Info

DIRECT-Ukraine : la centrale nucléaire de Zaporijjia à nouveau déconnectée du réseau électrique

La centrale de Zaporijjia est régulièrement la cible de bombardements dont l'Ukraine et la Russie se rejettent la responsabilité. 
La centrale de Zaporijjia est régulièrement la cible de bombardements dont l'Ukraine et la Russie se rejettent la responsabilité. 
AP
La centrale de Zaporijjia est régulièrement la cible de bombardements dont l'Ukraine et la Russie se rejettent la responsabilité. 
Des membres de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) lors de l'inspection de la centrale nucléaire de Zaporijjia à Energodar, dans le sud-est de l'Ukraine, le  1er septembre, 2022. 

La centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia, occupée par les forces russes, a "de nouveau perdu la connexion" au réseau électrique, a annoncé l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). Le président turc Recep Tayyip Erdogan propose à son homologue russe Vladimir Poutine la médiation de la Turquie pour aider à résoudre la crise autour de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia. 

15h00 TU. La centrale nucléaire de Zaporijjia à nouveau déconnectée du réseau électrique

La centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia, occupée par les forces russes, a "de nouveau perdu la connexion" au réseau électrique, a annoncé l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), dont des experts se trouvent sur place. 

La déconnexion de la centrale, qui s'était déjà produite le 25 août, est survenue "après de nouveaux bombardements dans la zone", selon l'AIEA. La centrale continue cependant à fonctionner "grâce à une ligne de secours" qui l'alimente, permettant ainsi le refroidissement du combustible nucléaire, précise l'AIEA.

Une perte totale d'alimentation de la centrale - si le courant arrivant depuis l'extérieur est coupé et que les groupes électrogènes de secours ne fonctionnent pas - risquerait d'entraîner une surchauffe des installations. 

Chargement du lecteur...

10H55 TU. Centrale nucléaire ukrainienne : Erdogan propose à Moscou sa médiation

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a proposé à son homologue russe Vladimir Poutine la médiation de la Turquie pour aider à résoudre la crise autour de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia, occupée par les troupes russes.

Le président Erdogan a déclaré que la Turquie peut jouer un rôle de facilitation sur la centrale nucléaire de Zaporijjia, comme elle l'a fait pour l'accord sur les céréales, dont les exportations étaient bloquées par la guerre.

Communiqué de la présidence turque.

10H51 TU. L'UE est prête à résister à une coupure totale du gaz russe

Le commissaire européen à l'Economie Paolo Gentiloni a assuré que l'Union européenne était "bien préparée" en cas d'arrêt total des livraisons de gaz russe, grâce au stockage et aux mesures d'économie d'énergie.

"Nous sommes bien préparés à résister à l'utilisation extrême de l'arme du gaz par la Russie. Nous n'avons pas peur des décisions de Poutine, nous demandons aux Russes de respecter les contrats, mais s'ils ne le font pas, nous sommes prêts à réagir".

A re(voir) : Guerre en Ukraine : les états européens face aux baisses de livraisons de gaz russe
 
Chargement du lecteur...

Vendredi 23H05 TU. Les pays du G7 veulent plafonner le prix du pétrole russe

Les pays du G7 ont visé vendredi la manne énergétique de la Russie en convenant de plafonner le prix de son pétrole. Une "large coalition" de pays du G7 est invitée à mettre en oeuvre cette décision, finalisée vendredi lors d'un sommet virtuel des ministres des Finances des sept pays les plus industrialisés.
 
Aujourd'hui, le G7 a franchi une étape essentielle dans la réalisation de notre double objectif, à savoir exercer une pression à la baisse sur les prix mondiaux de l'énergie tout en privant Vladimir Poutine de revenus pour financer sa guerre brutale en Ukraine.

Janet Yellen, secrétaire américaine au Trésor.
22H16 TU. La Russie prolonge l'arrêt d'un gazoduc crucial pour les Européens

Le géant russe Gazprom a annoncé que le gazoduc Nord Stream, qui devait reprendre du service samedi après une maintenance, sera finalement "complètement" arrêté jusqu'à la réparation d'une turbine de ce pipeline vital pour l'approvisionnement des Européens.
Dans un communiqué, Gazprom a indiqué vendredi soir avoir découvert des "fuites d'huile" dans la turbine, lors de cette opération de maintenance dans une station de compression située en Russie.
"Jusqu'à la réparation (...), le transport du gaz via Nord Stream est complètement suspendu", a indiqué le groupe, sans préciser combien de temps pouvait durer cette réparation.

A re(voir) : Gaz russe en Europe, Gazprom va-t-il suspendre ses importations ?
 
Chargement du lecteur...

20H06 TU. L'Ukraine dit avoir frappé une base russe près de la centrale nucléaire de Zaporijjia

"Dans les localités de Kherson et d'Energodar, des frappes précises de nos troupes ont détruit trois systèmes d'artillerie de l'ennemi, ainsi qu'un dépôt de munitions" tuant nombre de militaires russes, selon l'armée ukrainienne.

L'armée de Kiev a par ailleurs affirmé que les forces russes avaient évacué "tout leur équipement militaire depuis le site de la centrale" avant l'arrivée de la mission de l'AIEA dont plusieurs membres sont restés à la centrale et s'y trouvent toujours.

12H41 TU. "Très positif" que l'AIEA ait pu visiter la centrale de Zaporijjia (Kremlin)

Il est "très positif" que des experts de l'Agence internationale de l'énergie atomique aient pu inspecter jeudi la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia, même s'il est "trop tôt" pour évaluer ses conclusions, selon le Kremlin.
"Globalement, nous trouvons très positif que la délégation soit arrivée et ait commencé à travailler en dépit des difficultés et des problèmes", a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

03H00 TU : "l'intégrité physique" de la centrale nucléaire occupée a été "violée", selon l'AIEA

" L'intégrité physique" de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia occupée par les Russes "a été violée à plusieurs reprises", selon le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie . "Nous n'avons pas d'éléments pour évaluer cela, mais c'est quelque chose qui ne peut pas continuer à se produire", a ajouté Rafael Grossi, à la tête de la mission d'experts dont plusieurs resteront jusqu'à dimanche ou lundi sur place.

A re(voir) : Les experts de l'AIEA à la centrale de Zaporijjia, une inspection très attendue
 
Chargement du lecteur...
 
Nous avons beaucoup de travail ici, dans ces installations que les Russes et les Ukrainiens s'accusent mutuellement d'avoir bombardées à de nombreuses reprises, faisant craindre une catastrophe nucléaire.

Rafael Grossi, directeur général de l'AIEA
Selon l'agence de presse russe Interfax, quatre des neuf véhicules composant le convoi par lequel l'équipe de l'AIEA était arrivée jeudi après-midi à la centrale étaient repartis en début de soirée.

A re(voir) : Les experts de l'AIEA sont arrivés à la centrale de Zaporijjia
 
Chargement du lecteur...