Info

Direct - Afghanistan : les talibans tiennent Kaboul, les vols suspendus à l'aéroport

Scène de panique à l'aéroport de Kaboul, le 16 août 2021.

L'Afghanistan est désormais aux mains des talibans après l'effondrement des forces gouvernementales et la fuite à l'étranger du président Ashraf Ghani ce dimanche 15 août. Ce matin, des milliers de personnes tentaient désespérément, dans un chaos total, de fuir le pays à l'aéroport de Kaboul. Suivez notre direct.

DIRECT - La situation en Afghanistan

Un résumé de la journée en vidéo : 

Chargement du lecteur...

20h02 GMT : le président Biden s'exprime

"Après 20 ans, j'ai appris à contre-cœur qu'il n'y avait jamais de bon moment pour retirer les forces américaines", a affirmé le président américain lors d'une adresse à la nation. "La vérité est que tout cela s'est déroulé plus rapidement que nous l'avions prévu", a-t-il toutefois concédé depuis la Maison Blanche.

Joe Biden affirme que les Etats-Unis n'avaient pas pour but de "construire une nation" en Afghanistan. "Les forces américaines ne peuvent pas, et ne devraient pas, mener une guerre et mourir d'une guerre que les forces afghanes n'ont pas la volonté de combattre pour eux-mêmes". Il défend le choix de retirer les soldats du pays mais prévient que des actions anti-terroristes pourraient être menées "si nécessaire". Il menace également d'un usage "dévastateur de la force" si les talibans perturbent les opérations d'évacuation. 

Il a en outre souligné que les adversaires des Etats-Unis sur la scène internationale, Chine et Russie au premier rang, auraient "adoré" que les Américains restent enlisés en Afghanistan.

Le chef de l'Etat a promis de s'engager pour "les femmes et les jeunes filles".

Joe Biden, le 16 août 2021

19h13 GMT: les Etats-Unis s'entretiennent avec la Russie et la Chine
Antony Blinken s'est entretenu séparément avec les ministres russe et chinois des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov et Wang Yi, pour aborder la situation sécuritaire et les efforts d'évacuations, a indiqué le département d'Etat, fournissant peu de détails sur le contenu des conversations.

18h00 GMT : Emmanuel Macron prend la parole au sujet de la situation en Afghanistan

Emmanuel Macron, lors de son allocution télévisée du 16 août 2021


Emmanuel Macron a appelé lundi à "anticiper" et "protéger contre des flux migratoires irréguliers importants" qui "nourrissent les trafics de toute nature", lors d'une allocution télévisée consacrée à la situation en Afghanistan, tombé aux mains des talibans.

"Nous porterons donc, en lien avec la République fédérale d’Allemagne et d'autres européens, une initiative pour construire sans attendre une réponse robuste, coordonnée et unie", a poursuivi le président français, en appelant à "la solidarité dans l'effort, l'harmonisation des critères de protection et la mise en place de coopérations avec les pays de transit".

La France doit "protéger" les Afghans qui l'ont aidée, affirme le président français. Emmanuel Macron a aussi affirmé que "l'Afghanistan ne doit pas redevenir le sanctuaire du terrorisme qu'il a été".

Au sujet des femmes, le président français a déclaré que "les Afghanes ont le droit de vivre dans la liberté et la dignité". "Le destin de l’Afghanistan est entre ses mains mais nous resterons, fraternellement aux cotés des Afghanes (...) En disant très clairement à ceux qui optent pour la guerre, l’obscurantisme et la violence aveugle qu’ils font le choix de l'isolement et d'une misère sans fin", a prévenu le chef de l'Etat.

16h47 GMT : Afghanistan: Londres compte demander "des comptes" aux talibans

Le chef de la diplomatie britannique, Dominic Raab, a averti lundi que le gouvernement "demandera des comptes" aux talibans. "Tout le monde, je crois, a été surpris de la rapidité avec laquelle ils ont pris le pouvoir en Afghanistan", a reconnu le ministre des Affaires étrangères, Dominic Raab, interrogé à la télévision, concédant qu'il fallait en tirer une "leçon". 

16h39 GMT : la "défaite" des Américains doit se transformer en "opportunité de paix" (Iran)

"La défaite militaire et le départ des Etats-Unis d'Afghanistan doit se transformer en opportunité pour établir la sécurité et une paix durable dans ce pays", a déclaré Ebrahim Raïssi, le président iranien, affirmant que Téhéran tenait "aux relations de bon voisinage avec l'Afghanistan", selon un communiqué officiel. 

"La République islamique d'Iran croit que l'autorité issue de la volonté du peuple opprimé d'Afghanistan est la source de la sécurité et de la stabilité", a ajouté Ebrahim Raïssi, toujours selon le communiqué, qui ne mentionne pas explicitement les talibans.

L'Iran a annoncé dimanche avoir réduit les effectifs de son personnel diplomatique en Afghanistan, tout en laissant son ambassade ouverte dans la capitale Kaboul.

