Info

DIRECT- Ukraine : Vladimir Poutine dit n'avoir "aucun doute" sur la victoire de la Russie

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré ne pas avoir de "doute" sur la victoire de ses troupes en Ukraine. <br />
Ilya Pitalev/AP
Le président russe Vladimir Poutine a déclaré ne pas avoir de "doute" sur la victoire de ses troupes en Ukraine. 
Ilya Pitalev/AP

Une victoire, "elle est garantie, je n'en ai aucun doute", a déclaré le président russe lors d'un déplacement dans une usine d'armement à Saint-Pétersbourg. Cette déclaration intervient près d'un an après le déclenchement de la guerre en Ukraine et malgré plusieurs importants revers militaires du côté de Moscou.


18h09 TU. Les pays de l'Otan vont fournir à l'Ukraine des armes "plus lourdes et plus modernes"
 

Les pays membres de l'Otan vont fournir à l'Ukraine des armes "plus lourdes et plus modernes" pour l'aider à tenir tête aux offensives de la Russie, a annoncé mercredi le secrétaire général de l'Alliance Jens Stoltenberg.

"Nous nous réunirons (vendredi) à Ramstein (Allemagne) au sein du groupe de contact pour l'Ukraine dirigé par les États-Unis et le principal message sera un soutien accru avec des armes plus lourdes et plus modernes", a-t-il déclaré au Forum économique mondial à Davos, en Suisse.

Les discussions vont porter sur la fourniture de blindés lourds et de systèmes modernes de défense antiaérienne.

Le Royaume-Uni a déjà promis 14 chars lourds Challenger 2 et la Pologne se dit prête à envoyer 14 chars Léopard 2 de fabrication allemande, si Berlin autorise leur réexportation vers l'Ukraine.

A deux jours de la réunion sur la base militaire américaine de Ramstein, les pressions se multiplient pour que le chancelier allemand Olaf Scholz autorise l'envoi de Léopard 2, en dotation dans plusieurs armées de pays membres de l'Otan. Il est intervenu à Davos, mais n'a fait aucune annonce à ce sujet.


16h28 TU. Zelensky réclame de la "vitesse" dans les décisions pour aider l'Ukraine

Le président Volodymyr Zelensky a lancé mercredi à Davos un "appel à de la vitesse" dans la prise de décision pour l'aide à l'Ukraine, alors que l'Allemagne notamment hésite à autoriser la livraison au pays de chars Leopard.

"La tyrannie avance plus vite que les démocraties", a-t-il déploré lors d'une intervention en visio à la réunion du Forum économique mondial, qui se tient cette semaine dans la station de ski suisse.

Le président ukrainien était présent en visio-conférence au forum de Davos. <br />
AP Photo/Markus Schreiber
Le président ukrainien était présent en visio-conférence au forum de Davos. 
AP Photo/Markus Schreiber


16h05 TU. Le président ukrainien a écrit à Xi Jinping pour "dialoguer"

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a écrit une lettre à son homologue chinois Xi Jinping afin de "dialoguer", a affirmé mercredi sa femme Olena Zelenska qui a fait passer cette missive à la délégation chinoise présente au Forum de Davos. 

"Il s'agit d'un geste et d'une invitation à dialoguer", a déclaré Mme Zelenska au cours d'une conférence de presse en Suisse, après avoir évoqué un peu plus tôt cette lettre, ajoutant qu'elle "espère sincèrement qu'il y aura une réponse à cette invitation".

La délégation chinoise à Davos est emmenée par le vice-Premier ministre Liu He.

En août, le président ukrainien avait déjà dit au journal South China Morning Post qu'il avait "officiellement demandé un dialogue" avec le président Xi, estimant que cet échange serait "utile".

La Chine et la Russie ont annoncé en février 2022 un partenariat "sans limites", juste avant l'invasion russe de l'Ukraine. 

