Info

Covid: Retailleau (LR) et Pécresse (ex-LR) contre tout reconfinement

La présidente (ex-LR) de la région Ile-de-France Valérie Pécresse le 12 octobre 2020 à Paris
La présidente (ex-LR) de la région Ile-de-France Valérie Pécresse le 12 octobre 2020 à Paris
afp.com - ERIC PIERMONT
Le sénateur français LR Bruno Retailleau à Paris le 21 octobre 2020
Le sénateur français LR Bruno Retailleau à Paris le 21 octobre 2020
afp.com - Ludovic MARIN

Le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau et la présidente (ex-LR) de la région Ile-de-France Valérie Pécresse ont mis en garde jeudi contre tout reconfinement qui serait "une catastrophe", et ont vivement critiqué les retards dans la vaccination.

"Faisons tout pour éviter un autre confinement", a affirmé sur franceinfo M.Retailleau en évoquant "les violences conjugales qui avaient explosé" pendant les deux premiers confinements, "des dépressions" et "des jeunes dans des situations de désespoir".

Avant la conférence de presse où le Premier ministre doit annoncer de possibles nouvelles restrictions, M. Retailleau a souligné que "d'ici 2 mois, la souche du virus dominante en France sera le variant", dont "le problème est la contagiosité".

"Toute notre stratégie doit être tendue sur un objectif: casser la contamination", et pour cela "il faut mobiliser, réquisitionner des hôtels" pour faire un isolement "non pas obligatoire, mais accompagné", a ajouté le sénateur, potentiel candidat de la droite à la présidentielle de 2022.

Se disant "pas favorable" à la fermeture des écoles qui reviendrait à "réenclencher un problème tout proche du confinement", il a aussi rejeté comme "absolument ridicule" l'idée d'un passeport vaccinal compte tenu du "retard de vaccination" en France.

"Les Français se sentent humiliés" de voir la France "à la traîne du monde", a-t-il ajouté, en appelant à "accélérer vraiment" la vaccination.

De son côté Mme Pécresse a estimé dans Le Figaro qu'un troisième confinement, a priori écarté à ce stade par l'exécutif, "serait une catastrophe en matière économique, culturelle et sociale".

Demandant à l'exécutif "d'imposer des tests Covid négatifs pour entrer sur le territoire national", elle a déploré "une situation ubuesque" sur la vaccination et exhorté l'Etat à déléguer la logistique aux régions, qui sont "au bon niveau de responsabilités".

"Nous sommes prêts à aider. Laissez-nous faire!", a-t-elle ajouté, en déplorant que l'État "n'arrive pas à travailler avec l'ensemble des forces vives du pays pour des raisons politiques".

Pour Mme Pécresse, dont le nom est également évoqué pour représenter la droite à la présidentielle, cette réticence s'explique par le fait que les régions sont principalement détenues par la droite: "Je ne vois pas d'autre explication", a-t-elle assuré.