Info

DIRECT - Ukraine : l'hôpital pédiatrique de Marioupol détruit par des tirs de l'armée russe

Image tirée d'une vidéo publiée par le conseil municipal de Marioupol, en Ukraine. L'hôpital de la ville a été détruit par une attaque russe, le mercredi 9 mars 2022.<br />
 
Image tirée d'une vidéo publiée par le conseil municipal de Marioupol, en Ukraine. L'hôpital de la ville a été détruit par une attaque russe, le mercredi 9 mars 2022.
 
(conseil municipal de Marioupol / AP)
Image tirée d'une vidéo publiée par le conseil municipal de Marioupol, en Ukraine. L'hôpital de la ville a été détruit par une attaque russe, le mercredi 9 mars 2022.<br />
 
Des réfugiés ukrainiens marchent le long de véhicules faisant la queue pour traverser la frontière entre l'Ukraine et la Moldavie, le samedi 26 février 2022.
Une habitante de Marioupol dans le sud-est du pays fuit les bombardements de l'armée russe.<br />
 
Des personnes traversent un chemin improvisé sous un pont détruit en fuyant la ville d'Irpin, près de Kyiv en Ukraine, dimanche 6 mars 2022.
Image réalisée à partir d'une vidéo publiée par la centrale nucléaire de Zaporijie, en Ukraine, le vendredi 4 mars 2022. Les forces russes ont bombardé la plus grande centrale nucléaire d'Europe tôt vendredi, déclenchant un incendie.<br />
 

L’hôpital pédiatrique de Marioupol a été détruit par des tirs de l’armée russe, selon le maire de la ville. Plus tôt dans la journée, un entretien téléphonique a eu lieu entre le président russe, Vladimir Poutine et le chancelier allemand, Olaf Scholz sur les éventuels efforts diplomatiques à réaliser, et les couloirs humanitaires à préserver pour évacuer les civils. Les ministres des Affaires étrangères russe et ukrainien doivent se rencontrer en Turquie pour entamer des pourparlers, ce jeudi 10 mars. 

Tous les horaires sont donnés au format temps universel coordonné (UTC). Pour information, la France se situe dans le fuseau horaire UTC+1. 

Ce qu'il faut retenir de l'actualité de ce 9 mars à 21H00 TU
 
  • Les troupes russes se rapprochent de Kiev, avant des pourparlers en Turquie.
  • Londres appelle l'ensemble du G7 à interdire les importations de pétrole russe.
  • 17 adultes blessés dans le bombardement d'un hôpital pédiatrique à Marioupol par les forces armées russes.
  • Les réactions occidentales sont unanimes pour dénoncer et condamner les tirs sur l’hôpital pédiatrique de Marioupol.
  • Le ministre russe des Affaires étrangères Serguei Lavrov est arrivé en Turquie pour rencontrer le chef de la diplomatie ukrainienne.
  • Washington rejette définitivement un transfert d'avions de combat polonais.
L'état de la progression des forces russes en Ukraine
L'état de la progression des forces russes en Ukraine
© TV5MONDE


Mercredi 9 mars.

20h55 TU. Lourde chute pour le pétrole avec l'ouverture diplomatique de l'Ukraine.

Les cours du pétrole ont plongé, lestés par une ouverture diplomatique du président ukrainien Volodymyr Zelensky ainsi que par le signal donné par les Émirats arabes unis, désormais favorables à une augmentation de la production.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai a lâché 13,15%, pour finir à 111,14 dollars, tandis que le West Texas Intermediate (WTI) américain, pour livraison en avril, a lui cédé 12,12%, à 108,70 dollars.

 

20h50 TU. Washington rejette définitivement un transfert d'avions de combat polonais.
 

Les Etats-Unis ont définitivement rejeté la proposition de la Pologne de livrer à l'armée américaine ses avions Mig-29 pour ensuite les remettre à l'Ukraine, a annoncé mercredi le Pentagone.

"Les services de renseignement estiment que le transfert (d'avions) MiG-29 à l'Ukraine pourrait être perçu comme une surenchère (au conflit) et pourrait entraîner une réaction russe importante qui augmenterait la perspective d'une escalade militaire avec l'Otan", a déclaré lors d'une conférence de presse le porte-parole du Pentagone John Kirby.

 

20h20 TU. Le fils d'une députée britannique part combattre en Ukraine.

Le fils d'une députée britannique a affirmé se trouver parmi un groupe d'anciens soldats britanniques qui partent combattre contre les forces russes en Ukraine, malgré les mises en garde du gouvernement britannique.

Âgé de trente ans, Ben Grant est le fils aîné de la députée conservatrice Helen Grant, chargée d'une mission par le Premier ministre Boris Johnson sur l'éducation des filles et ancienne secrétaire d'Etat.

"On ne m'a pas envoyé, rien à voir avec le gouvernement, rien à voir avec ma mère", a-t-il déclaré au quotidien britannique The Guardian, qui l'a rencontré ce week-end à la gare de Lviv (ouest de l'Ukraine), attendant un train pour la capitale Kiev.

"J'ai décidé de faire ça", "je ne l'ai même pas dit à ma mère", a ajouté le jeune homme, qui a passé plus de cinq ans dans les commandos des Royal Marines. Il fait partie d'un groupe de sept anciens militaires.
 

19H00 TU. Serguei Lavrov arrivé en Turquie pour rencontrer le chef de la diplomatie ukrainienne.

Le ministre russe des Affaires étrangères Serguei Lavrov est arrivé mercredi soir en Turquie, où il doit retrouver son homologue ukrainien Dmytro Kuleba, pour la première rencontre diplomatique à ce niveau depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Lavrov, lors d'une conférence de presse à Moscou, le 5 mars 2022.
Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Lavrov, lors d'une conférence de presse à Moscou, le 5 mars 2022.
(Sergei Ilnitsky/Pool Photo via AP)

Les discussions prévues jeudi 10 mars au matin à Antalya (sud) participent des efforts du président turc Recep Tayyip Erdogan de jouer un rôle de médiation depuis le début de la crise.

 

19h00 TU. La Maison Blanche dénonce un usage "barbare" de la force contre des civils, concernant le bombardement de l'hôpital pédiatrique de Marioupol.

 

18h15 TU. L’ambassade russe à Vilnius munie désormais de l'adresse: "rue des Héros ukrainiens".

La capitale lituanienne Vilnius a donné mercredi à l'ambassade de Russie une nouvelle adresse, la "Rue des héros ukrainiens", pour protester contre l'invasion russe de l'Ukraine.

"A partir d'aujourd'hui, la carte de visite de chaque employé de l'ambassade de Russie sera décorée d'une note en l'honneur de la lutte ukrainienne et, en écrivant ce nom de rue, tout le monde devra penser aux atrocités du régime russe contre la paisible nation ukrainienne", a déclaré le maire de Vilnius, Remigijus Simasius, dans un communiqué.

Jusqu'à présent, l'ambassade de Russie avait pour adresse "Rue de Lettonie", toute proche, dont le nom reste inchangé. 

 
 

17h50 TU. Aucune installation de santé "ne doit être une cible", selon le porte-parole de l'ONU.

Aucune installation de santé en Ukraine "ne doit jamais être une cible", a déclaré le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric, en réaction aux informations sur la destruction par l'armée russe d'un hôpital pédiatrique à Marioupol (sud-est) ayant blessé au moins 17 adultes, selon un responsable local.

L'ONU et l'Organisation mondiale de la santé ont appelé et continuent d'appeler "à l'arrêt immédiat des attaques contre les établissements de santé, les hôpitaux, les travailleurs de la santé, les ambulances", a-t-il dit lors de son point-presse quotidien.

 

17h35 TU. Boris Johnson qualifie d'"immorale" l'attaque d'un hôpital pour enfants à Marioupol.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a qualifié mercredi d'"immoral" le bombardement d'un hôpital pour enfants à Marioupol, dans le sud-est de l'Ukraine, qui a fait 17 blessés parmi le personnel hospitalier selon un responsable régional.

"Il y a peu de choses plus immorales que de cibler les personnes vulnérables et sans défense", a déclaré Boris Johnson en relayant sur Twitter un article sur les frappes russes contre cet hôpital.


"Le Royaume-Uni étudie comment soutenir davantage l'Ukraine pour se défendre contre les frappes aériennes et nous demanderons à Poutine de rendre compte de ses terribles crimes", a ajouté le chef de gouvernement.

 

17H15 TU. 17 adultes blessés dans le bombardement d'un hôpital pédiatrique à Marioupol.

Dix-sept adultes ont été blessés mercredi dans le bombardement par l'armée russe d'un hôpital pédiatrique à Marioupol, port du sud-est de l'Ukraine, selon un responsable régional, Pavlo Kirilenko.

"Il y a 17 blessés confirmés parmi le personnel hospitalier", a-t-il indiqué à la télévision ukrainienne, précisant qu"'il n'y avait aucun enfant" parmi les blessés et "aucun mort", selon un premier bilan.

 

17h10 TU. Londres appelle l'ensemble du G7 à interdire les importations de pétrole russe.

Le Royaume-Uni a exhorté mercredi l'ensemble des pays du G7 à "mettre fin à leur utilisation de pétrole et gaz russes", à l'instar de Londres et de Washington.

"Dans notre réponse" à l'invasion russe de l'Ukraine, "nous devons redoubler de sanctions", a déclaré la ministre britannique des Affaires étrangères Liz Truss lors d'une visite aux Etats-Unis. Cela inclut selon elle une déconnection "totale" des banques russes du système international Swift.

 
 

17h00 TU. Un hôpital pour enfants détruit par des bombardements russes à Marioupol.

Un hôpital pédiatrique de Marioupol, port assiégé du sud-est de l'Ukraine, a été détruit mercredi par des bombardements russes, a annoncé un responsable régional, Pavlo Kirilenko, sans préciser s'il y avait des morts.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a rapidement réagi sur Twitter, indiquant que "des gens, des enfants se trouvent sous les décombres". "Atrocité! (...) Arrêtez ces meurtres", a-t-il encore écrit.


Quelques minutes plus tôt, le maire de Marioupol avait écrit sur sa page Facebook: "Tout a été détruit lors d'un raid aérien de l'aviation russe au-dessus de Marioupol. A l'instant".

 

16H55 TU. Les États-Unis ont déployé deux batteries anti-aériennes Patriot en Pologne, selon le Pentagone.

Les États-Unis ont déployé deux nouvelles batteries anti-aériennes Patriot en Pologne, conformément à leur engagement à défendre le territoire des pays de l'Otan, a indiqué mercredi un haut responsable du Pentagone.

Ces batteries anti-aériennes, habituellement stationnées en Allemagne, ont été repositionnées "à la demande" du gouvernement polonais, selon ce haut responsable.

 

16H15 TU. Les troupes russes se rapprochent de Kiev, avant des pourparlers en Turquie.

Les troupes russes se rapprochent toujours plus de Kiev, à la veille de discussions entre les chefs de la diplomatie russe et ukrainien en Turquie, première rencontre à ce niveau depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine le 24 février.

Les forces russes ont rapidement avancé ces derniers jours vers la capitale depuis le nord et le nord-est.

Alors que la ligne de front était encore il y a cinq jours à une centaine de kilomètres au nord-est de Kiev, des colonnes de chars russes ne se trouvaient plus mercredi qu’à une quinzaine de kilomètres, près de Brovary.

A 30 km de cette localité, des combats ont également lieu ce mercredi 9 mars près de Rusaniv, selon des soldats ukrainiens. 

 

15H55 TU. La BERD annonce 2 milliards d'euros de soutien.

La Banque européenne de reconstruction et développement (BERD) a annoncé mercredi deux milliards d'euros de mesures en réponse à la guerre en Ukraine, pour apporter un "soutien ciblé sur les réfugiés, les entreprises et la sécurité énergétique".

Il s'agit d'un "premier ensemble de mesures" destiné à "aider les personnes, les entreprises et les pays affectés par la guerre en Ukraine", a annoncé la BERD, dont le siège est à Londres, dans un communiqué.

