Info

DIRECT - France : qui sont les membres du nouveau gouvernement français?

Jusque là Ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion, Elisabeth Borne devient la deuxième femme Première Ministre en France. AP/Ludovic Marin, 2020.
Jusque là Ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion, Elisabeth Borne devient la deuxième femme Première Ministre en France. AP/Ludovic Marin, 2020.
Jusque là Ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion, Elisabeth Borne devient la deuxième femme Première Ministre en France. AP/Ludovic Marin, 2020.
Le nouveau ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse, l'historien Pap Ndiaye, au Musée de l'Immigration de la Porte-Dorée à Paris, 11 mars 2021.

Quatre jours après la nomination d'Elisabeth Borne comme Première ministre par le président Emmanuel Macron, le nouveau gouvernement français a été  annoncé ce vendredi après-midi sur le perron du Palais de l'Elysée. Il comprend 28 membres (14 hommes et 14 femmes dont la Première ministre).

Vendredi 20 mai 

Ce direct est terminé. Merci à toutes et à tous de l'avoir suivi !
 

18h20 TU: Élisabeth Borne défend un gouvernement "paritaire" et "équilibré"

"C'est d'abord un gouvernement qui est paritaire, je pense que c'est important, et puis c'est un gouvernement qui est équilibré entre certains qui étaient déjà ministres ces dernières années et des nouvelles figures qui ont été choisies parce qu'elles sont compétentes", défend Élisabeth Borne ce vendredi au 20 heures de TF1.
 

La Première ministre a également défendu le nouveau ministre de l'Education nationale. "Pap Ndiaye est là parce qu'il partage avec Jean-Michel Blanquer l'objectif d'offrir à nos enfants l'excellence et l'égalité des chances et je pense qu'il incarne ça."
Élisabeth Borne a commenté les critiques formulées par Marine Le Pen et Éric Zemmour, estimant que "c'est parfaitement caricatural". "Pap Ndiaye c'est un républicain très engagé et c'est bien évidemment ce qu'il va porter en tant que ministre de l'Éducation nationale."

18h20 TU: Qui est Rima Abdul-Malak, la nouvelle ministre de la Culture ?

Conseillère culture d'Emmanuel Macron depuis 2019, Rima Abdul Malak prend la tête du ministère de la Culture, ce vendredi 20 mai. Elle succède à Roselyne Bachelot, nommée en juillet 2020. Retour sur son parcours à lire ici.

 Rima Abdul-Malak s'est engagée vendredi à "défendre la souveraineté culturelle", à investir dans l'éducation artistique et à relever "le défi titanesque" de la transition écologique dans le milieu.

"Je suis résolue à défendre notre souveraineté culturelle pour affirmer la place de la création française, de la langue française, de l'innovation française dans l'océan numérique, et bientôt dans le métavers", a affirmé la Franco-Libanaise de 43 ans lors de la passation de pouvoirs avec Roselyne Bachelot rue de Valois, en fin d'après-midi.

18h00 TU: Le gouvernement Borne, le deuxième le plus jeune de la Ve République

L’équipe gouvernementale d’Elisabeth Borne présentée est la deuxième plus jeune de la Ve République. L'âge moyen des ministres légèrement inférieur à 48 ans, selon une base de données de l’Agence France-Presse.

La moyenne d’âge du nouveau gouvernement s’établit à 47,9 ans, première ministre incluse. Seul le premier gouvernement de Georges Pompidou, sous la présidence du général de Gaulle, a atteint une moyenne inférieure (47,6 ans).

17h15 TU: Pap Ndiaye rend hommage à Samuel Paty

Le nouveau ministre de l'Education Pap Ndiaye a rendu hommage à son "collègue historien" Samuel Paty, assassiné en octobre 2020, et prôné "le dialogue avec toute la communauté éducative", pour sa première prise de parole en tant que ministre.

"J’ai une pensée pour un collègue historien, Samuel Paty, dont l'exemple et la mémoire sont gravés dans nos esprits et dans nos coeurs", a déclaré Pap Ndiaye lors de la passation de pouvoir avec Jean-Michel Blanquer, rue de Grenelle. "Mes premières pensées vont vers le monde des enseignants qui est le mien depuis toujours".