Le président chinois Xi Jinping, à droite, et le président russe Vladimir Poutine se serrent la main lors d'une cérémonie de remise des prix au Grand Palais du Peuple à Pékin, en Chine, le 8 juin 2018. Xi laisse l'Occident deviner si Pékin coopérera avec des sanctions plus sévères sur la Russie alors qu'il rencontre le président Vladimir Poutine un an après avoir déclaré qu'ils avaient une amitié «sans limites», avant l'invasion de l'Ukraine par le Kremlin.<br />
AP Photo/Alexander Zemlianichenko
Le président chinois Xi Jinping, à droite, et le président russe Vladimir Poutine se serrent la main lors d'une cérémonie de remise des prix au Grand Palais du Peuple à Pékin, en Chine, le 8 juin 2018. Xi laisse l'Occident deviner si Pékin coopérera avec des sanctions plus sévères sur la Russie alors qu'il rencontre le président Vladimir Poutine un an après avoir déclaré qu'ils avaient une amitié «sans limites», avant l'invasion de l'Ukraine par le Kremlin.
AP Photo/Alexander Zemlianichenko


16h03 TU. Scholz promet de poursuivre son soutien, sans se prononcer sur l'envoi de "tanks

Le chancelier allemand Olaf Scholz, pressé de donner son feu vert à la livraison de tanks à Kiev, a promis mercredi à Davos (Suisse) de poursuivre son soutien à l'Ukraine, sans toutefois mentionner l'envoi de chars d'assaut.

A l'issue de son discours consacré à l'innovation et à la politique climatique de l'Allemagne, le chancelier a été explicitement interrogé sur l'envoi de chars Leopard 2, réclamés par Kiev et que plusieurs pays, dont la Pologne, sont prêts à livrer.

"Nous ne soutenons pas seulement l'Ukraine avec des moyens financiers et de l'aide humanitaire mais aussi avec beaucoup d'armes", a répondu le dirigeant allemand lors d'une séance de questions-réponses au Forum économique de Davos.

M. Scholz, sans jamais prononcer le mot "tank", n'a pas fait d'annonce, à deux jours d'une réunion cruciale des pays occidentaux consacrée à l'aide à l'Ukraine, organisée vendredi sur la base américaine de Ramstein (Allemagne).

Le successeur d'Angela Merkel a rappelé que l'Allemagne soutenait l'Ukraine depuis le début de l'invasion russe avec de nombreuses armes, telles que des lances-roquettes, des véhicules blindés de type Marder ou encore le système de bouclier anti-missile Iris-T.

"Nous continuerons à le faire aussi longtemps que nécessaire", en concertation avec les alliés de Berlin, a-t-il assuré, réitérant toutefois son souhait d'éviter toute confrontation directe entre la Russie et l'Otan.

Des dirigeants finlandais, lituanien, polonais et britannique avaient encore appelé la veille le chancelier allemand à autoriser rapidement la livraison de ces chars de combats très puissants. Tout envoi de matériel de guerre de fabrication allemande doit avoir le feu vert de Berlin.

Un véhicule blindé de transport de troupes Marder est exposé lors d'une présentation à la caserne "<em>Erzgebirgskaserne</em>" à Marienberg, dans l'est de l'Allemagne, le jeudi 12 janvier 2023. <br />
AP Photo/Michael Sohn
Un véhicule blindé de transport de troupes Marder est exposé lors d'une présentation à la caserne "Erzgebirgskaserne" à Marienberg, dans l'est de l'Allemagne, le jeudi 12 janvier 2023. 
AP Photo/Michael Sohn


15h56 TU. La nouvelle présidente du CICR va se rendre cette semaine à Moscou

La nouvelle présidente du CICR, Mirjana Spoljaric, se rend cette semaine à Moscou pour rencontrer des représentants du gouvernement et discuter de l'accès aux soldats faits prisonniers depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie, a annoncé l'organisation mercredi.

Les besoins humanitaires urgents et les prisonniers de guerre seront "au coeur" de sa visite, qui fait suite à sa mission effectuée en Ukraine en décembre, a indiqué le Comité international de la Croix-Rouge dans un communiqué.

A Moscou, Mme Spoljaric, qui a pris ses fonctions en octobre dernier, va "discuter de questions humanitaires pressantes avec des représentants du gouvernement et de la Société de la Croix-Rouge russe".

Le CICR n'a pas souhaité communiquer les dates précises de son déplacement, mais une porte-parole à Genève, Jennifer Sparks, a précisé que ce serait "plus tard dans la semaine".