Des financements seront rapidement mis à disposition pour soutenir les entreprises ukrainiennes, grâce notamment à des prêts ou soutiens en liquidités. "Dans la mesure du possible, les entreprises seront aidées à se relocaliser pour leur permettre de poursuivre leur activité."


15H50 TU. Un entretien téléphonique a eu lieu entre Vladimir Poutine et Olaf Scholz sur les couloirs humanitaires et les "efforts diplomatiques" à réaliser selon le Kremlin.


Le président russe Vladimir Poutine et le chancelier allemand Olaf Scholz se sont entretenus mercredi au sujet des "efforts diplomatiques" autour du conflit en Ukraine et des couloirs humanitaires pour évacuer les civils, selon le Kremlin.

Lors d'une conversation téléphonique, les deux dirigeants ont abordé les "efforts politiques et diplomatiques, en particulier le résultat du troisième round de négociations" entre des représentants russes et ukrainiens qui s'est tenu lundi, a indiqué le Kremlin dans un communiqué.

Les deux dirigeants ont également "accordé une attention particulière à l'aspect humanitaire de la situation en Ukraine" et M. Poutine a "fourni des informations au sujet des mesures prises pour mettre en place des couloirs humanitaires pour évacuer les civils des zones de combats", selon la même source.

Les deux dirigeants sont convenus de "poursuivre les contacts à différents niveaux", a ajouté le Kremlin.

 

15h45 TU. La Russie admet la présence de soldats conscrits en Ukraine.

La Russie a pour la première fois reconnu la présence de conscrits en Ukraine et annoncé qu'un certain nombre d'entre eux avaient été faits prisonniers. Moscou affirmait jusque-là que seuls des soldats de métier y combattaient.

Sur cette photo tirée d'une vidéo publiée par le service de presse du ministère russe de la Défense le jeudi 3 mars 2022, un soldat russe pointe une arme depuis un camion militaire russe alors qu'il traverse un lieu tenu secret en Ukraine.
Sur cette photo tirée d'une vidéo publiée par le service de presse du ministère russe de la Défense le jeudi 3 mars 2022, un soldat russe pointe une arme depuis un camion militaire russe alors qu'il traverse un lieu tenu secret en Ukraine.
(Service de presse du ministère russe de la Défense via AP)

"Hélas, plusieurs cas (attestant) la présence de conscrits dans les unités des forces armées russes participant à l'opération militaire spéciale sur le territoire de l'Ukraine ont été confirmés. Presque tous ces militaires ont déjà été retirés sur le territoire russe", a déclaré le porte-parole du ministère de la Défense, Igor Konachenkov.

Cependant, "un certain nombre de militaires, y compris des conscrits, ont été capturés" lors d'une attaque ukrainienne contre un groupe russe assurant une mission de "soutien logistique", a poursuivi le porte-parole.

"Des mesures exhaustives sont en train d'être prises pour prévenir l'envoi de conscrits dans des zones de combats et assurer la libération des militaires capturés", a-t-il ajouté.

 

15h35 TU. La Commision d’enquête sur la Syrie craint que l’Ukraine ne connaisse le même sort. 

Les enquêteurs indépendants qui documentent minutieusement depuis des années les horreurs du conflit syrien ont exhorté mardi les dirigeants du monde entier à tout faire pour éviter que l'Ukraine ne connaisse le même sort.

"Depuis 2015, nous voyons des pratiques de la Fédération de Russie dans ce conflit (syrien, ndlr) que nous voyons dans un autre pays aujourd'hui", a déclaré le président de la Commission d'enquête internationale indépendante sur la Syrie, Paulo Pinheiro, faisant allusion à l'Ukraine.

Il a rappelé les millions de personnes déplacées en Syrie, les disparus (plus de 100.000), le taux de pauvreté de 90% dans un pays où tous les crimes contre l'humanité commis.

"Nous ne pouvons qu'espérer que les dirigeants du monde entier font tout leur possible pour éviter que le même sort ne s'abatte sur l'Ukraine", a-t-il déclaré lors d'un point de presse à Genève.

 

15H30 TU. L’armée russe a arrêté 400 Ukrainiens qui protestaient contre sa présence.

L'armée russe a arrêté 400 Ukrainiens qui protestaient contre l'occupation russe dans la région de Kherson, dans le sud de l'Ukraine, ont affirmé mercredi 9 mars les autorités ukrainiennes.

"L'occupant essaie de mettre en place un régime d'administration policière du fait de la forte résistance des habitants de Kherson", a déclaré l'état-major des Forces de sécurité intérieures ukrainiennes sur Facebook.

"La Garde nationale russe y a été déployée et a procédé à plus de 400 arrestations illégales de citoyens ukrainiens", a-t-il ajouté.

Selon Liudmyla Denisova, chargée des droits humains auprès du Parlement ukrainien, les Russes, qui contrôlent la ville depuis plusieurs jours, se sont emparés d'un centre de détention préventive désaffecté où ils pourraient envoyer les Ukrainiens arrêtés pour résistance.

 

15h30 TU. Le Kosovo supprime l'obligation de visa pour les Ukrainiens.

Le Kosovo a décidé mercredi d'exempter d'obligation de visa les ressortissants ukrainiens, une nouvelle mesure en signe de solidarité à l'égard de leur pays dont plus de deux millions d'habitants ont déjà fui l'invasion des forces russes.

"Nous espérons que la suspension d'obligation de visa pour les ressortissants ukrainiens facilitera leur entrée ou leur transit par le territoire de la République du Kosovo", a déclaré la ministre des Affaires étrangères kosovare Donika Gervalla-Schwarz, dans un communiqué.

 

15H10 TU. Le Congrès américain veut débloquer 14 milliards de dollars pour la crise ukrainienne.

Les élus de la Chambre américaine des représentants vont se prononcer mercredi sur une enveloppe pharamineuse de près de 14 milliards de dollars pour la crise ukrainienne, qui comprend un volet économique et humanitaire, mais aussi des armes et des munitions.

Ces fonds doivent permettre à Kiev de protéger son réseau électrique, combattre les cyberattaques et s'équiper en armes défensives. Le paquet comprend également plus de 2,6 milliards de dollars d'aide humanitaire.

"Les Ukrainiens manquent de nourriture, de vêtements, d'abris, d'électricité et de médicaments", a souligné le chef des démocrates au Sénat Chuck Schumer, exhortant le Congrès à agir "très rapidement".

 

15H05 TU. La France va ouvrir une cellule de crise sur l'accueil des réfugiés.

La France va ouvrir jeudi une cellule interministérielle de crise sur l'accueil des personnes fuyant le conflit en Ukraine, à la fois pour "coordonner" et mieux "anticiper" les flux de réfugiés poussés à l'exil par l'invasion russe, a annoncé mercredi 9 mars le gouvernement.

"Nous avons décidé de l'activation d'une cellule interministérielle de crise, rattachée au ministère de l'Intérieur, pour préparer et coordonner l'arrivée de réfugiés ukrainiens sur notre sol", a indiqué le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal.

Cette "CIC" sera inaugurée jeudi matin au ministère de l'Intérieur pour "coordonner la conduite des opérations de tous les services de l'Etat", ainsi que pour "anticiper ce qui va se passer", notamment par "l'élaboration de scenarii sur les différentes possibilités d'arrivées" futures, a souligné la ministre déléguée à la Citoyenneté Marlène Schiappa auprès de quelques journalistes. 

 

14H40 TU. Londres va poursuivre ses livraisons de missiles antichars.

Le gouvernement britannique a indiqué mercredi qu'il comptait poursuivre ses livraisons de missiles antichars à l'Ukraine après l'invasion russe, dans le cadre du soutien défensif apporté au pays. 

"En réponse à la poursuite de l'agression de la Russie, nous avons accru notre fourniture" d'armes antichars, a déclaré le ministre de la Défense, Ben Wallace, devant les députés. 

Quelque 3.615 (missiles antichars portables) NLAW ont été livrés "à ce jour" et le Royaume-Uni en livrera "plus", a-t-il détaillé, ajoutant qu'un "petit envoi" de missiles antichars Javelin était également prévu. 

"En réponse à des demandes ukrainiennes, le gouvernement a aussi décidé d'explorer la possibilité de donner des missiles à grande vitesse portatifs Starstreak", a-t-il poursuivi. 

 

14h40 TU. Le Canada va envoyer du matériel militaire supplémentaire à l'Ukraine.

Le Canada va envoyer du matériel militaire supplémentaire à l'Ukraine, envahie par la Russie, selon le Premier ministre Justin Trudeau.

"On envoie de l'aide humanitaire, on a mis en place des sanctions extrêmement sévères pour punir (Vladimir) Poutine et les oligarques et aujourd'hui, j'annonce 50 millions de dollars (canadiens) additionnels pour envoyer des équipements militaires en Ukraine", a déclaré Justin Trudeau lors d'une conférence de presse commune avec le chancelier allemand Olaf Scholz.

On espère continuer de pouvoir envoyer des équipements et de l'aide malgré les défis aux frontières.
Justin Trudeau Premier ministre du Canada

Le dirigeant canadien a notamment évoqué "un certain nombre d'équipements spécialisés, y compris des caméras utilisées dans les drones, qu'une entreprise canadienne fabrique et que nous pourrons commencer à envoyer dans les prochains jours vers l'Ukraine".
 

"On espère continuer de pouvoir envoyer des équipements et de l'aide malgré les défis aux frontières" de l'Ukraine, a ajouté Justin Trudeau.

 

14h30 TU. Varsovie appelle à "couper l'oxygène" à la Russie.

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki, en visite mercredi 9 mars en Autriche, a appelé à "couper l'oxygène" de la "machine de guerre" russe en sanctionnant notamment les oligarques. 

"La guerre ne doit pas avoir d'oxygène. Et quel est l'oxygène pour la machine de guerre de Poutine? Avant tout l'argent venant des oligarques, du pétrole, du gaz. (...) C'est pourquoi les sanctions doivent être réelles", a déclaré le chef du gouvernement polonais, en conférence de presse avec le chancelier Karl Nehammer. 

Mateusz Morawiecki a dit avoir évoqué avec ce dernier "comment faire une feuille de route" pour réduire "cette dépendance de la Russie"

"Nous devons quitter notre zone de confort", a-t-il insisté. "Ici à Vienne, on a aussi des oligarques amis de Poutine qui utilisent leur fortune pour soutenir" le président russe Vladimir Poutine.

14h05 TU. La Turquie va réunir les chefs de la diplomatie russe et ukrainien.

La Turquie accueillera jeudi 10 mars les ministres russe et ukrainien des Affaires étrangères pour leur premier face-à-face depuis le début de l'offensive russe en Ukraine.

Serguei Lavrov et son homologue ukrainien Dmytro Kuleba seront reçus par le ministre turc Mevlut Cavusoglu à Antalya (Sud), station balnéaire prisée des touristes russes.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui a multiplié les efforts de médiation depuis le début de la crise, a fait valoir que "la Turquie peut parler à la fois à l'Ukraine et à la Russie". 

"Nous travaillons pour éviter que la crise ne se transforme en tragédie", a-t-il insisté.

Les deux belligérants se sont accordés mercredi pour un cessez-le feu de 12 heures autour d'une série de couloirs humanitaires afin d'évacuer les civils.

13h30 TU. "Pas d'impact majeur sur la sécurité ", selon l’AIEA, concernant la coupure d'électricité à Tchernobyl. 

La coupure de l'alimentation électrique dans le site nucléaire de Tchernobyl ne présente "pas d'impact majeur sur la sécurité", a affirmé mercredi l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), informée du problème par les autorités ukrainiennes.


Compte tenu du temps qui s'est écoulé depuis l’accident de Tchernobyl de 1986, "la charge thermique de la piscine d'entreposage du combustible usé et le volume de l'eau de refroidissement sont suffisants pour assurer une évacuation efficace de chaleur sans électricité", explique l'AIEA sur Twitter.

