Info

DIRECT - Afghanistan : les talibans essaient de donner une image rassurante, les pays occidentaux continuent à évacuer

<p>Sur cette photographie relayée par les talibans, l'ancien président Hamid Karzai, au centre gauche, Anas Haqqani, ancien responsable taliban, au centre droit et Abdullah Abdullah, deuxième à droite, ancien président du Haut Conseil afghan pour la réconciliation nationale et ancien négociateur du gouvernement avec les talibans, se rencontrent à Kaboul, le 18 août 2021.</p>

Sur cette photographie relayée par les talibans, l'ancien président Hamid Karzai, au centre gauche, Anas Haqqani, ancien responsable taliban, au centre droit et Abdullah Abdullah, deuxième à droite, ancien président du Haut Conseil afghan pour la réconciliation nationale et ancien négociateur du gouvernement avec les talibans, se rencontrent à Kaboul, le 18 août 2021.

AP

Au moins 3 personnes sont mortes après des manifestations à Jalalabad, à l'est du pays. Une délégation talibane a été reçue par l'ancien président Hamid Karzai à Kaboul, dans la matinée. Les pays occidentaux poursuivent leurs évacuations. Suivez notre direct. 

16h00 GMT - "Il n'y aura pas de système démocratique du tout. [...] C'est la charia et c'est tout." déclare un commandant taliban.

L'Afghanistan pourrait prochainement être gouverné par un conseil taliban, avec à sa tête, le chef suprême du mouvement militant islamiste, Haibatullah Akhundzada. Waheedullah Hashimi, un ancien commandant taliban et partie prenante dans les prises de décision talibanes, a répondu à l'agence de presse Reuters. Il décrit une volonté de mettre en place un pouvoir similaire à celui que les talibans ont appliqué lorsqu'ils étaient au pouvoir de 1996 à 2001.

"Il n'y aura pas de système démocratique du tout parce qu'il n'y en a jamais eu dans notre pays", a-t-il déclaré. "Nous ne débattrons pas du type de système politique que nous devrions appliquer en Afghanistan parce que c'est clair. C'est la charia, c'est tout."

<p>Les talibans prennent le contrôle du palais présidentiel à Kaboul le 15 août 2021.</p>

<p> </p>

Les talibans prennent le contrôle du palais présidentiel à Kaboul le 15 août 2021.

 

AP/Zabi Karimi

15h30 GMT - Au moins 3 morts après une manifestation à Jalalabad 

Selon Al Jazeera, au moins 3 personnes seraient mortes à Jalalabad, après que des manifestants aient essayé de retirer le drapeau taliban pour y mettre le drapeau national. Des centaines de manifestants ont défilé aujourd'hui dans les rues de la capitale de la province de Nangarhâr, toujours d'après le média quatarie.

15h00 GMT - Les interprètes et auxiliaires afghans abandonnés par la France ?

Plus d'une centaine de "PCRL" afghans, personnels civils de recrutement local, ont aidé la France, notamment comme interprètes auprès de l'armée. Le journaliste afghan Mortaza Behboudi a lancé une pétition pour "sauver la vie des interprètes afghans qui ont aidés la France pendant des années." Leur avocate, Magali Guadalupe, nous parle de leur situation.

Chargement du lecteur...

 14h30 GMT - Un mur en Turquie pour dissuader les réfugiés afghans

Un mur de 300 km a été érigé à la frontière turco-iranienne, à l'est de la Turquie, pour empêcher les réfugiés afghans qui fuiraient le régime taliban d'entrer dans le pays. Le président turc Recep Tayyip Erdoğan a affirmé qu'il agirait pour une stabilité en Afghanistan, de manière à contrôler les flux migratoires provoqués par l'arrivée au pouvoir des insurgés. 

<p>Le ministre de la Défense turc Hulusi Akar vérifie le mur à la frontière turco-iranienne, érigé pour empêcher les flux migratoires d'Afghans depuis l'arrivée des talibans au pouvoir, le 15 août 2021.</p>

<p> </p>

Le ministre de la Défense turc Hulusi Akar vérifie le mur à la frontière turco-iranienne, érigé pour empêcher les flux migratoires d'Afghans depuis l'arrivée des talibans au pouvoir, le 15 août 2021.

