Info

DIRECT - Ukraine : 60 personnes sont mortes dans le bombardement d'une école à Bilogorivka

Ivan Andreiev qui a fuit Marioupol embrasse son chat Leonardo à peine arrivé à Zaporijjia. Selon la coordinatrice humanitaire des Nations Unies Osnat Lubrani, 174 civils ont pu être évacués de Marioupol dont une quarantaine de l'aciérie d'Azovstal.
Ivan Andreiev qui a fuit Marioupol embrasse son chat Leonardo à peine arrivé à Zaporijjia. Selon la coordinatrice humanitaire des Nations Unies Osnat Lubrani, 174 civils ont pu être évacués de Marioupol dont une quarantaine de l'aciérie d'Azovstal.
© AP Photo/Francisco Seco
Ivan Andreiev qui a fuit Marioupol embrasse son chat Leonardo à peine arrivé à Zaporijjia. Selon la coordinatrice humanitaire des Nations Unies Osnat Lubrani, 174 civils ont pu être évacués de Marioupol dont une quarantaine de l'aciérie d'Azovstal.
Maksym, 3 ans, se fait photographier avec son frère Dmytro, 16, sur un char russe dans les environs de Kiev ce 8 mai 2022. 

Ce soir, 174 civils évacués de Marioupol, dont une quarantaine viennent d'Azovstal, sont arrivés sains et saufs à Zaporijjia. Mais la coordinatrice humanitaire des Nations Unies, Osnat Lubrani rappelle que "le travail n'est pas terminé, nous n'oublions pas ceux qui restent". Intervenant en visioconférence au sommet du G7, Volodymyr Zelensky a rappelé que 60 civils étaient morts dans le bombardement d'une école à Bilogorivka, village dans l'Est de l'Ukraine, toujours bombardé par les forces russes. 

Le point sur la situation en Ukraine ce 8 mai à 20h00 TU.
- 60 morts après des frappes russes sur une école à Bilogorivka, dans la région de Lougansk.
- La Première Dame Jill Biden fait une visite impromptue en Ukraine. Elle s'est rendue dans une école qui accueille des déplacés.
- Le Premier ministre canadien Justin Trudeau s'est rendu à Irpin. Dans une conférence de presse à Kiev il accuse Vladimir Poutine de "crimes de guerre".
- Volodymyr Zelensky rencontre les leaders du G7 avant la visioconférence de ce soir.
- Les pays du G7, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni, s'engagent à ne plus acheter de pétrole ou de gaz russe.
- Les militaires ukrainiens retranchés dans les galeries souterraines de l'aciérie Azovstal, dans le port dévasté de Marioupol (sud-est) excluent de se rendre : "Capituler n'est pas une option car notre vie n'intéresse pas la Russie."
-
Nouvelles sanctions de la part des États-Unis contre Gazprombank. Les dirigeants du G7 s'accordent pour "progressivement" arrêter les importations de gaz et pétrole russe.
- Le chanteur Bono et The Edge donnent un concert impromptu dans un abri dans le métro de Kiev.
20h00 TU. Volodymyr Zelensky dénonce le bombardement de l'école à Bilogorivka où 60 personnes sont mortes lors de la réunion du G7 en visioconférence.

Le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres est "horrifié" par ce bombardement.

Voir : Ukraine : une école dans la région de Louhansk bombardée par les Russes
Chargement du lecteur...


19h45TU : Plus de 170 civils de Marioupol, dont une quarantaine évacués de l'aciérie Azovstal, sont arrivés dimanche soir à Zaporijjia, a constaté un journaliste de l'AFP.

Au total, 174 civils sont arrivés à bord de huit bus dans cette grande ville du sud-est de l'Ukraine "depuis l'enfer de Marioupol", a précisé dans la foulée sur Twitter la coordinatrice humanitaire des Nations unies pour l'Ukraine, Osnat Lubrani.
 

19h00 TU Bono et The Edge ont donné un concert impromptu dans le métro de Kiev.