13h20 TU. Un "défaut de paiement" de la Russie serait "imminent" selon Fitch.

L'agence de notation Fitch a de nouveau abaissé mardi la note qu'elle accorde à la dette de la Russie, une décision signifiant que le risque d'un défaut souverain est à ses yeux "imminent".

13h10 TU : 140 000 nouveaux réfugiés en 24 heures.

Plus de 140.000 réfugiés sont venus s'ajouter aux deux millions de personnes qui ont déjà fui l'Ukraine et les combats déclenchés par l'invasion de l'armée russe, selon le dernier décompte de l'ONU publié ce mercredi 9 mars. Le Haut Commisaire au réfugiés, Filippo Grandi,  parle "la plus grave catastrophe humanitaire en Europe depuis la fin de la Seconde guerre mondiale".
 
 


13H00 TU. Volodomyr Zelensky veut des avions de combat "au plus vite ".

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé mercredi les Occidentaux à lui envoyer "au plus vite" des avions de chasse, à commencer par les Mig-29 proposés par Varsovie malgré une mise en garde du Kremlin, au 14e jour de l'invasion russe et alors que les sanctions ont amené Moscou au bord du défaut de paiement.

"Prenez une décision au plus vite, envoyez nous des avions!", a lancé M. Zelensky aux Occidentaux dans une nouvelle vidéo mercredi sur sa chaîne Telegram. Il a remercié Varsovie pour avoir proposé d'envoyer des Mig-29 à l'Ukraine et regretté qu'"aucune décision" "n'ait (encore) été prise".



12h40TU : l'UE ajoute 160  Russes à sa liste noire​
 

Quatorze oligarques et hommes d'affaires impliqués dans des secteurs clé de l'économie russe (agriculture, sidérurgie, télécoms...) et membres de leurs familles, ainsi que 146 membres du Conseil de la Fédération de Russie (chambre haute du Parlement russe) s'ajoutent à la liste des personnes et entités interdites d'entrée dans l'UE et dont les avoirs en Europe sont gelés.
 


12h15 TU. La centrale de Tchernobyl totalement coupée du réseau électrique​.

L'alimentation électrique de la centrale nucléaire de Tchernobyl et de ses équipements de sécurité est "complètement" coupée en raison d'actions militaires russes, a annoncé l'opérateur ukrainien Ukrenergo.
 
DR

12h07 TU. Le Kremlin dénonce une "guerre économique" menée par Washington.
 

La Russie a dénoncé la "guerre économique" déclarée par les Etats-Unis à la Russie, suite à l'annonce par Washington d'un embargo sur les importations américaines de pétrole et de gaz.

11h30 TU : La Russie constate "des progrès" dans les négociations menées avec l'Ukraine, selon la porte-parole de la diplomatie russe.

"Parallèlement à l'opération militaire spéciale (nom donné par les autorités russes à l'entrée des troupes russes en Ukraine, ndlr), des négociations sont également en cours avec la partie ukrainienne afin de mettre fin dès que possible à l'effusion de sang insensée et à la résistance des forces armées ukrainiennes... Certains progrès ont été réalisés", a déclaré Mme Zakharova.

10h20 TU : Accord sur des couloirs d'évacuation de civils 

Russes et Ukrainiens sont tombés d'accord mercredi matin pour respecter des cessez-le feu autour d'une série de couloirs humanitaires afin d'évacuer les civils, a annoncé le gouvernement ukrainien.


10H00 TU. L'Union élargit ses sanctions contre la Russie et la Biélorussie.

Les Vingt-Sept ont décidé mercredi d'élargir leurs sanctions contre Moscou et Minsk à la suite de l'invasion de l'Ukraine, notamment en débranchant trois banques biélorusses  de la plateforme financière internationale Swift, a annoncé la présidence française du Conseil de l'UE.


8h52 TU. Au moins 10 personnes sont mortes mardi dans des tirs russes sur la ville de Severodonetsk, dans l'Est de l'Ukraine.

Selon le responsable de la région administrative de Lougansk,  l'armée russe a ouvert le feu sur des maisons d'habitation et d'autres bâtiments. 
 

6h00 TU. L'armée russe annonce une nouvelle trêve humanitaire pour ce mercredi matin.

Plus de 5.000 personnes ont été évacuées à ce jour de la ville de Soumy, située à 350 km au nord-est de Kiev. A Marioupol, grand port stratégique sur la mer d'Azov (sud-est), quelque 300.000 civils restent en revanche coincés, selon Kiev, qui accuse les Russes de ne pas respecter le couloir humanitaire.

Vente des devises étrangères suspendue en Russie 

La vente des devises étrangères sera suspendue en Russie jusqu'au 9 septembre, a annoncé mercredi la Banque centrale du pays.

Mardi 8 mars

 

21h00 TU. L'Ukraine annonce à l'ONU le rapatriement de ses 250 Casques bleus déployés en République démocratique du Congo.

"L'ONU a reçu une notification officielle de la décision du gouvernement ukrainien de retirer son contingent militaire, incluant le personnel, les hélicoptères et l'équipement de la mission de maintien de la paix des Nations Unies en République démocratique du Congo" (Monusco), a déclaré un porte-parole du département des Opérations de paix de l'ONU.

L'Ukraine est aussi présente militairement dans d'autres missions de paix de l'ONU dans le monde: 16 militaires au Soudan du Sud, 12 au Mali, 5 à Chypre, 4 à Abyei au Soudan et 3 au Kosovo, selon l'ONU.

20h55 TU. Le géant des boissons Coca-Cola annonce suspendre ses opérations en Russie.

Il s'aligne sur la décision prise par Starbucks qui a décidé la fermeture des 130 cafés portant son nom en Russie et l'arrêt de l'exportation de ses produits. Le groupe Koweïtien "a accepté de suspendre immédiatement les opérations dans les magasins et fournira un soutien aux près de 2.000 employés qui dépendent de Starbucks pour vivre", a indiqué le directeur général de la chaîne de cafés, Kevin Johnson

20h40 TU. Les premiers civils évacués via des couloirs humanitaires de la ville de Soumy, à 350 km au nord-est de Kiev, sont arrivés "en sécurité" dans le centre du pays

"Bonne nouvelle, des civils ont été évacués de Soumy. Le premier convoi de 22 bus est déjà arrivé (dans la ville de) Poltava" au sud-est de Kiev, a annoncé Kyrylo Timochenko sur Telegram. "1.100 étudiants étrangers vont continuer d'être évacués en train vers Lviv. A présent tout le monde est en sécurité, a reçu de la nourriture", a-t-il poursuivi.

20h09 TU. La Pologne se dit prête à "remettre sans délai et gratuitement" tous ses avions Mig-29 à la disposition des États-Unis, qui cherchent à fournir des avions de chasse à l'Ukraine.

Une décision qui a surpris la Maison Blanche. "A ma connaissance, ils ne nous avaient pas consultés préalablement", a déclaré la numéro trois de la diplomatie américaine, Victoria Nuland, lors d'une audition parlementaire. "Je pense que c'est une annonce surprise de la part des Polonais".

 

D.R.
D.R.
19h30 TU. L'armée russe annonce une nouvelle trêve pour l'évacuation des civils en Ukraine à partir de 07H00 GMT mercredi, après la mise en oeuvre dans la matinée de couloirs humanitaires
 

"La Russie annonce un régime de cessez-le-feu à partir du 9 mars 10H00, heure de Moscou, et est prête à mettre en place les couloirs humanitaires", a annoncé la cellule en charge de ces questions au sein du gouvernement russe, citée par l'agence TASS.

18h46 TU. Le Pentagone fait état d'une nouvelle ligne russe avançant vers Kiev depuis le nord-est de la capitale ukrainienne, alors que la colonne principale des forces de Moscou venant du nord se trouve à l'arrêt depuis plusieurs jours.

"Je voulais attirer votre attention sur le fait qu'ils (les Russes, ndlr) commencent à tenter d'avancer vers Kiev depuis le nord-est", a dit un haut responsable du ministère américain de la Défense à des journalistes. "Nous estimons qu'ils sont à environ 60 km de la ville", a-t-il précisé, sans être en mesure de dire combien de véhicules étaient concernés.


18h00 TU. La Premier League suspend ses contrats avec son diffuseur russe
 

"La Premier League et ses (20) clubs ont pris aujourd'hui à l'unanimité la décision de suspendre notre accord avec le diffuseur russe Rambler (Okko Sport) avec effet immédiat", a déclaré l'organisateur du championnat anglais de football de première division dans un communiqué.

Le montant de ce contrat est estimé à 6 millions de livres (7,2 M EUR), une goutte d'eau sur les 1,3 milliard de livres (1,5 mds EUR) que rapporte annuellement la retransmission de la Premier League à l'étranger pour la période 2019/2022.


17h15 TU. Volodymyr Zelensky ovationné par les députés britanniques qui se sont levés lors de son intervention par visio-conférence au Parlement de Westminster alors qu'il déclare "Nous nous battrons jusqu'au bout", invoquant Churchill.


Son intervention a été qualifiée d'"historique" par le président de la chambre des Communes Lindsay Hoyle, fait rarissime pour un chef d'État étranger.

Volodymyr Zelensky s'exprime par vidéo conférence à la Chambre des communes de Londres.
Volodymyr Zelensky s'exprime par vidéo conférence à la Chambre des communes de Londres.
© Jessica Taylor/UK Parliament via AP



16h40 TU. Trois adultes ont été tués et trois enfants blessés dans l'explosion d'une mine antipersonnel dans la région de Tchernihiv, à 150 km au nord de Kiev, affirme Liudmyla Denisova, chargée des droits humains auprès du Parlement ukrainien.

Ces civils étaient tous en voiture : les adultes sont morts sur place et les enfants, blessés à des degrés divers, ont été hospitalisés, a-t-elle précisé.



16h37 TU. Le président Joe Biden ordonne un embargo sur les importations américaines de pétrole et de gaz russes, afin d'alourdir les sanctions imposées à la Russie et "porter un nouveau coup puissant à Poutine".

Cette décision a été prise "en coordination étroite" avec les alliés des Etats-Unis, a-t-il précisé.

14h30 TU. Le numéro 2 du Vatican affrime la disponibilité du pape François "à tout faire" pour la paix en Ukraine, au cours d'un entretien téléphonique avec le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

Cet entretien est intervenu alors que deux cardinaux envoyés par le pape François se trouvent auprès de réfugiés ukrainiens en Hongrie et en Pologne. Des centaines de milliers de personnes fuient actuellement les bombardements en Ukraine.

Arrivé ce matin en Hongrie, le cardinal canadien Michael Czerny s'est rendu à la gare de Keleti, dans la capitale Budapest, "où la Caritas et l'Ordre de Malte portent assistance à environ 2.500 personnes fuyant chaque jour l'Ukraine".

13h56 TU. Le président Joe Biden va annoncer un embargo sur les importations de pétrole russe aux États-Unis

Le chef de l'État américain doit s'exprimer à 14h45 TU. pour "annoncer des actions visant à sanctionner la Russie pour sa guerre injustifiée et non provoquée" contre l'Ukraine, a indiqué la porte-parole de la Maison Blanche.

Cette mesure avait déjà été évoquée par le secrétaire d'État Antony Blinken dimanche, mais la Maison Blanche craignait une augmentation des prix à la pompe. Jen Psaki avait déclaré le 3 mars (cf. The New York Times) "Nous n'avons pas d'intérêt à réduire l'apport global d'énergie et cela entraînerait une hausse des prix à la pomper pour les Américains et dans le monde car cela réduirait les quantités disponibles."

13h04 TU. Russie : l'ONU dénonce des arrestations d'opposants à la guerre

La plus haute responsable des droits de l'homme à l'ONU dénonce les arrestations par milliers en Russie d'opposants à la guerre lancée en Ukraine par le président russe Vladimir Poutine.

Selon Michelle Bachelet, qui s'exprimait devant le Conseil des droits de l'homme, "12700 personnes ont été arrêtées arbitrairement pour avoir participé à des manifestation pacifiques" contre la guerre déclenchée le 24 février.