« Je suis peut-être un symbole, celui de la méritocratie, mais aussi peut-être de la diversité. Je n’en tire nulle fierté, mais plutôt le sens du devoir et des responsabilités qui sont les miennes », a fait aussi savoir l’ex-directeur du Musée national de l’histoire de l’immigration.

17h15 TU: Qui est Chrysoula Zacharopoulou, nommée secrétaire d'État chargée de la Francophonie?

L'eurodéputée franco-grecque de 46 ans Chrysoula Zacharopoulou devient secrétaire d'État chargée du Développement, de la Francophonie et des Partenariats internationaux. Elle est chirurgienne et gynécologue de formation.
En 2015, elle a fondé l'association Info-endométriose afin de sensibiliser le public  à cette maladie. Emmanuel Macron s'est inspiré de son rapport pour améliorer le diagnostic et la reconnaissance de l’endométriose en lançant en janvier dernier la "première stratégie nationale de lutte contre l'endométriose". Chrysoula Zacharopoulou a reçu l'ordre national du Mérite en 2017.
Depuis avril 2021, elle était coprésidente du conseil des actionnaires de Covax, une association qui a pour objectif de rendre les vaccins accessibles aux pays les plus pauvres.

Chrysoula Zacharopoulou, était l’invité de l’émission Internationales le 5 juin 2021. Retrouvez ci-dessous l'interview de Chrysoula Zacharopoulou,  par Antoine Genton (TV5MONDE) et Christophe Châtelot (« Le Monde »).

16h20 TU: Un nouveau gouvernement qui penche à droite

Malgré l'entrée marquante de Pap N'Diaye à l'Education nationale, le nouveau gouvernement est plutôt ancré à droite. Et ce malgré la volonté de renouveau d'Emmanuel Macron qui avait expliqué vouloir ouvrir le prisme de l'exécutif à la gauche et aux écologistes.
Les poids lourds Bruno Le Maire et Gérald Darmanin, ex-Les Républicains, conservent leur portefeuille, Economie et Finances pour le premier dans un périmètre redéfini avec l'ajout de la Souveraineté industrielle et numérique. L'Intérieur pour le second.
Par ailleurs; deux transfuges des Républicains font leur entrée au gouvernement.
Le maire d'Angers Christophe Béchu, est nommé ministre délégué aux Collectivités territoriales.  Damien Abad, ex-chef du groupe LR à l'Assemblée, est nommé ministre des Solidarités, de l'autonomie et des personnes handicapées.
 

Les  macronistes restent, comme Clément Beaune,  Gabriel Attal,  Agnès Pannier-Runacher, Amélie de Montchalin et Olivia Grégoire.

De son côté, Stanislas Guerini, délégué général de Renaissance (ex-La République en Marche), prend la tête du ministère de la Fonction
publique.

15h50 TU: "Tout cela est terriblement décevant" pour Jean-Luc Mélenchon
 
Jean-Luc Mélenchon dénonce la composition du nouveau gouvernement. Le leader de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale estime que "tout cela est terriblement décevant". Il juge que l'on "retrouve les principales figures de la maltraitance sociale et de l'irresponsabilité écologique". "En toute hypothèse, cette équipe n'est là que pour un mois puisque les élections législatives renouvelleront la majorité à l'Assemblée Nationale. Dans ces conditions, on peut imaginer que ces gens ne font que passer". Jean-Luc Mélenchon a toutefois adressé un satisfecit au gouvernement, évoquant « l’audace » de la nomination de Pap Ndiaye que les « insoumis » « saluent »

