Info

DIRECT-Mort d'Elizabeth II : La dépouille d'Elisabeth II repose à Westminster Hall pour quelques jours

Pendant que certains attendent que la queue avance vers Westminster Hall où repose la Reine, un peintre s'adonne à son art. 
Pendant que certains attendent que la queue avance vers Westminster Hall où repose la Reine, un peintre s'adonne à son art. 
AP Photo/Petr David Josek
Pendant que certains attendent que la queue avance vers Westminster Hall où repose la Reine, un peintre s'adonne à son art. 
Après avoir rendu hommage à la Reine, des gens ordinaires sortent du Palais de Westminster. Le cercueil va rester dans Westminster Halll jusqu'à lundi 19 septembre quand il sera porté à l'Abbaye de Westminster pour la messe de funérailles lundi 19 septembre à 10H00 TU.

Une très longue attente prend fin : le public a pu enfin commencer à rendre hommage à sa reine. La première Britannique a avoir pu s'incliner devant le cercueil avait commencé à faire la queue lundi ! Une longue attente pour quelques minutes de recueillement auxquelles ils ne renonceraient pour rien au monde.

17H13 TU. La Russie, pas conviée aux funérailles d'Elizabeth II, dénonce une attitude "blasphématoire" de Londres.

La Russie a dénoncé l'attitude "blasphématoire" et "immorale" du Royaume-Uni à son encontre, après que Londres a décidé de ne pas inviter de représentant russe aux funérailles de la reine Elizabeth II lundi prochain.

Maria Zakharova lors d'un point presse le 21 juillet 2022.
Maria Zakharova lors d'un point presse le 21 juillet 2022.
© Russian Foreign Ministry Press Service via AP


"Nous considérons cette tentative britannique d'utiliser la tragédie nationale qui a touché le coeur de millions de personnes dans le monde à des fins géopolitiques pour régler des comptes avec notre pays (...) comme profondément immorale", a déploré dans un communiqué la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova. "Ceci est particulièrement blasphématoire vis-à-vis de la mémoire d'Elizabeth II", a-t-elle ajouté.

La porte-parole de la diplomatie russe a déploré que le Royaume-Uni utilise selon elle l'offensive russe en Ukraine comme "prétexte" pour ne pas convier de dirigeant russe aux funérailles d'Elizabeth II à Londres le lundi 19 septembre.

Symbole de son statut de paria désormais en Occident, la Russie - aux côtés de son allié bélarusse, ainsi que de la Birmanie et la Corée du Nord - n'a pas été invitée aux funérailles de la reine décédée jeudi dernier à 96 ans.

"Désormais, les élites britanniques sont aux côtés des nazis", a fustigé Maria Zakharova, en référence à l'important soutien militaire et financier apporté par Londres à Kiev contre l'intervention militaire russe.
Les obsèques d'Elizabeth II à l'abbaye de Westminster la semaine prochaine constituent un évènement diplomatique de taille, et plus de 100 têtes couronnées, chefs d'Etat et autres personnalités sont attendus.

L'absence de la Russie témoigne des relations diplomatiques très tendues entre Moscou et Londres depuis plusieurs années, de l'affaire Skripal en 2018 au conflit en Ukraine.

16H30 TU. Le Portugal décrète trois jours de deuil national.

Le Portugal a décrété trois jours de deuil national, du 18 au 20 septembre, en l'honneur de la reine Elizabeth II, décédée le 8 septembre dernier, annonce le gouvernement portugais.

Cette période de deuil est "un hommage juste à Sa Majesté la Reine Elizabeth II", qui a "profondément marqué la deuxième moitié du XXe siècle et le premier quart du XXIe siècle", indique un communiqué publié à l'issue du conseil des ministres.
Le gouvernement rappelle en outre que la Grande-Bretagne est "le plus ancien allié" du Portugal.

Les autorités rappellent souvent que les deux pays ont signé la plus ancienne alliance toujours en vigueur qui découle d'un traité de 1386 "portant sur des accords militaires, politiques et commerciaux", précise le portail diplomatique du gouvernement portugais.

Des dizaines de milliers de Britanniques défilent depuis mercredi devant le cercueil de la reine Elizabeth II à Londres, jusqu'aux funérailles prévues le 19 septembre à l'abbaye de Westminster, en présence de dirigeants du monde entier.
Le président portugais Marcelo Rebelo de Sousa a déjà confirmé qu'il se rendra dans la capitale britannique pour assister aux obsèques.


14H17 TU. La queue pour rendre hommage à la Reine se raccourcit en début d'après-midi constatent le Guardian et la BBC.

Le point d'attente est just en dehors de la Oxo Tower, entre les ponts de Blackfriars et de Waterloo. Malgré le fait qu'ils aient commencé leur périple vers 11 heures du matin heure locale, les gens sont confiants d'atteindre leur but dans la soirée et ne renonceraient "pour rien au monde", comme le rapporte la journaliste du Guardian sur place.

