Info

DIRECT - Ukraine : Macron s'est entretenu avec Zelensky à propos de la centrale nucléaire de Zaporijjia

Le président français Emmanuel Macron, à gauche, et le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy, à droite, au palais Mariyinsky à Kiev, le 16 juin 2022.
Le président français Emmanuel Macron, à gauche, et le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy, à droite, au palais Mariyinsky à Kiev, le 16 juin 2022.
AP Photo/Natacha Pisarenko

Le président français Emmanuel Macron s'est entretenu ce matin avec son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky de la situation à la centrale nucléaire de Zaporijjia. Le président russe Vladimir Poutine a accusé les États-Unis de faire traîner le conflit tandis qu'un "acte de sabotage" a visé une base en Crimée.



18H42 TU. L'opérateur nucléaire ukrainien dénonce une cyberattaque russe "sans précédent" contre son site.

La centrale nucléaire de Zaporijjia, gérée par Energoatom et passée sous contrôle russe le 4 mars 2022.
La centrale nucléaire de Zaporijjia, gérée par Energoatom et passée sous contrôle russe le 4 mars 2022.
© AP



Energoatom, l'opérateur public ukrainien dénonce dans un communiqué une cyberattaque russe "sans précédent" contre son site, en précisant que son fonctionnement n'avais pas été perturbé.
"Le 16 août 2022, la cyberattaque la plus puissante depuis le début de l'invasion russe a eu lieu contre le site officiel d'Energoatom", a déclaré l'opérateur sur Telegram. Le site "a été attaqué depuis le territoire russe", a-t-il ajouté.


16H12 TU. La Premier ministre polonais dénonce "l'oligarchie de fait" de l'Allemagne et la France au sein de l'Union Européenne dans une tribune publiée dans le quotidien français Le Monde.

Le Premier ministre Mateusz Morawiecki lors d'un point presse avec son homologue espagnol le 27 juillet dernier à Varsovie.
Le Premier ministre Mateusz Morawiecki lors d'un point presse avec son homologue espagnol le 27 juillet dernier à Varsovie.
© AP Photo/Michal Dyjuk


Le conflit en Ukraine a "révélé la vérité sur l'Europe", qui a "refusé d'écouter la voix de la vérité" venant de Pologne sur les ambitions "impérialistes" de Vladimir Poutine, "une illustration du problème plus large auquel l'UE est confrontée aujourd'hui", estime Mateusz Morawiecki dans Le Monde.
"En son sein, l'égalité des États individuels est de nature déclarative. La pratique politique montre que les voix allemande et française ont une importance prépondérante", a encore jugé le chef du gouvernement polonais.
"Nous avons donc affaire à une démocratie formelle et à une oligarchie de fait au sein de laquelle le pouvoir est détenu par les plus forts".
L'Union européenne a "de plus en plus de mal à respecter la liberté et l'égalité de tous les Etats membres", a-t-il insisté. "De plus en plus aussi, nous entendons dire que ce n'est plus l'unanimité, mais la majorité qui doit décider de l'avenir de l'ensemble de la communauté".


15H22 TU. Vladimir Poutine accuse les États-Unis de faire traîner le conflit.

Vladimir Poutine donne une video conférence depuis sa résidence d'état de Novo-Ogaryovo, près de Moscou le 16 août 2022.
Vladimir Poutine donne une video conférence depuis sa résidence d'état de Novo-Ogaryovo, près de Moscou le 16 août 2022.
© Mikhail Klimentyev, Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP

Vladimir Poutine a reproché aux États-Unis de chercher à "déstabiliser" le monde, invoquant aussi la récente visite à Taïwan de la présidente de la Chambre américaine des représentants Nancy Pelosi.
"La situation en Ukraine montre que les États-Unis cherchent à faire traîner ce conflit. Et ils agissent de la même manière en cultivant la possibilité d'un conflit en Asie, en Afrique, en Amérique latine", a déclaré Vladimir Poutine à la Conférence internationale sur la sécurité à Moscou. Il a dénoncé une "démonstration insolente de leur manque de respect envers la souveraineté des autres pays et leurs obligations internationales".

15H13 TU. Ukraine : Emmanuel Macron appelle au retrait des forces russes de la centrale de Zaporijjia.