17h46 TU Le président russe "Vladimir Poutine est responsable de ces odieux crimes de guerre", déclare le Premier ministre canadien Justin Trudeau à Kiev.
Le Premier ministre canadien Justin Trudeau déclare <em>"Il est clair que Vladimir Poutine est responsable de ces odieux crimes de guerre"</em> lors de son point presse avec le président ukrainien Zelensky.
Le Premier ministre canadien Justin Trudeau déclare "Il est clair que Vladimir Poutine est responsable de ces odieux crimes de guerre" lors de son point presse avec le président ukrainien Zelensky.
© AP Photo/Efrem Lukatsky
Justin Trudeau s'était d'abord rendu dans la ville voisine d'Irpin où l'Ukraine accuse la Russie d'un massacre de civils. Arrivé à Kiev, il a inauguré la réouverture de l'ambassade canadienne avant de rejoindre le président Zelensky pour une conférence de presse.
"Il est clair que Vladimir Poutine est responsable de ces odieux crimes de guerre", a alors déclaré Justin Trudeau en martelant, "Il devra rendre des comptes".

"J'ai été témoin de la brutalité de la guerre illégale menée par la Russie" a-t-il dénoncé devant les journalistes.
 
17h09 TU. Les États-Unis dévoilent un nouveau paquet de sanctions, contre trois télévisions russes et des dirigeants de la Gazprombank.

"Nous ne gelons pas les actifs de Gazprombank ni n'interdisons aucune transaction avec Gazprombank", a déclaré aux journalistes un haut responsable de l'administration Biden. "Ce que nous signalons, c'est que Gazprombank n'est pas un refuge sûr, et nous sanctionnons donc certains de leurs principaux dirigeants d'entreprise … pour créer un effet dissuasif." 

Huit dirigeants de Sberbank, qui possède un tiers des actifs bancaires russes, ont été également sanctionnés rapporte Reuters ainsi que la Banque Industrielle de Moscou et dix de ses filiales.

16h17 TU. Les actions de Poutine "couvrent son peuple de honte". Les membres du G7 s'indignent dans un communiqué.


Alors que Vladimir Poutine s'apprête à célébrer lundi en grande pompe la victoire de l'Union soviétique sur l'Allemagne nazie, ses actions en Ukraine "couvrent la Russie et les sacrifices historiques de son peuple de honte", s'indignent dimanche les pays du G7 dans un communiqué commun.

Lors d'une réunion virtuelle à laquelle a participé le président ukrainien Volodymyr Zelensky, les chefs d'État et de gouvernement de l'Allemagne, du Canada, des Etats-Unis, de la France, de l'Italie, du Japon, et du  Royaume-Uni lui ont "répété (leur) engagement à prendre de nouvelles mesures pour aider l'Ukraine à s'assurer un avenir libre et démocratique" ainsi qu'à "se défendre et repousser de futurs actes d'agression", selon le texte publié à l'issue de la rencontre. 

16h01 TU. "Le G7 tout entier s'est engagé aujourd'hui à interdire ou supprimer progressivement les importations de pétrole russe", annonce la Maison Blanche dans un communiqué.

Cette décision "va porter un coup dur à la principale artère irriguant l'économie de (Vladimir) Poutine et le priver des revenus dont il a besoin pour financer sa guerre", affirme l'exécutif américain, sans préciser quels engagements exactement a pris chacun des membres du G7, à savoir l'Allemagne (qui en a la présidence cette année), le Canada, les Etats-Unis, la France, l'Italie, le Japon, et le Royaume-Uni.

Les Etats-Unis, qui n'en étaient pas de grands consommateurs, ont d'ores et déjà interdit l'importation d'hydrocarbures russes.


15h45 TU . En cette journée de commémoration de la victoire sur l'Allemagne nazie de nombreux chefs d'États ont évoqué la situation en Ukraine.

Boris Johnson fait référence à l'Ukraine dans son message célébrant les morts de la 2ème guerre mondiale.
 

Et le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg :
 

La cheffe de l'Union européenne, Ursula von der Leyen, déclare que l'Ukraine est une des raisons pour lesquelles ont célèbre lle 9 mai la journée de l'Europe.
 

Et dernier en date, Emmanuel Macron qui évoque également la paix en Europe.
 


15h30 TU. Kiev mènerait-il une campagne de sabotage en Russie ?

Un incendie meurtrier dans un institut de recherche militaire à Tver, au nord-ouest de Moscou. Un autre feu dans une usine de munitions à Perm, à quelque 1.100 kilomètres à l'est. Et des brasiers dans deux dépôts de carburants à Briansk, près du Bélarus et de l'Ukraine.
 