Le journaliste de Channel 4, Kiran Moodley, déclare que l'on se fait même des amis pendant l'attente : "Je me suis fait plus d'amis dans ces dernières heures qu'en 7 ans de lycée"


Il décrit le calme et le recueillement qui peu à peu s'installe alors que l'on marche lentement vers Westminster. Il rassure également sur la longueur de l'attente qui n'est pas si terrible que ça. Tout le monde à l'impression de vivre un moment historique car il s'agit du monarque qui a régné le plus longtemps sur le Royaume-Uni rajoute-t-il.

Un phénomène analysé finement par l'historien Dan Snow, célèbre par ses émissions de télévision au Royaume-Uni, qui compare cet apparat à celui d'autres funérailles de monarques britanniques. 
 



12H09 TU. La reine Elizabeth II sera inhumée lundi à 18H30 GMT à Windsor.

La reine Elizabeth II sera inhumée lundi à 19H30 locales (18H30 GMT) lors d'une cérémonie privée à la chapelle Saint-Georges du château de Windsor, en périphérie ouest de Londres, à la suite de ses funérailles d'État à 10H00 TU., annonce le palais.

Elle sera inhumée aux côté de sont mari, le prince Philip. 
 

Le 11 septembre, des anonymes déposent des fleurs devant le château de Windsor, la résidence de la Reine, le 11 septembre.
Le 11 septembre, des anonymes déposent des fleurs devant le château de Windsor, la résidence de la Reine, le 11 septembre.
© AP Photo/Markus Schreiber

Vendredi 16 septembre au soir, également à 18H30 TU, ses enfants, dont le roi Charles III, se recueilleront lors d'une veillée devant le cercueil de la souveraine.
 

11H00 TU. Une star du cinéma hongkongais s'excuse d'avoir fait l'éloge d'Elizabeth II.

Law Kar Ying lors des 55èmes Golden Horse Awards, un des rendez-vous du cinema les plus importants d'Asie, le 17 novembre 2018 à Taipei. 
Law Kar Ying lors des 55èmes Golden Horse Awards, un des rendez-vous du cinema les plus importants d'Asie, le 17 novembre 2018 à Taipei. 
© AP Photo/Billy Dai


Un célèbre acteur et chanteur de Hong Kong s'est excusé, clamant son patriotisme, après avoir fait l'éloge de la défunte reine Elizabeth II et suscité ainsi l'ire des nationalistes en Chine.

Des milliers d'habitants de Hong Kong ont fait la queue cette semaine devant le consulat britannique pour signer un livre de condoléances pour la monarque, décédée le 8 septembre après 70 ans de règne.

Parmi eux figurait Law Kar Ying, 75 ans, un poids-lourd de la scène de l'opéra cantonais, qui a publié sur Instagram un selfie depuis la file d'attente avec pour message: "Hong Kong était une terre bénie pendant son règne".

Instagram est interdit en Chine continentale mais le message de Law Kar Ying est devenu viral sur d'autres réseaux sociaux, déclenchant de colère et critiques du côté des nationalistes.

Law Kar Ying a publié aujourd'hui sur la plateforme Weibo, le Twitter chinois, une vidéo pour s'excuser d'avoir "fait des remarques de deuil sans réfléchir". Son message sur Instagram a été effacé.

"Mon intention de départ était d'exprimer mes condoléances pour une femme âgée décédée et je voudrais demander à chacun de ne pas surinterpréter ce que j'ai dit", déclare en mandarin Law Kar Ying dans cette vidéo. 

"Il m'est impossible d'oublier mon origine et mes ancêtres. Le fait que j'ai conservé un passeport chinois dit tout, je suis Chinois et j'aime ma mère patrie pour toujours. Je suis désolé", ajoute-t-il.

Hong Kong a été une colonie britannique durant plus de 150 ans et, même si la place financière a été rétrocédée à la Chine en 1997, elle garde l'histoire gravée en elle, depuis les noms des rues et l'omniprésence de l'anglais jusqu'au système judiciaire.


10h00 TU. Justin Welby, l'archevêque de Canterbury discute avec les personnes faisant la queue pour se recueillir sur la dépouille de la reine Elisabeth.

 

L'archevêque de Canterbury Justin Welby se rend à Westminster pour guider une procession en hommage à la Reine ce 14 septembre 2022.<br />
 
L'archevêque de Canterbury Justin Welby se rend à Westminster pour guider une procession en hommage à la Reine ce 14 septembre 2022.
 
© Richard Heathcote/Pool Photo via AP


La reine était "quelqu'un dont la sagesse était remarquable" et à qui "on pouvait faire totalement, complètement et absolument confiance", déclare-t-il.

Alors qu'il marchait pour rencontrer les personnes en deuil dans la file d'attente, l'archevêque a déclaré qu'il n'était pas du tout surpris par l'ampleur de la participation. Sur ce que signifie la mort de la reine pour l'avenir de la nation, l'archevêque a répondu : "Nous passons à une autre personne qui fera preuve de sens du devoir envers son pays et la Constitution".

07H52 TU. Les personnes invitées pour assister aux funérailles de la reine Elisabeth doivent répondre aujourd’hui au plus tard.

