Info

DIRECT - Guerre en Ukraine : la Russie bombarde Kherson, au moins quinze civils tués

Des militaires de l'armée de Kiev sont en train de prendre position dans la région de Donetsk. Ukraine, 24 novembre 2022.
Des militaires de l'armée de Kiev sont en train de prendre position dans la région de Donetsk. Ukraine, 24 novembre 2022.
AP/Roman Chop

Quinze civils ont péri vendredi dans un bombardement russe sur Kherson, dans le sud de l'Ukraine. Cette frappe aérienne décidée par Moscou intervient deux semaines après le retrait contraint des troupes russes de cette ville stratégique. Sur place, des millions de foyers sont privés de courant. 

Ce qu'il faut retenir ce samedi 26 novembre 2022 : 

-Un bombardement meurtrier sur Kherson, au sud du pays, a fait au moins 15 morts parmi la population civile. L'évacuation de la ville de Kherson se poursuit. 

- Après le bombardement d'infrastructures essentielles pour alimenter en énergie le pays, six millions de foyers n'ont plus d'électricité. 

- Les températures hivernales commencent à inquiéter les autorités. Les Ukrainiens, dont plusieurs millions vivent sans électricité, vont affronter les mois les plus froids de l'année. 

17h50 TU.  L'hiver ajoute de la misère à la misère

Alors que les températures s'effondrent dans l'est de l'Ukraine, Serguiï Khmil n'a pas le choix: il va utiliser les innombrables caisses de munitions abandonnées par l'armée russe en retraite comme combustible cet hiver.

Sans ce bois, M. Khmil pense qu'il mourra probablement de froid dans les ruines de son village de Kamyanka. "Le plus dur, c'est de trouver assez de bois coupé", explique-t-il. "Il y a une queue énorme pour obtenir du bois donné par des volontaires".

Sa maison ayant été largement détruite par les bombardements, Serguiï Khmil travaille dur pour convertir sa cuisine d'été en logement hivernal de fortune, désormais rempli de couvertures, de caisses de munitions et d'un fourneau assemblé à partir de douilles d'obus russes.

"Je dois recouvrir les murs d'une autre couche d'isolant", ajoute-t-il en observant la pièce modeste qui, il l'espère, lui permettra de passer l'hiver.

Chargement du lecteur...

15h38 TU. Pour les Ukrainiens, 90 ans après la Grande famine, un "génocide" se répète

Il y a 90 ans, ils étaient des millions à mourir de la Grande famine provoquée volontairement par le régime stalinien et considérée comme "génocide" par Kiev. Aujourd'hui, avec l'invasion russe qui a mis leur pays à feu et à sang, pour beaucoup en Ukraine l'Histoire se répète.

"Ce qui s'est passé dans les années 1930 est un génocide et ce qui se passe maintenant c'est aussi un génocide", estime Ganna Pertchouk, une retraitée venue à une cérémonie religieuse à la mémoire des victimes de l'Holodomor (extermination par la faim). "Les parallèles sont très clairs".

Des personnes allument des bougies autour d'un monument aux victimes de l'Holodomor, la grande famine qui a tué des millions de personnes dans les années 1930, à Kiev, en Ukraine, le 26 novembre 2022.
Des personnes allument des bougies autour d'un monument aux victimes de l'Holodomor, la grande famine qui a tué des millions de personnes dans les années 1930, à Kiev, en Ukraine, le 26 novembre 2022.
AP/Andrew Kravchenko

12h42 TU. Le Premier ministre belge Alexander de Croo rencontre Volodymyr Zelensky à Kiev. 

À gauche, le Premier ministre belge Alexander de Croo. À droite, le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Les deux hommes échangent une poignée de main après une entrevue à Kiev, la capitale de l'Ukraine. Samedi 26 novembre 2022.
À gauche, le Premier ministre belge Alexander de Croo. À droite, le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Les deux hommes échangent une poignée de main après une entrevue à Kiev, la capitale de l'Ukraine. Samedi 26 novembre 2022.
AP/service de presse de la présidence ukrainienne

10h07 TU. L'Ukraine engrange les promesses de soutien au 90e anniversaire de l'Holodomor.

L'Ukraine engrangeait les promesses de soutien face à Moscou samedi, au 90e anniversaire de l'Holodomor. Ce nom désigne la famine provoquée volontairement par le régime stalinien dans les années 1930. Cette année, cette commémoration a acquis une nouvelle résonance, dans le contexte de l'invasion russe.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a assuré que son peuple tiendrait bon face aux attaques russes. Ces dernières provoquent régulièrement des coupures massives d'électricité et d'eau alors que les températures hivernales s'installent. "Nous ne pouvons pas être brisés.", a-t-il lancé dans une vidéo publiée sur le réseau social Telegram.

Les Ukrainiens ont vécu des choses vraiment terribles. Et malgré tout, ils ont conservé la capacité de ne pas obéir et leur amour de la liberté. Autrefois, ils voulaient nous détruire par la faim, aujourd'hui - par l'obscurité et le froid.
Volodymyr Zelensky, président de l'Ukraine. 

