Info

DIRECT - Ukraine : 80% des habitants de Kiev privés d'eau

Moscou mène des attaques contre les infrastructures énergétiques dans plusieurs région d'Ukraine. 
Moscou mène des attaques contre les infrastructures énergétiques dans plusieurs région d'Ukraine. 
Alexander Polegenko / AP
Moscou mène des attaques contre les infrastructures énergétiques dans plusieurs région d'Ukraine. 
L'interruption des exportations de céréales pourrait plonger le monde dans une crise alimentaire grave selon l'ONU.

La situation reste tendue en Ukraine en ce lundi 31 octobre : des quartiers entiers de la capitale Kiev sont privés d'eau et d'électricité suite à des frappes russes sur la ville. Les exportations de céréales sont toujours perturbée par le blocus imposé par la Russie, qui accuse l'Ukraine d'avoir bombardé sa flotte en Crimée. 

21h20 TU. "Bombe sale": le chancelier allemand rejette les accusations de la Russie contre l'Ukraine
 

Olaf Scholz a rejeté les accusations de la Russie selon lesquelles l'Ukraine préparerait une "bombe sale". Il a dit partager l'avis du président ukrainien Volodymyr Zelensky selon lequel les inspections de l'Agence internationale de l'énergie atomique vont lever tous les doutes à ce sujet.

20h29 TU. L'AIEA commence ses inspections en Ukraine

L'Agence internationale de l'énergie atomique a annoncé avoir commencé ses inspections en Ukraine. Ces inspections ont été demandées par Kiev après que le président russe Vladimir Poutine l'a accusé d'effacer les preuves de préparation d'une "bombe sale".

20h18 TU. Poutine appelle l'Ukraine à garantir la sécurité des navires

"L'Ukraine doit garantir qu'il n'y aura aucune menace pour la sécurité des navires civils", a déclaré le président russe lors d'une conférence de presse. Il accuse Kiev d'avoir utilisé le couloir céréalier pour l'attaque qu'il lui impute en Crimée.

18h38 TU. L'Ukraine est prête à "rester un garant de la sécurité alimentaire mondiale", d'après le président Zelensky

Il assure ainsi que son pays souhaite poursuivre ses exportations de céréales.

18h34 TU. Washington qualifie d'"extorsion" la demande de Moscou de démilitariser le couloir céréalier​

"Cela ressemble soit à une punition collective, soit une extorsion collective", a déclaré à la presse le porte-parole du département d'État américain Ned Price.

17h45 TU. La Russie veut des "engagements" de l'Ukraine sur la démilitarisation du couloir céréalier
 

L'armée russe a dit vouloir des "engagements" de l'Ukraine de ne pas utiliser le couloir destiné aux exportations de céréales à des fins militaires. Cette demande fait suite à une attaque sur sa flotte en Crimée et la suspension de l'accord pour leur acheminement.

"Il ne peut être question de garantir la sécurité de quoi que ce soit dans cette zone tant que l'Ukraine ne prendra pas des engagements supplémentaires pour ne pas utiliser cette route à des fins militaires", a indiqué le ministère russe de la Défense sur Telegram.

Le ministère a appelé l'ONU, garant de l'accord sur les céréales ukrainiennes signé en juillet, à aider à "obtenir des garanties de la part de l'Ukraine de ne pas utiliser le couloir humanitaire et les ports ukrainiens désignés pour l'exportation de produits agricoles pour des actes hostiles contre la Russie".

15h40 TU. Les ministres russe et turc de la Défense discutent de la suspension de l'accord céréalier
 

Sergueï Choïgou et Hulusi Akar ont discuté au téléphone de la suspension par Moscou de l'accord permettant les exportations de céréales ukrainiennes, dont Ankara est l'un des garants. L'armée russe n'a pas fourni davantage de précisions.

13h35 TU. La Norvège relève son niveau d'alerte militaire

La Norvège, pays membre de l'Otan qui partage une frontière avec la Russie dans l'Arctique, a annoncé qu'elle relevait son niveau d'alerte militaire, tout en soulignant qu'aucune menace directe n'avait été détectée contre le royaume.

13h31 TU. Moscou convoque l'ambassadeur néérlandais
 

Le ministère russe des Affaires étrangères a annoncé avoir convoqué l'ambassadeur des Pays-Bas à Moscou pour protester contre des tentatives de "recrutement" de diplomates russes aux Pays-Bas par les services de renseignement occidentaux.

