Info

DIRECT - Ukraine : coupure totale d'électricité dans les régions de Kharkiv et de Donetsk

Les pompiers luttent contre l'incendie provoqué par des frappes russes sur une centrale électrique à Kharkiv, le 11 septembre 2022. 
Les pompiers luttent contre l'incendie provoqué par des frappes russes sur une centrale électrique à Kharkiv, le 11 septembre 2022. 
Kostiantyn Liberov / AP
Les pompiers luttent contre l'incendie provoqué par des frappes russes sur une centrale électrique à Kharkiv, le 11 septembre 2022. 
Des soldats de l'armée ukrainienne sur un véhicule militaire blindé Boutcha, jeudi 8 septembre 2022.

Des bombardements sur des centrales électriques entraînent de vastes coupures d'électricité dans les régions de Kharkiv et de Donetsk. Le dernier réacteur de la plus grande centrale nucléaire d'Europe a été arrêté samedi, selon l'agence de presse américaine Associated Press.

19H20 TU. Volodymyr Zelensky parle de "coupure totale" d'électricité dans les régions de Kiev et de Donetsk

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky évoque "une coupure totale de courant dans les régions de Kharkiv et de Donetsk, une partielle dans les régions de Zaporijjia, Dnipropetrovsk et Soumy", dans l'est de l'Ukraine, après des frappes russes sur des infrastructures énergétique.

Selon le président ukrainien, "le but est de priver les gens de lumière et de chauffage".

18H13 TU. Kiev accuse la Russie d'être responsable de vastes coupures d'électricité dans l'est de l'Ukraine​

D'importantes portions de territoire dans l'est de l'Ukraine sont touchées par des coupures d'électricité. 

Le gouverneur de la région de Kharkiv (nord-est) a déclaré que les frappes russes sur des "infrastructures essentielles" ont coupé l'approvisionnement en électricité et en eau. Son homologue de la région de Dnipropetrovsk (centre-est) a affirmé que les forces russes avaient "frappé les infrastructures énergétiques", en représailles à leur "défaite sur le champ de bataille".

15h50 TU. Macron demande à Poutine de retirer les armes russes de la centrale de Zaporijjia

Le président français Emmanuel Macron a affirmé à Vladimir Poutine que la cause des risques pesant sur la centrale nucléaire de Zaporijjia était "l'occupation russe". Le président français a également demandé à son homologue de retirer les "armes lourdes et légères" stockée par la Russie dans la centrale.

Emmanuel Macron "restera en contact" avec son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky ainsi que le directeur général de l'AIEA Rafael Grossi, "et reparlera" à Vladimir Poutine "dans les prochains jours, afin que soit trouvé un accord garantissant la sûreté de la centrale". 

14h48 TU. Poutine met en garde contre les "conséquences catastrophiques" des attaques contre Zaporijjia

Lors d'un nouvel entretien téléphonique, le président russe a mis en garde Emmanuel Macron sur des "attaques régulières ukrainiennes contre les sites de la centrale de Zaporijjia, y compris le dépôt des déchets radioactifs, ce qui pourrait aboutir à des conséquences catastrophiques."

La plus grande d'Europe est occupée par les forces russes depuis le début de la guerre, et est régulièrement la cible de tirs de missiles. Tous ses réacteurs ont été mis à l'arrêt afin d'assurer la sécurité du site. 

La centrale nucléaire de Zaporijjia est occupée par les Russes depuis le mois de mars. 
La centrale nucléaire de Zaporijjia est occupée par les Russes depuis le mois de mars. 
AP

14H10 TU. Des cartes montrent un retrait d'ampleur de l'armée russe de la région de Kharkiv

Une carte de la région ukrainienne de Kharkiv, présentée dimanche par le ministère russe de la Défense lors de son briefing quotidien, montre un retrait d'ampleur de l'armée russe de cette région, théâtre d'une vaste contre-offensive ukrainienne.

Selon cette carte, l'armée russe ne contrôlait plus dimanche qu'une petite partie du territoire dans l'est de la région de Kharkiv, derrière la rivière d'Oskol.
 

