Info

Direct - Afghanistan : les talibans promettent une amnistie, les pays occidentaux évacuent leurs ressortissants

Des centaines de personnes se sont rassemblées devant l'aéroport de Kaboul, mardi 17 août. Les talibans ont déclaré, le même jour, une "amnistie" à travers le pays et préssés les femmes de rejoindre leur gouvernement. 
Des centaines de personnes se sont rassemblées devant l'aéroport de Kaboul, mardi 17 août. Les talibans ont déclaré, le même jour, une "amnistie" à travers le pays et préssés les femmes de rejoindre leur gouvernement. 
AP

Les talibans promettent une amnistie pour les fonctionnaires qui ont travaillé pour le précédent gouvernement. L'ONU exhorte les talibans à tenir leurs "promesses", de faire preuve de tolérance envers les femmes et de permettre aux filles de rester à l'école. Les pays occidentaux poursuivent les opérations de rapatriement de leurs ressortissants. Suivez notre direct. 

19:54 GMT : Washington prêt à maintenir des opérations diplomatiques en Afghanistan après le 31 août, si la situation est "sûre"

Les Etats-Unis sont prêts à maintenir leur présence diplomatique à l'aéroport de Kaboul après la date limite de retrait fixée au 31 août si les conditions le permettent, a affirmé le département d'Etat.
"Si la situation est sûre, et si c'est responsable pour nous de rester plus longtemps, nous pourrions contempler cela", a déclaré le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price devant la presse.

19:01 GMT : le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU annonce une réunion le 24 août

Le Conseil des droits de l'Homme des Nations unies a annoncé qu'il tiendrait une session spéciale le 24 août pour examiner "les inquiétudes sérieuses concernant les droits de l'Homme" après la prise du pouvoir par les Talibans en Afghanistan.
La réunion, à Genève, a été demandée par les représentants afghan et pakistanais, soutenus pour l'instant par 89 pays.
 
Une Afghane déplacée à l'intérieur d'une province du nord, qui a fui son domicile à l'arrivée des talibans, le 9 août 2021.
Une Afghane déplacée à l'intérieur d'une province du nord, qui a fui son domicile à l'arrivée des talibans, le 9 août 2021.
(AP Photo/Rahmat Gul, dossier)
18h55 GMT : les talibans ont pris possession d'une bonne quantité de matériel militaire américain, selon la Maison Blanche

Une "quantité conséquente" d'équipements militaires américains se trouve désormais aux mains des talibans, a reconnu le conseiller à la sécurité nationale du président américain Joe Biden, Jake Sullivan, lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche. Les talibans ont diffusé il y a deux jours une vidéo dans laquelle ils paradent autour d'hélicoptères américains du modèle "Black Hawk" de l'armée afghane à l'aéroport de Kandahar (sud).

"Ces Black Hawks n'ont pas été donnés aux talibans. Ils ont été donnés aux forces afghanes" et ce à la demande du président en fuite Ashraf Ghani, a dit Jake Sullivan.
Il a souligné que le président américain Joe Biden avait "fait le choix" de répondre à cette demande, tout en étant conscient du risque que ces appareils tombent aux mains des talibans.

17:22 GMT : le Canada ne reconnaîtra pas un gouvernement taliban

Le Canada "n'a pas l'intention de reconnaître un gouvernement taliban", a déclaré le Premier ministre Justin Trudeau au moment où la communauté internationale s'interroge sur les futures relations avec le groupe fondamentaliste qui a repris le pouvoir en Afghanistan.
"Lorsqu'ils étaient au pouvoir il y a 20 ans, le Canada ne reconnaissait pas leur gouvernement. Ils ont renversé par la force et remplacé un gouvernement dûment élu, et forment un groupe terroriste d'après la loi canadienne", a-t-il poursuivi en marge d'un point presse en Ontario pour la campagne législative.

15:46 GMT : arrivée à Roissy des premiers Français et étrangers évacués de Kaboul par la France

L'avion transportant les 45 premiers ressortissants français et étrangers évacués de Kaboul par la France est arrivé à l'aéroport parisien de Roissy Charles-de-Gaulle. D'autres rotations sont prévues dans les heures et jours à venir, pour évacuer tous les ressortissants français et des Afghans ayant travaillé pour des organisations françaises.
 
Chargement du lecteur...

15:39 GMT : les talibans donnent une conférence de presse à Kaboul

Lors d'une conférence de presse à Kaboul, le porte-parole des talibans Zabihullah Mujahid, a déclaré vouloir construire un gouvernement ouvert à tous les partis et que l'Afghanistan ne deviendra pas un sanctuaire pour terroristes.