Lors de cette convocation, Moscou a "protesté fermement contre une tentative de recrutement de l'attaché militaire de l'ambassade de Russie à la Haye le 20 octobre par un représentant des services de renseignement britanniques". 

La diplomatie russe accuse les Pays-Bas "non seulement de ne pas empêcher ces actes illégitimes, mais aussi d'y participer".

11h50 TU. Appliquer l'accord sur les céréales ukrainiennes sans la Russie serait "dangereux", selon Moscou. 
 

Il serait "dangereux" et "difficile" de continuer à mettre en oeuvre l'accord sur les céréales ukrainiennes sans Moscou met en garde le Kremlin, alors que des navires continuent de quitter l'Ukraine, malgré le retrait de la Russie. 

(Re)voir : Crise céréalière en Ukraine : la crainte d'une crise alimentaire en Afrique

Chargement du lecteur...

"Dans des conditions où la Russie évoque l'impossibilité de garantir la sûreté de la navigation dans ces zones, alors un tel accord est difficilement applicable. Et cela prend un tour différent, beaucoup plus risqué, dangereux", a prévenu le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, interrogé sur la possibilité de continuer cet accord sans la Russie.

10h59 TU. Moscou reconnaît avoir frappé des infrastructures énergétiques en Ukraine.
 

La Russie a frappé des installations énergétiques en Ukraine avec des "armes de haute précision", a reconnu son ministère de la Défense. 

Les forces armées russes "continuent leurs frappes avec des armes de haute précision et de longue portée contre le commandement militaire et les systèmes énergétiques de l'Ukraine. Toutes les frappes ont atteint leur objectif. Toutes les cibles désignées ont été touchées", a affirmé le ministère.

(Re)voir : Ukraine : "attaques massives" sur des infrastructures énergétiques

Chargement du lecteur...

10h34 TU. "Des centaines de localités" privées d'électricité.

"Des centaines de localités dans sept régions d'Ukraine" ont été privées d'électricité à la suite de frappes "massives" russes lundi matin, a indiqué le Premier ministre ukrainien Denys Chmygal sur Telegram.

(Re)lire : Y aura-t-il suffisamment d’électricité en Europe cet hiver ?

"Les terroristes russes ont de nouveau attaqué massivement l'Ukraine. Leurs cibles ne sont pas pas les installations militaires, mais des infrastructures essentielles civiles", a lancé Denys  Chmygal. "Des missiles et des drones ont touché dix régions, endommageant 18 installations, la plupart liées (au système) énergétique", a-t-il ajouté. 

10h11 TU. 350 000 foyers privés d'électricité à Kiev.

"En raison des dommages causés à une installation énergétique près de Kiev, 350 000 foyers se sont retrouvés sans électricité" a annoncé le maire de la capitale Vitali Klitschko sur Telegram.

(Re)voir : Ukraine : le pays en partie plongé dans le noir après des frappes russes
Chargement du lecteur...

09h53 TU. À Kiev, 80% des habitants privés d'eau. 

Les frappes russes qui touchent la capitale ukrainienne ont entraîné d'importantes coupures d'eau. Selon le fournisseur, 80% des consommateurs seraient actuellement privés d'eau courante. 

09h50 TU. Un missile russe tombe en Moldavie.

Les débris d'un missile russe abattu par les forces de Kiev sont tombés lundi sur un village moldave frontalier de l'Ukraine, a annoncé Chisinau, faisant état de dégâts matériels, mais pas de victime dans l'immédiat.

"Un missile abattu par la défense anti-aérienne ukrainienne est tombé à l'extrémité nord de la localité de Naslavcea en République de Moldavie, près de la frontière avec l'Ukraine. Pour le moment, aucune victime n'est signalée, mais les fenêtres de plusieurs habitations ont été détruites", a annoncé le ministère moldave de l'Intérieur .

09h00. La Turquie "résolue à poursuivre ses efforts" pour l'accord d'exportations de céréales. 

La Turquie est "résolue à poursuivre ses efforts" et à défendre l'accord sur les céréales ukrainiennes "malgré les hésitations russes", d'après le président Recep Tayyip Erdogan.