Le président français Emmanuel Macron a eu un entretien téléphonique avec son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky. Il a souligné "sa préoccupation quant à la menace que font peser la présence, les actions des forces armées russes et le contexte de guerre avec les conflits en cours sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires ukrainiennes, et a appelé au retrait de ces forces", a indiqué l'Elysée.

14H00 TU. Pologne et Ukraine travaillent à ouvrir leur frontière.

Le ministre des infrastructures de Pologne, Andrzej Adamczyk avait donné rendez-vous à son homologue ukrainien,  Olexandr Koubrakov au poste frontière de Krakovets ce 16 août. Le poste-frontière a été renové dans ce projet d'ouverture.

Un garde-frontière ukrainien avec son chien renifleur au poste-frontière de Krakovets.
Un garde-frontière ukrainien avec son chien renifleur au poste-frontière de Krakovets.
© AP Photo/Roman Baluk


13H00 TU . Un monument à la gloire de la Russie soviétique démantelé à Narva.

La difficile opération a comméncé ce matin à Narva à 7 heures. Le tank du monument de la 2ème guerre mondiale sera déplacé au musée estonien de la Guerre.
La difficile opération a comméncé ce matin à Narva à 7 heures. Le tank du monument de la 2ème guerre mondiale sera déplacé au musée estonien de la Guerre.
© AP Photo/Sergei Stepanov


L'opération a commencé ce matin à 7 heures. Et ce n'est pas une mince affaire : il s'agit de déplacer un tank de l'armée soviétique. Depuis le 24 février, le Premier ministre Kaja Kallas a décidé d'enlever tous les monuments célébrant la Russie soviétique.

Le tank va être installé au musée estonien de la Guerre.

12H30 TU. Une légende du rock russe condamnée à une amende pour avoir dénoncé l'offensive en Ukraine

Iouri Chevtchouk, monstre sacré du rock russe, a été condamné mardi à une amende pour avoir dénoncé l'offensive contre l'Ukraine et le président Vladimir Poutine lors d'un concert. Un tribunal d'Oufa a reconnu le chanteur coupable d'"action publique destinée à discréditer le recours aux forces armées russes" et l'a condamné à une amende de 50 000 roubles, soit 800 euros, selon un communiqué de l'instance judiciaire.

12H15 TU. Une "catastrophe" à Zaporojjia menacerait l'Europe entière, avertit Volodymyr Zelensky

Une "catastrophe" à la centrale nucléaire de Zaporojjia, sous contrôle russe dans le sud de l'Ukraine, menacerait l'Europe toute entière, a averti lundi le président ukrainien Volodymyr Zelensky. "À l'abri de la station, les occupants bombardent les villes et communautés des environs", a accusé le président ukrainien dans son adresse, lundi.

"Tout incident radioactif à la centrale nucléaire de Zaporojjia peut porter un coup aux pays de l'Union européenne, à la Turquie, à la Géorgie, et à des pays de régions plus éloignées. Tout dépend de la direction et de la force du vent", a-t-il poursuivi.

12H TU. Emmanuel Macron s'est entretenu avec Volodymyr Zelensky

Le président français Emmanuel Macron s'est entretenu  avec son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky de la situation à la centrale nucléaire de Zaporijjia, sous contrôle russe dans le sud de l'Ukraine et cible récurrente de frappes.

L'entretien téléphonique est intervenu "dans la matinée" et a "duré une heure vingt", a indiqué la présidence française qui doit communiquer plus tard dans la journée sur le contenu des échanges. Leur dernier échange téléphonique remontait au 1er août.

10H30 TU. La Russie évoque un "acte de sabotage" pour parler de l'explosion de munitions dans une base militaire en Crimée

"L'explosion de munitions dans un dépôt militaire de la région de Dzhankoy en Crimée s'est produite en raison d'un acte de sabotage", a déclaré le ministère russe de la Défense, cité par l'agence de presse officielle Ria Novosti, qui publie également des nouvelles images spectaculaires de l'incident. Celui-ci n'aurait fait que deux blessés.

10H15 TU. L'Ukraine derrière les explosions en Crimée ?

Selon une source anonyme officielle ukrainienne, citée par le New York Times, les explosions ayant eu lieu ce matin sur une base militaire russe en Crimée sont l’œuvre d'une "unité d'élite de l'armée ukrainienne opérant derrière les lignes ennemies".

