Info

DIRECT - Ukraine : l’armée russe dit avoir « entièrement libéré » l’aciérie Azovstal de Marioupol

Une vue d'un immeuble d'habitation détruit par les bombardements russes à Bakhmut, dans la région de Donetsk, dans le Donbass, mercredi 18 mai 2022.
Une vue d'un immeuble d'habitation détruit par les bombardements russes à Bakhmut, dans la région de Donetsk, dans le Donbass, mercredi 18 mai 2022.
Andriy Andriyenko (AP)

Vendredi 20 mai, l’armée russe a affirmé avoir « entièrement libéré » l’usine sidérurgique Azovstal dans la ville stratégique de Marioupol, après la reddition des derniers soldats ukrainiens présents sur place. Dans la même journée, la Russie a annoncé avoir quasiment achevé la conquête de la région de Louhansk dans le Donbass. 

Les dernières informations : 

- L’armée russe  dit avoir « entièrement libéré » l’usine sidérurgique Azovstal dans la ville de Marioupol
-Le verdict du premier jugement pour crime de guerre attendu le 23 mai
- Moscou annonce avoir quasiment achevé la conquête de la région de Louhansk dans le Donbass
- La Russie va créer de nouvelles bases militaires en vue d'un élargissement de l'Otan

Vendredi 20 mai

19h00 TU. Les opposants Kasparov et Khodorkovski désignés "agents de l'étranger" en Russie

Deux adversaires en exil de Vladimir Poutine, l'ex-champion d'échec Garry Kasparov et l'ancien oligarque Mikhaïl Khodorkovski, ont été désignés vendredi en Russie "agents de l'étranger", a indiqué le ministère russe de la Justice.

Ce label infamant, rappelant les "ennemis du peuple" de la période soviétique, est utilisé massivement contre les opposants, journalistes et militants des droits humains accusés de mener des activités politiques financées à l'étranger.

Les "agents de l'étranger" sont soumis à de nombreuses contraintes et procédures fastidieuses, sous peine de lourdes sanctions. Ils doivent notamment indiquer ce statut dans toutes leurs publications.

18h52TU. L'armée russe dit avoir "entièrement libéré" l'usine Azovstal, à Marioupol.

L'armée russe affirme avoir "entièrement libéré" l'usine sidérurgique Azovstal dans la ville stratégique de Marioupol, dans le sud-est de l'Ukraine, après la reddition des derniers soldats ukrainiens présents sur place.

"Depuis le 16 mai, 2.439 nazis du (régiment) Azov et militaires ukrainiens bloqués dans l'usine se sont rendus. Aujourd'hui, 20 mai, le dernier groupe composé de 531 combattants s'est rendu", a déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov, lors d'un briefing.

"Les installations souterraines du site, où se cachaient les combattants, sont passées sous le contrôle complet des forces armées russes", a ajouté M. Konachenkov. Il a assuré que le chef des combattants du régiment Azov sur place s'était rendu et avait été évacué de l'usine dans un "véhicule blindé spécial" pour éviter qu'il ne soit pris à partie par des habitants hostiles

11h53 TU. Le G7 promet 19,8 milliards de dollars à l'Ukraine.


Dans une déclaration conjointe, les ministres des Finances du G7 (Etats-Unis, Royaume-Uni, Japon, Canada, France, Allemagne, Italie) promettent de débloquer une enveloppe de 19,8 milliards de dollars ( 18,7 milliards d'euros) à l'Ukraine.

"En 2022, nous mobilisons 19,8 milliards de dollars d'aide budgétaire, dont 9,5 milliards de dollars d'engagements récents (...) afin d'aider l'Ukraine à combler son déficit financier et continuer d'accorder des services de base au peuple ukrainien", selon cette déclaration conjointe.

11h20. Gerhard Schröder va quitter le conseil d'administration de Rosneft.