12H55 TU. La France et la Roumanie veulent faciliter les exportations de céréales ukrainiennes

La France et la Roumanie vont signer lundi un accord pour faciliter l'exportation de céréales en provenance d'Ukraine par voie terrestre.

"Demain, je signerai un accord avec la Roumanie pour permettre à l'Ukraine d'évacuer plus encore de céréales", a déclaré Clément Beaune, invité de l'émission "Questions politiques" sur la radio France Inter ce dimanche. 

Ces céréales iront "vers l'Europe et vers les pays en développement, notamment en Méditerranée qui en ont besoin pour des questions alimentaires et presque de survie", a ajouté le ministre.

(Re)voir : guerre en Ukraine : la reprise du commerce des céréales était "une nécessité vitale"

Chargement du lecteur...

11H30 TU. La contre-offensive ukrainienne dans le sud : une opération de désinformation ?

Selon The Guardian qui cite les forces spéciales ukrainiennes, l'offensive dans le sud du pays, qui a fait l'objet d'une grande publicité, était "une campagne de désinformation destinée à détourner l'attention de la Russie de la véritable offensive qui se préparait dans la région de Kharkiv". 

"Il s'agissait d'une grande opération spéciale de désinformation", a déclaré Taras Berezovets, ancien conseiller à la sécurité nationale devenu attaché de presse de la brigade Bohun des forces spéciales ukrainiennes.

11H20 TU. L'opérateur mobile Kyivstar félicite les forces armées ukrainiennes

11H TU. Des "milliers" de personnes ont fui la région de Kharkiv vers la Russie

Des "milliers" de personnes ont fui la région ukrainienne de Kharkiv, théâtre de la contre-offensive ukrainienne, vers la Russie en 24 heures, a indiqué dimanche le gouverneur de la région russe de Belgorod, frontalière de l'Ukraine. "Ce n'était pas la nuit la plus facile, ce n'était pas la matinée la plus facile. Au cours des dernières 24 heures, des milliers de personnes ont traversé la frontière", a déclaré Viatcheslav Gladkov dans une adresse vidéo, publiée sur sa chaîne Telegram.

Lire aussi : L’industrie d’armement russe est-elle en difficulté après plus de six mois de guerre ?

9H30 TU. L'Ukraine dit avoir repris plus de 3 000 kilomètres carrés aux Russes

L'Ukraine a annoncé dimanche que ses troupes avaient repris plus de 3 000 kilomètres carrés de territoires en septembre aux Russes lors d'une contre-offensive dans le nord-est du pays. "Depuis début septembre, plus de 3 000 kilomètres carrés sont revenus sous contrôle ukrainien", a déclaré Valeri Zaloujny, le commandant en chef de l'armée ukrainienne. "Autour de Kharkiv, nous avons commencé à avancer non seulement au sud et à l'est mais également vers le nord. Nous sommes à 50 kilomètres de la frontière".

Voir aussi : Ukraine : dans une maternité de Zaporijjia, l'inquiétude grandit

Chargement du lecteur...

9H05 TU. Volodymyr Zelensky annonce la libération d'un nouveau village

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a annoncé dimanche la libération par les forces de Kiev d'un nouveau village, Chkalovske, situé dans la région de Kharkiv.

9H TU. La Russie s'est-elle retirée de la région de Kupiansk et d'Izium ?

La Russie a probablement retiré ses unités de la région, mais les combats se poursuivent autour des villes de Kupiansk et d'Izium, a déclaré le ministère britannique de la Défense dans son bulletin quotidien de renseignements sur Twitter.

Le Royaume-Uni a également démenti les assertions de Vladimir Poutine qui affirmait le 7 septembre que seules 60 000 tonnes de céréales exportées depuis l'Ukraine et le mois d'août avaient été envoyées vers les pays en développement, et que la majorité avait plutôt été livrée aux États occidentaux et à l'Union européenne.

Citant les chiffres des Nations Unies, les Britanniques ont affirmé qu'environ 30 % ont été fournis "à des pays à revenu faible ou intermédiaire d'Afrique, du Moyen-Orient et d'Asie". "La Russie poursuit une stratégie délibérée de désinformation afin de rejeter la responsabilité des problèmes d'insécurité alimentaire, de discréditer l'Ukraine et de minimiser l'opposition à son invasion", a ajouté le ministère de la Défense.