 

AP

14h00 GMT - Ashraf Ghani à Abou Dhabi

Le président afghan Ashraf Ghani est arrivé à Abou Dhabi, capitale des Émirats arabes unis.

<p>Le 21 mars 2021, le président afghan Ashraf Ghani livre un discours durant la cérémonie du Nouvel an perse, Nowruz, au palais présidentiel à Kaboul.</p>

Le 21 mars 2021, le président afghan Ashraf Ghani livre un discours durant la cérémonie du Nouvel an perse, Nowruz, au palais présidentiel à Kaboul.

AP/Rahmat Gul

L'ancien vice-président, Amrullah Saleh, qui s'est retiré dans la vallée du Panchir, la dernière région qui n'est pas encore tombée entre les mains des talibans, a déclaré sur Twitter être le nouveau président par intérim du pays : "Conformément à la Constitution afghane, en cas d'absence, de fuite, de démission ou de mort du président, le premier vice-président devient le président par intérim. Je suis actuellement dans mon pays et je suis le légitime président par intérim."

13h00 GMT - Une famille afghane ayant fui avant l'arrivée des talibans témoigne

La famille Saadate a fui avant l'arrivée des talibans dans  Kaboul, grâce à un programme d'immigration canadien. En quelques jours, la vie de la famille a basculé. Le père de famille, Mohammad, est chercheur. Il était devenu une cible pour les tabilans.

Chargement du lecteur...

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau s'est dit prêt à accueillir 20 000 réfugiés afghans, depuis le retour des talibans dans la capitale afghane.

12h30 GMT - Une délégation talibane arrive à Kaboul

Menée par l'ancien représentant taliban Anas Haqqni, une délégation talibane a été reçue par l'ancien président Hamid Karzai à Kaboul, dans la matinée. Abdullah Abdullah, ancien président du Haut Conseil afghan pour la réconciliation nationale et ancien négociateur du gouvernement avec les talibans était aussi présent.

<p>Dans cette photographie relayée par les talibans, l'ancien président Hamid Karzai, au centre gauche, Anas Haqqani, ancien responsable taliban, au centre droit et Abdullah Abdullah, deuxième à droite, ancien président du Haut Conseil afghan pour la réconciliation nationale et ancien négociateur du gouvernement avec les talibans, se rencontrent à Kaboul, le 18 août 2021.</p>

Dans cette photographie relayée par les talibans, l'ancien président Hamid Karzai, au centre gauche, Anas Haqqani, ancien responsable taliban, au centre droit et Abdullah Abdullah, deuxième à droite, ancien président du Haut Conseil afghan pour la réconciliation nationale et ancien négociateur du gouvernement avec les talibans, se rencontrent à Kaboul, le 18 août 2021.

AP

12h00 GMT - D'autres manifestations observées dans l'est du pays

À Asadabad, la capitale de la province de Kunar, à plus de 200 km à l'est de Kaboul, des manifestants se sont aussi rassemblés, en brandissant le drapeau afghan. 

Chargement du lecteur...

11h30 GMT - La statue d'un ancien combattant anti-taliban démolie

La statue d'Abdul Ali Mazari, un homme politique de la minorité hazara, tué alors qu'il était prisonnier des talibans dans les années 1990, a été partiellement démolie dans la ville de Bamiyan, dans le centre de l'Afghanistan. La tête de la statue a été déboulonnée.

La tête de la statue d'Abdul Ali Mazari, ancien prisonnier des talibans, a été déboulonnée.
La tête de la statue d'Abdul Ali Mazari, ancien prisonnier des talibans, a été déboulonnée.
Pajhwok Afghan News

"La statue a été détruite la nuit dernière. Ils ont utilisé un explosif", a expliqué un habitant, sans pouvoir dire avec certitude qui avait commis cet acte.

11h00 GMT - La côte de popularité du président des États-Unis, Joe Biden, à son plus bas niveau depuis son élection

La côte d'approbation du président Joe Biden a chuté de 7 points depuis la chute de Kaboul, selon Reuters. Pour la première fois depuis son élection, il passe en dessous des 50%. Seuls 46% des américains approuvent les récentes prises de position du président Biden.

<p>Le président Joe Biden fait une déclaration sur l'Afghanistan, le 16 août 2021, à Washington. </p>

Le président Joe Biden fait une déclaration sur l'Afghanistan, le 16 août 2021, à Washington. 