15h43 TU. L'extrême droite concentre ses critiques sur Pap Ndiaye

Marine Le Pen a critiqué la nomination de Pape  Ndiaye à la tête du ministère de l'Éducation nationale. L'arrivée de "l'indigéniste assumé" rue de Grenelle "est la dernière pierre de la déconstruction de notre pays, de ses valeurs et de son avenir", a estimé la candidate malheureuse  du Rassemblement National à la présidentielle.  "Emmanuel Macron avait dit qu’il fallait déconstruire l’Histoire de France. Pap Ndiaye va s’en charger", a réagi de son côté son rival à la présidentielle Eric Zemmour. Le militant Damien Rieu déplore le fait que M. Ndiaye a participé en 2016 « à des “réunions en non mixité” (interdites aux blancs) aux côtés des pires “indigénistes” dans le “bâtiment occupé” de l’université Paris 8. Voici celui qui sera chargé de l’éducation de nos enfants. »

15h35 TU. Qui sont les ministres qui restent, qui sont les nouveaux visages du gouvernement?

Qui sont les nouveaux visages du gouvernement?
L'historien Pap Ndiaye a été nommé ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse.  La diplomate Catherine Colonna s'installe au Quai d'Orsay en tant que ministre des Affaires étrangères, après avoir été celle des Affaires européennes et la porte-parole du gouvernement sous les mandats de Jacques Chirac. Elle était ambassadrice de France à Londres depuis 2019. Rima Abdul Malak, conseillère auprès du président de la République, s’installe au ministère de la Culture.

Qui sont les ministres qui conservent leur portefeuille? Gérald Darmanin est confirmé à l'Intérieur. Bruno Le Maire se maintient à Bercy pour diriger le ministère de l'Économie. Clément Beaune reste aux Affaires européennes. De même qu’Eric Dupond-Moretti au ministère de la Justice.

Qui a changé de portefeuille ? Marc Fesneau qui était ministre des Relations avec le Parlement, passe à l'Agriculture. Olivia Grégoire laisse l'Économie sociale, solidaire et responsable pour devenir porte-parole du gouvernement. Gabriel Attal cède sa place au porte-parolat pout hériter du Budget. Sébastien Lecornu, ancien ministre des Outre-mer devient le nouveau ministre des Armées. Olivier Dussopt, qui était ministre délégué en charge des Comptes publics, se retrouve ) la tête du ministère du Travail. Brigitte Bourguignon, la ministre déléguée en charge de l'Autonomie devient ministre de la Santé. Son prédécesseur, Olivier Véran, en première ligne pendant toute la crise sanitaire, sera désormais en charge des relations avec le Parlement.

Amélie de Montchalin abandonne son portefeuille de la Fonction publique pour la Planification écologique et les Territoires. Agnès Pannier-Runacher, jusqu'alors secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie, vient d'être nommée ministre de la Transition énergétique.

15h11 TU. A 18 heures est prévue la passation des pouvoirs entre Jean-Michel Blanquer et Pap Ndiaye.
 

14h45 L’historien Pap Ndiaye est nommé ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse

Né le 25 octobre 1965 à Antony en région parisienne, ce normalien agrégé d’histoire est spécialiste de l’histoire sociale des Etats-Unis ainsi que des minorités. Docteur de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) et diplômé de l’université de Virginie, Pap Ndiaye est professeur à Sciences Po Paris.

Métis de père sénégalais et de mère française, il est connu notamment pour ses travaux sur les personnes d’ascendance africaine et de la diaspora, un champ d’études dont il un des précurseurs en France. A cet égard, il est l’auteur de « La condition noire : essai sur une minorité française », 2009.

En 2021, Pap Ndiaye est nommé directeur général du palais de la Porte-Dorée et dirige le musée de l’Histoire de l’immigration, un poste moins académique qui l’inscrit déjà au cœur de la Cité.

Novice en politique, il a en charge un portefeuille très large associant l’Education nationale et la Jeunesse. Il pourrait jouer un rôle dans les débats qui traversent la société française parfois avec virulence notamment sur les questions identitaires.