Incendie d'un dépôt de carburant à Briansk le 25 avril 2022.
Incendie d'un dépôt de carburant à Briansk le 25 avril 2022.
© source anonyme via AP
Coïncidence, ou signe que les Ukrainiens - ou leurs soutiens - mènent une campagne de sabotage à l'intérieur des frontières russes, pour punir Moscou d'avoir envahi leur pays le 24 février?

Depuis le feu à l'institut militaire de Tver, déclenché le 21 avril et qui a tué au moins 17 personnes, chaque incendie en Russie, notamment dans des endroits sensibles, est vu, sur les réseaux sociaux, comme un signe que le pays subit une offensive clandestine.

Si personne ne les a revendiqués, des analystes affirment qu'au moins certains des brasiers, notamment ceux à Briansk, indiquent un effort de Kiev pour mener la guerre chez ses envahisseurs.

Mykhaylo Podolyak, conseiller présidentiel ukrainien, a qualifié ces feux d'"intervention divine" dans un message sur Telegram. "Les grands dépôts de carburants brûlent régulièrement (...) pour différentes raisons", a-t-il écrit. "Le karma est cruel."

Un peu plus tôt dans la journée il twittait :

14h16 TU. Le Premier ministre canadien Justin Trudeau est à Irpin.

Le maire de la ville, Oleksander Markoucine déclare "le premier ministre Justin Trudeau est venu à Irpin pour voir de ses propres yeux toutes les horreurs que les occupants russes ont faites à notre ville".
 
"Et, bien sûr, il était choqué. Après tout, il n'a pas vu des objets militaires brûlés et dépoussiérés détruits, mais les maisons des habitants d'Irpin, qui ont récemment profité de la vie et avaient des projets pour l'avenir. Merci beaucoup M. Trudeau pour le soutien que le Canada apporte aujourd'hui à l'Ukraine. Nous croyons en une coopération accrue de nos pays et à la reconstruction des villes ukrainiennes après notre victoire. J'espère le soutien de M. Justin Trudeau dans l'organisation des efforts de la diaspora ukrainienne au Canada pour reconstruire les infrastructures à Irpen. Irpin adressera les lettres officielles pertinentes dans un avenir proche."

14h07 TU.  La Première Dame Jill Biden est en Ukraine à Oujhorod, ville de Transcarpatie, toute proche de la Slovaquie. 
 
Jill Biden et Olena Zelenska, la femme de Volodymyr Zelensky, devant une école qui accueille des déplacés à Uzhhorod.
Jill Biden et Olena Zelenska, la femme de Volodymyr Zelensky, devant une école qui accueille des déplacés à Uzhhorod.
© AP Photo/Susan Walsh, Pool
La Première Dame Jill Biden est arrivée en Ukraine, dernière étape de sa tournée. Dans un tweet elle explique avoir voulu être auprès des mères ukrainiennes en cette journée de la Fête des mères.
 



14h00TU . La police allemande ordonne à des manifestants rassemblés devant le Mémorial soviétique à Berlin de replier un immense drapeau ukrainien déployé en signe de protestation à l'invasion russe.

La police de Berlin avait donné des instructions précises : aucun drapeau russe, soviétique et ukrainien ne devait être déployé lors des cérémonies des 8 et 9 mai. Des manifestants ont dû donc replier l'immense drapeu de 25 mètres dans le quartier de Tiergarten où se trouve le monument en honneur des troupes soviétiques de la Deuxième guerre mondiale. 
La police de Berlin avait donné des instructions précises : aucun drapeau russe, soviétique et ukrainien ne devait être déployé lors des cérémonies des 8 et 9 mai. Des manifestants ont dû donc replier l'immense drapeu de 25 mètres dans le quartier de Tiergarten où se trouve le monument en honneur des troupes soviétiques de la Deuxième guerre mondiale. 
© AP Photo/Markus Schreiber

"Pour que la commémoration pacifique et dans la dignité reste au premier plan, nos collègues ont veillé à ce qu'un drapeau ukrainien d'environ 25 mètres de long soit enroulé" après avoir été déployé, a twitté la police berlinoise.

