Info

Danemark : inquiétude d'une hausse de l'espionnage russe et chinois

La Première ministre danoise Mette Frederiksen à New York City le 20 septembre 2021. 
La Première ministre danoise Mette Frederiksen à New York City le 20 septembre 2021. 
AP/Ted Shaffrey

Les services du renseignement danois s'inquiètent d'une hausse de l'espionnage sur le sol du pays scandinave, à l'heure où le chef du renseignement militaire est en prison, accusé de fuites de documents confidentiels.

"Un certain nombre d'États étrangers mènent activement des activités de renseignement contre le Danemark, et la menace d'espionnage a augmenté ces dernières années". Dans son communiqué, les services de renseignements danois (PET) témoignent de leur forte inquiétude.

La menace qui couvre l'espionnage, les activités d'influence, le harcèlement, les tentatives d'acquisition illégale de produits, de technologies et de connaissances et, dans des cas exceptionnels, les tentatives d'assassinat, s'étendrait même aux territoires autonomes danois (îles Féroé et Groenland) notamment à cause de l'intérêt porté à l'Arctique.

Certains types de recherches qui, même à un stade très précoce, pourraient être utilisées à des fins militaires. 

Anders Henriksen, chef du contre-espionnage danois

Selon le rapport, la menace vient principalement de Russie, de Chine et d'Iran. "La Chine fait de gros efforts pour transférer des technologies et des connaissances de pointe en Chine", a expliqué au quotidien Politiken le chef du contre-espionnage du PET Anders Henriksen. Selon lui, la menace est latente dans certains échanges universitaires."Certains types de recherches qui, même à un stade très précoce, pourraient être utilisées à des fins militaires, pourraient poser problème", a-t-il souligné.

Au début de l'été, Politiken avait révélé qu'au moins 30 chercheurs au Danemark avaient été recrutés dans le cadre du programme chinois "1.000 Talents". Les services de renseignement danois sont sous le feu des projecteurs.

Selon une enquête de la télévision publique danoise Danmarks Radio (DR), Washington s'est servi au moins jusqu'en 2014 du réseau de câbles sous-marins danois pour écouter des personnalités de quatre pays (Allemagne, Suède, Norvège, France), parmi lesquelles Angela Merkel.

En outre, le chef du renseignement militaire danois, Lars Findsen, est emprisonné depuis un mois pour des fuites de documents confidentiels. L'enquête est menée à huis clos mais, selon la presse locale, l'affaire porte notamment sur des fuites d'informations classifiées vers des médias