Pap Ndiaye était l’invité de l’émission Internationales le 5 juin 2021. Retrouvez ci-dessous l'interview de Pap Ndiaye par François Joly (TV5MONDE) et Coumba Kane (Le Monde)

14h30 TU. Retrouvez la liste des ministres du nouvel exécutif

Bruno Le Maire reste à Bercy, au poste de ministre de l’Economie et des Finances, et de la Souveraineté industrielle et numérique.
Gérald Darmanin conserve son poste de ministre de l’Intérieur.
Catherine Colonna est nommée au ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

Stanislas Guérini est nommé ministre de la Fonction publique. 
Marc Fesneau est nommé ministre de l’Agriculture et de la souveraineté alimentaire.  Olivier Dussopt est nommé ministre du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion. Brigitte Bourguignon est nommée ministre de la Santé et de la prévention.
Eric Dupond Moretti reste ministre de la Justice.
Sébastien Lecornu est nommé ministre des Armées.
L’historien Pap Ndiaye est nommé ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse. 
Rima Abdul Malak est nommée ministre de la Culture.
Clément Beaune est nommé secrétaire d’état chargé de l’Europe.
Olivia Grégoire est nommée porte-parole du gouvernement.
Franck Riester est nommé ministre chargé du Commerce extérieur.
Gabriel Attal est nommé ministre délégué chargé des Comptes publics.
Olivier Véran est nommé secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement et de la vie démocratique.
Amélie Oudéa-Castéra est nommée ministre des Sports et des Jeux olympiques.
Agnès Pannier-Runacher est nommée ministre de la Transition énergétique.
Yaël Braun-Pivet est nommée ministre des Outre-mer.
Sylvie Retailleau est nommée ministre de la Recherche, de l’Enseignement supérieur et de l’innovation. 
Amélie de Montchalin nommée ministre de la Transition écologique et de la cohésion des territoires.
Christophe Béchu est nommé ministre délégué en charge des Collectivités territoriales. 
Isabelle Rome est nommée ministre déléguée chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances.
Justine Benin est nommée secrétaire d’Etat chargée de la Mer, auprès de la première ministre, Elisabeth Borne.
Charlotte Caubel, magistrate, est nommée secrétaire d’Etat chargée de l’Enfance.
Chrysoula Zacharopoulou est nommée secrétaire d’Etat chargée du Eéveloppement, de la francophonie et des partenariats internationaux, auprès de la ministre de l’Europe et des affaires étrangères.
Damien Abad, ministre des Solidarités, de l'Autonomie et des Personnes handicapées

14h10 TU. Suivez en direct l'annonce du gouvernement

La composition du gouvernement sera annoncée dans quelques minutes. Vous pouvez la suivre en direct sur les comptes Facebook TV5Mondeinfo et Twitter@tv5mondeinfo.

13h55 TU. Catherine Colonna pressentie à la diplomatie
 

Parmi les noms pour faire partie du gouvernement, l'actuelle ambassadrice au Royaume-Uni, Catherine Colonna, devrait être nommée ministre des Affaires étrangères, en remplacement de Jean-Yves Le Drian,.

Il s'agit d'une diplomate chevronnée, qui a déjà été ministre sous la présidence de Jacques Chirac (1995-2007).

Par ailleurs, l'actuel secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, Clément Beaune, conserverait son poste.

13h38 TU. La liste du nouveau gouvernement doit être dévoilée à 16h15


L’Elysée vient de communiquer sur l’annonce du nouveau gouvernement. Il sera hannoncé à 16 h 15, par Alexis Kohler, le secrétaire général de l’Elysée.

12h15 TU. Dernière ligne droite avant l'annonce du gouvernement

L'annonce du nouveau gouvernement doit être faite d'un moment à l'autre. Le président français, Emmanuel Macron, a du trouvé un équilibre entre les différents courants de sa majorité. L'équipe gouvernementale sera resserée, comme l'explique notre correspondant.

Chargement du lecteur...

05h15 TU. Le nouveau gouvernement annoncé vendredi après-midi.

La présidence française a annoncé, tôt vendredi matin, que la composition du nouveau gouvernement de la première ministre, Elisabeth Borne, serait dévoilé cette après-midi. Le gouvernement sera ainsi formé quatre jours après la nomination de Mme Borne. Elle avait affirmé jeudi sa volonté d'avoir "la meilleure équipe".