L'ex-chancelier allemand Gerhard Schröder, proche de Vladimir Poutine,  va finalement quitter le conseil d'administration de Rosneft, a annoncé le groupe pétrolier russe. Selon Rosneft, M. Schröder a informé la compagnie qu'il ne pouvait prolonger ses fonctions au sein du conseil d'administration.

Jeudi 19 mai, le Bundestag, la chambre basse du parlement allemand, a décidé de le priver de certains de ses avantages d'ex-chancelier, et les députés du parlement européen ont voté à une large majorité une résolution non contraignante lui demandant nommément de démissionner de ses postes.

11h06 TU. Kyiv aurait donné l'ordre d'arrêter de défendre Marioupol selon un commandant.

Les derniers soldats ukrainiens retranchés dans l'aciérie Azovstal à Marioupol ont reçu l'ordre de Kiev d'"arrêter de défendre la ville", a déclaré, Denys Prokopenko, un des commandants dans un message vidéo vendredi. 

"Le commandement militaire supérieur a donné l'ordre de sauver les vies des militaires de notre garnison et d'arrêter de défendre la ville", a expliqué le gradé du régiment Azov, une des unités ukrainiennes présentes dans l'aciérie

10h46 TU. La livraison de gaz russe à la Finlande suspendue samedi.

La livraison de gas naturel russe sera suspendue à compter de samedi 21 mai au matin, a annoncé le groupe énergétique finlandais Gasum. Ce, alors que la Finlande refuse de payer le géant russe Gazprom en roubles. 

"Il est très regrettable que la livraison contractuelle en gaz naturel soit suspendue. Nous avons cependant veillé soigneusement à nous préparer à cette situation", a annoncé le directeur général de Gasum, Mika Wiljanen, dans un communiqué. Et d'assurer : "il n'y aura pas de coupures dans le réseau de distribution de gaz."

10h11 TU. La Russie crée de nouvelles bases militaires en réaction au potentiel élargissement de l'Otan.

Douze nouvelles bases militaires seront érigées dans l'ouest du pays en réponse au renforcement de l'Otan et son élargissement attendue à la Finlande et la Suède. "D'ici la fin de l'année, 12 bases militaires et unités seront déployées dans le district militaire de l'Ouest", a déclaré le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, devant les cadres de son ministère et de l'armée. Il n'a toutefois pas donné de précisions quant à sans la nature de ces infrastructures ou leur taille. 

Il a relevé "la croissance des menaces militaires aux frontières russes", citant en particulier les exercices de l'Otan "Defender Europe" en cours à l'Ouest et au sud-ouest de la Russie ainsi que dans l'Arctique.

09h23 TU. La région de Louhansk quasiment conquise selon le ministre russe de la Défense

Sergeï Choïgu, le ministre russe de la Défense, assure que la conquête de la région ukrainienne de Lougansk (est), dans le DOnbass, est presque achevée. "Les unités des forces armées russes, avec les divisions de la milice populaire des républiques populaires de Lougansk et Donetsk continuent d'accroître le contrôle sur les territoires du Donbass. La libération de la république populaire de Lougansk est presque achevée", a-t-il déclaré, cité par les agences russes. 

08h46 TU. Le verdict du premier jugement pour crime de guerre attendu le 23 mai.

Vadim Chichimarine, le premier soldat russe jugé pour crime de guerre depuis l'invasion de l'Ukraine, le 24 février dernier, connaîtra sa sentence le 23 mai prochain. Le sous-officier de 21 ans s'est dit "sincèrement désolé" pour le meurtre d'un civil de 62 ans non armé, le 28 février, dans le village ukrainien de Chupakhivka, accusation pour laquelle il a reconnu les faits. 

Son avocat a lui déclaré que son client n'était "pas coupable."

(Re)voir : Ukraine : quelles attentes pour le premier procès pour crimes de guerre dans le pays ?

Chargement du lecteur...

02h02 TU. Le Donbass est devenu un "enfer" selon Volodymyr Zelensky.

