Info

DIRECT - Guerre en Ukraine : avancée dans l'Est, pression dans le Sud, Kiev garde l'initiative militaire

Un militaire ukrainien dans la ville récemment reprise de Lyman, en Ukraine, le lundi 3 octobre 2022.
Un militaire ukrainien dans la ville récemment reprise de Lyman, en Ukraine, le lundi 3 octobre 2022.
©AP Photo/Evgeniy Maloletka

Les forces russes sont en difficulté dans le Nord de la région ukrainienne de Kherson, où l'armée de Kiev mène une contre-offensive depuis plusieurs semaines, selon des représentants de l'occupation et des blogueurs spécialisés suivant les mouvements militaires russes.

20h10 TU. "Des dizaines" de villages libérés "cette semaine" dans l'Est et le Sud de l'Ukraine, selon Zelensky

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a revendiqué des avancées "rapides et puissantes" de son armée dans le Sud, faisant état de "dizaines" de localités reprises "cette semaine" aux Russes dans cette région et dans l'Est.

19h40 TU. Volodymyr Zelensky remercie Joe Biden pour "le soutien militaire continu" des États-Unis, et l'Inde pour son aide

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a remercié Joe Biden pour le "soutien militaire et financier continu" des États-Unis, face à l'invasion russe, lors d'une conversation téléphonique, après l'annonce par Washington d'un nouvel envoi d'armes à Kiev.

Un mois après ses critiques envers New Delhi, le président ukrainien a également salué le "soutien"de l’Inde à l’Ukraine face à l’invasion russe lors d’une rare conversation téléphonique avec Narendra Modi.

Il a aussi souligné l’importance de la récente déclaration du Premier ministre indien, qui a pris position contre cette guerre lors d’un entretien avec Vladimir Poutine mi-septembre, où il lui avait dit : "l’heure n’est pas à la guerre".

19h03 TU. Le chef de l'AIEA va se rendre à Kiev et à Moscou

Le directeur général de l'AIEA "se rendra à Kiev puis à Moscou cette semaine" afin de discuter de la mise en place d'une zone de protection autour de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia, selon un communiqué.

Rafael Grossi va "poursuivre les consultations" pour établir un tel dispositif "dès que possible", a indiqué l'instance onusienne, sans préciser quand il est attendu dans les deux pays ennemis.

17h00 TU. Le président de la banque centrale ukrainienne annonce sa démission

Le président de la banque centrale ukrainienne, Kyrylo Chevtchenko, a annoncé sa démission pour des raisons de "santé", plus de sept mois après le début de l'invasion russe en Ukraine. 

"J'ai adressé au président la demande d'accepter ma démission", a-t-il écrit précisant que c'était une "décision difficile".

16h50 TU. Washington va envoyer en Ukraine pour 625 millions de dollars d'aide militaire supplémentaire 

"Joe Biden et la vice-présidente, Kamala Harris, se sont entretenus avec le président ukrainien, Volodymyr Zelensky", écrit la Maison Blanche dans un communiqué.

Les États-Unis se sont engagés à poursuivre leur soutien à l’Ukraine en fournissant une aide militaire supplémentaire d’un montant de 625 millions de dollars. Cette enveloppe comprend des armes et des équipements supplémentaires, des systèmes d’artillerie et des munitions, ainsi que des véhicules blindés.

15h55 TU. Biden a appelé Zelensky mardi matin, selon un responsable de la Maison Blanche

Le président américain Joe Biden a appelé, ce mardi, son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky, a indiqué un responsable de la Maison Blanche, sur fond d'avancées militaires ukrainiennes.

15h15 TU. Le Kremlin félicite Elon Musk pour sa proposition de règlement de la crise ukrainienne

Dans un sondage publié lundi, sur Twitter, Elon Musk propose que l’Ukraine cède définitivement la Crimée à la Russie, que de nouveaux référendums soient organisés sous les auspices de l’ONU pour déterminer le sort du territoire contrôlé par la Russie et que l’Ukraine accepte un "statut neutre".

Une position qui a ravi le Kremlin, qui a félicité Elon Musk. "Il est très positif que quelqu’un comme Elon Musk cherche une issue pacifique à cette situation", a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. "Comparé à de nombreux diplomates professionnels, Musk cherche encore des moyens de parvenir à la paix. Et parvenir à la paix sans remplir les conditions de la Russie est absolument impossible", a-t-il ajouté.