Le premier Conseil des ministres se tiendra lundi.

Jeudi 19 mai

18h19 TU. L'absence de gouvernement est "anormale" selon Marine Le Pen.

Au regard des difficultés rencontrées par les Français, Marine Le Pen juge "anormal" que le président Emmanuel Macron n'ait pas encore désigné de gouvernement après la nomination lundi d'Elisabeth Borne au poste de Première ministre.

Emmanuel Macron "ne fait rien, il prend son temps", selon la finaliste à l'élection présidentielle, qui juge "impardonnable de se comporter avec autant de légèreté". "Ce n'est pas quelque chose de léger quand on n’arrive pas à boucler les fins de mois", juge la députée du Rassemblement national.

17h33 TU. Fabien Roussel souhaite des mesures pour le pouvoir d'achat au plus vite

"Des millions de Français souffrent depuis de longs mois et c'est dès maintenant que des décisions radicales doivent être prises", martèle le secrétaire national du Parti communiste français.  Fabien Roussel, appelle la nouvelle Première ministre Elisabeth Borne à prendre dès à présent des mesures "radicales" pour le pouvoir d'achat, sans attendre l'issue des législatives.

"Ces mesures ne peuvent pas attendre le 19 juin et l'installation de la prochaine Assemblée nationale", écrit-il dans une lettre à Mme Borne datée du 18 mai et rendue publique jeudi sur son compte Twitter.


14h31 TU. Macron prévient que la composition du gouvernement prendra "autant de temps que nécessaire"

"Le travail continue de manière sérieuse, explique le président français, questionné sur le délai pris dans l'annonce de la composition du gouvernement. Mais cela n'est pas une chose légère." Il insiste sur le fait que le processus prendra "autant de temps qu'utile et nécessaire."

(Re)voir : France : premier déplacement de la Première ministre sans gouvernement

Chargement du lecteur...

13h34 TU. La Première ministre s'exprime depuis Mureaux pour son premier déplacement.

La Première ministre Elisabeth Borne est actguellement aux Mureaux, dans les Yvelines. Elle rencontre des associations oeuvrant "en faveur de l'égalité des chances" et de "l'émancipation" des femmes.

08h52 TU. Le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger appelle Élisabeth Borne à "entrer dans une nouvelle ère".

Le secrétaire général de la Confédération française démocratique du travail (CFDT), Laurent Berger, a appelé jeudi la Première ministre Élisabeth Borne à "entrer dans une nouvelle ère", celle de la "co-construction" avec les partenaires sociaux.

Interrogé sur RMC/BMFTV, il a estimé que l'ancien poste de ministre du Travail de Mme Borne n'était "pas un mauvais signal. C'est aussi un très bon signal que ce soit une femme qui occupe le poste."

"Cette nouvelle ère, ça n'est pas arriver en réunion et avoir une conclusion trois heures après qui est la même que lorsqu'on est arrivé: c'est de la co-construction, c'est écouter les interlocuteurs sociaux et économiques", a développé le responsable du premier syndicat français.

"Il y a dialogue et j'espère que madame Borne a compris ça. Et si elle l'a compris, nous serons un interlocuteur exigeant mais constructif", a-t-il encore ajouté.

Quand la CFDT rencontrera le futur nouveau gouvernement, il précise qu'elle viendra avec des "propositions concrètes" pour une augmentation des salaires et l'attribution d'aides ciblées aux ménages les plus modestes, dans un contexte de forte inflation.

"L'inflation met en lumière une disparité énorme sur la question des salaires. Les inégalités sont en train de miner notre pacte républicain et de se creuser", selon Laurent Berger.

07h34 TU. Premier déplacement aux Mureaux pour Elisabeth Borne.

Élisabeth Borne se rend jeudi après-midi aux Mureaux (Yvelines), où elle est attendue vers 14h, pour son premier déplacement en tant que Première ministre. Elle y rencontrera des associations œuvrant "en faveur de l’égalité des chances" et de "l'émancipation des jeunes filles et jeunes femmes",  et avec certaines de ces dernières "bénéficiant de dispositifs d'aide à l'insertion", a indiqué Matignon.