Les forces russes accentuent la pression dans le Donbass, dans l'est de l'Ukraine, qu'elles ont transformé en "enfer", a affirmé vendredi le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Une femme passe devant le cratère d'une explosion après un bombardement russe à Soledar, dans la région de Donetsk, en Ukraine, mercredi 18 mai 2022.
Une femme passe devant le cratère d'une explosion après un bombardement russe à Soledar, dans la région de Donetsk, en Ukraine, mercredi 18 mai 2022.
Andriy Andriyenko (AP)

Les bombardements russes ont fait 12 morts et 40 blessés jeudi à Severodonetsk, dans la région de Lougansk (est), selon le gouverneur local Serguiï Gaïdaï. Il a affirmé que la plupart des tirs avaient touché des immeubles d'habitation, et que le bilan pourrait s'alourdir.

Par ailleurs, les soldats russes ont tué, jeudi, cinq civils dans la région de Donetsk, également dans le Donbass, selon le gouverneur Pavlo Kyrylenko.

Jeudi 19 mai

23h51 TU. Américains et Russes se rejettent la responsabilité de la crise alimentaire.

Lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations unies (ONU), Washington et Moscou se sont à tour de rôle rejeté la responsabilité de l'insécurité alimentaire mondiale. "Arrêtez de bloquer les ports de la mer Noire! Autorisez la libre circulation des navires, des trains et des camions transportant de la nourriture hors d'Ukraine, a lancé le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken. Arrêtez de menacer de suspendre les exportations de nourriture et d'engrais vers les pays qui critiquent votre guerre d'agression."

Selon ce dernier, "l'approvisionnement alimentaire de millions d'Ukrainiens et de millions d'autres personnes dans le monde a littéralement été pris en otage par l'armée russe."

L'ambassadeur russe à l'ONU, Vassily Nebenzia a balayé en bloc les accusations occidentales en accusant l'Occident "de faire porter le chapeau à la Russie pour tous les problèmes du monde [...] Les ports ukrainiens sont bloqués par l'Ukraine, par les mines disséminées par ce pays le long des rives de la mer Noire, par l'absence d'une volonté de coopération de Kiev avec des armateurs pour libérer plusieurs dizaines de navires étrangers." Et l'émissaire russe de critiquer les sanctions visant son pays.
 

"Les sanctions ne bloquent pas les ports de la mer Noire, ne piègent pas les navires remplis de nourriture et ne détruisent pas les routes et les voies ferrées ukrainiennes", avait au préalable souligné Antony Blinken. Les sanctions n'empêchent pas la Russie d'exporter de la nourriture et des engrais" et elles "incluent délibérément des exclusions pour la nourriture, les engrais et les semences en provenance de Russie", a ajouté le secrétaire d'Etat, pour qui "la décision de faire de la nourriture une arme vient de Moscou et de Moscou seul".

22h20 TU. Cinq pays occidentaux soutiennent l'action en justice de l'Ukraine.

Les responsables de la justice de  l'alliance dite des "Five Eyes"(Etats-Unis, Royaume-Uni, Australie, Canada, Nouvelle-Zélande), ont annoncé  soutenir l'action judiciaire ukrainienne visant à juger les crimes de guerre liés à l'invasion russe.

Dans un communiqué commun, ils ont déclaré appuyer "la quête de justice de l'Ukraine et via d'autres enquêtes internationales, notamment la Cour pénale internationale."

"Nous condamnons ensemble les actions du gouvernement russe et l'appelons à cesser toute violation du droit international, à stopper son invasion illégale et à coopérer" afin de pouvoir rendre des comptes, ont-ils écrit.

L'Ukraine a ouvert des milliers de dossiers de crimes de guerre commis, selon Kiev, par les soldats russes depuis le 24 février. Un premier procès s'est ouvert mercredi.

(Re)voir : Ukraine : un soldat russe devant la justice
Chargement du lecteur...