07h36 TU. Les mères de soldats russes mobilisés rencontrent Vladimir Poutine. 

Pour la première fois depuis le début de l’invasion russe en Ukraine, décrétée le 24 février 2022, Vladimir Poutine s’est entretenu avec des mères de soldats russes. Certaines se disent inquiètes de la situation sur le front. Le récit de May Vallaud. 

Chargement du lecteur...

03h31 TU. Les Ukrainiens affrontent les températures hivernales. 

Alors que les températures s'effondrent dans l'est de l'Ukraine, Serguiï Khmil n'a pas le choix. Il va utiliser les innombrables caisses de munitions abandonnées par l'armée russe en retraite comme combustible cet hiver. Sans ce bois, Serguiï Khmil pense qu'il mourra probablement de froid dans les ruines de son village de Kamyanka. "Le plus dur, c'est de trouver assez de bois coupé", explique-t-il. "Il y a une queue énorme pour obtenir du bois donné par des volontaires".

En mars, le village a été bombardé et mitraillé par des hélicoptères avant que l'infanterie et les chars ne prennent d'assaut la zone alors que les forces russes avançaient vers le sud depuis Izioum pendant les premiers jours de l'invasion. Après avoir occupé le secteur, les Russes se sont installés, réquisitionnant les bâtiments, pillant les maisons, volant de l'alcool et conduisant en état d'ébriété, selon les habitants.

02h30 TU. Pourquoi la Russie vise toujours Kherson ? 

Le retrait russe de Kherson, dont Moscou espérait faire sa base dans le sud de l'Ukraine occupé, a rebattu les cartes dans cette guerre qui dure depuis neuf mois. La ville est stratégiquement située pour relier la péninsule de Crimée, annexée par la Russie depuis 2014, et le port ukrainien d'Odessa à l'ouest.

Chargement du lecteur...
 

02h00 TU. Kiev évacue les civils de Kherson après un bombardement meurtrier. 

Après le bombardement de Kherson par la Russie, le ministère ukrainien de la Réintégration des territoires temporairement occupés annonce qu’un train a quitté la ville meurtrie pour Khmelnytskyi. À son bord,  les "100 premiers citoyens de Kherson ayant bénéficié de l'évacuation du gouvernement, dont 26 enfants, sept patients alités et six personnes handicapées".

01h30 TU.  Un "ancien général" des Marines américains fait partie de Wagner, affirme Prigojine. 

Le chef du groupe russe de mercenaires Wagner, Evguéni Prigojine, a affirmé vendredi qu'un "ancien général" des Marines américains faisait partie de cette armée privée dont les recrues combattent notamment en Ukraine. Répondant à une question du journal finlandais Helsingin Sanomat, l'homme d'affaires russe a répondu: "Il n'y a pas beaucoup de citoyens finlandais chez Wagner PMC, environ 20 personnes. Pour des raisons évidentes, je ne peux pas fournir d'informations exactes à leur sujet".

"J'ai une très bonne opinion des Finlandais sur le champ de bataille. Ils combattent au sein d'un bataillon britannique (faisant partie de Wagner) qui est commandé par un citoyen américain, ancien général du Corps des Marines", a ajouté Prigojine, cité par le service de presse de sa société Concord.

Evguéni Prigojine et Vladimir Poutine à Moscou en 2011. 
Evguéni Prigojine et Vladimir Poutine à Moscou en 2011. 
AP/Misha Japaridze

01h00 TU. Un enfant parmi les victimes du bombardement de Kherson. 

Le bombardement le plus meurtrier de ces derniers jours a frappé Kherson: "15 habitants de la ville ont été tués et 35 blessés, dont un enfant", a affirmé Galyna Lugova, une responsable de l'administration militaire de la ville, sur les réseaux sociaux. Elle a précisé que plusieurs "maisons privées et des immeubles de grande hauteur" avaient été endommagés.

00h30 TU. Plus de six millions de foyers sont toujours sans électricité. 

En raison des frappes massives russes contre l'Ukraine, plus de six millions de foyers du pays sont toujours affectés par des coupures d'électricité. C’est ce qu’affirme le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans son adresse quotidienne vendredi soir. 


00h15 TU. Des restrictions énergétiques dans tout le pays après des attaques de Moscou. 

À la suite de nombreux bombardements, le réseau électrique ukrianie a perdu "30%" de ses capacités, annonce sur Telegram l'opérateur Ukrenergo. Ce manque était de "15-20%" mercredi matin, précise-t-il. "Nous prévoyons de passer le week-end avec un déficit d'environ 25%. Ce chiffre est déjà proche de celui d'avant la dernière attaque, mais encore un peu trop important. Par conséquent, les calendriers des restrictions seront maintenus", a précisé l'opérateur.

00h00 TU. Pas d’électricité et des températures hivernales. 

L'Ukraine a basculé dans des températures hivernales. La stratégie russe de viser les infrastructures essentielles est de ce fait constitutive de "crimes de guerre" pour les alliés occidentaux de l'Ukraine. Elle est aussi qualifiée de "crime contre l'humanité" par le président ukrainien Volodymyr Zelensky.