Pour son entourage, "avec ce déplacement, la Première ministre a voulu placer son mandat sous le signe de l’égalité des chances et plus particulièrement de l’émancipation des jeunes filles et des jeunes femmes." Elle s'inscrit en outre "dans la lignée de son discours de passation", au cours duquel elle a dédié sa nomination "à toutes les petites filles", mais aussi de son "engagement en faveur du mentorat et des jeunes", a-t-on ajouté.

Mercredi 18 mai

19h28 TU. Premier plan social pour le gouvernement Borne avec la suppression de 320 postes en France chez Vallourec. 

Le gouvernement d'Elisabeth Borne est confronté à son premier plan social. Le fabricant français de tubes sans soudures, Vallourec, a annoncé son intention de supprimer quelque 2.950 postes dans le monde, dont 320 en France. 

"Nous demandons à Vallourec que les conséquences du plan sur les activités françaises soient minimisées et nous exigeons un maintien et un renforcement du pôle de forge, filetage, recherche et développement d'Aulnoye-Aymeries (Nord)" a réagi Bercy mercredi soir après l'annonce.

14h10 TU. Toujours pas de nouveau gouvernement annoncé.

Alors que les tractations se poursuivent, le Conseil des ministres du mercredi 18 mai a été reporté. La composition d'une telle équipé nécessite de respecter un certain nombre d'équilibres, explique le politologue Bruno Cautrès.

Chargement du lecteur...

13h56 TU. Journée de consultations pour Elisabeth Borne qui peaufine son gouvernement

La nouvelle Première ministre Elisabeth Borne "poursuit le travail d'élaboration de l'équipe gouvernementale" et enchaîne les rendez-vous avec ses prédécesseurs.  Après avoir passé l'essentiel de la journée avec Emmanuel Macron hier, Elisabeth Borne a rencontré Edouard Philippe qui a occupé Matignon de mai 2017 à juillet 2020.

Elle doit aussi s'entretenir avec Bernard Cazeneuve, avec le président du Sénat Gérard Larcher (LR) et avec les chefs de file de la majorité : le président de l'Assemblée Richard Ferrand, le patron du MoDem François Bayrou ou encore le patron de LREM, Stanislas Guerini.

Mardi 17 mai 

15h58 TU. Mélenchon voudrait débatter avec Elisabeth Borne "une fois avant de la remplacer"

Jean-Luc Mélenchon a affirmé être prêt à débattre avec Elisabeth Borne, souhaitant rencontrer la nouvelle Première ministre "au moins une fois avant de la remplacer", lors d'un déplacement à Nantes.


11h20 TU. Elisabeth Borne interpellée par huit syndicats d'agents publics

Une large coalition de syndicats de la fonction publique interpelle la nouvelle Première ministre dans une lettre ouverte. Ils l'appellent à augmenter les salaires et à renoncer au recul de l'âge légal de départ à la retraite.

En ce tout début de quinquennat, nos organisations syndicales CFE CGC, CFTC, CGT, FA, FO Etat, FSU, Solidaires et UNSA de la Fonction publique estiment que des mesures importantes doivent être prises sans attendre.Communiqué de la coalition de syndicats

9h15 TU. Quelles impressions après la nomination d'Elisabeth Borne comme Première ministre ?

Dossiers brûlants, planification écologique, réactions au sein de la classe politique et de la majorité... Le politologue et chercheur au CEVIPOF Bruno Cautrès décrypte les enjeux au lendemain de la nomination d'Elisabeth Borne comme Première ministre. 

Chargement du lecteur...


9h00 TU. Que penses Bruxelles de la nouvelle Première ministre française ?

Avant qu'Elisabeth Borne ne devienne Première ministre, il n'y avait eu qu'une femme à occuper ce poste en France, Edith Cresson. En Europe, il est assez rare que des femmes soient à la tête des gouvernements. Le décryptage de notre correspondant à Bruxelles Paul Germain. 

