Info

DIRECT - Guerre en Ukraine : plusieurs villes privées d'électricité après de nouvelles frappes russes

Au centre de l'image, Natalia Voblikova. Le fils de cette ressortissante ukrainienne, Artur Voblikov, tout juste 13 ans, a été très grièvement blessé lors de frappes russes sur la ville de Kherson. Ukraine, 22 novembre 2022.
Au centre de l'image, Natalia Voblikova. Le fils de cette ressortissante ukrainienne, Artur Voblikov, tout juste 13 ans, a été très grièvement blessé lors de frappes russes sur la ville de Kherson. Ukraine, 22 novembre 2022.
AP/Bernat Armangue
Au centre de l'image, Natalia Voblikova. Le fils de cette ressortissante ukrainienne, Artur Voblikov, tout juste 13 ans, a été très grièvement blessé lors de frappes russes sur la ville de Kherson. Ukraine, 22 novembre 2022.
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans la ville de Kherson, le 14 novembre 2022.
Un soldat ukrainien photographié en train de quitter l'intérieur d'un char d'assaut. Il est en faction sur la ligne de front dans la région de Donetsk. Ukraine, 22 novembre 2022.

L’offensive russe en Ukraine se poursuit. Sur le front, l’armée de Kiev a repris le contrôle de la ville de Kherson. Les troupes de Zelensky tentent de faire de même avec la Crimée, annexée par la Russie depuis février 2014. Ce mercredi 23 novembre, plusieurs villes ukrainiennes se retrouvent sans électricité après des frappes russes. 

Ce qu'il faut retenir ce mercredi 23 novembre 2022 :
- L'armée ukrainienne tente de reprendre le contrôle de la Crimée. La région est annexée par la Russie depuis le 20 février 2014. 
- Si l'Ukraine a libéré la ville de Kherson (sud du pays), la crainte de nouveaux bombardements demeure. 
- Plusieurs pays du bloc occidental veulent imposer un plafonnement du prix du pétrole russe. Selon Washington, ils devraient statuer "dans les prochains jours". 

17H00 TU : Ukraine: Zelensky va s'adresser ce mercredi 23 novembre au Conseil de sécurité de l'ONU


Le président ukrainien Volodymyr Zelensky va s'adresser mercredi par vidéo au Conseil de sécurité des Nations unies au cours d'une réunion d'urgence qu'il a lui-même réclamée après de nouvelles frappes russes sur les infrastructures ukrainiennes.


15H00 TU : 400 millions de dollars d'aide militaire supplémentaire de Washington pour Kiev.

Les États-Unis vont fournir 400 millions de dollars d'aide militaire supplémentaire à l'Ukraine, "pour l'aider à se défendre face aux attaques sans répit du Kremlin", a annoncé le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken mercredi 23 novembre.

"Cette tranche de 400 millions de dollars inclut des armes, des munitions et de l'équipement de défense antiaérienne supplémentaires provenant des stocks du ministère américain de la Défense", précise le secrétaire d'Etat dans un communiqué.

 



14H30 TU : Emmanuel Macron annonce un "contact direct" avec Vladimir Poutine "dans les prochains jours".

Le président français  Emmanuel Macron a annoncé mercredi 23 novembre qu'il aurait "un contact direct" avec son homologue russe Vladimir Poutine "dans les prochains jours" sur le nucléaire civil et la centrale de Zaporijjia que Moscou et Kiev s'accusent mutuellement d'avoir bombardée.


14H00 TU : Trois centrales nucléaires ukrainiennes "déconnectées" du réseau électrique.

Trois centrales nucléaires ukrainiennes ont été "déconnectées" mercredi du réseau électrique après des frappes russes ayant visé des infrastructures énergétiques et provoqué des pannes massives de courant. C'est ce qu'a annoncé l'opérateur national, Energoatom.