En Ukraine, Mme Spoljaric avait pu rencontrer des responsables du gouvernement, des représentants de la Société de la Croix-Rouge d'Ukraine et d'associations de familles de prisonniers de guerre, ainsi que des membres de communautés touchées par la guerre en Ukraine.

"Une des priorités absolues de la présidente est de faire en sorte que les prisonniers de guerre des deux camps puissent recevoir des visites régulières du CICR et qu'ils soient traités avec humanité, conformément au droit international humanitaire", a indiqué l'organisation. 

15h53 TU. Le Canada va donner 200 véhicules blindés légers à l'Ukraine


Le Canada va faire don de 200 véhicules blindés de transport de troupes aux forces ukrainiennes pour répondre "à un besoin précis exprimé par l'Ukraine", a annoncé mercredi la ministre de la Défense canadienne lors d'une visite à Kiev.

"Ces véhicules sont dotés des meilleures technologies de pointe et des armes peuvent facilement y être installées", a déclaré Anita Anand, assise aux côtés du ministre ukrainien de la Défense, Oleksii Reznikov.

"En ce jour difficile pour l'Ukraine, nos amis continuent de nous soutenir. Merci à vous Justin Trudeau et au peuple canadien pour un autre ensemble d'aides militaires", n'a pas tardé à tweeter le président ukrainien Volodymyr Zelensky, faisant référence à la mort du ministre ukrainien de l'Intérieur Denys Monastyrsky mercredi dans le crash de son hélicoptère, qui a fait au moins 14 morts.

L'annonce canadienne s'inscrit dans le cadre de l'aide militaire de 500 millions de dollars canadiens (343 millions d'euros) annoncés par le Premier ministre Justin Trudeau en novembre.


15H28 TU. Denys Monastyrsky, un ministre d'une nouvelle génération


Représentant d'une nouvelle génération loin de l'héritage post-soviétique, le ministre ukrainien de l'Intérieur, Denys Monastyrsky, mort mercredi à l'âge de 42 ans dans un crash d'hélicoptère près de Kiev, a été salué en Ukraine et à l'étranger comme un dirigeant "honnête" et "humain". 

Denys Monastyrsky était "jeune, très créatif" et une "bonne personne", a déclaré à l'AFP le maire de Kiev Vitali Klitschko à Davos (Suisse), où il participait au Forum économique mondial. 

"Pendant la guerre, il a toujours été proactif et a soutenu et défendu la vie de nos citoyens. C'était un grand trésor pour sa famille" et "pour tout notre pays", a-t-il ajouté. 

M. Monastyrsky faisait partie d'une nouvelle génération de responsables arrivés au pouvoir dans cette ex-république soviétique après le soulèvement pro-européen du Maïdan et notamment après l'élection en 2019 du président Volodymyr Zelensky. 

Le ministre, son premier adjoint Ievgeni Ienine et sept autres personnes se trouvaient à bord de l'appareil qui, en route pour une ville du front, s'est écrasé peu après 8 heures du matin, faisant au moins 14 morts dont un enfant. 

M. Monastyrsky, marié et père de deux fils, est le plus haut responsable ukrainien mort depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine lancée il y a onze mois. 

Le ministre ukrainien de l'Intérieur, Denys Monastyrsky, est décédé à l'âge de 42 ans. 
Le ministre ukrainien de l'Intérieur, Denys Monastyrsky, est décédé à l'âge de 42 ans. 


15H21 TU. Le maire de Kiev Vitali Klitschko confiant quant à de nouvelles livraisons d'armes

Le maire de Kiev Vitali Klitschko a affirmé mercredi avoir eu "des signaux très bons et positifs" quant à de potentielles annonces de livraisons d'armes à l'occasion d'une réunion des alliés occidentaux de l'Ukraine en Allemagne vendredi. 

"Observons ce qui se passera dans deux jours" a affirmé l'ancien boxer dans les travées du Forum de Davos à l'AFP, en référence à cette réunion. "J'espère qu'elle sera très positive pour l'Ukraine. Officieusement, j'ai des signaux très bons et positifs". 

Selon lui, "les soldats ukrainiens sont très motivés mais la motivation n'est pas suffisante. Nous avons besoin d'armes modernes pour défendre notre sol".

Au sujet des pressions politiques de plus en plus fortes pour que l'Allemagne autorise la livraison de chars Leopard, M. Klitschko a répondu qu'elles "seraient très utiles".