(Re)lire : Guerre en Ukraine : à quoi joue la Turquie ?

"Bien que la Russie se montre hésitante parce que les mêmes facilités ne lui ont pas été offertes (qu'à l'Ukraine, ndlr), nous sommes résolus à poursuivre nos efforts au service de l'humanité", a insisté le président turc, l'un des garants de l'accord signé le 19 juillet à Istanbul.

08h35 TU. "Plus de 50 missiles de croisière" lancés sur l'Ukraine.

"Plus de 50 missiles de croisière de type X-101/X-555 ont été lancés à l'aide d'avions" de type Tu-95 et Tu-160 depuis le nord de la mer Caspienne et de la région russe de Rostov, a indiqué l'armée de l'air ukrainienne sur Telegram.

Ces missiles viseraient principalement des infrastructures énergétiques dans plusieurs régions d'Ukraine. 

07h48 TU. Attaque "massive" contre des installations énergétiques.

"Une attaque massive" russe est en cours contre des installations énergétiques dans plusieurs régions d'Ukraine, a annoncé la présidence ukrainienne, deux jours après une attaque sur la flotte russe en Crimée, que Moscou a imputée à Kiev avec l'aide de Londres.

"Les terroristes russes ont, une fois de plus, lancé une attaque massive contre des installations du système énergétique dans un certain nombre de régions", a indiqué un conseiller de la présidence ukrainienne, Kyrylo Timochenko. "Certains des missiles ont été abattus par la défense anti-aérienne, tandis que d'autres ont atteint leur cible", a-t-il ajouté.

07h40 TU. Reprise progressive des exportations de céréales. 

Deux cargos chargés de céréales ont quitté les ports ukrainiens et emprunté le corridor maritime humanitaire à destination de la Turquie, en dépit du retrait de la Russie, selon le site spécialisé Marine traffic.

Au total, ce sont douze cargos qui doivent quitter lundi les ports d'Ukraine et quatre autres se diriger vers eux. L'un, qui navigue sous pavillon turc, a déjà pris la mer, a précisé le Centre de coordination conjointe (JCC), chargé de superviser l'accord sur les exportations de céréales ukrainiennes via la Mer Noire.

07h10 TU. Entretien entre Pékin et Washington pour évoquer la situation en Ukraine.

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken et son homologue chinois Wang Yi ont évoqué la rivalité entre leurs deux pays et la guerre en Ukraine lors d'un appel d'un appel téléphonique dimanche, a indiqué le secrétaire d'Etat sur son compte Twitter.

 "Le secrétaire d'Etat a discuté de la nécessité de maintenir les lignes de communications ouvertes et de gérer de manière responsables les relations" entre les États-Unis et la Chine, a déclaré le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price.


La discussion a également porté sur le conflit en Ukraine et "les menaces posées par la Russie à la sécurité mondiale et à la stabilité économique", précise Ned Price. Wang Yi a pour sa part appelé "toutes les parties à faire preuve de retenue".

06h52 TU. Coupures d'eau et d'électricité à Kiev après des bombardements. 

Des quartiers de Kiev sont privés d'électricité et d'eau ce lundi matin, "à la suite de frappes russes" sur la capitale ukrainienne, a indiqué le maire de la ville Vitaly Klitschko.

"Une partie de Kiev sans électricité et dans certaines zones sans eau, à la suite des frappes russes", a-t-il déclaré sur la messagerie Telegram.

06h10 TU. Kiev dénonce le blocus russe sur les exportations de céréales.

L'Ukraine a dénoncé dimanche des exportations de céréales devenues "impossibles" du fait du blocus russe réinstauré par la Russie. Moscou a quitté l'accord permettant l'acheminement de céréales ukrainiennes à travers le monde après une attaque sur sa flotte en Crimée, imputé à Kiev avec l'aide de Londres.

Kiev a dénoncé samedi un "faux prétexte" et appelé la communauté internationale à faire pression pour que Moscou "respecte de nouveau ses obligations". Dans son intervention vidéo quotidienne, le président Zelensky a affirmé dimanche soir que "la Russie est la seule responsable du fait que la nourriture va devenir plus chère en Afrique de l'Ouest et en Asie de l'Est. La Russie est la raison pour laquelle la population, en Ethiopie, en Somalie ou au Yémen, va devoir faire face à des pénuries catastrophiques".