Le port de la burqa, un voile intégral, ne sera pas obligatoire pour les femmes car "'il existe différents types de voile", a-t-il ajouté.
@Reuters live

14 :00 GMT : un premier avion belge décolle pour participer aux évacuations

Un premier avion militaire belge a décollé depuis la Flandre, dans l'ouest du pays, pour participer à Kaboul aux opérations d'évacuation de ressortissants occidentaux et de leurs collègues afghans, et trois autres appareils devaient partir de Belgique à sa suite.
Le premier de ces quatre avions, un jet d'affaires Dassault Falcon 7X, a décollé de la base militaire de Melsbroek, à destination de la capitale pakistanaise Islamabad, d'où il effectuera "des allers et retours avec Kaboul", a annoncé sur Twitter la ministre de la Défense Ludivine Dedonder. Il sera suivi "dans les heures à venir" par trois avions de transport militaires --deux C130 et un A400M, chacun capables de transporter entre 60 et 100 passagers.

Une équipe d'une quinzaine de militaires, spécialisés dans l'évacuation de civils en situation de crise, les accompagnera. Les quatre appareils assureront des rotations entre Kaboul et Islamabad, "en fonction du nombre de personnes à évacuer" et "de manière coordonnée avec les autres nations sur place", a indiqué la ministre.
 


14:35 GMT : le mollah Abdul Ghani Baradar, co-fondateur et N.2 des talibans, est rentré en Afghanistan, selon son porte-parole

Le mollah Abdul Ghani Baradar, co-fondateur et numéro deux des talibans, est rentré en Afghanistan, en provenance du Qatar où il dirigeait le bureau politique du mouvement, deux jours après leur prise du pouvoir, a annoncé un de leurs porte-parole. "Une délégation de haut niveau menée par le mollah Baradar a quitté le Qatar et atteint notre pays tant aimé cet après-midi et atterri à l'aéroport de Kandahar", dans le sud de l'Afghanistan, a déclaré sur Twitter Mohammad Naeem, un porte-parole des talibans.
 
Le co-fondateur des talibans, le mollah Abdul Ghani Baradar, au centre, arrive avec des membres de la délégation talibane pour une conférence internationale de paix à Moscou, en Russie, le 18 mars 2021.
Le co-fondateur des talibans, le mollah Abdul Ghani Baradar, au centre, arrive avec des membres de la délégation talibane pour une conférence internationale de paix à Moscou, en Russie, le 18 mars 2021.
(AP Photo/Alexander Zemlianichenko, Piscine, Dossier)

14:00 GMT : selon Berlin, les talibans entravent l'accès à l'aéroport de Kaboul des candidats afghans au départ

Les talibans de retour au pouvoir entravent l'accès à l'aéroport de Kaboul aux candidats afghans au départ, a déploré le gouvernement allemand.
"Autour de l'aéroport de Kaboul, des postes de sécurité ont été mis en place par les talibans pour en contrôler l'accès", indique le ministère allemand de la Défense dans un rapport.

"En bouclant l'aéroport, les talibans permettent aux forces internationales d'établir un trafic aérien ordonné pour évacuer leurs ressortissants. Dans le même temps cependant, la fermeture de l'aéroport rend difficile l'évacuation des ressortissants afghans", précise le ministère de la Défense. "Nous collaborons avec les Etats-Unis en particulier, mais aussi avec d'autres états partenaires, pour faire en sorte que les forces locales puissent également se rendre à l'aéroport", a de son côté déclaré le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas.


13:15 GMT : le chef de l'Otan fustige "un échec des autorités afghanes" face aux talibans

Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a fustigé "l'échec des autorités afghanes" à s'opposer aux talibans et à empêcher leur prise du pouvoir à Kaboul, tout en défendant l'engagement des troupes de l'Alliance dans le pays.
Les forces de l'Otan "ont combattu bravement" en Afghanistan "mais n'ont pas réussi à sécuriser le pays", car "en fin de compte, les autorités politiques afghanes ont échoué à s'opposer aux talibans et à parvenir à une solution pacifique (...) C'est l'échec des autorités afghanes qui a conduit à ce que nous voyons aujourd'hui", a-t-il martelé lors d'une conférence de presse.
 
Chargement du lecteur...