Craignant des échauffourées notamment d'activistes pro-russes, la police berlinoise avait annoncé vendredi l'interdiction de déployer des drapeaux ou des symboles militaires sur une quinzaine de sites de la capitale allemande lors des commémorations de la fin de la Seconde Guerre mondiale qui doivent se poursuivre lundi.


Des manifestants pro-Russes ont crié "Melnyk  dehors" et "les Nazis dehors" alors que l'ambassadeur ukrainien rejoignait la cérémonie officielle devant le mémorial soviétique de la Deuxième guerre mondiale au Tiergarten. Chantant en russe et en allemand, ils ont remercié l'armée soviétique pour avoir mis fin au fascisme et à la 2ème guerre mondiale il y a 77 ans.

13h44 TU. Des négociations se poursuivront "en début de semaine" entre les 27 États membres de l'UE pour lever les obstacles au projet d'embargo européen sur le pétrole russe freiné par plusieurs États membres, notamment la Hongrie.

Les ambassadeurs des Vingt-Sept à Bruxelles se sont réunis ce dimanche sans parvenir encore à s'accorder sur la mise en oeuvre du sixième paquet de sanctions contre Moscou présenté mercredi par la Commission européenne. Ce projet prévoit un embargo sur le pétrole russe d'ici à la fin de l'année dont la réalisation soulève des problèmes importants pour certains pays membres.

"Des contacts à tous les niveaux se poursuivront en début de semaine dans l'objectif d'aboutir le plus rapidement possible à un accord complet sur ce sixième paquet", a déclaré un diplomate européen. Le Conseil européen "est uni sur la nécessité d'adopter" ces mesures. "Des progrès très importants ont été réalisés sur la plus grande partie" d'entre elles, a-t-il affirmé.

"Il n'y a pas de blocage politique, mais la nécessité de garantir des sources alternatives d'approvisionnement aux pays enclavés dépendant du pétrole russe par oléoduc. Et ce n'est pas chose facile", assure le diplomate interrogé par l'AFP.

12h10 TU. Les Ukrainiens continuent de fuir la guerre. 

Selon le Haut Commissariat aux réfugiés de l'ONU (HCR), plus de 5,4 millions d'Ukrainiens ont fui leur pays. Parmi eux, 90% de femmes et d'enfants, les hommes de 18 à 60 ans, susceptibles d'être mobilisés, n'ayant pas le droit de partir. Plus de 7,7 millions d'Ukrainiens ont été déplacés à l'intérieur du pays, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).



12h00 TU. L'impossible décompte des victimes civiles du conflit en Ukraine.
 

Il n'existe aucun bilan global des victimes civiles du conflit. Rien qu'à Marioupol, les autorités ukrainiennes ont parlé il y a plusieurs semaines de 20.000 morts. Et les enquêteurs ukrainiens affirment avoir identifié "plus de 8.000 cas" présumés de crimes de guerre.

Oleksandr Mozheiko, Ukrainien de 31 ans, est mort au combat contre les troupes russes. Il a été inhumé à Kiev le 15 avril dernier. Ses proches pleurent sa disparition. 
Oleksandr Mozheiko, Ukrainien de 31 ans, est mort au combat contre les troupes russes. Il a été inhumé à Kiev le 15 avril dernier. Ses proches pleurent sa disparition. 
Rodrigo Abd / ASSOCIATED PRESS

11h50 TU. 25 000 soldats russes tués depuis le début de l'offensive en Ukraine, assure Kiev. 

Sur le plan militaire, le ministère ukrainien de la Défense évalue les pertes russes à plus de 25.000 hommes, 199 avions et 1.130 chars depuis le début de l'invasion le 24 février. Le Kremlin a récemment admis des "pertes importantes". Certaines sources occidentales évoquent jusqu'à 12.000 soldats russes tués.

11h40 TU. Environ 3.000 soldats ukrainiens sont morts au combat, annonce Zelensky. 

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré qu'environ 2.500 à 3.000 soldats ukrainiens avaient été tués et quelque 10.000 autres blessés. À ce stade, aucune statistique indépendante n'est disponible.

11h40 TU. Les personnes disparues dans le bombardement d'une école dans le Donbass sont "très probablement mortes", annonce Kiev. 
 

