Info

DIRECT - Guerre en Ukraine : Zelensky lance un appel à ses soutiens pour renforcer les équipements militaires

Deux femmes traversent une zone partiellement détruite au cours de bombardements menés par les troupes militaires russes. Marioupol, Ukraine - 4 novembre 2022.
Deux femmes traversent une zone partiellement détruite au cours de bombardements menés par les troupes militaires russes. Marioupol, Ukraine - 4 novembre 2022.
AP/Alexei Alexandrov

Les combats se poursuivent dans l’est de l’Ukraine. Dans la nuit de vendredi à samedi, l'armée de Kiev a assuré avoir un "besoin aigu" d'équipements militaires pour faire face à l'offensive russe. Jake Sullivan, un proche conseiller du président américain Joe Biden, est en déplacement à Kiev. 

Ce qu'il faut retenir ce samedi 5 novembre 2022 : 

- Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a tenu sa traditionnelle allocution nocturne. Il assure que l'assaut de la Russie s'est concentré cette semaine sur la région du Donbass, à l'est du pays.

- Le risque d'une attaque de la Russie en Ukraine depuis le sol bélarus continue d'inquiéter Kiev. Le dirigeant du Bélarus, allié de Moscou, n'a pour l'heure pas mobilisé de troupes officielles sur le conflit.
17h30 TU. Des coupures de courant d'urgence à Kiev.

Pour économiser le courant, les opérateurs énergétiques ukrainiens procèdent à des coupures d'électricité d'urgence dans les régions du pays. Certaines ont été mises en place à Kiev ce soir, selon les vidéos d'habitants de la capitale relayées sur les réseaux sociaux.
13h52 TU. Une statue de Lénine remise sur pied dans Melitopol occupée.
 

Les autorités d'occupation russe ont annoncé avoir remis sur pied, à Melitopol (sud-est), une statue de Lénine, déboulonnée lors de la révolution de 2014.

Le chef de l'autorité régionale de Zaporijjia, installé par Moscou, Vladimir Rogov, a publié sur les réseaux sociaux plusieurs photos de la statue du leader bolchévique.

"Après sept ans, la statue de Vladimir Lénine retrouve sa place à Mélitopol", s'est-il félicité.

13h50 TU. L'Europe au secours de l'Ukraine, en proie aux coupures de courant.

La campagne russe des dernières semaines s'attèlent à viser les infrastrustures énergétiques ukrainiennes. Selon le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, 40 % des infrastructures énergétiques du pays ont été endommagées suites aux frappes russes. 
Pour soutenir les Ukrainiens, 17 pays d'Europe, dont la France, le Luxembourg, la Belgique, l'Italie ou l'Estonie, ont fourni quelque 500 générateurs d'électricité à Kiev.

13h46 TU. L'Ukraine en lutte contre les drones russes.

Alors que les attaques via des drones, notamment iraniens, se multiplient ces dernières semaines, les Ukrainiens scrutent le ciel à l'affût des engins destructeurs pour tenter de les stopper.

Le gouverneur de l'oblast de Mykolaïv, Vitaliy Kim, a publié des vidéos montrant la défense anti-aérienne en action.
13h16 TU. "La complicité" iranienne avec la Russie aura des conséquences "beaucoup plus graves que les bénéfices", selon Kiev.
 

Les conséquences de "la complicité" iranienne avec Moscou "seront beaucoup plus importantes que les bénéfices", a menacé la diplomatie ukrainienne. Téhéran a en effet reconnu avoir livré des drones à la Russie avant le début de l'invasion russe en Ukraine.

"Téhéran doit se rendre compte que les conséquences de la complicité dans les crimes (...) de la Russie contre l'Ukraine seront bien plus importantes que le bénéfice du soutien de la Russie", a déclaré sur Facebook le porte-parole du ministère ukrainien des Affaires étrangères, Oleg Nikolenko.

12h31 TU. "Des restrictions supplémentaires" de courant dans plusieurs régions d'Ukraine.
 

"Des restrictions supplémentaires" d'électricité ont été introduites à Kiev et dans plusieurs régions d'Ukraine, a annoncé l'opérateur national, Ukrenergo. Des interruptions de courant sont déjà en vigueur depuis plusieurs jours pour limiter la consommation des civils en électricité.

"Aujourd'hui, le centre de contrôle d'Ukrenergo a été contraint d'introduire des restrictions supplémentaires sous la forme d'interruptions d'urgence pour toutes les catégories de consommateurs" dans plusieurs régions, dont celle de Kiev.

Une vue du district de Podil pendant une panne de courant à Kiev, le 4 novembre 2022. 
Une vue du district de Podil pendant une panne de courant à Kiev, le 4 novembre 2022. 
Andrew Kravchenko (AP)
09h41 TU. un juge de la région annexée de Donetsk blessé par balles et "dans un état grave" (autorités).