 12H30 GMT : un mollah local taliban menace les femmes. "Si on vous voit maquiller vos pieds ou vos lèvres, on coupera tout"

L'ONU demande aux talibans de se montrer tolérant envers les femmes. Un mollah local taliban lui profère des menaces contre les femmes : "Si on vous voit maquiller vos pieds ou vos lèvres, on va tout couper."
 
Chargement du lecteur...

12H00 GMT :  la Russie juge "positive" les promesses des talibans sur les libértés.

Les assurances des talibans en matière de respect de la liberté d'opinion en Afghanistan sont un "signal positif", a jugé mardi le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov.

11h00 GMT : l'ONU exhorte les talibans à tenir leurs "promesses"


L'ONU exhorte les talibans à tenir leurs "promesses", y compris celle d'accorder une amnistie aux anciens fonctionnaires d'État, de faire preuve de tolérance envers les femmes et de permettre aux filles de rester à l'école.

"Les talibans ont fait un certain nombre de déclarations qui, en apparence, sont rassurantes", a relevé Rupert Coleville, Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH), avant d'ajouter que "leurs actions parlent plus que les mots". "Il est trop tôt pour le moment", a-t-il noté lors d'une conférence de presse à Genève. 

10H00 GMT. L'Allemagne suspend son aide au développement.

Le gouvernement annonce  la supension de son aide au développement à l'Afghanistan, désormais aux mains des talibans.

"La coopération au développement du gouvernement est actuellement suspendue", a ainsi indiqué le ministre au Développement, Gerd Müller, dans un entretien au quotidien régional Rheinische Post.

Selon le chef de la diplomatie, le montant de l'aide allemande au pays s'élève annuellement à 430 millions d'euros. 

09H30 GMT : Le président allemand dénonce une "honte pour l'Occident"

Les images de détresse à l'aéroport de Kaboul, lundi 16 août, ont fait le tour du monde. Frank-Walter Steinmeier, le président allemand jugent qu'elles représentent "une honte pour l'Occident politique." Il a également parlé de "tragédie humaine" dont "nous sommes co-responsables."
 

L'Allemagne essaye également de mettre sur pied une opération d'évacuation. Selon M. Steinmeier, elle "doit faire tout ce qui est en son pouvoir pour mettre en sécurité" ses ressortissants "ainsi que tous les Afghans qui les ont soutenus pendant des années."

Un avion militaire allemand a atterri dans la nuit de lundi à mardi à Kaboul. Il n'a finalement réussiqu'à embarquer sept personnes, alors que des centaines d'autres attendent de pouvoir gagner l'Allemagne.

9H00GMT : L'ONU appelle à interdire les renvois forcés d'Afghans
 

Le Haut-Commissariat de l'Organisation des Nations unies pour les réfugiés (HCR) appelle à "interdire les retours forcés de ressortissants afghans" vers leur pays. Une mesure que l'ONU souhaite également voir s'appliquer aux demandeurs d'asile dont la demande a été rejetée.

"Suite à la détérioration rapide de la situation en matière de sécurité et de droits humains dans de grandes parties du pays et à la situation d'urgence humanitaire en cours, le HCR appelle les Etats à mettre fin aux retours forcés de ressortissants afghans dont il a été précédemment déterminé qu'ils n'avaient pas besoin de protection internationale", a déclaré une porte-parole, Shabia Mantoo, lors d'un point de presse à Genève.

Le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme exhorte pour sa part la communauté internationale à apporter tout son soutien aux Afghans qui se trouvent confrontés à un "risque imminent" dans leur pays.

"Depuis le début de l'année, plus de 550.000 Afghans ont été déplacés à l'intérieur du pays en raison du conflit et de l'insécurité. Si, jusqu'à présent, les civils n'ont fui que sporadiquement et en petit nombre vers les pays voisins de l'Afghanistan, la situation continue d'évoluer rapidement", a relevé Mme Mantoo.

8H30GMT : 45 exfiltrés par la France attendus à Paris

Un Airbus A310 a décollé d'Abou Dhabi, aux Emirats arabes unis, mardi matin. Le ministère des Armées précise qu'il est attendu dans l'après-midi à l'aéroport Roissy Charles-de-Gaulle, avec à son bord 45 ressortissants français et de pays partenaires exfiltrés de Kaboul. 

Plus tôt dans la matinée, la ministre des Armées, Florence Parly, a indiqué qu'un premier avion évacuant des Français et certains Afghans a atterri sur la base aérienne 104 d’Al Dhafra aux Emirats arabes unis (EAU),« en fin de nuit ».