Le chancelier allemand Olaf Scholz doit s'exprimer mercredi dans le cadre du Forum de Davos, avant un discours par visioconférence du président ukrainien Volodymyr Zelensky. 


15h TU. Volodymyr Zelensky réagit suite au crash de l'hélicoptère 

"Notre peine est indicible", a déclaré le président Volodymyr Zelensky dans un message en ligne, évoquant tant le fait que le crash avait touché une école maternelle, que la mort du ministre de l'Intérieur, de son adjoint Ievgueni Ienine et du secrétaire d'Etat à l'Intérieur Youriï Loubkovytch.

Il a indiqué avoir ordonné une enquête sur les causes du crash.

Les Services de sécurité ukrainiens ont indiqué envisager toutes les pistes, y compris une "action délibérée de destruction". La ministre allemande de l'Intérieur, Nancy Faeser, a proposé à Kiev le "soutien" de Berlin dans ces investigations.

Sur place on pouvait voir des débris calcinés de l'hélicoptère appuyés contre la façade noircie d'un immeuble d'habitation, écrasant partiellement une voiture, et le bâtiment de l'école maternelle partiellement détruit, autour duquel s'affairaient toujours les secours. 

Des cadavres emmaillotés dans des couvertures, dans un jardin d'enfants. Un hélicoptère s'est écrasé sur des infrastructures civiles à Brovary, dans la périphérie de Kiev, en Ukraine, le mercredi 18 janvier 2023.<br />
AP Photo/Cyrille Amourksy
Des cadavres emmaillotés dans des couvertures, dans un jardin d'enfants. Un hélicoptère s'est écrasé sur des infrastructures civiles à Brovary, dans la périphérie de Kiev, en Ukraine, le mercredi 18 janvier 2023.
AP Photo/Cyrille Amourksy


14h53 TU. L'hélicoptère du ministre de l'Intérieur s'écrase, 14 morts

Le ministre ukrainien de l'Intérieur Denys Monastyrsky a été tué mercredi près de Kiev dans le crash de son hélicoptère qui a fait au moins 14 morts dont un enfant d'une école maternelle, alors qu'il se rendait sur la ligne de front en pleine guerre avec la Russie.

L'appareil, un Super Puma EC-225 (Airbus Helicopters, ex-Eurocopter) selon le Service d'Etat pour les situations d'urgence (SES) auquel il appartenait, s'est écrasé à 08H20 à Brovary, près de Kiev. "Le bâtiment de l'école maternelle a été touché, et le feu a par la suite gagné les fenêtres d'un immeuble de quatorze étages et trois voitures", a indiqué le SES sur Telegram, précisant qu'il y avait 9 personnes à bord de l'appareil dont le ministre et son adjoint.

Selon un dernier bilan du SES revu à la baisse en début d'après-midi, il y a 14 morts dont un enfant, et 25 blessés hospitalisés dont 11 enfants. Le déblaiement des décombres était toujours en cours.

Un précédent bilan avait fait état de 18 morts dont trois enfants.

Ce crash, survenu quatre jours après une frappe de missile russe qui a fait 45 morts à Dnipro, dans l'est de l'Ukraine, a suscité une vive émotion.

Les débris de l'hélicoptère qui s'est écrasé dans un jardin d'enfants en Ukraine. <br />
AP Photo/Daniel Cole
Les débris de l'hélicoptère qui s'est écrasé dans un jardin d'enfants en Ukraine. 
AP Photo/Daniel Cole


13h14 TU. Que s'est-il passé à Brovary ?

Après le crash de l'hélicoptère ayant entraîné la mort d'au moins 14 personnes dont trois enfants, la question de la raison du crash reste à résoudre.

Chargement du lecteur...

13h00 TU. Vladimir confiant sur une victoire de la Russie

Vladimir Poutine assure n'avoir "aucun doute" sur une victoire de la Russie dans son offensive en Ukraine, près d'un an après le début de l'opération russe sur le territoire ukrainien, où Moscou a essuyé plusieurs importants revers militaires.