Dans le bassin houiller du Donbass, 60 personnes sont portées disparues après le bombardement aérien samedi d'une école. L'établissement scolaire situé dans le village de Bilogorivka à Lougansk, leur servait de refuge. Selon le gouverneur régional, Serguiï Gaïdaï, affirmant qu'elles étaient "très probablement mortes". L'état-major a précisé que dans la région de Donetsk, les troupes russes avaient poursuivi leurs opérations offensives autour de Lyman, Popasnyansky, Severodonetsk et Avdiivka.

Les forces russes ont revendiqué la prise de Popasna le 7 mai, mais restent largement bloquées dans l'est de l'Ukraine.
Note de l'Institut américain d'étude de la guerre (ISW) du 7 mai 2022. 
11h20 TU. Selon Moscou, "le nazisme relève à nouveau la tête". 
 

"Malheureusement, aujourd'hui, le nazisme relève à nouveau la tête", a déclaré le président russe ce dimanche lors des commémorations du 8 mai 1945, dans un passage destiné aux Ukrainiens. "Notre devoir sacré est d'empêcher les héritiers idéologiques de ceux qui ont été vaincus" dans ce que Moscou nomme la "Grande Guerre patriotique", de "prendre leur revanche". "Aujourd'hui, le devoir commun est d'empêcher la renaissance du nazisme, qui a causé tant de souffrances aux peuples de différents pays", a-t-il ajouté, souhaitant "que les nouvelles générations soient dignes de la mémoire de leurs pères et grands-pères".

10h30 TU. Vladimir Poutine souhaite la "victoire" en Ukraine. 
 

Dimanche, le président russe Vladimir Poutine a assuré que "comme en 1945, la victoire sera à nous", multipliant les comparaisons entre la Seconde Guerre mondiale et le conflit en Ukraine dans ses voeux du 8 mai. Le chef du Kremlin, qui pense ne pouvoir "se permettre de perdre" en Ukraine, est "convaincu que redoubler d'efforts lui permettra de progresser", a estimé samedi Bill Burns, directeur de l'agence de renseignement américaine CIA.

Sur la place Rouge à Moscou, les derniers préparatifs pour les commémorations du 8 mai 1945 s'achèvent. 
Sur la place Rouge à Moscou, les derniers préparatifs pour les commémorations du 8 mai 1945 s'achèvent. 
Alexander Zemlianichenko / ASSOCIATED PRESS

10h20 TU. La Russie annonce des victoires militaires en Ukraine. 

Le ministère russe de la Défense revendique dans son briefing dimanche la destruction du "poste de commandement d'une brigade mécanisée", dans la région de Kharkov (est) en Ukraine. Toujours selon Moscou, les troupes russes ont également pris le contrôle d'un  "entre de communication de l'aérodrome militaire de Chervonoglinskoye près du village d'Artsyz". Par ailleurs, la défense aérienne a détruit "deux autres bombardiers ukrainiens Su-24 et un hélicoptère Mi-24 de l'armée de l'air ukrainienne au-dessus de l'île des Serpents, et un véhicule aérien sans pilote Bayraktar-TB2 a été abattu près de la ville d'Odessa", selon la même source.

09h50 TU. Les 27 discutent d'un possible embargo sur le pétrole russe.
 

Des négociations difficiles se poursuivent dimanche entre les 27 États membres de l'UE pour lever les obstacles au projet d'embargo européen sur le pétrole russe. Il est pour l'heure freiné par plusieurs États membres, notamment la Hongrie. Les ambassadeurs des Vingt-Sept à Bruxelles devaient se réunir "à midi", a indiqué un diplomate européen à nos confrères de l'AFP.

09h40 TU. Au moins 60 disparus après le bombardement d'une école dans l'est de l'Ukraine. 
 

Soixante personnes sont portées disparues après le bombardement samedi d'une école où elles se réfugiaient dans la région de Lougansk dans l'est de l'Ukraine, a indiqué dimanche le gouverneur régional Serguiï Gaïdaï. Le village de "Bilogorivka a subi une frappe aérienne. Les bombes ont atteint l'école et, malheureusement, elle a été complètement détruite", a déclaré le gouverneur sur son compte Telegram. "Il y avait au total 90 personnes. 27 ont été sauvées (...) Soixante personnes qui se trouvaient dans l'école sont très probablement mortes", a-t-il précisé.

09h00 TU. La Russie aurait attaqué des centres de santé ukrainiens. 