Le président iranien, Ebrahim Raisi, lors d'une cérémonie au parlement, à Téhéran, le 5 août 2021 (AP Photo/Vahid Salemi)

16h34 GMT : réunion demain mardi 17 août des ministres européens des Affaires étrangères 
Les ministres européens des Affaires étrangères auront mardi une réunion par visioconférence pour discuter de la situation en Afghanistan, où les Etats occidentaux tentent d'accélérer leurs opérations d'évacuation, a annoncé Josep Borrell, le chef de la diplomatie de l'UE.

16h26 GMT : l'Ouzbékistan dit avoir "forcé à atterrir" 46 avions et hélicoptères afghans ayant traversé la frontière

L'Ouzbékistan a fait atterrir "de force" 22 avions et 24 hélicoptères militaires afghans ayant traversé la frontière avec 585 soldats à leur bord samedi et dimanche, au moment où les talibans prenaient le contrôle de l'Afghanistan, a déclaré lundi le procureur général ouzbek.

Ces appareils ont "traversé illégalement l'espace aérien de la République d'Ouzbékistan" et ont été contraints de se poser à l'aéroport international de Termez, dans le sud, a précisé le procureur dans un message sur sa chaîne Telegram.

16h00 GMT : "Sous les talibans, personne n'est libre", témoignage de Margaux Benn, réalisatrice

Margaux Benn, coréalisatrice d’"Afghanistan, vivre en pays taliban" indique que "la vie sous les talibans est différente selon les provinces. Mais la certitude est que les gens ne vivent pas libres et sont constamment scrutés".

Chargement du lecteur...

15h43 GMT : Tous les vols civils et militaires suspendus à l'aéroport de Kaboul 
Tous les vols civils et militaires ont été suspendus à l'aéroport de Kaboul en raison de l'irruption sur le tarmac d'une foule d'Afghans tentant désespérément de quitter le pays après le retour des talibans, a dit lundi le porte-parole du Pentagone.

"Les forces militaires américaines sont sur place et travaillent avec d'autres militaires, turcs et internationaux, pour disperser les gens. Nous ne savons pas combien de temps cela va prendre", a affirmé John Kirby.

Photo satellite de la foule prenant d'assaut le tarmac de l'aéroport international de Kaboul, aussi connu sous le nom du Hamid Karzai aéroport international, le 16 août 2021. (Satellite image ©2021 Maxar Technologies via AP)
Photo satellite du tarmac de l'aéroport international de Kaboul le 16 août 2021 (Satellite image ©2021 Maxar Technologies via AP)

15h04 GMT : Biden va s'adresser aux Américains à 19H45 GMT

Le président américain, silencieux depuis plusieurs jours face à la prise de contrôle du pays par les talibans et à l'évacuation chaotique des Américains encore présents en Afghanistan, écourte pour ce faire son séjour à Camp David, lieu de villégiature des présidents américains.

Le Président américain Joe Biden, le 14 août 2021 (AP Photo/Andrew Harnik, Pool, File)

14h48 GMT : deux hommes tués à l'aéroport de Kaboul
Les soldats américains ont tué deux hommes armés à l'aéroport de Kaboul, où des milliers d'Afghans continuent de tenter de quitter le pays. "Au milieu des milliers de personnes qui se trouvaient là pacifiquement, deux types ont brandi leurs armes d'un air menaçant", a raconté à l'AFP un responsable ayant requis l'anonymat. "Ils ont été tués tous les deux."

14h39 GMT : révélation d'une rencontre dimanche entre des forces américaines et des talibans
Le chef des forces américaines à Kaboul, le général Kenneth McKenzie, a rencontré des responsables des talibans dimanche à Doha pour leur demander de ne pas attaquer l'aéroport de Kaboul, a indiqué lundi à l'AFP un responsable du Pentagone.

"Je confirme" les informations sur cette rencontre à Doha, a indiqué ce responsable ayant requis l'anonymat, refusant de donner plus de détails sur les éventuels engagements obtenus des talibans.

Le Général Kenneth McKenzie, commandant du Commandement central des États-Unis, lors d'un briefing au Pentagon, le 22 avril 2021 (AP Photo/Manuel Balce Ceneta)

14h35 GMT : la diplomatie russe estime que la situation en Afghanistan se stabilise
"La situation à Kaboul et en Afghanistan se stabilise. Les talibans procèdent au rétablissement de l'ordre public et ont confirmé des garanties de sécurité pour les civils locaux et les missions diplomatiques", a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères.

14h22 GMT : le monde doit s'unir pour combattre "la menace terroriste"
"La communauté internationale doit s'unir pour s'assurer que l'Afghanistan ne soit jamais à nouveau utilisé comme une plateforme ou un refuge pour des organisations terroristes", a déclaré le Secrétaire général de l'ONU, M. Guterres, lors d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité.