Chargement du lecteur...


8h20 TU. Le secrétaire général de la CGT juge le bilan d'Elisabeth Borne "très négatif."

"On ne peut que se féliciter qu'une femme soit Première ministre", réagit sur LCI le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez. Il juge toutefois qu'Elisabeth Borne "a un bilan qui est très négatif."

Il rappelle que la nouvelle Première ministre a "engagé une réforme sur la SNCF qui a changé le statut des cheminots, qui a ouvert à la concurrence le réseau SNCF" puis a été suivie d'une "grève importante."


7h20 TU. Aurélien Rousseau est nommé directeur de cabinet à Matignon. 

Aurélien Rousseau lors d'une visite d'un EHPAD à Paris le 6 mars 2020.
Aurélien Rousseau lors d'une visite d'un EHPAD à Paris le 6 mars 2020.
Ludovic Marin/AP

L'ancien patron de l'agence régionale de santé d'Île-de-France Aurélien Rousseau est le nouveau directeur de cabinet d'Elisabeth Borne à Matignon. Auparavant, il a été directeur adjoint du cabinet de Manuel Valls sous le quinquennat de François Hollande. Il a rencontré la Première ministre à la Mairie de Paris, à l'époque où Bertrand Delanoë était maire. 

Par ailleurs, Alexis Kohler conserve ses fonctions de secrétaire général de l'Elysée. Parfois critiqué pour l'influence qu'il exerce auprès d'Emmanuel Macron, il occupe ce poste depuis l'élection du président en 2017. 


7h00 TU. "Emmanuel Macron nomme une fois de plus un Premier ministre technocrate comme Jean Castex pour avoir la main sur tout", estime Eric Zemmour

"Manifestement, Emmanuel Macron nomme un premier ministre de gauche, ça s'est un signe", constate Eric Zemmour, ancien candidat d'extrême droite à l'élection présidentielle sur la radio RTL. Le polémiste est par ailleurs candidat aux élections législatives dnas la 4e circonscription du Var, celle de Saint-Tropez.

On constate que Marine Le Pen a passé son temps à draguer la gauche, que LR se soumet à la gauche que Macron nomme un Premier ministre de gauche. Qu'est-ce qui reste ?
Eric Zemmour, ancien candidat d'extrême droite à l'élection présidentielle

6H50 TU. "Sous sa responsabilité, les objectifs de la France en termes de bifurcation écologique ont été ignorés au nom de la compétitivité financière."

Noé Gauchard, candidat aux élections législatives sur la sixième circonscription du Calvados pour la Nouvelle union populaire écologique et sociale réagit à la nomination d'Elisabeth Borne comme Première ministre. La nouvelle locataire de Matignon est également investie par la majorité présidentielle dans cette circonscription. 

6h15 TU. Que faut-il attendre du premier jour d'Elisabeth Borne à Matignon ?

Après la passation de pouvoir entre la nouvelle Première ministre Elisabeth Borne et son prédécesseur Jean Castex, quelles sont les prochaines échéances ? Elle doit choisir les membres de son gouvernement. 

La nouvelle équipe gouvernementale, promise resserrée, est désormais attendue dans les prochains jours et devra mener la bataille pour les élections législatives, prévues les 12 et 19 juin.

5h00 TU. Elisabeth Borne face à la transition écologique, impératif avec l'urgence climatique.

"Il faut agir plus vite et plus fort" face au "défi climatique et écologique" en "suivant la nouvelle méthode voulue par le président de la République". Dès sa prise de fonction, Elisabeth Borne s'est inscrite dans les pas d'Emmanuel Macron, qui a promis de nommer un chef de gouvernement "directement chargé de la planification écologique."

Entre objectifs ambitieux à court et long terme et leadership, la transition vers une économie bas-carbone nécessite une orchestration, selon les experts. De son côté, la justice reproche à l'État de ne pas en faire assez pour réduire les émissions de gaz à effets de serre responsables du changement climatique.

3h45 TU. Que dit la presse française de la nomination d'Elisabeth Borne ?