L'Organisation mondiale de la santé a vérifié 200 attaques contre des établissements de santé en Ukraine depuis le début de l'invasion russe, déclare le directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus lors d'une conférence de presse depuis Kiev. "Ces attaques doivent cesser", ajoute-t-il. 

08h30. Marioupol bientôt sous contrôle des Russes ? 

Kiev redoute un assaut final russe contre les derniers combattants assiégés à Marioupol. Depuis plusieurs jours, l'armée russe resserre son emprise sur la dernière poche de résistance à Marioupol (sud-est).  Avec de moins en moins de munitions et de nourriture, et des conditions de vie extrêmes, les derniers combattants ukrainiens retranchés dans l'usine Azovstal luttent toujours.
Une fille regarde par la vitre d'une voiture alors que sa famille arrive de Marioupol au centre pour personnes déplacées de Zaporizhia, en Ukraine, le jeudi 5 mai 2022.
Une fille regarde par la vitre d'une voiture alors que sa famille arrive de Marioupol au centre pour personnes déplacées de Zaporizhia, en Ukraine, le jeudi 5 mai 2022.
(AP Photo/Evgeniy Maloletka)
07h45 TU. Jusqu'à 400 heures de cours de français pour les réfugiés ukrainiens.
 

Les personnes réfugiées en France après avoir fui la guerre en Ukraine pourront bénéficier de cours de français allant jusqu'à quatre cents heures, à compter de lundi, selon un arrêté publié dimanche au Journal officiel. Après une "évaluation des compétences écrites et orales en français", une "formation linguistique adaptée" sera proposée, souligne l'arrêté du 3 mai paru dimanche et qui s'adresse aux "bénéficiaires de la protection temporaire", régime activé par l'Union européenne pour la première fois à l'occasion du conflit ukrainien.

07h20 TU. La Russie tente d' "achever les défenseurs d'Azovstal" à Marioupol. 

L'aciérie d'Azovstal abrite les derniers défenseurs de Marioupol. Des centaines de civils ont également trouvé refuge dans ses galeries souterraines très étendues après le lancement de l'invasion russe le 24 février.  "L'ennemi cherche à achever les défenseurs d'Azovstal, il essaie de faire cela avant le 9 mai pour faire un cadeau (au président russe) Vladimir Poutine", a mis en garde vendredi Oleksiï Arestovytch, un conseiller du président ukrainien.

Aciérie d'Azovstal à Marioupol en Ukraine. 7 mai 2022. 
Aciérie d'Azovstal à Marioupol en Ukraine. 7 mai 2022. 
Alexei Alexandrov / ASSOCIATED PRESS
07h20 TU. Moscou poursuit l'offensive dans le Donbass. 
 

"L'ennemi ne cesse pas ses opérations offensives dans la zone opérationnelle orientale afin d'établir un contrôle total sur le territoire des régions de Donetsk, Lougansk et Kherson, et de maintenir le couloir terrestre entre ces territoires et la Crimée occupée" depuis 2014, a indiqué l'état-major ukrainien dimanche matin. Il a précisé que dans la région de Donetsk, les troupes russes avaient poursuivi leurs opérations offensives autour de Lyman, Popasnyansky, Severodonetsk et Avdiivka. 

06h45 TU. En pleine guerre en Ukraine, la Russie va célébrer la fin de la Seconde Guerre mondiale avec faste.  

Quelle victoire la Russie va-t-elle célébrer demain lundi ? Le traditionnel défilé militaire du 9 mai sera l'occasion d'une démonstration de force en pleine offensive militaire à la peine. Les dernières répétitions se sont déroulées ce samedi à Moscou.
 
Chargement du lecteur...
05h52 TU. Environ 500 civils ont pu quitter Marioupol cette semaine. 

Kiev vient d'annoncer l'évacuation de toutes les femmes, tous les enfants et toutes les personnes âgées de l'usine d'Azovstal, sous l'égide de l'ONU et de la Croix-Rouge située dans la ville assiégée de Marioupol. En une semaine, près de 500 civils ont ainsi pu fuir l'aciérie.

05h30 TU. L'offensive russe en Ukraine se poursuit. 
 