Le Secrétaire général des Nations Unies, A. Guterres au Moncloa Palace à Madrid, en Espagne, le 2 juillet 2021 (AP Photo/Paul White).
14h00 GMT : les talibans n'auront pas accès aux réserves monétaires de la Banque centrale afghane

"Les actifs de la Banque centrale que le gouvernement afghan possède aux États-Unis ne seront pas mis à la disposition des talibans", indique un responsable de l'administration Biden.

13h19 GMT : "La plus grosse débâcle de l'OTAN depuis sa création"
Le dirigeant du parti conservateur allemand d'Angela Merkel et candidat à sa succession à la chancellerie, Armin Laschet, a qualifié le retrait d'Afghanistan des troupes occidentales de "plus grosse débâcle (...) de l'Otan depuis sa création et c'est un changement d'époque auquel nous sommes confrontés". Il a ajouté qu"il est évident que cet engagement de la communauté internationale n'a pas été couronné de succès". 
Un combattant taliban avec son fusil dans les rues de Kaboul, le 16 août 2021 (AP Photo/Rahmat Gul).
Mi-journée : Emmanuel Macron tient un conseil de défense en visioconférenceLa France s'apprête d'ici lundi soir à évacuer ses derniers ressortissants d'Afghanistan. Le président Emmanuel Macron doit s'exprimer à 20 heures pour détailler sa stratégie face à cette crise qui inquiète fortement la communauté internationale.

Depuis le fort de Brégançon, à Bormes-les-Mimosas (Var), où il est en vacances, le chef de l'Etat a fait le point de la situation au cours d'un Conseil de défense en visioconférence avec les principaux responsables concernés, comme les ministres des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian et des Armées Florence Parly.
 

Rien n'a filtré de la réunion en attendant l'allocution télévisée au cours de laquelle Emmanuel Macron devrait exprimer "l'extrême préoccupation" de Paris face au retour des talibans, affirmer que la France est "aux côtés des Afghans" et rappeler "les valeurs universelles" qu'elle défend pour "faire front à l'obscurantisme" des fondamentalistes islamistes, selon son entourage.

Des soldats français embarquent dans un Airbus A400M pour aller évacuer des citoyens français. Orléans, France, le 16 août 2021 (Etat-Major des Armees via AP).

Il devrait également détailler l'opération militaire d'évacuation baptisée Apagan, qui mobilise notamment deux avions de transport de l'Armée de l'Air, un C130 et un A400M, qui ont décollé dimanche soir et lundi matin de France pour les Emirats arabes unis.

Des responsables taliban au palais présidentiel de Kaboul après la fuite de l'ex-président afghan, Ashraf Ghani, le 15 août 2021. (AP Photo/Zabi Karimi)
12h39 GMT : "Un échec de la communauté internationale"
Le ministre britannique de la Défense, Ben Wallace, à Tokyo, le 20 juillet 2021 (Franck Robichon/Pool Photo via AP)

Le ministre britannique de la Défense Ben Wallace a qualifié le retour au pouvoir des talibans en Afghanistan d'"échec de la communauté internationale", puis a ajouté qu'elle "n'a pas compris qu'on ne règle pas les choses du jour au lendemain".

Le ministre avait déjà critiqué ouvertement la semaine dernière la décision américaine de se retirer. Il a cependant assuré que l'engagement britannique en Afghanistan, qui a coûté la vie à 457 soldats britanniques en 20 ans d'intervention, "ne comptait pas pour rien".

11h30 GMT : Désespoir et scènes de panique à l'aéroport de Kaboul

"Les talibans ont gagné", voici ce qu'a déclaré le désormais ex-président afghan Ashraf Ghani en fuite à l'étranger. Comme pour les autres grandes villes du pays, la prise de Kaboul s'est faite rapidement et sans résistance, ou presque. Depuis, c'est la débâcle. Des gens agrippés à un avion militaire qui roule sur le tarmac. Diffusées ce matin sur les réseaux sociaux, ces images ont déjà fait le tour du monde. Des milliers d'Afghans cherchant à prendre un vol pour fuir le nouveau régime taliban.
  

Les Américains ont envoyé 6000 militaires pour évacuer quelque 30 000 diplomates américains et civils afghans ayant coopéré avec les États-Unis. De nombreux autres pays ont aussi transféré des membres de leur personnel diplomatique à l'aéroport avant une évacuation. De Madrid à La Haye, en passant par Paris, Bucarest, Londres, etc. Partout, les chancelleries s'activent pour organiser leur départ.

 
  • Qui sont les talibans ?
Les vingt ans de présence américaine et de leurs alliés n'ont pas réussi à mettre fin à la menace des talibans. Qui sont ces désormais ex-insurgés ? Comment sont-ils financés ? Comment ont-ils gagné ? Éléments de réponse.
Chargement du lecteur...
(Re)lire : Afghanistan : qui sont les dirigeants talibans ?