12h30 TU. Shell annonce son intention d'arrêter de se fournir en pétrole et gaz russes

Le géant pétrolier britannique Shell annonce son intention de se retirer du pétrole et du gaz russes "graduellement, pour s'aligner avec les nouvelles directives du gouvernement" britannique, en réaction à l'invasion russe de l'Ukraine.

Dans un communiqué, Shell a précisé que, "comme premier pas immédiat, le groupe va arrêter tous les achats au comptant sur le marché de pétrole brut russe" et va "fermer ses stations services, ainsi que ses activités de carburants pour l'aviation et lubrifiants en Russie".

11h36 TU. La Chine appelle à "la plus grande retenue" 

Le président chinois Xi Jinping appelle à "la plus grande retenue" dans le conflit ukrainien lors d'un appel avec les dirigeants français Emmanuel Macron et allemand Olaf Scholz, rapporte la télévision chinoise.

La Chine, qui garde de bonnes relations avec Moscou, s'est jusqu'à présent refusée à parler d'invasion de l'Ukraine et s'est contentée de "regretter" le conflit dans ce pays, tout en disant "comprendre" les préoccupations russes en matière de sécurité.

11h02 TU. Le nombre de réfugiés arrivant en France "augmente rapidement"

Le nombre de réfugiés ukrainiens qui arrivent en France "est en augmentation rapide", affirme le Premier ministre Jean Castex lors d'une visite dans un centre d'accueil parisien où il a échangé avec plusieurs personnes accueillies.

Le nombre de réfugiés "dénombrés officiellement par la PAF (police aux frontières) depuis le 25 février avoisine les 5000 personnes, sachant qu'un certain nombre d'entre elles sont en réalité en transit", a indiqué le Premier ministre. Certaines veulent se rendre en Grande-Bretagne, d'autres gagner "des pays du sud de l'Europe".


10h47 TU. L'Ukraine accuse la Russie de ne pas respecter le couloir humanitaire à Marioupol

Le ministère ukrainien de la Défense accuse les Russes de ne pas respecter le couloir humanitaire à Marioupol, port assiégé du sud-est de l'Ukraine, au treizième jour de l'invasion russe.

"L'ennemi a lancé une attaque exactement en direction du couloir humanitaire", a dénoncé le ministère, assurant que l'armée russe n'avait "pas laissé les enfants, les femmes et les personnes âgées quitter la ville".

9h20 TU. Début de l'évacuation des civils à Soumy

Des civils ont commencé à être évacués ce mardi 8 mars 2022 de la ville de Soumy, près de la frontière russo-ukrainienne. Il s'agit d'une nouvelle tentative d'instauration de couloirs humanitaires pour évacuer les habitants pris au piège des bombardements russes sur les villes ukrainiennes.

(Re)Voir aussi : Guerre en Ukraine : pourquoi Moscou veut évacuer des civils vers la Russie ?

Chargement du lecteur...


8h10 TU. La barre des 2 millions de réfugiés est franchie

Le cap des deux millions de réfugiés provoqués par l'offensive militaire russe en Ukraine devrait être franchi "aujourd'hui" ou "demain", estime le Haut Commissaire de l'ONU aux réfugiés, Filippo Grandi.

"Je pense que nous allons passer la barre des deux millions aujourd'hui ou peut-être, au plus tard, demain", déclaré Filippo Grandi lors d'une conférence de presse à Oslo. "Ca n'arrête donc pas".

Il s'est exprimé après sa tournée en Roumanie, Moldavie et Pologne, trois pays frontaliers de l'Ukraine.

7h20 TU. Moscou a déployé la quasi totalité des troupes massées à la frontière avec l'Ukraine

La Russie a envoyé en Ukraine la quasi-totalité des troupes massées ces derniers mois à la frontière entre les deux pays, soit plus de 150 000 soldats, estime le Pentagone, qui a dépêché 500 militaires supplémentaires en Europe pour renforcer la sécurité de l'Otan.

6h58 TU. Les bombardements ont fait au moins 9 morts à Soumy

Au moins neuf personnes, dont deux enfants,  ont péri lundi soir dans une frappe aérienne sur la ville de Soumy, à quelque 350 km à l'est de Kyiv indiquent les services de secours ukrainiens.

"Des avions ennemis ont attaqué insidieusement des bâtiments d'habitation", ont décrit sur Telegram les services de secours, arrivés sur les lieux. Soumy, proche de la frontière russe, est le théâtre de violents combats depuis plusieurs jours.
 


6h10 TU. L'ONU demande des accès sécurisés pour l'aide humanitaire dans les zones de combat

L'ONU a "besoin de couloirs sûrs pour fournir de l'aide humanitaire dans les zones d'hostilités" en Ukraine, déclare au Conseil de sécurité le secrétaire général adjoint des Nations unies pour les Affaires humanitaires, Martin Griffiths.

"Les civils dans des endroits comme Marioupol, Kharkiv, Melitopol et ailleurs ont désespérément besoin d'aide, en particulier de fournitures médicales vitales", a-t-il ajouté lors d'une réunion publique d'urgence du Conseil sur la crise humanitaire en Ukraine, qui a duré deux heures trente et a été parfois marquée par des échanges très tendus, voire des insultes, entre ambassadeurs russe et ukrainien.

(Re)Voir aussi : Guerre en Ukraine : "le droit international humanitaire n'est pas optionnel"

Chargement du lecteur...


5h50 TU. Moscou annonce l'instauration des cessez-le-feu

Les civils devraient pouvoir quitter plusieurs grandes villes du pays selon la Russie. Des couloirs humanitaires doivent être mis en place dans la capitale, Soumy, Kharkiv, Tcherniguiv et Marioupol.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait accusé l'armée russe d'avoir fait échouer à plusieurs reprises l'évacuation des civils via les couloirs humanitaires.

Lundi 7 mars

21h25 TU. Le président russe Vladimir Poutine promet qu'il n'enverrait pas de conscrits ou de réservistes combattre en Ukraine, assurant que l'offensive y était menée par des "professionnels" remplissant des "objectifs fixés".

Lors d'un discours télévisé pour célébrer la fête du 8 mars, Vladimir Poutine a déclaré  "Je veux souligner le fait que les soldats passant la conscription ne participent pas et ne participeront pas aux combats. Il n'y aura pas non plus de conscription supplémentaire des réservistes".
 

Vladimir Poutine le 5 mars, alors qu'il visite l'école d'aviation Aeroflot à Moscou le 5 mars 2022.
Vladimir Poutine le 5 mars, alors qu'il visite l'école d'aviation Aeroflot à Moscou le 5 mars 2022.
© Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP


21h00 TU.  Moscou annonce des cessez-le-feu locaux à partir de mardi 8 mars 6h00 TU
"La Fédération de Russie annonce un cessez-le-feu à partir de 10H00, heure de Moscou le 8 mars" pour l'évacuation des civils en provenance de Kiev, ainsi que des villes de Soumy, Kharkiv, Tcherniguiv et Marioupol, a indiqué la cellule du ministère russe de la Défense, chargée des opérations humanitaires en Ukraine.

20h30 TU. L 'ONU a "besoin de couloirs sûrs pour fournir de l'aide humanitaire dans les zones d'hostilités" en Ukraine, déclare au Conseil de sécurité le secrétaire général adjoint des Nations unies pour les Affaires humanitaires, Martin Griffiths.

"Les parties doivent veiller en permanence à épargner les civils et les habitations et infrastructures civiles dans leurs opérations militaires", a déclaré Martin Griffiths. "Cela comprend l'autorisation d'un passage sûr pour les civils quittant les zones d'hostilités actives sur une base volontaire, dans la direction de leur choix", a insisté le responsable, alors que des couloirs humanitaires prévus par Moscou conduisent à la Russie ou au Bélarus.


20h00 TU. Le président américain Joe Biden "n'a pas pris de décision à ce stade" sur un éventuel embargo sur le gaz et le pétrole russes en réponse à l'invasion de l'Ukraine

La porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki a indiqué que le sujet avait été abordé lors d'une conversation du président américain avec les dirigeants allemand, français et britannique, en soulignant: "Nous avons des capacités et des possibilités différentes".

L'Allemagne en particulier s'oppose à tout embargo sur le gaz russe, dont elle est très dépendante, alors que les États-Unis importent peu de brut russe.

19h10 TU. Le président américain Joe Biden, le président français Emmanuel Macron, le chancelier allemand Olaf Scholz et le Premier ministre britannique Boris Johnson sont "déterminés à continuer d'augmenter le coût" infligé à la Russie en réponse à l'invasion de l'Ukraine

Quant au président français, il ne pense pas qu'une "vraie solution" puisse être négociée entre Moscou et Kiev pour mettre fin au conflit en Ukraine "dans les jours et semaines qui viennent", ce qui fait que la guerre va "continuer". 

S'exprimant à Poissy (Yvelines) pour son premier déplacement comme candidat à la présidentielle, Emmanuel Macron a également souligné que les pays européens n'entreront pas directement dans le conflit car "une guerre avec la Russie serait une guerre mondiale, avec une puissance dotée" de l'arme nucléaire.

Emmanuel Macron à Poissy (Yvelines) ce 7 mars 2022.
Emmanuel Macron à Poissy (Yvelines) ce 7 mars 2022.
© AP Photo/Michel Euler


18h39 TU. Le secrétaire d'État américain Antony Blinken et le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid se sont rencontrés à Riga (Lettonie) pour évoquer l'invasion de l'Ukraine par la Russie. "Pour arrêter la guerre, il faut négocier" a déclaré Yair Lapid.

"Israël parle avec les deux parties, tant avec la Russie qu'avec l'Ukraine, et nous travaillons en totale coordination avec notre plus grand allié, les États-Unis, et avec nos partenaires européens" a déclaré le chef de la diplomatie israélienne. Rappelons que le Premier ministre israélien a rencontré Vladimir Poutine samedi 5 mars.

Antony Blinken a rencontré le ministre des Affaires étrangères israéliens à Riga en Lettonie.
Antony Blinken a rencontré le ministre des Affaires étrangères israéliens à Riga en Lettonie.
© Olivier Douliery, Pool via AP




18h30 TU. A l'issue de la troisième session des pourparlers russo-ukrainiens, le représentant russe Vladimir Medinski déclare que les discussions n'ont pas "été à la hauteur des attentes" de Moscou.

Mais des avancées ont été faites sur la question des couloirs humanitaires.

"Nous avons obtenu certains résultats positifs concernant la logistique des couloirs humanitaires", a déclaré sur Twitter Mykhaïlo Podoliak, conseiller de la présidence ukrainienne et membre de la délégation présente aux pourparlers."Des changements seront apportés, et on apportera une aide plus efficace aux personnes qui souffrent de l’agression de la Fédération de Russie".


15h32 TU. Au moins 13 personnes sont mortes dans des bombardements qui ont touché une boulangerie industrielle à Makariv, à une cinquantaine de kilomètres à l'ouest de Kiev, ont indiqué les services de secours ukrainiens.

14h30 TU. Le président Biden va s'entretenir de la situation en Ukraine avec le président français Emmanuel Macron, le chancelier allemand Olaf Scholz et le Premier ministre britannique Boris Johnson.

14h30 TU. L'ancien Ballon d'or Andreï Shevchenko, en larmes à la télévision italienne, demande de l'aide à l'Italie pour son pays

L'ancien attaquant du Milan AC, et ancien sélectionneur de l'équipe nationale ukrainienne a remercié en larmes l'Italie pour venir en aide à son pays.