"En raison d'une baisse de fréquence dans le système énergétique ukrainien, le système de protection d'urgence a été activé dans les centrales nucléaires de Rivné, Pivdennooukraïnsk et Khmelnitski, ce qui a entraîné la déconnexion automatique de toutes les unités de production", a indiqué Energoatom sur Telegram.


13h07 TU. Au moins trois morts et six blessés à Kiev après des frappes russes. 

Selon les autorités ukrainiennes, de nouvelles frappes russes sont à déplorer sur la capitale Kiev. D'après un premier bilan, trois personnes ont été tuées et six autres ont été blessées. Suite à ces frappes, l'approvisionnement en eau a été coupé à Kiev, annonce la municipalité. 

Vue d'ensemble de la célèbre place Maidan à Kiev. Ukraine, 21 novembre 2022.
Vue d'ensemble de la célèbre place Maidan à Kiev. Ukraine, 21 novembre 2022.
AP/Andrew Kravchenko

12h56 TU. "Toute la ville" de Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine, sans électricité après des frappes russes.

"Toute la ville" de Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine, est sans électricité après des frappes russes visant des sites énergétiques ukrainiens, affirme son maire, Andriï Sadovy. "Toute la ville est sans lumière. Nous attendons des informations complémentaires d'experts. Il peut y avoir des interruptions d'approvisionnement en eau", a-t-il déclaré sur Telegram plus tôt ce mercredi.

Toute la ville est sans lumière. Nous attendons des informations complémentaires d'experts. Il peut y avoir des interruptions d'approvisionnement en eau.
Andriï Sadovy, maire ukrainien de la ville de Lviv. 

12h52 TU. Des"pannes d'électricité massives" signalées en Moldavie après des frappes russes en Ukraine.

12h26 TU. Des explosions entendues à Kiev, un site d'"infrastructure" touché (maire).


Un site d'"infrastructure" à Kiev a été touché par un bombardement, a indiqué le maire Vitali Klitschko. Cette annonce est tombée peu après une série d'explosions entendues par des journalistes de l'AFP dans la capitale. "Un site d'infrastructure a été touché. Restez dans les abris", a écrit le maire sur Telegram, sans donner plus de détails. Selon un journaliste de l'AFP, juste après une série d'explosions, un quartier nord de Kiev s'est retrouvé sans électricité.

12h25 TU. Zelensky réclame un isolement plus affirmé de la Russie sur la scène internationale. 

Selon le président ukrainien Volodymyr Zelensky,"la Russie doit être isolée à tous les niveaux et tenue pour responsable afin de mettre fin à sa politique terroriste de longue date en Ukraine et dans le monde entier". "L'État terroriste continue de faire la guerre aux civils", a t-til ajouté, alors que Moscou a bombardé une maternité et tué un bébé dans la ville de Vilniansk dans la région de Zaporijjia. 

12h11 TU. 1.241 ont vu leurs avoirs gelés depuis l'entrée en vigueur de sanctions par l'Union européenne.

Depuis l'invasion de la Russie en Ukraine en février, l'UE a accentué la prise de sanctions économiques à l'égard de la Russie, avec huit paquets de sanctions déjà annoncés. Au total, 1.241 individus --dont le président russe Vladimir Poutine et son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, mais aussi les membres de la Douma et des oligarques comme Roman Abramovitch, Mikhaïl Fridman ou Petr Aven -- et 118 entités sont actuellement soumis à des gels d'avoirs et des interdictions d'entrer dans l'UE.

11h32 TU. Le Parlement européen qualifie la Russie d'"État promoteur du terrorisme".

Le Parlement européen a voté mercredi un texte qualifiant la Russie d' "État promoteur du terrorisme" dans la guerre en Ukraine, appelant les 27 pays de l'Union européenne à en faire de même.

Dans le texte adopté à Strasbourg par 494 voix pour (58 voix contre et 44 abstentions), les eurodéputés décrivent "la Russie comme un État promoteur du terrorisme et comme un État qui utilise des moyens terroristes".


10h24 TU. Des milliers de dollars et de la "littérature prorusse" saisis dans desmonastères en Ukraine. 