AP/Evan Vucci

10H30 GMT - Des propriétaires de salons de beauté effacent des photos de femmes de leur vitrine

À Kaboul, le visage des femmes disparaît des rues de la capitale, recouvert à la bombe de peinture par les propriétaires des salons de beauté, selon l'agence de presse Pajhwok Afghan News.

10h00 GMT - Premières manifestations à Jalalabad réprimées par les talibans

Un cortège de manifestants a défilé dans la matinée dans les rues de Jalalabad, à 150 km à l'est de Kaboul, brandissant le drapeau afghan.

Les talibans ont ouvert le feu sur les manifestants en pleine rue et des journalistes ont été arrêtés, selon l'agence de presse Pajhwok Afghan News.

Chargement du lecteur...
Pajhwok Afghan News

9h30 GMT - le Royaume-Uni a évacué 306 Britanniques et 2.052 Afghans

Lors d'une session extraordinaire au Parlement britannique consacrée à la situation en Afghanistan, le Premier ministre Boris Johnson a déclaré : "Jusqu'à présent, nous avons obtenu le retour en toute sécurité de 306 ressortissants britanniques et de 2.052 Afghans", ajoutant que "2.000 autres demandes de ressortissants afghans ont été traitées et bien d'autres sont en cours de traitement."

Chargement du lecteur...

9h00 GMT - Des femmes descendent dans la rue à Kaboul

Des femmes ont manifesté dans les rues de la capitale contre le régime taliban. Elles demandent la reconnaissance de leurs droits.

8h30 GMT - Plus de 5000 personnes évacuées d'Afghanistan vers les États-Unis

L'armée américaine a évacué plus de 3.200 personnes d'Afghanistan, notamment du personnel américain, à l'aide d'avions militaires, a indiqué un responsable de la Maison Blanche. En plus de ces 3.200 personnes, près de 2.000 réfugiés afghans ont été évacués vers les Etats-Unis, a indiqué ce responsable. 

8h00 GMT - Un second vol attendu dans la journée, le personnel de l'ambassade de France à Kaboul désormais en sécurité

Une grande partie des personnes réfugiées à l'ambassade de France à Kaboul sont désormais en lieu sûr après l'évacuation dans la nuit de mardi à mercredi 18 août par l'armée française de 216 personnes dont 184 Afghans, attendues à Paris dans la journée.

<p>Les premiers ressortissants d'Afghanistan sont arrivés à l'aéroport Roissy- Charles de Gaulle le 17 août 2021 à Paris.</p>

<p> </p>

Les premiers ressortissants d'Afghanistan sont arrivés à l'aéroport Roissy- Charles de Gaulle le 17 août 2021 à Paris.

 

AP/Francois Mori

Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères a annoncé la seconde rotation d'un A400M entre Kaboul et Abou Dhabi, aux Emirats arabes unis, où la France dispose d'une base militaire. 

Aux Afghans "de la société civile en besoin de protection" s'ajoutent 25 Français, soit "une grande partie des personnes, de nationalité française comme afghane, qui s'étaient réfugiées au sein du bâtiment de l'ambassade de France à Kaboul", a précisé le patron de la diplomatie française.

7h00 GMT - Les talibans sont "prêts à protéger" l'accès à l'aéroport de Kaboul assure le conseiller à la sécurité nationale américain

Selon le conseiller du président Joe Biden à la sécurité nationale, Jake Sullivan, les talibans sont "prêts à protéger" l'accès à l'aéroport de Kaboul pour les civils évacués par les Américains.

Le conseiller du président à la sécurité nationale, Jake Sullivan, assure une conférence de presse à la Maison Blanche, le 17 août 2021.
Le conseiller du président à la sécurité nationale, Jake Sullivan, assure une conférence de presse à la Maison Blanche, le 17 août 2021.
AP/Manuel Balce Ceneta

Les insurgés ont dit aux États-Unis "qu'ils étaient prêts à protéger l'acheminement en toute sécurité des civils vers l'aéroport et nous avons l'intention de les faire respecter cet engagement", a affirmé Jake Sullivan.

Le conseiller a toutefois fait état d'informations selon lesquelles des personnes auraient été "refoulées, repoussées ou même battues" en chemin vers l'aéroport. "Nous nous en saisissons par le biais d'un canal avec les talibans pour essayer de résoudre ces problèmes".