“Non riesco a vedere le immagini senza lacrime, l’Italia è la mia seconda patria, grazie tante per il vostro aiuto”
- La commozione di Andriy Shevchenko a #CTCF.@jksheva7 pic.twitter.com/U3droIBoQG

— Che Tempo Che Fa (@chetempochefa) March 6, 2022

Interrogé depuis Londres dimanche soir par le journaliste Fabio Fazi dans le cadre du magazine d'actualité "Che tempo che fà",  sur la troisième chaîne publique italienne Rai 3, il a déclaré "qu'il ne pouvait retenir ses larmes face à ces images, l'Italie est ma seconde patrie, merci de votre aide. Quand je suis arrivé en Italie, vous m'avez accueilli comme l'un des vôtres. Vous m'avez ouvert votre coeur. Ouvez votre coeur aux enfants et aux personnes âgées d'Ukraine."

13h45 TU. La délégation ukrainienne est arrivée en Biélorussue pour la troisième session de négociations avec des représentants de Russie selon l'agence de presse officielle russe TASS.

La délégation ukrainienne est arrivée à Belovejskaïa Pouchtcha (un parc national à la frontière entre le Bélarus et la Pologne) à bord de deux hélicoptères pour des négociations avec la Russie.
 

La délégation ukrainienne face à la délgation russe à Belovejskaïa Pouchtcha, un parc national à la frontière entre le Biélorussie et la Pologne. Lundi 7 mars 2022.
La délégation ukrainienne face à la délgation russe à Belovejskaïa Pouchtcha, un parc national à la frontière entre le Biélorussie et la Pologne. Lundi 7 mars 2022.
© Maxim Guchek/BelTA Pool Photo via AP



13h25 TU. Le négociateur russe accuse l'Ukraine de bloquer les couloirs humanitaires.

Le représentant russe dans les pourparlers entre Moscou et Kiev accuse l'Ukraine d'empêcher l'évacuation de civils de zones de combats. De leur côté, les autorités ukrainiennes accusent Moscou de pratiquer un "siège digne du Moyen Age" et à Marioupol, il n'y a toujours pas signe d'évacuation selon Associated Press.

"Les nationalistes ayant pris position dans les villes continuent d'y retenir des civils et les utilisent directement et indirectement, y compris comme bouclier humain, ce qui est bien sûr un crime de guerre", affirme Vladimir Medinski à la télévision publique russe.
Le ministère de la Défense russe a annoncé que la population pourrait quitter Kiev, Marioupol et Karkiv et Soumy.

(Re)Voir aussi : Guerre en Ukraine : à Lviv, les habitants tentent de quitter le pays

Chargement du lecteur...


12h45 TU. Macron dénonce le "cynisme moral et politique"

Le président français Emmanuel Macron dénonce "le cynisme moral et politique" de Vladimir Poutine qui propose des couloirs humanitaires aux habitants de plusieurs villes d'Ukraine pour "les amener en Russie".

Ce qui est nécessaire, "ce ne sont pas simplement des couloirs, qui sont tout de suite menacés, ce n'est pas ce discours hypocrite qui consiste à dire: On va aller protéger les gens pour les amener en Russie", a déclaré le président dans une int. "Tout ça n'est pas sérieux, c'est du cynisme moral et politique, qui m'est insupportable", a-t-il ajouté.

12h12 TU. Moscou adopte une liste de pays hostiles qui seront remboursés en roubles

Les autorités russes ont établi une liste de pays "hostiles" à la Russie, auxquels les particuliers et les entreprises russes pourront rembourser leurs dettes en roubles, monnaie dont la valeur a perdu 45% depuis janvier, a indiqué lundi le gouvernement.

Cette liste de pays comprend entre autres les pays de l'Union européenne, l'Australie, le Royaume-Uni, le Canada, Monaco, la Corée du Sud, les États-Unis, la Suisse et Japon.

11h59 TU. Rencontre pour des pourparlers en Turquie en fin de semaine 

La Russie confirme une rencontre des ministres des Affaires étrangères russe et ukrainien en Turquie en fin de semaine, la première du genre depuis le début des combats en Ukraine.

"Conformément à un accord au téléphone entre les présidents russe et turc, (...) un contact est prévu en marge du forum diplomatique d'Antalya entre le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et celui de l’Ukraine Dmytro Kouleba", indique sur Telegram la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova.

11h35 TU. Le Secrétaire d'État américain Antony Blinken se rend dans les États baltes pour une visite éclair

Antony Blinken a assuré la Lituanie et la Lettonie de la protection de l'OTAN et du soutien américain. Il doit se rendre mardi en Estonie.

Le président lituanien Gitanas Nauseda a affirmé à Antony Blinken que le président russe Vladimir Poutine "ne s'arrêtera pas en Ukraine" et il a rajouté que "notre devoir et notre obligation collectifs sont d'aider (...) les Ukrainiens par tous les moyens disponibles. Et quand je dis tous, je veux vraiment dire tous. Si vous ne le faites pas, vous allez vers une troisième guerre mondiale."

Le secrétaire d'État américain a cherché à rassurer le pays quant au soutien défensif américain, alors que les forces russes continuent d'attaquer l'Ukraine."Personne ne devrait douter de notre état de préparation. Personne ne devrait douter de notre détermination", a-t-il déclaré."Une attaque contre un (membre de l'Otan) est une attaque contre tous", a-t-il réaffirmé.

 

10h04 TU. Paris indique ne pas avoir demandé l'ouverture de couloirs humanitaires

La France n'a pas demandé l'ouverture de couloirs humanitaires en Ukraine vers la Russie et le Bélarus, comme l'a proposé Moscou, indique la présidence française, en insistant sur la nécessité de "respecter le droit international", notamment dans la protection des populations civiles.

Au lendemain d'un entretien téléphonique entre le président français Emmanuel Macron et son homologue russe Vladimir Poutine, l'Elysée rappelle que la demande de Paris "comme du reste des alliés et partenaires est que l'offensive russe cesse".

09h37 TU. La Russie absente lors de l'ouverture des audiences de la Cour internationale de justice

La Russie était absente ce lundi 7 mars 2022, lors de l'ouverture des audiences devant la Cour internationale de justice (CIJ) dans une procédure initiée par l'Ukraine, qui demande au plus haut tribunal de l'ONU d'ordonner à Moscou de stopper son invasion militaire.

"La cour déplore la non-comparution de la Fédération de Russie lors de cette procédure orale", a déclaré Joan Donoghue, juge présidente de la CIJ, indiquant avoir été notifiée de cette absence par l'ambassadeur russe aux Pays-Bas, où siège la cour.


09h20 TU. L'Ukraine refuse les couloirs humanitaire vers le Bélarus et la Russie

Kiyv refuse les couloirs humanitaires vers le Bélarus et la Russie proposés par Moscou pour l'évacuation des civils de villes bombardées, annonce la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk.

"Ce n’est pas une option acceptable", a-t-elle déploré. Selon elle, les civils appelés par les Russes à être évacués des villes de Kharkiv, Kiev, Marioupol et Soumy "n’iront pas au Bélarus pour ensuite prendre l’avion et aller en Russie".

09h09 TU. Par crainte des sanctions, le prix du gaz flambe

Le prix du gaz naturel a atteint un nouveau record historique sur le marché européen, alors que des sanctions sur l'énergie russe sont discutées par les États-Unis et l'Union européenne face à l'invasion de l'Ukraine.

La crainte de perturbations des exportations en provenance de Russie, qui fournit 40% des importations de gaz européen, fait grimper la référence du marché en Europe.

08h15 TU. La Chine est disposée à participer à une médiation

"L'amitié entre les deux peuples [chinois et russe] est solide comme un roc et les perspectives de coopération future sont immenses", affirme devant la presse le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi. Il précise que la Chine est prête à participer "en cas de besoin" à une médiation internationale pour résoudre le conflit en Ukraine. 
 

Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi s'exprime lors d'une conférence de presse vidéo sur le conflit qui oppose l'Ukraine et la Russie. Pékin, Chine, le lundi 7 mars 2022.
Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi s'exprime lors d'une conférence de presse vidéo sur le conflit qui oppose l'Ukraine et la Russie. Pékin, Chine, le lundi 7 mars 2022.
AP Photo/Sam McNeil


07h36 TU. Un million de réfugiés sont arrivés en Pologne

Plus d'un million de personnes ont fui l'invasion russe en Ukraine et sont désormais en Pologne. La mobilisation en faveur des réfugiés est générale. Le gouvernement polonais s'attend à ce que l'afflux de réfugiés continue.

"Préparer les infrastructures pour être prêt à accueillir une nouvelle vague de réfugiés, dont on ne sait pas quelle sera l'ampleur, tel est notre principal défi aujourd'hui", Michal Dworczyk, le chef du cabinet du Premier ministre.

(Re)Lire aussi : Guerre en Ukraine : un million de réfugiés sont accueillis en Pologne


06h42 TU. L'armée russe bombarde Kharkiv

L'armée russe poursuit son offensive en Ukraine, et bombarde la deuxième ville du pays Kharkiv, la capitale Kiyv  est encerclée et les sirènes d'alerte aérienne ont retenti à l'aube.

06h04 TU. Moscou annonce ouvrir des couloirs humanitaires

L'armée russe annonce l'ouverture de plusieurs couloirs humanitaires et l'instauration de cessez-le-feu locaux pour évacuer des civils des villes ukrainiennes de Kharkhiv, Kiev, Marioupol et Soumy, en proie à de violents combats.

"Les forces russes, dans un but humanitaire, déclarent un régime de silence à partir de 10h00 le 7 mars et l'ouverture de couloirs humanitaires", indique le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

05h44 TU. L'évacuation du port de Marioupol a échoué.

La nouvelle tentative d'évacuation humanitaire du port de Marioupol n'a pas abouti. Les populations sont prises au piège dans le port assiégé. Un troisième round de pourparlers entre l'Ukraine et la Russie est prévu pour lundi, selon un membre de la délégation ukrainienne, David Arakhamia, qui n'a pas donné plus de détails.


Dimanche 6 mars

21h22 TU. Netflix suspend son service en Russie

La plateforme américaine de vidéo en ligne Netflix a suspendu son service en Russie, ont rapporté plusieurs médias américains, pour protester contre l'invasion russe de l'Ukraine.

Netflix est un acteur mineur en Russie, où il compte moins d'un million d'abonnés, selon le Wall Street Journal.

21h16 TU. Plus de 4 600 manifestants contre l'invasion de l'Ukraine arrêtés en Russie

Le nombre d'arrestations décomptées par l'ONG OVD-Info a été porté à 4 600 aujourd'hui, dans une soixantaine de villes russes. 

20h41 TU. Plus d'un million de réfugiés d'Ukraine en Pologne

Le nombre de personnes arrivées d'Ukraine en Pologne a dépassé un million dimanche à 19h00 GMT, ont annoncé les garde-frontières polonais.

(Re)voir : Guerre en Ukraine : Lviv, carrefour pour les réfugiés et l'aide humanitaire 

Chargement du lecteur...


20h09 TU. Face à la Russie, la Roumanie affirme : "nous n’avons aucune raison de nous sentir menacés"

Le Premier ministre roumain a répondu à la mise en garde de Moscou adressée aus pays voisins de l'Ukraine contre l'accueil d'avions de combat de Kiev : "c'est de la pure rhétorique visant à détourner l’attention de ce qui se passe réellement sur le terrain – des civils tués, les règles d’un conflit armé bafouées".

Moscou "a beau essayer de nous faire peur (...), nous n’avons aucune raison de nous sentir menacés", a ajouté Nicolae Ciuca.

20h01 TU. Engie prévient que l'approvisionnement en gaz pourrait poser problème à l'été

Si l'Europe venait à ne plus recevoir de gaz russe, les premières difficultés apparaîtraient avec le remplissage des cuves pour l'hiver prochain, a prévenu la directrice générale d'Engie Catherine MacGregor dans une interview aux Échos.

"Le vrai problème, ce serait le remplissage des stockages au printemps et à l'été, en préparation de l'hiver 2022-2023", a souligné la DG du groupe français. "Il serait très difficile de trouver les volumes nécessaires et ce serait très dur en cas de conflit long en Ukraine". "Nous entrerions alors dans un nouveau monde pour l'énergie, sous l'effet d'un choc physique et d'un choc de prix sans précédent qui transformerait sans doute durablement le paysage énergétique".