Voir : Ukraine : acte de sabotage en Crimée ?

Chargement du lecteur...


"L'opération démilitarisation dans le style d'orfèvrerie des forces armées ukrainiennes va se poursuivre jusqu'à la complète désoccupation des territoires ukrainiens. Nos soldats sont les meilleurs sponsors de notre bonne humeur. La Crimée est l'Ukraine", a commenté le chef de l'administration présidentielle ukrainienne, Andriï Iermak.

9H30 TU. Emmanuel Macron va s'entretenir avec Volodymyr Zelensky aujourd'hui

Le président français Emmanuel Macron s'entretiendra par téléphone aujourd'hui en fin de matinée avec son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky de la situation à la centrale nucléaire de Zaporijjia, sous contrôle russe dans le sud de l'Ukraine et cible récurrente de frappes. La centrale, la plus grande d'Europe, a été prise début mars par les troupes russes, au début de leur invasion de l'Ukraine lancée le 24 février.

Voir aussi : Ukraine : Emmanuel Macron à Kiev

Chargement du lecteur...

9H15 TU. Le premier cargo parti d'Ukraine termine sa course en Syrie

Un article du Financial Times raconte comment "le premier navire de transport de céréales à quitter l'Ukraine depuis l'invasion russe a accosté dans le port syrien de Tartous après avoir cessé de transmettre son signal de localisation tôt vendredi, selon des photographies satellites". Le Razoni, cargo battant pavillon sierra-léonais, avait quitté le 1er août dernier le port ukrainien d'Odessa sur la mer Noire avec 26 000 tonnes de maïs, et aurait dû accoster ce dimanche dans le port de Tripoli, au Liban.

Le cargo Razoni au port de Tartous, en Syrie, le 15 août 2022.
Le cargo Razoni au port de Tartous, en Syrie, le 15 août 2022.
Planet Labs PBC via AP

Le cargo affrêté par le PAM, le MV Brave Commander est parti tôt ce matin avec 23.000 tonnes de blé à destination de l'Éthiopie. Le ministre Oleksandre Koubrakov qui était au port de Pivdenny dans la ville de Youjné espère "que d'autres navires affrétés pour le Programme alimentaire mondial (PAM) viendront dans nos ports. J'espère qu'il y aura bientôt 2-3 navires supplémentaires​".


Le premier navire commercial est parti le 1er août, et 16 bateaux au total ont quitté l'Ukraine depuis l'entrée en vigueur de l'accord, selon le décompte des autorités ukrainiennes, mais aucune cargaison humanitaire de l'ONU n'a encore pris la mer.

9H TU. La France est prête à aider l'Ukraine pour déminer les territoires libérés

Le premier conseiller de l'ambassade de France en Ukraine, Bruno Cossanel, et l'attaché de coopération pour l'aide humanitaire à l'ambassade, Frédéric Rousseau, se sont entretenus avec le chef de cabinet adjoint du président ukrainien, Kyrylo Tymoshenko, lundi 15 août. Ils ont discuté d'une possible assistance du gouvernement français pour le déminage des territoires reconquis par Kiev, notamment via la formation de spécialistes ukrainiens par les autorités de l'Hexagone.

8H45 TU. Le ministre de la Défense russe affirme qu'il n'est pas "nécessaire de recourir aux armes nucléaires en Ukraine pour réaliser les objectifs fixés"

Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a tenté de rassurer sur les intentions russes dans le domaine du nucléaire. "Du point de vue militaire, il n'est pas nécessaire de recourir aux armes nucléaires en Ukraine pour réaliser les objectifs fixés" par Moscou, à savoir la démilitarisation et la dénazification de ce pays, a-t-il déclaré mardi après-midi lors de la Conférence internationale sur la sécurité à Moscou.

Voir aussi : Guerre en Ukraine : "Si Poutine déclenche le feu nucléaire, il mettra fin à la Russie"​

Chargement du lecteur...

7H30 TU. Vladimir Poutine accuse les États-Unis de faire traîner le conflit

Le président russe Vladimir Poutine a accusé mardi les Etats-Unis de faire traîner le conflit ukrainien et chercher à "déstabiliser" le monde avec une récente visite à Taïwan de la présidente de la Chambre américaine des représentants Nancy Pelosi.