Des ressortissants russes ont été découverts dans des monastères appartenant à une Eglise dépendante de Moscou par les services de sécurité ukrainiens (SBU), qui ont annoncé mercredi que leurs perquisitions ont également conduit à la saisine de plusieurs milliers de dollars et de "littérature prorusse".

Le SBU a indiqué dans un communiqué avoir trouvé de "la littérature prorusse, utilisée lors d'études dans les séminaires et dans les écoles paroissiales, y compris pour la propagande du -monde russe -". Le président russe Vladimir Poutine a utilisé ce concept idéologique de "monde russe", qui relativise notamment les frontières entre nations au nom d'une communauté unie autour de la langue russe, pour justifier son invasion de l'Ukraine.

Le SBU a ajouté avoir saisi "plus de deux millions de hryvnias (environ 55.000 dollars), plus de 100.000 dollars ainsi que plusieurs milliers de roubles russes" en liquide dans les différents monastères perquisitionnés mardi.

Cet hiver sera une question de survie.
Hans Kluge, directeur régional de l'OMS pour l'Europe.

09h22 TU. Londres envoie pour la première fois des hélicoptères en Ukraine

Le Royaume-Uni a envoyé pour la première fois un hélicoptère en Ukraine pour soutenir le pays envahi par la Russie et prévoit d'en fournir deux autres, a indiqué mercredi le ministère britannique de la Défense. Ben Wallace, en déplacement en Norvège pour discuter avec ses alliés du soutien militaire apporté à l'Ukraine, a aussi indiqué que Londres allait envoyer 10.000 munitions d'artillerie supplémentaires à Kiev. "Notre soutien à l'Ukraine est inébranlable. Ces munitions supplémentaires vont aider l'Ukraine à sécuriser les territoires qu'elle a repris à la Russie ces dernières semaines", a indiqué Ben Wallace, cité dans un communiqué du ministère.

08h46 TU. La menace des températures hivernales plane sur la guerre en Ukraine. 

L'OMS avait par ailleurs prévenu que l'hiver menacera la vie de millions d'Ukrainiens, après une série de frappes russes dévastatrices sur les infrastructures énergétiques du pays qui plongent régulièrement dans le noir et le froid des millions d'Ukrainiens. "Cet hiver mettra en danger la vie de millions de personnes en Ukraine", avait alerté Hans Kluge, directeur régional de l'OMS pour l'Europe. "Pour faire simple, cet hiver sera une question de survie". Les dommages causés à l'infrastructure énergétique ukrainienne "ont déjà des effets dévastateurs sur le système de santé et sur la santé de la population", a-t-il souligné.

Hans Kluge, directeur régional de l'OMS pour l'Europe. Athènes, Grèce - 15 avril 2021.
Hans Kluge, directeur régional de l'OMS pour l'Europe. Athènes, Grèce - 15 avril 2021.
AP/Petros Giannakouris

06h49 TU. Zelensky accuse la Russie de "terreur et meurtre" après des bombardements sur une maternité. 

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a accusé mercredi la Russie de "terreur et meurtre" après un bombardement russe contre une maternité qui a causé la mort d'un nouveau-né. "L'ennemi a une fois de plus décidé d'essayer d'accomplir par la terreur et le meurtre ce qu'il n'a pas pu accomplir en neuf mois" de son invasion de l'Ukraine, a lancé M. Zelensky sur Telegram.

L'ennemi a une fois de plus décidé d'essayer d'accomplir par la terreur et le meurtre ce qu'il n'a pas pu accomplir en neuf mois.
Volodymyr Zelensky, président de l'Ukraine via Telegram. 

06h47 TU. La Moldavie promet de payer pour le gaz russe bloqué en Ukraine.

La Moldavie a assuré mercredi qu'elle paierait pour le gaz fourni par la Russie mais retenu en Ukraine par où il transite, après la menace de Moscou de réduire ses livraisons en accusant Kiev de siphonner un gazoduc.