Une victoire, "elle est garantie, je n'en ai aucun doute", déclare le président russe, lors d'un déplacement dans une usine d'armements à Saint-Pétersbourg. Selon Vladimir Poutine, ce qui pourrait aider la Russie, "c'est l'unité du peuple russe, le courage et l'héroïsme de nos soldats (...) et, bien évidemment, le travail de notre secteur militaire et industriel".

12h02 TU. L'Allemagne propose d'aider l'Ukraine à enquêter sur le crash de l'hélicoptère 

La ministre allemande de l'Intérieur Nancy Faeser annonce avoir proposé à Kiev le "soutien" de l'Allemagne dans l'enquête visant à clarifier les causes du crash d'un hélicoptère qui a fait au moins 18 victimes, dont son homologue ukrainien Denys Monastyrsky.

Le crash est "une nouvelle terrible", indique-t-elle aussidans un communiqué, se disant très "attristée" par la mort de son homologue et de ses collaborateurs et par le fait que des enfants aient également péri.

11h30 TU. Lavrov compare les actions de l'Occident contre la Russie à celles d'Hitler contre les juifs

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov compareles actions des pays occidentaux contre son pays à la "solution finale" du régime nazi pour exterminer les Juifs, des propos reflétant des thèses aujourd'hui couramment évoquées à Moscou.

Tout comme Napoléon a mobilisé presque toute l'Europe contre l'Empire russe, comme Hitler a mobilisé et conquis la plupart des pays européens pour les lancer contre l'Union soviétique, aujourd'hui les Etats-Unis ont monté une coalition.Sergueï Lavrov, chef de la diplomatie russe

Leur tâche est "la même : la 'solution finale' à la question russe. Tout comme Hitler voulait résoudre la question juive, désormais, les dirigeants occidentaux (...) disent sans ambiguïté que la Russie doit subir une défaite stratégique", ajoute-t-il. Si Moscou accuse régulièrement les pays occidentaux de vouloir "détruire" la Russie en armant l'Ukraine, les nouvelles déclarations de Sergueï Lavrov risquent de susciter de vives réactions. 

11h05 TU. Comment réagit le président français au crash de l'hélicoptère ?

Emmanuel Macron se dit "attristé par la mort tragique" du ministre ukrainien de l'Intérieur Denys Monastyrsky dans le crash de son hélicoptère. Il exprime ses "pensées" aux victimes de l'accident qui a fait au moins 18 morts, dont trois enfants. 

"Pensées pour toutes les victimes de ce terrible événement survenu à proximité d'une école maternelle, pour les enfants et les familles", écrit le président français sur Twitter. "La France présente ses condoléances à ses amis ukrainiens".

10h14 TU. Volodymyr Zelensky déplore une "terrible tragédie"

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky déplore une "terrible tragédie" et exprime une "douleur indicible" à la suite d'un crash d'un hélicoptère sur une école près de Kiev qui a fait 18 morts dont des enfants et son ministre de l'Intérieur. 

"Aujourd'hui, une terrible tragédie s'est produite à Brovary", grande ville qui touche la banlieue est de Kiev, déclare le président ukrainien sur Telegram. "La douleur est indicible. L'hélicoptère est tombé sur l'enceinte d'une école maternelle", ajoute-t-il.

10h07 TU. La banque russe Sberbank va ouvrir des bureaux en Crimée 

La première banque russe, Sberbank, va ouvrir cette année des bureaux en Crimée, malgré les sanctions américaines et européennes qui visent cette péninsule ukrainienne annexée par la Russie en 2014.

Un bureau de Sberbank à Moscou, en Russie, le 2 mars 2022.
Un bureau de Sberbank à Moscou, en Russie, le 2 mars 2022.
AP Photo/Pavel Golovkin

"Au cours de l'année, des bureaux de la banque seront ouverts, les premiers d'entre eux dans les plus grandes villes commenceront à fonctionner au cours du premier semestre", indique Sberbank. Elle se félicite d'avoir "déjà installé les premiers guichets automatiques de la banque" en Crimée annexée.

9h43 TU. Le ministre de l'Intérieur se rendait sur le front

L'hélicoptère qui transportait le ministre ukrainien de l'Intérieur, Denys Monastyrsky, et qui s'est écrasé près de Kiev, faisant au moins 18 morts, se rendait sur le front, indique la présidence ukrainienne.