"La situation en Ukraine montre que les Etats-Unis cherchent à faire traîner ce conflit. Et ils agissent de la même manière en instiguant le potentiel conflictuel en Asie", a déclaré le chef de l'État russe dans une adresse à la Conférence internationale sur la sécurité à Moscou, en disant voir dans le voyage de Nancy Pelosi à Taïwan "une stratégie consciente visant à déstabiliser la situation dans le monde".

7H15 TU. Les premières images des explosions en Crimée

La Crimée, annexée en 2014 par Moscou, est en première ligne de l'offensive militaire que mène la Russie contre son voisin depuis le 24 février. Des avions russes décollent quasi quotidiennement pour frapper des cibles dans des régions sous le contrôle de Kiev et plusieurs zones de cette presqu'île sont situées dans le rayon d'action des canons et des drones ukrainiens. Malgré le conflit, la Crimée est restée un important lieu de villégiature pour de nombreux Russes qui continuent de profiter de ses plages.

TV5MONDE

7H TU. Le conseiller de Zelensky réagit à l'incident en Crimée

"Près de Djankoï, la matinée a commencé avec des explosions", a aussitôt déclaré sur Twitter le conseiller de la présidence ukrainienne, Mikhaïlo Podoliak. "La Crimée dans un pays normal, c'est la mer Noire, les montagnes, la récréation et le tourisme. Mais la Crimée occupée par les Russes, ce sont des explosions des dépôts de munitions et un risque élevé de la mort pour les envahisseurs et les voleurs", a-t-il lancé.

6H30 TU. Incendie et explosion de munitions dans une base russe en Crimée

Un incendie ayant provoqué une explosion de munitions s'est produit mardi matin dans une base militaire russe en Crimée, péninsule annexée par la Russie, a annoncé le ministère russe de la Défense. Le feu s'est déclaré dans un dépôt de munitions temporaire d'une base russe dans le district de Djankoï, a précisé le ministère dans un communiqué, cité ensuite par les agences de presse russes.

Selon le gouverneur de la Crimée, Sergueï Aksionov, qui s'est rendu sur les lieux, deux civils ont été blessés, et l'évacuation des habitants d'un village voisin était en cours.

Cet incident intervient une semaine après une explosion des munitions destinées à l'aviation militaire dans un dépôt situé sur le territoire de l'aérodrome militaire de Saki, dans l'ouest de la Crimée. Elle avait fait un mort et plusieurs blessés.

Des avions russes endommagés sur la base aérienne de Saki, en Crimée, le 10 août 2022.
Des avions russes endommagés sur la base aérienne de Saki, en Crimée, le 10 août 2022.
Maxar Technologies via AP

6H TU. Départ du premier navire de l'ONU chargé de céréales pour l'Afrique

Le premier navire humanitaire affrété par l'ONU pour transporter des céréales ukrainiennes a quitté mardi le port de Pivdenny, dans le sud de l'Ukraine, avec quelque 23 000 tonnes pour l'Afrique, a annoncé le ministère ukrainien de l'Infrastructure. "Le navire Brave Commander avec du grain pour l'Afrique a quitté le port de Pivdenny. Ce matin, le cargo est parti pour le port de Djibouti, où les vivres seront livrés à l'arrivée aux consommateurs en Ethiopie", ont ainsi indiqué les autorités sur Telegram.

LeBrave Commander quitte le port de Pivdennyi, le 16 août 2022.
LeBrave Commander quitte le port de Pivdennyi, le 16 août 2022.
AP Photo/Nina Lyashonok

Selon lui, "23 000 tonnes de blé se trouvent à bord de ce navire affrété par le Programme alimentaire mondial des Nations unies". "Deux ou trois" navires supplémentaires affrétés par l'ONU pourraient partir du port de Pivdenny prochainement.

L'Ukraine et la Russie comptent parmi les plus gros exportateurs mondiaux de céréales, qui connaissent une flambée des cours depuis le début de la guerre. D'après le Programme alimentaire mondial (PAM), 345 millions de personnes dans 82 pays sont confrontées à une insécurité alimentaire aiguë, tandis que jusqu'à 50 millions de personnes dans 45 pays risquent de sombrer dans la famine sans aide humanitaire.

Voir aussi : Ukraine : un premier chargement de céréales quitte les côtes ukrainiennes

Chargement du lecteur...