Info

DIRECT - Guerre en Ukraine : les soldats ukrainiens sont "entrés" dans la ville de Lyman dans l'est de l'Ukraine

Le dirigeant de la république russe de Tchétchénie, Ramzan Kadyrov lors d'un discours face à ses troupes, à Grozny, le 25 février 2022.<br />
 
Le dirigeant de la république russe de Tchétchénie, Ramzan Kadyrov lors d'un discours face à ses troupes, à Grozny, le 25 février 2022.
 
(AP Photo/Musa Sadulayev)
Le dirigeant de la république russe de Tchétchénie, Ramzan Kadyrov lors d'un discours face à ses troupes, à Grozny, le 25 février 2022.<br />
 
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky lors d'une réunion d'urgence du conseil national de défense. Kiev, Ukraine - 30 septembre 2022.
Le président russe Vladimir Poutine revendique l'annexion de territoires après l'invasion en Ukraine. Il est entouré par les gouverneurs locaux du Donestk, Lougansk, Kherson et Zaporijjia. Moscou, Russie - 30 septembre 2022.

Les soldats ukrainiens sont "entrés" dans la ville de Lyman, un important noeud ferroviaire dans l'est de l'Ukraine sous contrôle des troupes de Moscou .De nouvelles frappes russes ont touché les alentours de Zaporijjia, faisant au moins 30 morts parmi les civils. 88 personnes ont été blessées au cours de ces attaques. 

17h35 TU. Visite en Ukraine de la ministre allemande de la Défense

La ministre allemande de la Défense Christine Lambrecht a effectué ce samedi une visite surprise en Ukraine, sa première depuis le début de l'invasion russe, au moment où Kiev réclame avec insistance à Berlin la livraison de chars de combat.

La ministre s'est rendue dans la ville portuaire d'Odessa, dans le sud de l'Ukraine. Elle y a notamment rencontré son homologue ukrainien Oleksiï Reznikov.

Les dirigeants ukrainiens réclament depuis plusieurs semaines au gouvernement allemand d'autoriser la livraison de chars de combat modernes susceptibles de faire la différence face aux troupes russes.

Aucun pays de l'Otan n'a jusqu'ici fourni de chars de combat occidentaux à Kiev, qui reçoit du matériel de conception soviétique. Le chancelier allemand Olaf Scholz affirme ne pas vouloir faire cavalier seul en matière de livraison d'armements et ne prendre de décision qu'en concertation avec ses alliés occidentaux.

16h08 TU. 24 civils retrouvés tués par balles dans leurs voitures dans le nord-est de l'Ukraine

Au moins 24 civils dont une dizaine d'enfants ont été retrouvés tués par balles dans leurs voitures dans le nord-est de l'Ukraine, près de Koupiansk, a annoncé le gouverneur régional, Oleg Synegoubov.

"Un convoi de voitures avec des civils abattus à bord a été découvert", a-t-il affirmé sur Telegram. Selon un décompte préliminaire qu'il a communiqué, "24 personnes dont une femme enceinte et 13 enfants" ont été tués.

"Les occupants (russes) ont attaqué ces civils qui tentaient d'échapper aux bombardements". "Ils ont tiré à bout portant", a-t-il ajouté.

Chargement du lecteur...

15h10 TU. Ramzan Kadyrov, chef de la République tchétchène, appelle à utiliser "des armes nucléaires de faible puissance"

Le dirigeant de la république russe de Tchétchénie, Ramzan Kadyrov lors d'un discours face à ses troupes, à Grozny, le 25 février 2022.<br />
 
Le dirigeant de la république russe de Tchétchénie, Ramzan Kadyrov lors d'un discours face à ses troupes, à Grozny, le 25 février 2022.
 
(AP Photo/Musa Sadulayev)

Le dirigeant de la république russe de Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, a appelé l'armée russe à utiliser "des armes nucléaires de faible puissance" en Ukraine, après le retrait des Russes de la ville stratégique de Lyman.

"À mon avis, des mesures plus drastiques doivent être prises, jusqu'à la déclaration de la loi martiale dans les zones frontalières et l'utilisation d'armes nucléaires de faible puissance", a déclaré Ramzan Kadyrov dans un message posté sur Telegram.

"Il faut mener l'"opération militaire spéciale" au sens plein du terme, et non s'amuser à jouer", a raillé ce fidèle du Kremlin, qui était présent vendredi 30 septembre à Moscou pour la formalisation de l'annexion des territoires ukrainiens à la Russie.

