

Nous devons continuer à traquer le virus parce que ne pas le faire nous rend de plus en plus aveugles aux modes de transmission et à (son) évolution.Hans Kluge, directeur de l'OMS Europe

"Nous espérons que les importants programmes de vaccination que la plupart des États membres ont mis en place, de même que les infections passées, signifieront que nous allons éviter les conséquences les plus graves que nous avons observées plus tôt dans la pandémie", explique Hans Kluge. "Néanmoins, nos recommandations restent en place."

L'isolement toujours recommandé

L'OMS appelle les Européens à continuer à s'isoler en cas de symptômes respiratoires, à vérifier que leur vaccination est à jour et à porter un masque dans les endroits fréquentés. "Nous devons continuer à traquer le virus parce que ne pas le faire nous rend de plus en plus aveugles aux modes de transmission et à (son) évolution", souligne le directeur de l'OMS Europe.

Chargement du lecteur...

Hans Kluge appelle également les États-membres à augmenter encore leur niveau de vaccination. "Une haute immunité dans la population et les choix faits pour réduire le risque pour les personnes âgées seront les clés pour empêcher une mortalité supplémentaire cet été", précise-t-il.