Des frappes russes ont été signalées samedi autour de Donetsk (est). Le bilan fait état de quatre personnes tuées et neuf autres blessées, selon le gouverneur régional Pavlo Kyrylenko. Les Russes ont obtenu entre vendredi et samedi des gains territoriaux limités aux alentours de Severodonetsk, l'une des principales localités du Donbass encore aux mains des Ukrainiens. Selon les estimations de l'Institut américain d'étude de la guerre (ISW), cela ne devrait pas aboutir à un encerclement complet.

05h20 TU. Des attaques en Transnistrie ? 

Les autorités de la région séparatiste prorusse de la Transnistrie , en Moldavie, ont annoncé samedi que quatre explosions avaient eu lieu la veille au soir dans un village frontalier de l'Ukraine, sans faire de victime. Selon l'état-major, les groupes armés de Transdniestrie et les troupes russes dans cette zone sont "en pleine préparation au combat". La crainte que le conflit en Ukraine ne s'étende à la Transnistrie s'est amplifiée ces dernières semaines après qu'un général russe a révélé que l'un des objectifs de la Russie était d'établir un couloir terrestre vers ce petit territoire.
TV5MONDE
05h00 TU. Les forces ukrainiennes continuent la contre-offensive à Kharkiv.  
 

À Kharkiv, la contre-offensive ukrainienne pour mettre la deuxième ville d'Ukraine hors de portée de l'artillerie ennemie a pris de l'ampleur, avec la prise de plusieurs positions russes, d'après  l'Institut américain d'étude de la guerre. "Les forces ukrainiennes regagnent du terrain le long d'un large arc autour de Kharkiv et ne se concentrent plus sur une poussée limitée, faisant preuve d'une capacité à lancer des opérations offensives à plus grande échelle que jusqu'à présent dans cette guerre", a expliqué cet institut.

"Les forces ukrainiennes regagnent du terrain le long d'un large arc autour de Kharkiv et ne se concentrent plus sur une poussée limitée, faisant preuve d'une capacité à lancer des opérations offensives à plus grande échelle que jusqu'à présent dans cette guerre"
Annonce de l'Institut américain d'étude de la guerre, samedi 8 mai 2022.

04h30 TU. La Russie peaufine les derniers préparatifs du 9 mai. 
 

D'ultimes répétitions se sont déroulées samedi avant le traditionnel défilé militaire du 9 mai à Moscou. Ces commémorations célébrent la victoire sur l'Allemagne nazie et seront l'occasion d'une démonstration de force en pleine campagne d'Ukraine à la peine.

04h00 TU. Jill Biden en déplacement en Europe, au chevet des réfugiés ukrainiens.
 

Jill Biden, la Première dame des États-Unis, entame une visite de plusieurs jours en Europe. Elle doit lui permettre d'exprimer son soutien à l'Ukraine et aux pays qui l'aident. L'épouse du président américain a rencontré à Bucarest en Roumanie des familles de réfugiés ukrainiens. Ce pays frontalier de l'Ukraine a jusqu'ici accueilli plus de 860.000 personnes en provenance de ce pays, dont environ 80.000 s'y trouvent toujours.

La Première dame des États-Unis Jill Biden est en Europe. Au cours de son déplacement, elle va rencontrer des familles de réfugiés ukrainiens accueillies dans différents pays. 
La Première dame des États-Unis Jill Biden est en Europe. Au cours de son déplacement, elle va rencontrer des familles de réfugiés ukrainiens accueillies dans différents pays. 
Susan Walsh / ASSOCIATED PRESS
03h30 TU. Le Conseil de l'Europe dénonce des violations "vertigineuses" des droits humains par l'armée russe en Ukraine. 
 

La Commissaire du Conseil de l'Europe pour les droits de l'homme a dénoncé les violations "vertigineuses" des droits humains et du droit humanitaire international par l'armée russe en Ukraine, après une visite de quatre jours à Kiev et sa région. "Les noms de Boutcha, Borodianka, Irpin ou Andriivka en sont venus à symboliser les actes horribles qui ont été commis ici", s'est émue Dunja Mijatovic.

03h00 TU. Un G7 principalement consacré à l'Ukraine. 
 

