Info

Delta, Lambda, Bêta… la liste des variants du Covid-19 se rallonge

En Catalogne (Espagne), la propagation très rapide du variant Delta a contraint les autorités à prendre de nouvelles mesures restrictives. Sur cette photo, datant du 9 juillet, des personnes se faisaient tester avant d'aller à un festival à Barcelone. 
En Catalogne (Espagne), la propagation très rapide du variant Delta a contraint les autorités à prendre de nouvelles mesures restrictives. Sur cette photo, datant du 9 juillet, des personnes se faisaient tester avant d'aller à un festival à Barcelone. 
Joan Mateu / AP

Depuis plusieurs semaines, on entend parler du variant Delta, responsable d'une vague épidémique dans plusieurs pays. Sauf que ce n'est pas le seul variant du Covid-19 dont il faut s'inquiéter. Mais combien y en a-t-il au total et comment les différencier ? On fait le point.

Avant, on entendait souvent parler du variant Britannique, du variant Indien, ou même du variant Sud-Africain. Mais depuis quelques temps, on entend parler du variant Delta, du Bêta ou même de l’Alpha. Il n’y a aucune différence entre ceux-là et ceux désignés par leur pays d’apparition. Fin mai, l’OMS décide de renommer les variants du Covid-19 avec l’alphabet grec, pour éviter de stigmatiser les pays où ces variants sont apparus.

Chargement du lecteur...

Ils se sont multipliés au fil de la propagation de l’épidémie. La plupart des variants que l’on connaît actuellement sont réputés pour être plus résistants et se transmettent plus facilement que la souche classique du virus, ce qui pousse les autorités à remettre en place des restrictions sanitaires.

Quels sont les variants les plus dangereux ?

L’OMS classe les différents variants qu’elle a répertoriés selon leur importance. L’importance de la transmissibilité, de la virulence et la résistance aux mesures barrières et sanitaires font que certains variants sont considérés comme préoccupants par l’OMS. Actuellement, quatre variants sont sur cette liste : l’Alpha, le Bêta, le Gamma et le Delta.

Ce dernier, apparu pour la première fois en Inde avait provoqué une vague de contaminations sans précédent dans le pays. Actuellement, il est responsable de la vague de contaminations en Europe. En Espagne, notamment en Catalogne, les contaminations augmentent à une vitesse vertigineuse. Si bien qu’un couvre-feu a été réinstauré dans cette région, où le taux d’incidence atteint 1 107 cas pour 100 000 habitants.

Il est aussi responsable de la vague de contaminations qui touche actuellement la Tunisie. Le pays possède le plus fort taux de mortalité lié au Covid-19 de tout le continent africain. En France, il représenterait désormais environ 80% des contaminations, selon les chiffres fournis par Santé Publique France.

Le variant Bêta, détecté en Afrique du Sud inquiète le Royaume-Uni, déjà fortement touché par le variant Delta et par le variant Alpha, où il est apparu. Pour tenter de limiter sa progression, les autorités britanniques imposent une quarantaine de dix jours à l'arrivée pour les personnes en provenance de France, même vaccinées. 

D'autres variants de plus en plus inquiétants

Parmi les autres variants à suivre répertoriés par l’OMS, il y a les variants Êta, Iota, Lambda et Kappa. Les variants de cette liste se caractérisent par une potentielle transmission plus forte et sont plus difficiles à neutraliser. Il y a aussi une liste de variants faisant l’objet d’une surveillance renforcée, mais ceux-ci ont ont juste un nom scientifique.

En Amérique Latine, c’est le variant Lambda qui inquiète de plus en plus les autorités. Apparu au Pérou, il est responsable de plus de 90% des contaminations dans le pays. L’OMS le qualifie comme un “variant à suivre" depuis le 14 juin et il est présent dans au moins une trentaine de pays. Il a été détecté en Espagne le 14 juillet dernier. Par ailleurs, des chercheurs du Chili s'inquiètent du fait que cette mutation serait plus résistante aux vaccins. En France, le gouvernement estime qu’il n’est pas préoccupant pour le moment, compte tenu de la situation liée au variant Delta.
 

Comment détecter un variant ? 

Si une personne est testée positive, il faut que le test subisse des analyses complémentaires dans les laboratoires afin de savoir quelle forme du virus est à l’origine de la contamination. Ce procédé est appelé le criblage. Il consiste à indiquer si le prélèvement contient une des mutations recherchées. S’il n’aboutit pas, le laboratoire peut effectuer un séquençage du génome, autrement dit une cartographie.