Un juge de la Cour suprême de la République de Donetsk (DNR), région annexée fin septembre par Moscou dans l'est de l'Ukraine, a été blessé par balles et se trouve "dans un état grave", ont annoncé samedi les autorités d'occupation russes.
"Dans la soirée du 4 novembre 2022, le ministère de l'Intérieur (...) a reçu un message concernant une tentative d'assassinat dans la ville de Vougleguirsk contre le juge de la Cour suprême de la DNR Alexandre Nikouline", a annoncé le ministère, autorité installée par Moscou.

05h00 TU. Rencontre entre Sullivan et Zelensky à Kiev. 

Dans la capitale ukrainienne, Jake Sullivan a rencontré le président Volodymyr Zelensky et le ministre de la Défense Oleksiï Reznikov pour exprimer, selon la Maison Blanche, le "soutien inébranlable" de Washington face à l'invasion russe.

"La chose la plus importante que je suis venu dire aujourd'hui (...) c'est que les États-Unis vont être avec l'Ukraine aussi longtemps qu'il le faudra dans ce combat. Il n'y aura pas d'hésitation, pas de baisse, pas d'affaiblissement de notre soutien", a assuré ce très proche conseiller du président américain Joe Biden devant les médias à Kiev.
À gauche, le président ukrainien Volodymyr Zelensky. À droite, Jake Sullivan, un très proche conseiller du président américain Joe Biden. Les deux hommes se sont rencontrés à Kiev le 4 novembre 2022.
À gauche, le président ukrainien Volodymyr Zelensky. À droite, Jake Sullivan, un très proche conseiller du président américain Joe Biden. Les deux hommes se sont rencontrés à Kiev le 4 novembre 2022.
AP/service de presse de la présidence ukrainienne
04h00 TU. Washington accuse Moscou de vouloir faire "geler" les civils ukrainiens. 

Les États-Unis ont accusé vendredi la Russie de vouloir faire "geler" la population ukrainienne cet hiver, faute de pouvoir l'emporter sur le champ de bataille. Ces accusations sont formulées au moment où Vladimir Poutine annonçait la poursuite du déplacement des habitants de la région méridionale de Kherson face à la pression de l'armée de Kiev.

03h29 TU. Dans le nord de l'Ukraine, la crainte d'une nouvelle attaque depuis le Bélarus.

Le 20 octobre, l'armée ukrainienne s'est alarmée de la "menace croissante" d'une nouvelle offensive russe depuis ce voisin du nord, allié de Moscou. Le Bélarus venait alors d'annoncer le déploiement sur son territoire d'une nouvelle force conjointe avec la Russie, comptant jusqu'à 9.000 soldats russes et environ 170 chars.

"Si tu veux la paix prépare la guerre", avait dit le président bélarusse Alexandre Loukachenko, accusant l'Ukraine de préparer des "attaques" contre son pays. L'armée de Minsk n'a jusqu'à présent pas pris part aux combats en Ukraine.
Le président du Belarus Alexandre Loukachenko lors d'un exercice militaire dans la région de Borisov. Septembre 2017.
Le président du Belarus Alexandre Loukachenko lors d'un exercice militaire dans la région de Borisov. Septembre 2017.
AP
02h00 TU. L'Ukraine accuse la Russie de déporter des civils ukrainiens à l'est.

L'Ukraine a dénoncé vendredi une politique de "déportation" vers l'est de son territoire sous contrôle russe, voire vers la Russie elle-même, et a pris à témoin la communauté internationale.

Selon une déclaration du président Volodymyr Zelensky, les affrontements « les plus violents » se sont « concentrés cette semaine dans le Donbass, à Bakhmout et Soledar. »

01h00 TU. La communauté internationale continue de discuter avec Poutine. 

Le bloc occidental poursuit ses tractations pour tenter de contraindre Moscou à arrêter son offensive. À l'issue d'un déplacement à Pékin, le chancelier allemand Olaf Scholz a appelé le président chinois Xi Jinping à user de "son influence" en ce sens sur le Kremlin. 
À gauche, le chancelier allemand Olaf Scholz. À droite, le président de la Chine Xi Jinping. Les deux dirigeants se sont rencontrés à Pékin en Chine, le 4 novembre 2022.
À gauche, le chancelier allemand Olaf Scholz. À droite, le président de la Chine Xi Jinping. Les deux dirigeants se sont rencontrés à Pékin en Chine, le 4 novembre 2022.
AP/Kay Nietfeld
00h00 TU. Zelensky remercie les ministres du G7 pour leur soutien. 

Le groupe du G7, réuni vendredi en Allemagne, a affiché un front uni malgré quelques nuances sur la Chine en assurant son soutien "inébranlable" à l'Ukraine.

À l'issue de ce sommet, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a salué les déclarations formulées. "Aujourd'hui nous avons eu une déclaration très importante venant des ministres du G7. Je veux tout spécialement remercier nos partenaires pour créer un mécanisme de coordination pour aider notre pays à se reconstruire".