8H40 TU. La situation autour de Kharkiv et dans le nord-est du pays

8H30 TU. La reconquête d'Izioum, dans l'est, est "en cours", selon Kiev

Les forces ukrainiennes sont en train de reprendre le contrôle de villes et de villages autour de la ville stratégique d'Izioum à la faveur de leur contre-offensive contre les forces russes dans l'est de l'Ukraine, a annoncé Kiev dimanche. "La libération de portions de territoire dans les districts de Koupiansk et Izioum dans la région de Kharkiv est en cours", a annoncé l'état-major ukrainien au 200ème jour du conflit. Kiev avait annoncé quelques heures plus tôt que ses troupes étaient entrées dans Koupiansk.

TV5MONDE

6H15 TU. Le dernier réacteur de la centrale nucléaire de Zaporijjia arrêté, selon AP

Selon l'agence de presse américaine Associated Press qui cite l'exploitant ukrainien de la centrale, Energoatom, le dernier réacteur de la plus grande centrale nucléaire d'Europe a été arrêté samedi après la reconnexion de la centrale au réseau électrique.

Un militaire russe près de la centrale nucléaire de Zaporijia, dans la ville d'Enerhodar, sous contrôle militaire russe, dans le sud-est de l'Ukraine, en mai 2022.
Un militaire russe près de la centrale nucléaire de Zaporijia, dans la ville d'Enerhodar, sous contrôle militaire russe, dans le sud-est de l'Ukraine, en mai 2022.
AP Photo

La centrale, qui abrite six réacteurs, a été déconnectée du réseau la semaine dernière après que toutes ses lignes électriques ont été coupées à la suite de combats dans la région. Elle a fonctionné en "mode îlot" pendant plusieurs jours, produisant de l'électricité uniquement pour les systèmes de refroidissement essentiels de son seul réacteur encore en activité. "Energoatom a déclaré que l'une des lignes électriques avait été rétablie samedi en fin de journée, ce qui a permis aux opérateurs de la centrale de fermer le dernier réacteur", explique AP. L'ensemble des systèmes de la centrale doivent désormais s'appuyer sur des générateurs de secours fonctionnant avec du diesel.

5H10 TU. L'Ukraine progresse dans l'est, la Russie regroupe ses forces vers Donetsk

L'Ukraine a revendiqué samedi des percées dans l'est, notamment l'entrée de ses forces dans la ville-clé de Koupiansk. Une nouvelle étape dans leur récente contre-offensive éclair qui leur a permis de récupérer des pans entiers de territoires.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'est réjoui qu'"environ 2 000 kilomètres notre territoire" aient été "libérés depuis début septembre", sans préciser s'il s'agissait de kilomètres carrés, notamment les localités de Vassylenkovo et d'Artemivka, non loin de Kharkiv, dans le nord-est. L'armée russe fait le "bon choix de s'enfuir", a-t-il ajouté ensuite, car "il n'y a pas de place pour les occupants en Ukraine et il n'y en aura pas".

Voir aussi : Les forces ukrainiennes avancent dans la région de Kharkiv

Chargement du lecteur...

Le ministère russe de la Défense a ensuite annoncé avoir "retiré" ses forces présentes "dans les régions de Balakliïa et d'Izioum", afin de "renforcer" son dispositif plus au sud, autour de Donetsk, l'une des capitales des séparatistes prorusses.

À Lyman, une ville tombée fin mai aux mains des Russes, "la situation reste assez difficile, tout comme dans d'autres localités du nord de la République" populaire de Donetsk, a reconnu samedi son chef, Denis Pouchiline. Le chef de l'administration d'occupation russe de la région d'Izioum, Vladislav Sokolov, a de son côté admis que la situation y était également "difficile". Cette nouvelle progression des troupes de Kiev au sud de Kharkiv pourrait affecter d'une manière significative la capacité de la Russie à ravitailler ses positions dans l'est de l'Ukraine et à leur apporter un soutien logistique.

Voir aussi : Ukraine : "L'offensive ukrainienne oblige les Russes à bouger"

Chargement du lecteur...