19h59 TU. Nucléaire: La France envoie "des produits médicaux", dont de l'iode, à l'Ukraine​

La France a envoyé à l'Ukraine "différents produits médicaux", dont de l'iode, pour se prémunir contre le risque d'un accident nucléaire lors des combats avec l'armée russe, a indiqué le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.


19h22 TU. TikTok suspend la création de nouvelles vidéos en Russie​

"Au regard de la nouvelle loi sur les "informations mensongères", nous n'avons pas d'autre choix que de suspendre les directs et la mise en ligne de nouveaux contenus (...) le temps d'étudier les conséquences possibles pour la sûreté" des employés de TikTok et de ses utilisateurs, a expliqué le réseau social.

19h10 TU. L'AIEA "profondément" inquiète à propos de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporojie

L'Agence internationale de l'énergie atomique a exprimé sa "profonde inquiétude" à la suite d'informations concernant l'interruption des communications avec la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporojie. La Russie s'est emparée de cette centrale, la plus grande d'Europe, vendredi.

18h44 TU. American Express suspend ses opérations en Russie et au Bélarus

L'émetteur américain de cartes de paiement a annoncé dimanche "suspendre toutes ses opérations" en Russie et au Bélarus en raison de l'invasion en Ukraine, après des décisions similaires de Visa et Mastercard.

18h24 TU. La Russie bloque Mediazona et d'autres médias indépendants

Le site d'information Mediazona, l'une des dernières voix indépendantes en Russie, a annoncé avoir été bloqué par les autorités en raison de sa couverture de l'invasion en Ukraine.

Cette mesure a été prise "parce que nous couvrons honnêtement ce qui se passe en Ukraine et appelons l'invasion une invasion et la guerre une guerre", a estimé Mediazona, soulignant que le pouvoir russe vient de mettre en place une "censure militaire et (qu'il) ne reste presque plus de médias indépendants dans le pays".

Les autorités ont également bloqué d'autres sites comme Republic, Snob.ru - tous deux dédiés à l'actualité chaude et à l'analyse  - et le média d'investigation Agentstvo, ainsi que des journaux régionaux, a indiqué l'ONG de défense des droits numériques Roskomsvoboda.

18h12 TU. Le Danemark annonce un référendum pour rejoindre la politique de défense européenne

D'après la Première ministre, le référendum sera organisé le 1er juin. Elle a a "vivement" appelé les Danois à lever cette dérogation, qui tient historiquement le pays scandinave - membre de l'Otan - à l'écart de la politique de l'Union européenne en matière militaire.

17h30 TU. TV5Monde explique l'arrêt de sa diffusion sur le territoire russe

La chaîne n'est plus disponible en Russie. Retrouvez davantage d'informations dans notre communiqué : Guerre en Ukraine : pourquoi TV5MONDE n'est plus disponible en Russie​

17h14 TU. Démission du directeur musical du théâtre Bolchoï à Moscou


Le chef d'orchestre Tugan Sokhiev a annoncé avoir quitté ses fonctions de directeur musical du Théâtre Bolchoï à Moscou et de l'Orchestre National du Capitole de Toulouse, se disant opposé à "tout conflit sous quelque forme que ce soit".

Le théâtre Bolchoï est le plus grand à Moscou, situé non loin du Kremlin.  Tugan Sokhiev le dirigeait depuis 2014. AP/ Alexander Zemlianichenko.
Le théâtre Bolchoï est le plus grand à Moscou, situé non loin du Kremlin.  Tugan Sokhiev le dirigeait depuis 2014. AP/ Alexander Zemlianichenko.

"Face à l'option impossible de choisir entre mes musiciens russes et français bien-aimés, j'ai décidé de démissionner de mes fonctions ", a-t-il précisé dans un communiqué.

16h45 TU. La Russie met en garde les pays voisins de l'Ukraine contre l'accueil de ses avions de combat
 

"Pratiquement toute l'aviation du régime de Kiev apte au combat a été détruite. Mais nous savons de source sûre que des appareils ukrainiens se sont envolés vers la Roumanie et dans d'autres pays voisins", a déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov.

"L'utilisation du réseau d'aérodromes de ces pays pour servir de base à des avions militaires ukrainiens et leur utilisation subséquente contre les forces armées russes pourraient être considérées comme une implication de ces pays dans un conflit armé", a-t-il ajouté.

(Re)voir : Ukraine : l'offensive se poursuit, malgré le cessez-le-feu annoncé à Marioupol
Chargement du lecteur...
16h42 TU. Environ 20 000 volontaires étrangers pour se battre contre la Russie

Près de 20 000 combattants étrangers se sont portés volontaires pour aider l'Ukraine à se battre contre la Russie, a déclaré Dmytro Kouleba, le ministre ukrainien des Affaires étrangères.

(Re)voir : Ukraine : l'Europe unie face à l'agression russe
Chargement du lecteur...
Selon lui, "de nombreuses personnes détestent la Russie" depuis des années mais n'osaient pas s'y opposer. Tout en disant "comprendre ce besoin de se battre", le chef de la diplomatie ukrainienne a toutefois jugé "plus important" d'obtenir une assistance "politique, économique et militaire" du reste du monde, et notamment "pour la défense aérienne".

16h27 TU. Israël veut continuer la médiation même avec peu d'espoir de succès
 

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a affirmé que ses efforts de médiation dans la guerre entre la Russie et l'Ukraine étaient "un devoir moral".

(Re)voir : Guerre en Ukraine : le premier ministre israélien se veut médiateur entre Poutine et Zelenski

Chargement du lecteur...

"Même s'il y a peu de chances de réussite, tant qu'il y a une ouverture et que nous avons accès aux deux parties et la capacité (d'agir), je vois comme un devoir moral de tout tenter", a-t-il déclaré. 

16h24 TU. Mélenchon propose des "alliances altermondialistes" hors de l'Otan

Jean-Luc Mélenchon a proposé en meeting à Lyon que la France noue des "alliances altermondialistes"; plutôt que de rester dans l'Otan, "organisation inutile qui provoque des tensions".

Le candidat Insoumis à la présidentielle a rappellé sa position de "non-aligné" sur la guerre en Ukraine. "Stop à la guerre, stop à l'invasion de l'Ukraine, à bas l'armée qui envahit l'Ukraine", a-t-il clamé d'entrée, pour dissiper les critiques de certains qui lui attribuent une attitude complaisante vis-à-vis de Vladimir Poutine.

16h21 TU. Rassemblement à Caen en soutien à l'Ukraine

Environ 5 000 personnes se sont rassemblées cet après-midi en soutien à l'Ukraine devant le mémorial de Caen.
 
16h10 TU. Poutine nie "que son armée prend des civils pour cible" et avoir l'intention de s'attaquer aux centrales nucléaires

Lors de son entretien téléphonique avec Emmanuel Macron, le président russe a nié prendre pour cibles des civils. Il a affirmé que "la responsabilité revenait aux Ukrainiens de laisser partir la population des villes encerclées".

Il a aussi affirmé qu'il n'était "pas dans son intention" d'attaquer les centrales nucléaires. Le président russe a donné son accord pour "qu'un dialogue s’engage entre l'AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique), Ukraine et Russie pour que les centrales soient mises en sécurité".

(Re)voir : Ukraine : la principale centrale nucléaire d'Europe prise d'assaut
Chargement du lecteur...
Centrale nucléaire en Ukraine attaquée par la Russie
Le président français lui a répondu que "l'armée qui attaque est l'armée russe" et n'avoir "pas de raison de croire que les armées ukrainiennes mettait les civils en danger".

16h07 TU. Poutine affirme qu'il atteindra ses objectifs "soit par la négociation, soit par la guerre"

Vladimir Poutine a affirmé à Emmanuel Macron qu'il "atteindrait ses objectifs" en Ukraine, "soit par la négociation, soit par la guerre".

D'après l'Élysée, Emmanuel Macron l'a trouvé "très déterminé à atteindre ses objectifs", dont "ce que le président russe appelle la "dénazification" et la neutralisation de l'Ukraine" ainsi que la reconnaissance de l'indépendance de la Crimée et du Donbass. Exigences qui sont, selon Paris, "inacceptables pour les Ukrainiens".

15h16 TU. La chaîne BBC World News a cessé d'émettre en Russie 

La BBC a indiqué que sa chaîne télévisée d'information internationale, BBC World News, avait cessé d'émettre en Russie, après la loi sanctionnant les informations jugées mensongères diffusées dans le pays.

(Re)lire : Russie : des médias étrangers suspendent leur couverture par crainte des sanctions

TV5Monde n'est plus disponible non plus sur le territoire russe.

14h42 TU. Le chef des armées estime "illégal" pour les Britanniques de combattre en Ukraine
 

Le chef d'état-major des armées britannique, l'amiral Tony Radakin, a jugé qu'il était "illégal et inutile" pour des Britanniques d'aller combattre en l'Ukraine.

Le président Zelensky avait appelé les volontaires européens expérimentés à rejoindre le combat contre l'armée russe. 

14h39 TU. Danone maintient ses activités en Russie mais y suspend ses investissements  


Le groupe français d'agroalimentaire Danone a indiqué qu'il poursuivait ses activités en Russie, où il réalise 5% de ses revenus et emploie 8 000 salariés. Il a annoncé suspendre pour le moment tout investissement dans le pays.

(Re)lire : Sanctions économiques : pourquoi ces Français et ces Belges comptent bien rester en Russie

En Ukraine, une des deux usines du groupe a fermé ses portes, mais "l’activité vient de reprendre dans la deuxième".

14h38 TU. Poutine accuse Kiev d'empêcher les évacuations à Marioupol

Le président russe a accusé "les nationalistes ukrainiens" de mettre en échec les opérations d'évacuation humanitaire de Marioupol, lors de son entretien téléphonique avec Emmanuel Macron.

14h28 TU. L'UE accuse la "propagande russe" au sujet des étudiants africains discriminés à la frontière 

Le président du Conseil européen Charles Michel a accusé la Russie d'avoir lancé une opération de "propagande hostile" sur les difficultés rencontrées par des étudiants africains pour quitter l'Ukraine, dont les pays européens seraient victimes.

(Re)voir : Ukraine : coincés à la frontière, les étrangers discriminés
Chargement du lecteur...
Plusieurs témoignages ont décrit des discriminations à la frontière. Mais d'après le président, il s'agissait de propagande "dans un moment où on faisait la bataille diplomatique aux Nations unies, pour tenter d'instiller dans des pays africains le soupçon, le doute".  

14h26 TU. Les États-Unis évoquent des informations "très crédibles" faisant état de crimes de guerre russes en Ukraine
 

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a jugé "très crédibles" des informations faisant état de "crimes de guerre" commis par la Russie en Ukraine. Ces informations concernent "des attaques délibérées sur des civils", que les États-Unis "examinent".

(Re)voir : Ukraine : le soutien américain se développe

Chargement du lecteur...

Antony Blinken a jugé que la guerre pourrait "durer un certain temps" mais que Vladimir Poutine "était condamné à perdre".

14h15 TU. Au moins 10 000 manifestants arrêtés en Russie depuis le début de l'invasion, selon une ONG

Au moins 2 500 personnes manifestant contre l'intervention militaire en Ukraine ont été arrêtées aujourd'hui dans une cinquantaine de villes de Russie, d'après l'ONG OVD-Info, spécialisée dans le suivi des manifestations.
 
Selon cette source, près de 11 000 manifestants ont été arrêtés dans le pays depuis le 24 février. Le site mentionne pour l'instant le chiffre de 10 318.

14h08 TU. L'engagement de l'OTAN "n'est pas offensif, il est défensif", d'après Florence Parly en Roumanie

L'engagement des alliés "n'est pas offensif, il est défensif. L'Alliance ne menace pas la Russie. L'Europe ne menace pas la Russie. Personne ne menace la Russie", a affirmé la ministre française des Armées devant un millier de militaires de sept nations de l'Otan.
 