14h00 TU. L'armée russe dit "s'être retirée" de Lyman dans l'est de l'Ukraine

TV5MONDE

13h30 TU. Les soldats ukrainiens "entrent" dans la ville stratégique de Lyman 

Les soldats ukrainiens sont "entrés" dans la ville de Lyman, un important noeud ferroviaire dans l'est de l'Ukraine sous contrôle des troupes de Moscou, a affirmé la Défense ukrainienne.

"Les forces d'assaut aériennes ukrainiennes entrent dans Lyman, dans la région de Donetsk", a indiqué sur Twitter le ministère ukrainien de la Défense.

Dans une vidéo d'une minute qui accompagne le message, on aperçoit deux soldats ukrainiens agiter puis accrocher le drapeau national bleu clair et jaune à côté de l'inscription "Lyman", à l'entrée de la ville.

"Nous déployons notre drapeau national et le posons sur notre territoire. Lyman fera toujours partie de l'Ukraine", affirme l'un des deux militaires, sourire aux lèvres.

10h16 TU. L'armée ukrainienne dit avoir "encerclé" plusieurs milliers de soldats russes à Lyman dans l'Est.

"Les forces russes sont encerclées à Lyman", a indiqué à la télévision ukrainienne un porte-parole de l'armée ukrainienne dans l'Est, Serguiï Tcherevatiï. Selon lui, "environ 5.000-5.500 Russes" étaient retranchés dans et autour de Lyman ces derniers jours.

TV5MONDE
09h00 TU. L'Ukraine assure lutter pour la reconquête de son territoire. 

La Russie se retrouve samedi isolée et sous pression, au lendemain de l'annexion officielle de quatre territoires ukrainiens. Une manoeuvre qui a suscité une pluie de condamnations internationales et le rejet de Kiev. L'Ukraine assure être déterminé à reconquérir son territoire.

"Après les tentatives d'annexion de Poutine, l'Ukraine a officiellement informé la Cour internationale de justice que cette étape est une violation flagrante" de l'ordonnance rendue par la CIJ le 16 mars demandant à la Russie de suspendre immédiatement ses opérations militaires en Ukraine, a tweeté le ministre des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba.
07h58 TU. La Turquie "rejette" les annexions russes en Ukraine.

La Turquie "rejette" l'annexion de nouveaux territoires ukrainiens par la Russie, comme elle a refusé de reconnaître l'annexion de la Crimée, a indiqué samedi le ministère des affaires étrangères.

"La Turquie n'a pas reconnu l'annexion de la Crimée lors d'un référenum illégitime en 2014 et a toujours exprimé son ferme soutien à l'intégrité territoriale de l'Ukraine, à son indépendance et à sa souveraineté", insiste le ministère dans un communiqué publié dans la nuit, après la célébation en grande pompe à Moscou des annexions.

01h26 TU. La Banque mondiale accorde 530 millions de dollars supplémentaires à l’Ukraine. 

La Banque mondiale (BM) a annoncé vendredi accorder 530 millions de dollars supplémentaires de soutien à l'Ukraine afin de lui permettre de "faire face aux besoins urgents engendrés par l'invasion russe". Ce soutien, qui prend la forme d'un nouveau prêt via la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), est garanti par le Royaume-Uni à hauteur de 500 millions de dollars et par le Danemark pour 30 millions, a précisé l'institution dans son communiqué.

01h00 TU. Nouvelles frappes russes sur Zaporijjia.

Une frappe de missiles sur une colonne de voitures de civils a fait au moins 30 morts et 88 blessés entre la zone ukrainienne et la zone occupée par les Russes de la région de Zaporijjia.

00h30 TU. L’Occident dénonce une annexion “lillégale” et “illégitime”. 

Les dirigeants des pays de l'UE ont publié une déclaration "rejetant" et "condamnant" cette "annexion illégale", accusant Moscou de mettre "la sécurité mondiale en danger". L'Otan, de son côté, a dénoncé une annexion "illégitime", tandis que le Conseil de sécurité de l'ONU doit voter sur une résolution condamnant ces "référendums".

00h00 TU. Poutine assure avoir la possibilité de remporter la guerre en Ukraine après l’annexion de nouveaux territoires. 

Le président russe s'est exprimé lors d'un concert festif sur la Place Rouge, devant plusieurs milliers de personnes qui agitaient des drapeaux russes, alors qu'au même moment son armée éprouve des difficultés en Ukraine.

“La victoire sera à nous!", a lancé Vladimir Poutine après avoir officialisé l'annexion de quatre territoires ukrainiens, suscitant un concert de condamnations internationales et la bravade de Kiev, qui a promis de continuer à libérer ses terres.