"Le but de ce vol (était d'aller) vers l'un des points chauds de notre pays où se déroulent les combats. Le ministre de l'Intérieur s'y rendait", déclare Kyrylo Timochenko, le chef-adjoint du cabinet de la présidence, à la télévision ukrainienne.

9h41 TU. Le Premier ministre ukrainien déplore "une grande perte"

Selon le Premier ministre ukrainien Denys Chmyhal, la mort du ministre de l'Intérieur représente "une grande perte."

"Tragédie à Brovary. (...) Une grande perte pour le gouvernement et tout l'Etat" ukrainien, indique-t-il sur Telegram. Le Premier ministre appelle à la "création immédiate d'un groupe spécial pour une enquête détaillée sur les circonstances du drame".

9h24 TU. Le décès du ministre de l'Intérieur ukrainien déploré par Charles Michel

Le président du conseil européen Charles Michel déplore le décès de Denys Monastyrsky, ministre de l'Intérieur ukrainien, qu'il qualifie de "grand ami de l'UE". Il exprime ses "plus sincères condoléances" au peuple ukrainien.


8h18 TU. Le ministre de l'Intérieur tué dans le crash de l'hélicoptère

"Nous avons des informations sur 18 morts dont deux enfants", indique la police dans un communiqué, à propos du crash de l'hélicoptère dans la région de Kiev.

Le ministre de l'Intérieur Denys Monastyrsky, 42 ans, son premier adjoint Ievgueni Ienine, 42 ans et un autre haut responsable du ministère se trouvant à bord de l'appareil ont également été tués, précise le communiqué.  En outre, 22 blessés dont dix enfants ont été hospitalisés, selon la même source.

7h32 TU. Crash d'un hélicoptère à proximité d'une école

Un hélicoptère s'est écrasé ce matin près d'une école maternelle dans la région de Kiev, annonce la présidence ukrainienne. Elle fait état de "victimes" dans cet accident.

"Dans la ville de Brovary (NDLR : banlieue Est de Kiev), un hélicoptère s'est écrasé près d'une maternelle et d'un immeuble d'habitation (...) Il y a des victimes", indique le chef adjoint de l’administration présidentielle Kyrylo Timochenko sur Telegram. Il ajoute que "les ambulances, la police et les pompiers travaillent sur les lieux de l'accident."

7h00 TU. Quel rôle Paris et Berlin peuvent jouer dans les futures négociations sur l'Ukraine ? 

Le 60e anniversaire du Traité de l'Elysée, socle de la réconciliation franco-allemande, sera célébré le 22 janvier à Paris. L'ancien président français François Hollande estime que la défense va devenir le "grand sujet" de la relation entre les deux pays. En revanche, il se montre plus prudent sur le rôle que Paris et Berlin pourraient jouer dans les négociations futures sur l'Ukraine. 

Aujourd’hui, suite à la guerre en Ukraine, c'est une autre dimension qu'il est nécessaire de faire évoluer dans le couple franco-allemand.François Hollande, ancien président français

​5h00 TU. Fin des recherches de survivants à Dnipro

L'Ukraine a arrêté sa quête de survivants à Dnipro, dans le centre-est du pays. Un immeuble résidentiel a été détruit par un missile russe le 14 janvier 2023. C'est l'un des bombardements les plus meurtriers de la guerre avec 45 morts.

Des secouristes recherchent des survivants dans un immeuble détruit lors d'une attaque à la roquette russe dans un quartier résidentiel de la ville de Dnipro, dans le sud-est de l'Ukraine, le 15 janvier 2023. 
Des secouristes recherchent des survivants dans un immeuble détruit lors d'une attaque à la roquette russe dans un quartier résidentiel de la ville de Dnipro, dans le sud-est de l'Ukraine, le 15 janvier 2023. 
AP Photo/Evgeniy Maloletka.

Il s'agit d'un des bombardements les plus meurtriers sur un site civil depuis le début de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, le 24 février 2022. Une section entière du bâtiment s'est effondrée, emprisonnant sous les décombres des dizaines de personnes.

4h45 TU. De quel soutien bénéficie l'Ukraine ? 

Sur le front diplomatique, les Occidentaux réaffirme leur soutien à Kiev. L'Ukraine réclame toujours plus d'armements, notamment des chars, pour repousser encore l'armée russe des territoires qu'elle occupe.