13h17 TU. Scholz défend des mesures "justifiées" face aux critiques européennes

Le plan de soutien de 200 milliards d'euros débloqué par l'Allemagne pour protéger son économie face à la crise énergétique est "justifié", a déclaré Olaf Scholz.
Ces mesures, critiquées par des pays européens qui reprochent à Berlin de faire cavalier seul, "ne sont pas isolées, et ont été prises ailleurs", a plaidé le chancelier.

12h55 TU. Le président biélorusse reconnaît son soutien à la guerre de la Russie, mais ne veut pas prendre part au conflit

Alexandre Loukachenko, a déclaré que la participation de son pays se limitait à empêcher le conflit de s’étendre à la Biélorussie, à protéger les troupes russes déployées dans son pays contre les attaques et à leur prodiguer des soins médicaux.
"Nous ne tuons personne. Nous n’envoyons nos militaires nulle part. Nous ne violons pas nos engagements", a déclaré le président biélorusse, cité par l’agence de presse publique Belta.

12h45 TU. Le Japon ordonne l’expulsion du consul russe à Sapporo

Le Japon a ordonné à un consul russe à Sapporo de quitter le pays avant le 10 octobre en représailles à l’expulsion d’un consul japonais à Vladivostok le mois dernier.
 
La décision du Japon intervient après que l’agence de sécurité russe FSB a déclaré, en septembre dernier, qu’elle avait arrêté le consul japonais pour espionnage présumé et lui avait ordonné de quitter le pays.
Selon Reuters, le vice-ministre des affaires étrangères, Takeo Mori, a convoqué l’ambassadeur russe, Mikhail Galuzin, et l’a informé de la décision du Japon. Le pays a également déclaré le consul russe à Sapporo persona non grata et a exigé que le consul quitte le Japon dans les six jours.

11h56 TU. Miss Crimée condamnée pour un chant patriotique ukrainien​

La justice russe a condamné à une amende la gagnante d'un concours de beauté pour femmes mariées en Crimée pour avoir diffusé une vidéo où elle interprête une chanson patriotique ukrainienne, a indiqué mardi la police de cette péninsule annexée.

Dans la vidéo diffusée en septembre sur les réseaux sociaux, deux jeunes femmes, dont la Miss Crimée 2022, Olga Valeeva, 34 ans, chantent a capella la chanson "Tchervona Kalina", considérée par les autorités russes comme l'hymne des nationalistes ukrainiens.



11h32 TU. Le Conseil de la Fédération de Russie ratifie l'annexion des 4 régions ukrainiennes

Le Conseil de la Fédération (la chambre haute du parlement) a approuvé à l'unanimité quatre lois constitutionnelles fédérales sur l'acceptation des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, ainsi que des régions de Kherson et de Zaporozhye, en Russie, indique l'agence de presse russe, Tass. 


11h12 TU. Attaques et positions des troupes russes d'après les renseignements britanniques

"La carte ci-dessous est la dernière mise à jour du renseignement de défense sur la situation en Ukraine", indique ce 4 octobre le ministère de la Défense britannique dans son point quotidien publié sur twitter.


10h50 TU. La contre-offensive ukrainienne gagne du terrain dans le Sud​

Le chef de l'occupation russe de Kherson (Sud), Vladimir Saldo, a le premier admis une "percée" ukrainienne et notamment la perte du village de Doudtchany, avant d'assurer que l'aviation russe avait "stoppé" l'avancée ukrainienne, selon un entretien lundi après-midi publié mardi sur la page Telegram de l'intéressé.

"L'avancé des Ukraïno-nazis dans la zone de de Doudtchany a été arrêtée (...) il ne faut pas paniquer", a martelé ensuite l'un de ses adjoints, Kirill Stremooussov, dans une vidéo diffusée mardi sur sa chaîne Telegram.

La chaîne Telegram russe Rybar qui suit les mouvements des forces russes a, elle, relevé que les Ukrainiens progressaient dans les zones de Arkhanguelské et Doudtchany afin de "couper les approvisionnements du groupement russe se trouvant sur la rive droite du Dniepr".

De leur côté, les forces ukrainiennes gardent le silence sur leurs avancées dans le Sud du pays. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'est borné à dire dans son adresse du soir lundi 3 octobre que "de nouvelles localités ont été libérées dans plusieurs régions".