 

"En revanche, il nous appartient de montrer à la Russie que notre unité est sans faille quand il s'agit de défendre nos alliés", a poursuivi la ministre.

13h53 TU. Le Kazakhstan, allié de Moscou, a autorisé une manifestation pro-Ukraine
 

Le Kazakhstan, allié de la Russie, a autorisé ce week-end une manifestation contre la guerre en Ukraine. D'après l'AFP, le gouvernement cherche à se distancier juste assez de Moscou pour ne pas être inclus dans les sanctions occidentales.

Le ministère kazakh des Affaires étrangères a souligné ces derniers jours la neutralité du pays dans ce conflit. AP/ Vladimir Tretyakov.
Le ministère kazakh des Affaires étrangères a souligné ces derniers jours la neutralité du pays dans ce conflit. AP/ Vladimir Tretyakov.

Le pays interdit généralement les manifestations, mais a permis samedi un rassemblement d'environ 2 000 personnes, dans le centre d'Almaty, la capitale économique du pays.

13h37 TU. La deuxième tentative d'évacuation de Marioupol "interrompue"


Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a annoncé que la deuxième tentative d'évacuation des habitants de Marioupol a été "interrompue". 

"Au milieu de scènes dévastatrices de souffrances humaines à Marioupol, une deuxième tentative aujourd'hui de commencer à évacuer quelque 200.000 personnes de la ville a été interrompue", a précisé l'organisation dans un communiqué.

 


Les Ukrainiens ont affirmé que les Russes avaient poursuivi leurs tirs alors que les civils se rassemblaient pour former un convoi, tandis que les Russes ont accusé les défenseurs de la ville d'avoir utilisé les civils comme "boucliers humains".

13h21 TU. Les États-Unis oeuvrent à l'envoi d'avions de chasse polonais à l'Ukraine

Selon le secrétaire d'État américain Antony Blinken en visite en Moldavie, les États-Unis "travaillent activement" sur un accord avec la Pologne pour l'envoi d'avions de chasse à l'Ukraine.

Selon des médias, la Pologne pourrait remettre à l'Ukraine ses avions de combat de fabrication soviétique MIG-29, et les États-Unis fourniraient ensuite des chasseurs F-16 à la Pologne pour les remplacer.

13h04 TU. Nouvel entretien téléphonique entre Macron et Poutine

Le président français Emmanuel Macron s'entretient de nouveau au téléphone avec son homologue russe Vladimir Poutine, a annoncé, alors que Kiyv affirme que les troupes russes vont bombarder le port d'Odessa. 

"L'appel était à l'initiative" d'Emmanuel Macron. "Il a duré de 12H00 à 13H45", a affirmé la présidence dans un message à la presse. 

12h46 TU. Un aéroport du centre du pays détruit par l'armée russe

L'aéroport de Vinnytsia dans le centre de l'Ukraine a été détruit par des frappes russes selon le président Zelensky.

12h24 TU. Erdogan réclame un "cessez-le-feu général urgent"

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'est entretenu au téléphone avec son homologue russe Vladimir Poutine auquel il a réclamé un "cessez-le-feu général urgent" en Ukraine, selon un communiqué de la présidence turque.

Vladimir Poutine exige d'abord que les conditions de la Russie soient remplies.

11h23 TU. Le Président ukrainien craint une attaque contre Odessa

La Russie "se prépare à bombarder Odessa", un port de près d'un million d'habitants, accuse le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Il dénonce un potentiel "crime historique" contre cette ville animée, toute proche de la frontière moldave où affluent les réfugiés.

Au 11e jour de l'invasion russe de l'Ukraine, plus d'1,5 million de personnes ont déjà fui le pays, selon l'ONU. Des centaines de civils ont aussi été tués et aucun signe d'accalmie ne se dessinait.

10h30 TU. La banque centrale russe demande aux banques de ne plus publier leurs bilans financiers

Le système de paiements PayPal a lui aussi suspendu ses services en Russie, selon une lettre de son président Dan Schulman.

En Russie, la banque centrale a demandé aux banques de ne plus publier leurs bilans financiers. Le rouble s'est effondré après l'instauration des sanctions internationales contre Moscou et certaines des plus grandes banques russes ont été coupées du système interbancaire international Swift.

Les autorités russes multiplient les mesures tous azimuts pour freiner la fuite des capitaux et craignent l'apparition d'un marché noir alimentaire.

10h00 TU. Nouveau décompte des pertes humaines

L'armée russe dit avoir "éliminé" près d'une centaine d'avions, 778 chars et véhicules blindés ukrainiens, selon un communiqué du ministère russe de la Défense, ajoutant avoir détruit l'aéroport de Starokonstantinov, à mi-chemin entre la capitale ukrainienne et Lviv (ouest).

Moscou avait évoqué mercredi 2 mars 2022, la mort de 498 soldats russes et 2870 morts côté ukrainien. Kiev fait état dimanche plus de 11 000 soldats russes tués, sans mentionner ses propres pertes militaires. Des chiffres impossibles à vérifier de manière indépendante.

 

Roman, un ancien soldat ukrainien, donne des instructions sur la façon de manipuler les armes dans la périphérie de Lviv, Ukraine, le jeudi 3 mars 2022.
Roman, un ancien soldat ukrainien, donne des instructions sur la façon de manipuler les armes dans la périphérie de Lviv, Ukraine, le jeudi 3 mars 2022.
AP Photo/Felipe Dana

9h00 TU. Nouvelle tentative d'évacuation à Marioupol

Les forces armées ukrainiennes "mènent de violents combats" contre les forces russes pour le contrôle des villes de Mykolaïev, dans le sud, et de Tcherniguiv, dans le nord, indique l'état-major ukrainien dans un communiqué. Une opération militaire ukrainienne était également en cours dans la région de Donetsk (est).

Une nouvelle tentative pour évacuer des civils du port stratégique ukrainien de Marioupol, assiégé par les troupes russes, est prévue ce dimanche, tandis que de violents combats font rage autour de la capitale, les Occidentaux ayant été mis en garde par Vladimir Poutine contre tout acte hostile.

06h00 TU. Poutine menace de priver l'Ukraine de son "statut d'État"

Les sanctions occidentales, qui affectent lourdement le secteur économique et financier russe, "s'apparentent à une déclaration de guerre", affirme le président russe.

Si elle ne se plie pas à ses exigences, l'Ukraine pourrait perdre son "statut d'État", a-t-il menacé. Moscou réclame notamment un statut "neutre et non nucléaire" pour le pays et sa démilitarisation, ce que juge inacceptable le pouvoir ukrainien qui cherche à adhérer à l'Union européenne et à l'Otan.

Samedi 5 mars

21h27 TU. La Russie est en train de "réaliser le coût réel de la guerre" d'après un négociateur ukrainien

Face à la résistance ukrainienne, la Russie est en train de "réaliser le coût réel de la guerre" ; et les négociations entre les délégations des deux pays commencent à être "constructives", a affirmé un négociateur ukrainien.

Interrogé par le quotidien canadien The Globe and Mail, Mykhailo Podolyak est présenté comme un proche collaborateur du président Volodymyr Zelensky. Il a déclaré commencer à percevoir un infléchissement dans l'attitude russe face à la résistance ukrainienne et aux sanctions internationales.

21h10 TU. D'après Médecins sans frontière, la situation est "catastrophique" à Marioupol

Il est "impératif" d'évacuer rapidement la population de Marioupol, assiégée par l'armée russe et ses alliés. La situation humanitaire y est "catastrophique", a plaidé un responsable de l'ONG Médecins sans frontières en Ukraine.

Le coordinateur d'urgence de l'ONG en Ukraine a décrit une situation qui "empire de jour en jour"."Aujourd'hui il n'y a plus d'eau (...) Il n'y a plus d'électricité, il n'y a plus de chauffage. La nourriture vient à manquer, les magasins sont vides", a-t-il décrit à l'AFP depuis Lviv, dans l'ouest du pays.

20h50 TU. Les candidats écologiste et socialiste à la présidentielle manifestent pour l'Ukraine
 

À Paris, les candidats écologiste Yannick Jadot et socialiste Anne Hidalgo ont participé à la manifestation. Le candidat EELV a dénoncé une "complicité inacceptable" du géant français TotalEnergies avec Moscou, fustigeant le fait que l'entreprise "reste la dernière multinationale du pétrole et du gaz présente en Russie" après l'invasion de l'Ukraine.

Anne Hidalgo, sur la ligne européenne et de l'exécutif sur ce dossier, préconise une aide économique à Kiev et des sanctions contre Moscou. Il faut aussi "une mobilisation de la communauté internationale et des opinions publiques" et la livraison d'armes.


19h51 TU. Plus de 40 000 personnes ont manifesté en France

Selon le ministère de l'Intérieur, plus de 40 000 manifestants ont défilé aujourd'hui en France pour protester contre l'invasion de l'Ukraine.
 

Ils étaient 16 000, selon la préfecture de police à Paris. Deux candidats à la présidentielle, l'écologiste Yannick Jadot (EELV) et la socialiste Anne Hidalgo (PS), se sont joints au cortège parisien, avec des élus du parti présidentiel (LREM) et de droite (LR). 

18h33 TU. Le Premier ministre israélien parle au président ukrainien

Après sa rencontre avec Vladimir Poutine, Naftali Bennett s'est aussi entretenu au téléphone avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Il est à présent en route pour Berlin pour rencontrer le chancelier Olaf Scholz.
 

Peu de détails ont filtré pour l'instant sur le contenu exact des discussions. 

17h53 TU. La Chine comme médiateur ? 

Le chef de la diplomatie européenne a plaidé, dans le quotidien El Mundo, pour que la Chine joue un rôle de médiateur dans le cadre d'un éventuel réglement du conflit en Ukraine. Josep Borrell estime qu'"il n'y a pas d'alternative", et qu'il est évident que les Européens ne peuvent pas jouer ce rôle, tout comme les États-Unis. 

Pékin a appelé de son côté à des négociations directes entre la Russie et l'Ukraine lors d'un entretien téléphonique entre le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi et son homologue américain Antony Blinken.

17h50 TU. L'Ukraine demande des avions et des systèmes de défense aérienne

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères a indiqué à son homologue américain, rencontré en tête-à-tête, que son pays avait besoin d'avions de chasse et de systèmes de défense aérienne.

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken, et le ministre ukrainien Dmytro Kuleba après leur rencontre à la frontière ukraino-polonaise. AP/ Olivier Douliery.
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken, et le ministre ukrainien Dmytro Kuleba après leur rencontre à la frontière ukraino-polonaise. AP/ Olivier Douliery.

Il a qualifiant de "signe de faiblesse" le refus de l'Otan de mettre en place une zone d'exclusion aérienne au-dessus de l'Ukraine. Il a ajouté : "c'est le peuple ukrainien qui paiera le prix de la réticence de l'Otan à agir". Vladimir Poutine avait souligné que la Russie considérerait comme cobelligérant tout pays tentant d'imposer cette zone d'exclusion aérienne.

17h00 TU. Radio France sollicite une expertise juridique pour décider de suspendre ou non sa couverture depuis la Russie.

Comme beaucoup de médias étrangers et de médias indépendants russes, Radio France réfléchit à suspendre aussi la correspondance de ses journalistes en Russie.

(Re)lire : Russie : des médias étrangers suspendent leur couverture par crainte des sanctions

Le groupe a sollicité une expertise juridique afin de déterminer si la loi russe s'applique aux journalistes étrangers. Elle a également sollicité l'avis de l'Union Européenne de Radio-Télévision, grande alliance de médias de service public. 

 

17h00 TU. La troisième session de pourparlers devrait avoir lieu lundi.

Un troisième round de pourparlers entre l'Ukraine et la Russie se déroulera lundi, a annoncé sur Facebook un membre de la délégation ukrainienne, David Arakhamia.

Une première session de négociations s'était terminée lundi 28 février, et la deuxième avait eu lieu jeudi 3 mars. Elles n'avaient pas abouti à un arrêt des combats, mais les deux pays avaient convenu de mettre en place des "couloirs humanitaires" pour l'évacuation des civils. Cette évacuation a été reportée depuis.

