Info

Difficiles pourparlers de paix en Syrie sur fond d'offensive turque

Chargement du lecteur...
Commentaire Thibault Cavaillès - TV5MONDE

Les pourparlers de paix sur la Syrie ont repris ce 25 janvier à Vienne, en Autriche, sous l'égide des Nations unies. Cette neuvième tentative des délégations du régime et de l'opposition se déroule sur la toile de fond d'un regain de violences, avec l'offensive turque qui se renforce dans le nord de la Syrie.

dans

Voici 7 jours que la Turquie mène l'offensive dans la région d'Afrine pour tenter d'éradiquer la milice kurde. Ce vendredi, le président turc Recep Tayyip Erdogan menace d'élargir les attaques à d'autres villes du nord de la Syrie, afin d'éliminer toute présence d'une milice kurde considérée comme terroriste par Ankara.

Dans un discours télévisé, le président Erdogan a promis de "nettoyer" Minbej, située à une centaine de kilomètres à l'est d'Afrine, où des forces américaines sont présentes aux côtés des miliciens kurdes, et de "ne laisser aucun terroriste jusqu'à la frontière irakienne". Après l'offensive à Afrine baptisée "Rameau d'olivier", "nous nettoierons Minbej des terroristes", a affirmé le président turc au 7ème jour de l'offensive menée par l'armée turque et des rebelles syriens pro-Ankara dans l'enclave d'Afrine.

"Plus aucun terroriste jusqu'à la frontière irakienne"

Le but de cette opération est de déloger d'Afrine les Unités de protection du peuple (YPG), une milice kurde considérée comme terroriste par Ankara, mais alliée de Washington dont elle est devenue la principale force combattante sur le terrain contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI). "Puis, nous poursuivrons notre lutte jusqu'à ne plus laisser aucun terroriste jusqu'à la frontière irakienne", a ajouté M. Erdogan.

Ces propos marquent un durcissement dans le discours turc, car Ankara concentrait jusqu'à présent sa lutte contre la présence des YPG à l'ouest de l'Euphrate, où se trouvent Afrine et Minbej. Mais il semble à présent déterminé à agir aussi à l'est du fleuve en direction de la frontière irakienne. Outre Minbej, les forces américaines sont présentes aux côtés des YPG dans plusieurs régions de l'est de l'Euphrate.

Lors d'un entretien téléphonique mercredi, le président américain Donald Trump avait appelé M. Erdogan à éviter "toute action qui risquerait de provoquer un affrontement entre les forces turques et américaines". Il avait également exhorté le chef d'état turc "à réduire et limiter ses actions militaires".

Les terroristes se promènent avec des drapeaux américains

Recep Tayyip Erdogan

"Certains nous demandent avec insistance de faire en sorte que cette opération soit courte (...) Attendez, ça ne fait que sept jours. Combien de temps a duré l'Afghanistan? Combien de temps a duré l'Irak ?", a dit vendredi le président Erdogan, en guise de pique contre Washington. Réitérant ses critiques contre le soutien, notamment logistique, des Etats-Unis aux YPG, le chef de l'Etat turc a déclaré : "Les terroristes se promènent dans la région avec des drapeaux américains".