En une du quotidien économique Les Échos titre "La femme des défis économiques." De son côté, La Croix, quotidien catholique, qualifie la nomination de l'ancienne ministre du Travail en Première ministre de "choix de l'efficacité." Pour Le Figaro, la nouvelle Première ministre "devra mener des réformes difficiles, dont celles des retraites, sans provoquer la colère du corps social."

Le quotidien communiste l'Humanité considère que la nomination d'Élisabeth Borne représente "La casse sociale à Matignon." Les journaux régionaux, quant à eux, ont fait le choix de la sobriété : "Elisabeth Borne Première ministre", peut on lire en une de la Dépêche. Ouest-France et Le Télégramme titrent simplement "Première ministre" et L'Ardennais "Elisabeth Borne à Matignon."

Lundi 16 mai 

17h50 TU. Elisabeth Borne dédie sa nomination "à toutes les petites filles"

Elle a par ailleurs déclaré qu'il fallait "agir plus vite et plus fort" face au "défi climatique et écologique".

17h38 TU. Au Parti Communiste, Fabien Roussel compare Elisabeth Borne à l'ultra-libérale Margaret Thatcher, ancienne Première Ministre du Royaume-Uni


17h45 TU. Edith Cresson se réjouit de la nomination "parce que c'est une personne remarquable

Première et jusqu'alors seule femme à occuper Matignon en 1991, Edith Cresson s'est réjouie d'un "très bon choix" de Première ministre, "parce que c'est une personne remarquable, pas parce que c'est une femme". 

17h15 TU. Elisabeth Borne accueillie par Jean Castex à Matignon pour une passation de pouvoir

Elisabeth Borne a été accueillie à 19h00 à l'hôtel de Matignon par le chef du gouvernement démissionnaire. Jean Castex a ensuite invité Elisabeth Borne dans son bureau pour un bref échange, avant une prise de paroles du sortant et de la nouvelle Première ministre.

17h08 TU. Certaines anciennes figures des Républicains saluent la nomination 

D'après Christian Estrosi, maire ex-LR de Nice, "la grande connaissance des territoires d'Elisabeth Borne sera précieuse à la conduite des affaires de notre pays". Renaud Muselier, président ex-LR de la région Provence Alpes Côte d'Azur, a célébré une "excellente nouvelle pour la France". 

Valérie Pécresse, présidente LR de la région Ile-de-France, a elle-même félicité la nouvelle Première Ministre. 


16h38 TU. Macron "poursuit sa politique" de "saccage social", selon Marine Le Pen


16h20 TU. L'Elysée confirme la nomination d'Elisabeth Borne

Elle était jusque là ministre du travail, de l’emploi et de l’insertion, après un passage au ministère des transports et à celui de la transition écologique et solidaire.

Trente ans après Edith Cresson, une femme devient Première Ministre pour la deuxième fois en France. Retrouvez notre article : Elisabeth Borne : une femme Première ministre en France, trente ans après.

16h15 TU. Avant l'annonce officielle, Jean-Luc Mélenchon dénonce une "nouvelle saison de maltraitance sociale"

L'opposant de gauche a aussi rappelé son ambition de devenir Premier Ministre après les législatives, si l'union menée par la France Insoumise parvient à remporter la majorité. 


16h TU. Elisabeth Borne devrait être nommée Première Ministre 

D'après plusieurs médias, la femme de 61 ans s'apprête à devenir Première Ministre.

15h05 TU. Démission de Jean Castex

Le Premier ministre français Jean Castex confirme avoir présenté au président Emmanuel Macron sa démission et celle de son gouvernement. Jean Castex avait été nommé en juillet 2020 à Matignon, succédant à Edouard Philippe. Quasiment inconnu du grand public, cet élu de droite était auparavant, notamment, chargé du premier déconfinement. 
Sa démission ce lundi 16 mai est une suite logique de la présidentielle.

La veille, Jean Castex avait expliqué que "c'est une nouvelle ère qui s'ouvre" pour lui, "sans remords, ni regrets".