Un quart des 2 000 places de l'abbaye de Westminster ont été réservées aux chefs d'État et à leurs partenaires. Joe Biden, Emmanuel Macron et Naruhito, l'empereur du Japon ont déjà confirmé leur venue.

Des invitations ont été envoyées par le Royaume-Uni aux chefs d'État de presque tous les pays, mais un petit nombre de pays ont été laissés de côté en raison de différences politiques.

Les dirigeants de la Syrie, du Venezuela, ou encore les  talibans afghans n’ont pas été invités, ainsi que ceux déjà présents sur une liste noire : Russie, Biélorussie et Myanmar, les deux premiers en raison de la guerre en Ukraine. La Corée du Nord et le Nicaragua – avec lesquels le Royaume-Uni entretient des relations diplomatiques glaciales – sont invités à envoyer leurs ambassadeurs.

Les officiels doivent établir la liste finale des invités et finaliser le plan de salle pour les funérailles, selon l’âge et le statut. 

Les dignitaires étrangers qui viennent en Grande-Bretagne seront également invités à rendre hommage à la dépouille de la Reine gisant à Westminster Hall, avant les funérailles.

Des invitations funéraires ont également été envoyées à tous les détenteurs de la plus haute distinction militaire britannique, la Victoria Cross et la George Cross, qui peuvent également être détenues par des civils.

07H19 TU. Emmanuel Macron a appelé Charles III et ira aux obsèques de la reine.

Le président français Emmanuel Macron a appelé mercredi Charles III pour lui présenter ses condoléances et se rendra lundi 19 septembre, à Londres pour assister aux obsèques de sa mère, la reine Elizabeth II, a annoncé la présidence française.

 

"Le chef de l'État a présenté ses sincères condoléances au roi et lui a exprimé tout son soutien. Il a dit la tristesse des Françaises et Français à la nouvelle du décès de la reine Elizabeth II, et leurs pensées au peuple britannique", a indiqué l'Élysée.

"Le Président de la République a souhaité le plus grand succès au roi, et dit sa pleine disponibilité à poursuivre le travail qu'ils ont mené ensemble ces dernières années face aux défis communs, à commencer par la protection du climat et de la planète", a ajouté la présidence.

"Lundi, je serai à Londres pour assister aux obsèques", a également écrit Emmanuel Macron sur Twitter.

"Le lien entre la France et le Royaume-Uni est indéfectible. Nous continuerons à le tisser, en suivant le chemin tracé par Sa Majesté la Reine Elizabeth II", a ajouté le chef de l'État dans un second tweet.
 

05H53 TU. À Hong Kong, les personnes en deuil font la queue pendant des heures devant le consulat britannique pour rendre hommage à la reine.

Au septième jour depuis le décès de la reine Elizabeth II, des fleurs, des cartes et des portraits bordent encore le trottoir devant le consulat à Hong Kong. Autrefois colonie britannique, Hong Kong a été restituée à la Chine en 1997.


05H30 TU. Plus de 3 km de file d'attente pour rentrer dans Westminster Hall.

Selon l'application en ligne créé spéialement pour l'événement, il y aurait plus de 3km de file d'attente ce jeudi 15 septembre matin (5H30 TU.) pour rentrer dans Westminster Hall. La file s'étend jusqu'au Pont Blackfriars alors que des milliers de personnes attendent pour rendre hommage à la reine Elisabeth II.

Certaines personnes ont campé pendant la nuit pour s'assurer qu'elles auraient une chance de rentrer. Des centaines de milliers de personnes en deuil devraient passer dans les prochains jours.

05H05 TU. Westminster Hall est resté ouvert mercredi 14 septembre au soir pour permettre au public de rendre hommage à la reine.

Le roi Charles III a mené plus tôt une procession qui a emmené le cercueil de la reine à Westminster Hall depuis le palais de Buckingham.

L'un des gardes royaux qui surveillait le cercueil de la reine à l'intérieur de Westminster Hall a eu un malaise et s'est soudainement effondré au sol.

Des images tirées d'une émission en direct qui a été publiée sur les réseaux sociaux vers 1 h du matin ont capturé la chute.

Le garde vêtu de noir se tenait debout tenant un bâton de cérémonie. Les fonctionnaires à proximité se sont rapidement précipité pour lui venir en aide.

Les images en direct sont passées à la vision extérieure et nocturne du bâtiment pendant un certain temps, juste après cet incident.


03h50 TU. Répétition du cortège funèbre de la reine Elisabeth II.

Des gardes et des soldats de la Royal Navy participent à une répétition du cortège funèbre de la reine Elizabeth II à Londres. La reine reposera à Westminster Hall pendant quatre jours complets avant ses funérailles lundi 19 septembre.
Répétition du cortège funèbre de la reine Elisabeth II par la Royal Navy, à Londres, le jeudi 15 septembre 2022.<br />
 
Répétition du cortège funèbre de la reine Elisabeth II par la Royal Navy, à Londres, le jeudi 15 septembre 2022.
 
(AP Photo/Felipe Dana)