(Re)voir : L'Ukraine, une nation malmenée par l'histoire

Chargement du lecteur...

17h00 TU. Le Premier ministre israélien a rencontré Poutine en Russie.

Le Premier ministre israélien  "vient de terminer une rencontre au Kremlin avec le président russe" pour discuter de la guerre en Ukraine, d'après son porte-parole. Jusqu'à présent, Naftali Bennett ne s'est pas joint au concert des condamnations internationales de l'offensive russe, soulignant les liens solides qui unissent Israël à Moscou et à Kiev. L'Ukraine lui avait demandé de jouer un rôle de médiateur. 

Sa visite est la première d'un dirigeant étranger après l'invasion du 24 février, en dehors du Premier ministre pakistanais dont la visite était prévue de longue date.

16h00 TU. L'armée russe annonce reprendre l'offensive à Marioupol.

L'armée russe a annoncé avoir repris "l'offensive" après le report de l'évacuation de civils de deux villes assiégées dans le sud-est de l'Ukraine, dont Marioupol.

"En raison de la réticence de la partie ukrainienne à influencer les nationalistes ou à prolonger le cessez-leu-feu, les opérations offensives ont repris depuis 18h00, heure de Moscou", soit 15h00 GMT, a déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense dans un message vidéo.

16h00 TU. Les États-Unis promettent plusieurs milliards à l'Ukraine.

Le secrétaire d'État Antony Blinken s'est rendu à un point de passage à la frontière polonaise avec l'Ukraine, par laquelle des centaines de milliers de personnes fuient l'agression des forces russes. Il a par ailleurs visité un centre polonais qui accueille quelque 3 000 réfugiés.


Antony Blinken a annoncé que Washington s'apprêtait à débloquer 2,75 milliards de dollars (2,5 milliards d'euros) supplémentaires en soutien aux populations fuyant l'Ukraine et aux pays qui les acceptent.

Des élus du Congrès américain ont aussi promis de débloquer dix milliards de dollars d'aide pour l'Ukraine lors d'un échange virtuel avec le président Volodymyr Zelensky.

15h30 TU. Une escalade du conflit aurait des conséquences économiques "dévastatrices" d'après le FMI.

Une escalade du conflit en Ukraine aurait des conséquences économiques "dévastatrices" au niveau mondial, a prévenu le Fonds monétaire international.

Outre le conflit lui-même, les sanctions imposées à la Russie "auront aussi un impact substantiel sur l'économie mondiale et les marchés financiers, avec des effets collatéraux pour d'autres pays".

15h30 TU. L'Italie gèle des biens d'oligarques russes pour 140 millions d'euros​.

Le gouvernement italien a annoncé que la valeur des biens gelés jusqu'à présent des oligarques russes s'élevait à environ 140 millions d'euros. Le montant inclut notamment des yachts mis sous séquestre hier vendredi 4 mars.

Londres a aussi indiqué vouloir renforcer son arsenal législatif pour sanctionner "plus durement et rapidement" les "élites corrompues" liées au régime russe.

15h00 TU. Manifestations à Londres, Paris, Rome ou Zürich en soutien à l'Ukraine.

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté cet après-midi place de la République à Paris, pour protester contre l'invasion de l'Ukraine par la Russie et dire "non à la guerre en Europe".

À Londres, la foule s'est rassemblée à Trafalgar Square, brandissant des pancartes comme "Poutine tue" ou "Embargo total contre la Russie", et criant "Arrêtez Poutine, arrêtez la guerre !".

Une manifestante brandit une pancarte à Londres : "Si la Russie arrête les combats, il n'y aura plus de guerre ! Si l'Ukraine arrête les combats, il n'y aura plus d'Ukraine !". AP/ Matt Dunham.
Une manifestante brandit une pancarte à Londres : "Si la Russie arrête les combats, il n'y aura plus de guerre ! Si l'Ukraine arrête les combats, il n'y aura plus d'Ukraine !". AP/ Matt Dunham.

Des rassemblements de soutien à l'Ukraine sont prévus ce week-end dans plus d'une centaine de villes de France et de nombreuses capitales européennes ou mondiales, au dixième jour de l'invasion russe.

14h00 TU. La chaîne publique italienne suspend à son tour sa couverture du conflit depuis la Russie.

La chaîne de télévision publique italienne RAI a annoncé suspendre immédiatement sa couverture depuis la Russie. Elle évoque la récente loi russe menaçant de lourdes sanctions pour toute diffusion d'"informations mensongères sur l'armée".

Selon un communiqué, "cette mesure est rendue nécessaire afin de protéger la sécurité des journalistes sur place et la plus grande liberté possible dans l'information concernant ce pays (...) Les informations sur ce qui se produit dans la Fédération de Russie seront pour le moment fournies sur la base de nombreuses sources des journalistes de la RAI en service dans les pays voisins et dans les rédactions centrales en Italie".


13h29 TU. Vladimir Poutine dit ne pas prévoir de décréter la loi martiale en Russie.

Le président Poutine ne prévoit pas d'introduire la loi martiale en Russie. 

"La loi martiale est mise en oeuvre en cas d'agression notamment dans les régions où des combats ont lieu" explique Vladimir Poutine, en réponse à d'insistantes rumeurs en ce sens à cause du conflit en Ukraine. "Nous n'avons pas une telle situation, et j'espère qu'elle n'interviendra pas".
 

Chargement du lecteur...
 


13h12 TU. Aux Jeux paralympiques, l'Ukraine médaillée malgré la guerre

Avec sept médailles, dont trois en or samedi, et la première place au tableau des médailles des Jeux paralympiques de Pékin, les Ukrainiens font briller leur pays malgré l'invasion russe. 

Pour arriver en Chine, les athlètes ukrainiens ont parcouru plus de 6 000 kilomètres, un périple éreintant entamé par un voyage en bus en Europe. "C'est un miracle qu'on soit arrivés ici", confie Valeriy Sushkevych, président du Comité paralympique ukrainien.
 

Chargement du lecteur...
Jeux Paralympiques de Pékin : la Russie persona non grata
TV5MONDE



12h58 TU. 1,3 millions d'Ukrainiens ont quitté le pays

Près de 1,37 million de personnes ont fui l'Ukraine depuis le début de l'invasion russe il y a dix jours, selon les derniers décomptes de l'ONU samedi.

(Re)voir : les réfugiés ukrainiens pris en charge en Pologne

Chargement du lecteur...
Les réfugiés ukrainiens pris en charge en Pologne
TV5MONDE



12h52 TU. Deux chaînes publiques allemandes suspendent leur couverture depuis la Russie.

Les chaînes de télévision publique allemandes ARD et ZDF "suspendent pour l'instant les reportages depuis leurs studios de Moscou", le temps "d'examiner les conséquences" de la récente loi russe sanctionnant toute diffusion "d'informations mensongères sur l'armée".

Cette décision fait suite à celle d’autres médias internationaux de suspendre l'activité de leurs journalistes en Russie. 

12h33 TU. Le Royaume Uni appelle les Britanniques dont la présence n'est pas "essentielle" à quitter la Russie. 

Londres appele les Britanniques dont la présence n'est pas "essentielle" à quitter la Russie, alors que les tensions s'aggravent en raison de la guerre en Ukraine.

"Si votre présence en Russie n'est pas essentielle, nous vous conseillons vivement d'envisager de partir par les destinations commerciales encore disponibles", indique le site du Foreign Office.

Le site du Foreign Office recommande aux Britanniques qui le peuvent de quitter la Russie, le 5 mars 2022. 
Le site du Foreign Office recommande aux Britanniques qui le peuvent de quitter la Russie, le 5 mars 2022. 
gov.co.uk

12h11 TU. Inditex, propriétaire de Zara et leader mondial de l'habillement suspend ses activités en Russie. 

Inditex, leader mondial de l'habillement et propriétaire de Zara annonce suspendre ses activités en Russie. 502 magasins vont fermer leurs portes et le site d'achat pour la Russie sera inaccessible. 

"Étant donné les circonstances actuelles, Inditex ne peut garantir la continuité des opérations et des conditions commerciales dans la Fédération de Russie" explique le groupe.
 

Puma a pris une décision similaire plus tard dans la journée.
 

12h00 TU. Des journalistes britanniques attaqués en Ukraine, un blessé par balle.

Une équipe de télévision britannique, qui travaillait pour la chaîne de télévision Sky News, a été attaquée en début de semaine près de Kiev. Un des journalistes a été blessé par balle. 

Leur voiture s'est trouvée prise sous les balles alors qu'elle se dirigeait vers la capitale ukrainienne lundi.  Le journaliste, Stuart Ramsay, a reçu une balle dans le bas du dos. Un cameraman a également été touché de deux balles, mais son gilet pare-balles l'a protégé. Ils ont été rapatriés au Royaume Uni. 

Le Premier ministre Boris Johnson a salué "le courage" des journalistes qui "risquent leur vie pour assurer que la vérité soit dite". "La presse libre ne se laissera pas intimider par des actes de violence barbares et aveugles", a-t-il ajouté. 

 


11h00 TU. L'évacuation de Marioupol "reportée" pour non-respect du cessez-le-feu. 

L'évacuation des habitants de Marioupol, port stratégique encerclé par les forces russes, est reportée à cause de multiples violations russes du cessez-le-feu.

Les forces russes "continuent de bombarder Marioupol et ses environs", a accuse le maire de Marioupol, Vadim Boïtchenko, sur Telegram.
 

Des habitants se sont réfugiés dans un gymnase converti en abri anti-bombes à Marioupol, le 27 février 2022.
Des habitants se sont réfugiés dans un gymnase converti en abri anti-bombes à Marioupol, le 27 février 2022.
Evgeniy Maloletka / AP



09h57 TU. L'évacuation de Marioupol a commencé. 

"Au total, il faudra plusieurs étapes d'évacuation, étalées sur plusieurs jours, pour que chaque personne voulant partir puisse le faire" prévient la mairie de Marioupol sur son compte Télégram. 

Chargement du lecteur...


Les civils sont évacués vers la ville de Zaporojie, théâtre de bombardements qui ont touché la centrale nucléaire, aujourd'hui occupée par l'armée russe. 

VOIR AUSSI : guerre en Ukraine : "Si Poutine déclenche le feu nucléaire, il mettra fin à la Russie"

Chargement du lecteur...



07h48 TU. L'évacuation des civils de Marioupol débutera à 09h00 TU. 


06h50 TU. Moscou annonce un cessez-le-feu à Marioupol et Volnovakha.

La Russie annonce un cessez-le-feu pour permettre l'évacuation des civils de deux villes de l'est de l'Ukraine, dont le port stratégique de Marioupol, actuellement sous blocus.

Selon le ministère russe de la Défense, à partir de 07h00 TU, "la partie russe déclare un régime de silence des armes et l'ouverture de couloirs humanitaires pour l'évacuation des civils de Marioupol et Volnovakha".

Chargement du lecteur...
Ukraine : les combats se poursuivent entre les forces russes et l'armée ukrainienne
TV5MONDE



06h05 TU.  Le port de Marioupol soumis à un "blocus" des forces russes.

Le port stratégique de Marioupol, dans l'est de l'Ukraine, est soumis à un "blocus" et à des attaques "impitoyables" de l'armée russe selon le maire de la ville, Vadim Boïtchenko.

Le port stratégique de Marioupol, à l'Est de l'Ukraine, le 4 mars 2022
Le port stratégique de Marioupol, à l'Est de l'Ukraine, le 4 mars 2022
Sergei Grits / AP


"Nous cherchons tous les moyens possibles pour sortir Marioupol du blocus", raconte l'élu sur le compte Telegram de la mairie de Marioupol. "Notre priorité est la mise en place d'un cessez-le-feu pour que nous puissions rétablir les infrastructures vitales, et mettre en place un couloir humanitaire pour faire venir des aliments et des médicaments dans la ville".