Petite ex-république soviétique candidate à l'entrée dans l'Union européenne, la Moldavie se chauffe en grande partie avec ce gaz russe qui transite par le territoire ukrainien. Mardi, le fournisseur russe Gazprom a accusé Kiev d'en détourner une partie et menacé de réduire les volumes envoyés vers Chisinau dès la semaine prochaine. "Pour être clair, tout le gaz livré à la Moldavie finit par arriver dans notre pays", a déclaré le vice-Premier ministre moldave, Andrei Spinu.

TV5MONDE

06h16 TU. Un nouveau-né tué dans une frappe russe sur une maternité dans la région de Zaporijjia, selon les secours.

Un nouveau-né a été tué par une frappe russe sur une maternité dans la région de Zaporijjia, annexée par Moscou, dans le sud de l'Ukraine, ont affirmé mercredi les services d'urgence ukrainiens.

"Dans la nuit du 23 novembre, dans la ville de Vilniansk dans la région de Zaporijjia, un bâtiment de deux étages abritant une maternité a été détruit par une attaque à la roquette dans le secteur de l'hôpital local", ont affirmé les secouristes dans un message posté sur un réseau social. "En conséquence de l'attaque, un bébé né en 2022 est mort", ont-ils ajouté.

Pour survivre à cet hiver et empêcher la Russie de transformer le froid en instrument de terreur et de soumission, nous avons besoin de beaucoup de choses.
Volodymyr Zelensky, président de l'Ukraine, lors d'une adresse à l'association des maires de France (AMF).

04h00 TU. L'armée ukrainienne espère reprendre le contrôle de Mykolaïv (sud).

Ailleurs sur le front, Ukrainiens et Russes s'affrontaient mardi sur la pointe de Kinbourne, bout de terre niché à la pointe de la rive gauche du Dniepr dans le sud de l'Ukraine, au sud de Mikolaïv, selon les autorités ukrainiennes.

"Il nous reste trois localités (à reprendre) sur la péninsule de Kinbourne" avant de libérer entièrement la région de Mykolaïv (sud), a affirmé le gouverneur régional, Vitali Kim. Une annonce qui tombe quelques jours après que les troupes ukrainiennes aient chassé les troupes de Moscou de Kherson, principale ville ukrainienne occupée jusque-là, après une contre-offensive de deux mois.

La prise par l'armée ukrainienne des trois derniers villages de la région de Mikolaïv aux mains des Russes marquerait une nouvelle victoire importante pour Kiev.  La Russie avait conquis cette zone dans les premiers jours de son invasion, lancée le 24 février.

Chargement du lecteur...

03h30 TU. Un responsable des centres de détention provisioire arrêté. 

À Kherson même, le parquet général ukrainien avait annoncé lundi avoir trouvé quatre "sites de torture" utilisés par les Russes avant leur retraite forcée de la région il y a une dizaine de jours, Kiev accusant Moscou de crimes de guerre - comme ce fut déjà le cas dans de nombreuses zones reprises aux Russes.

Mardi, les enquêteurs ukrainiens ont affirmé avoir arrêté pour "trahison" - passible de la perpétuité en Ukraine - un responsable des centres de détention provisoire russes à Kherson ayant "travaillé pour les envahisseurs (...) en tant que responsable des centres de détention provisoire et des lieux d'exécution des peines".

03h15 TU. À Kherson, la crainte de nouveaux bombardements demeure. 

La ville de Kherson, située dans le Sud de l'Ukraine, a été  fraîchement libérée des troupes russes. Sur place, les échos des échanges d'artillerie résonnent toujours. Illustration dans la cathédrale municipale vide, où un prêtre orthodoxe marie un couple modestement vêtu.

Nous pourrions mourir demain.
Andriï Krivov, 49 ans, soudeur ukrainien installé à Kherson.

02h01 TU. Kiev tente toujours de reprendre la main sur la Crimée annexée. 