Chargement du lecteur...

"De plus en plus d'occupants cherchent à fuir, de plus en plus de pertes sont infligées à l'armée ennemie", a-t-il encore dit.


10h45 TU. Vladimir Kara-Mourza, opposant à Poutine, fait condamner la Russie

L'un des principaux opposants au Kremlin vivant encore en Russie, Vladimir Kara-Mourza, a fait condamner Moscou mardi par la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) pour avoir annulé sa candidature à des élections au motif qu'il avait une double nationalité, russe et britannique.

Actuellement incarcéré pour avoir dénoncé le conflit en Ukraine, Vladimir Kara-Mourza avait alors vu sa candidature pour des élections régionales invalidée par les tribunaux russes "au seul motif de sa double nationalité", dans cette affaire qui remonte à 2013, rappelle la Cour.

10h29 TU. Russie : plus de 200.000 personnes mobilisées dans l'armée en deux semaines​

Plus de 200.000 personnes ont été mobilisées dans l'armée russe depuis l'annonce d'une mobilisation "partielle" le 21 septembre dernier pour l'offensive en Ukraine, a indiqué ce mardi le ministre de la Défense, au moment où les forces de Moscou sont en difficulté.

"Au jour d'aujourd'hui, plus de 200.000 personnes ont rejoint l'armée", a déclaré Sergeï Choïgou lors d'une réunion, cité par les agences de presse russes.


06h20 TU. Le média d'État russe Tass rapporte que la Corée du Nord soutient les résultats des "référendums" dans quatre zones occupées d'Ukraine

Le média d'État russe Tass rapporte que la Corée du Nord soutient les résultats des "référendums" dans quatre zones occupées d'Ukraine,  décrits comme un "spectacle de propagande" et "illégal" par les autorités ukrainiennes à Kyiv.

Tass cite ainsi le ministère des Affaires étrangères nord coréen : "Nous respectons la volonté des résidents qui souhaitaient se réunir avec la Russie et nous soutenons la position du gouvernement russe sur l'intégration de ces régions au pays. Les référendums se sont tenus dans le respect de la charte de l'ONU, qui consacre les principes d'égalité des peuples et leur droit à l'autodétermination, selon des procédures légitimes qui ont permis de refléter la volonté des habitants des deux républiques et des deux régions" .
 



04h14 TU. La Grande-Bretagne promet d'être aux côtés de l'Ukraine "jusqu'à la victoire"

La Grande-Bretagne a l'endurance nécessaire pour être aux côtés de l'Ukraine "jusqu'à la victoire", promet son ministre des Affaires étrangères James Cleverly dans un discours qu'il doit prononcer ce mardi 4 octobre,  devant la conférence annuelle du Parti conservateur.


02h47 TU. Un responsable russe dit "espérer" que Moscou continuera de participer à l'ISS après 2024​

Un responsable de l'agence spatiale russe Roscosmos a déclaré lundi "espérer" que Moscou continuera de participer à la Station spatiale internationale (ISS) après 2024, malgré des déclarations ayant provoqué des inquiétudes cet été sur un possible retrait rapide de la Russie après cette date.

"Nous commençons à discuter de l'extension de notre participation au programme de l'ISS avec notre gouvernement et espérons obtenir la permission de continuer cette année", a déclaré lors d'une conférence de presse le directeur des vols habités chez Roscosmos, Sergueï Krikaliov.

22h42 TU. La Corée du Nord soutient l'annexion par la Russie de territoires ukrainiens

La Corée du Nord a exprimé ce mardi 4 octobre,  son soutien à l'annexion par la Russie de territoires ukrainiens occupées par ses troupes, et dénoncé les démarches auprès de l'ONU initiées contre Moscou par les États-Unis et leurs alliés.

21h35 TU.  "L'annonce des annexions contraste fortement avec la réalité militaire sur le terrain"
 

Dans le bassin du Donbass, la perte de Lyman, dans la région de Donetsk annexée par Moscou, est un revers de taille pour l'armée russe, incapable à ce stade de contrôler la totalité des territoires qu'elle occupe.

"L'annonce des annexions (de quatre régions ukrainiennes par Moscou) contraste fortement avec la réalité militaire sur le terrain", observe Michael Kofman, du centre de réflexion Center for a New American Security (CNAS).