La réunion du G7 va se dérouler à la veille de la parade militaire du 9 mai en Russie, qui marque la victoire de l'Union soviétique sur l'Allemagne nazie lors de la Seconde Guerre mondiale. Cette troisième réunion depuis le début de l'année sera consacrée "en particulier à la situation en Ukraine", a indiqué la porte-parole du chancelier allemand Olaf Scholz, dont le pays assure cette année la présidence du G7.

From left, Japan's Prime Minister Fumio Kishida, U.S. President Joe Biden, NATO Secretary General Jens Stoltenberg, European Commission President Ursula von der Leyen, Canada's Prime Minister Justin Trudeau and Germany's Chancellor Olaf Scholz befor the G7 leaders' group photo during a NATO summit in Brussels, Thursday March 24, 2022. 
From left, Japan's Prime Minister Fumio Kishida, U.S. President Joe Biden, NATO Secretary General Jens Stoltenberg, European Commission President Ursula von der Leyen, Canada's Prime Minister Justin Trudeau and Germany's Chancellor Olaf Scholz befor the G7 leaders' group photo during a NATO summit in Brussels, Thursday March 24, 2022. 
Henry Nicholls / ASSOCIATED PRESS

02h30 TU. Les militaires ukrainiens affaiblis. 

"De nombreux soldats se trouvent dans un état grave. Ils sont blessés et n'ont pas de médicaments", explique Ievguenia Tytarenko, infirmière militaire, dont le mari, infirmier et membre du régiment Azov, et ses collègues sont toujours dans l'usine. "La nourriture et l'eau manquent aussi", dit-elle.

02h15 TU. Kiev réclame une mission de MSF pour secourir les blessés de Marioupol.

L'Ukraine a demandé samedi à Médecins sans frontières (MSF) d'organiser une mission pour évacuer et soigner les soldats retranchés dans l'aciérie Azovstal de Marioupol, dans un communiqué diffusé quelques heures après l'annonce de l'évacuation des civils.

02h00 TU. Les civils évacués d'Azovstal. 

Femmes, enfants et personnes âgées ont tous été évacués de l'aciérie Azovstal, dernière poche de résistance dans la ville dévastée de Marioupol, où les autorités ukrainiennes craignent que l'offensive russe ne reprenne de plus belle à l'approche des célébrations à Moscou de la victoire sur l'Allemagne nazie le 9 mai.
  01h45 TU. Incendie à Odessa.

Des images fournies par le service national d'urgence ukrainien montrent des pompiers intervenant après une frappe de six missiles russes sur la ville portuaire d'Odessa, dans le sud du pays. 

01h30 TU. Un bateau de la marine russe endommagé par l'armée de Kiev. 
 

La marine ukrainienne affirme avoir détruit un bateau de guerre russe près de la petite île aux Serpents en mer Noire, devenue un symbole de la résistance à l'offensive russe. Le Serna, un navire rapide de débarquement ayant une capacité d'emport de 45 tonnes, a été touché par un drone, a-t-elle précisé sur Facebook. Moscou n'a pas confirmé l'information.

"Je veux juste survivre"
Galina Abdurashikova, Ukrainienne de 65 ans, installée à l'est du pays. 
01h00 TU. Poutine veut poursuivre la guerre en Ukraine. 

Le président russe Vladimir Poutine est déterminé à poursuivre la guerre en Ukraine. Mais la CIA, principale agence de renseignement américaine, ne perçoit aucune indication que la Russie se prépare à utiliser des armes nucléaires tactiques dans ce conflit, a déclaré son directeur Bill Burns samedi.

00h00 TU. Acheminement ide humanitaire à l'est de l'Ukraine.

 À Sieverodonetsk la ville la plus à l'est de l'Ukraine, des bénévoles organisent la distribution d'aide humanitaire pour les habitants qui ont décidé de rester dans cette ville de plus en plus assiégée sous les bombardements russes. "Ils nous ont complètement abandonnés, ils ont fui, ils n'ont jamais regardé en arrière", déclare le bénévole britannique Philip Ivlev-York à propos de la plupart des ONG, qui sont parties au début de l'invasion russe. L'appartement de Galina Abdurashikova, 65 ans, a été bombardé et brûlé le 2 mai, et elle se trouve depuis dans une voiture abandonnée. "Je n'ai aucune idée de ce que je vais faire", dit-elle alors que des bombardements sporadiques se font entendre au loin. "Je ne connais personne et je n'ai pas d'argent. Je veux juste survivre."