La stratégique péninsule ukrainienne de Crimée, que Kiev veut reprendre à Moscou qui y base sa flotte de la mer Noire, a été visée mardi par une attaque de drones. Ces attaques n’ont pas fait de grand dommage, selon les autorités locales prorusses.

TV5MONDE

Depuis un forum au Maroc consacré au "dialogue des civilisations", le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a prévenu qu'"une rhétorique dangereuse fait monter les tensions nucléaires". Au même moment, les pays occidentaux accusent Moscou de brandir la menace d'une guerre atomique afin de les dissuader de soutenir l'Ukraine.

01h00 TU. Moscou annonce des attaques de drones en Crimée. 

En Crimée (sud), le gouverneur installé par Moscou de la région administrative de Sébastopol, Mikhaïl Razvojaïev a signalé "une attaque avec des drones". "Nos forces de défense aérienne sont en action en ce moment même", a-t-il indiqué dans un premier message sur Telegram, appelant les habitants à "rester calmes". Selon un second message de M. Razvozhayev, qui n'a pas fait état de victime, aucune infrastructure civile n'a été endommagée.

Nos forces de défense aérienne sont en action en ce moment même.
Mikhaïl Razvojaïev, gouverneur pro russe de Sébastopol en Crimée. 

00h30 TU. Des civils russes tués près de la frontière avec l'Ukraine. 

Des explosions ont tué trois personnes dans la région de Belgorod, frontalière de l'Ukraine, a annoncé mardi le gouverneur de ce territoire régulièrement frappé par des tirs attribués à l'armée ukrainienne et où des fortifications sont en construction.

Sur Telegram, le gouverneur Viatcheslav Gladkov a indiqué qu'une femme était morte après un bombardement à Chebekino, ville située à huit kilomètres de l'Ukraine.
Selon la même source, deux personnes ont péri dans l'explosion "d'une munition d'un type non identifié" dans le village de Starosselié, également frontalier de l'Ukraine.

TV5MONDE

00h15 TU. Moscou va construire des fortifications dans plusieurs régions frontalières et annexées. 

Le chef du groupe paramilitaire russe Wagner, Evguéni Prigojine, a ordonné la construction de fortifications dans les régions russes de Belgorod et de Koursk, ainsi que dans la région de Lougansk occupée par Moscou dans l'est de l'Ukraine. La semaine dernière, Moscou avait aussi annoncé des travaux de fortifications en Crimée.

00h10 TU. Zelensky demande aux maires de France de lui venir en aide.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a de son côté appelé les maires français à fournir de l'aide à son pays pour empêcher la Russie d'utiliser le froid cet hiver "comme arme de destruction massive", dans un message diffusé lors du congrès de l'Association des maires de France (AMF) à Paris. "Pour survivre à cet hiver et empêcher la Russie de transformer le froid en instrument de terreur et de soumission, nous avons besoin de beaucoup de choses", a-t-il ajouté.

Le président ukrainien Volodymyr Zelenksy lors d'une adresse aux médias depuis la ville de Kherson. Ukraine, 14 novembre 2022.
Le président ukrainien Volodymyr Zelenksy lors d'une adresse aux médias depuis la ville de Kherson. Ukraine, 14 novembre 2022.
AP/Bernat Armangue

00h00 TU. Vers un plafonnement des prix du pétrole russe ? 

La coalition des États souhaitant imposer un plafonnement du prix du pétrole russe, qui regroupe le G7, l'Union européenne et l'Australie, devrait annoncer la limite envisagée "dans les prochains jours", selon un responsable du Trésor, le ministère américain des Finances.

"Dans les prochains jours, notre coalition annoncera le niveau de prix pour le pétrole et le gaz" produits par la Russie, "nous travaillons avec nos partenaires afin de finaliser cela", a expliqué ce responsable lors d'un point presse téléphonique.

L'objectif est d'arriver à un prix maximal pour les hydrocarbures russes qui puisse être mis en place avant l'entrée en vigueur de nouvelles sanctions européennes, prévues à partir du 5 décembre.