Info

DIRECT - Ukraine : la Russie affirme avoir pris le contrôle de toute la région de Lougansk

Soldats ukrainiens dans un abri sur la ligne de front de Kharkiv, 2 juillet 2022.
Soldats ukrainiens dans un abri sur la ligne de front de Kharkiv, 2 juillet 2022.
© AP Photo/Evgeniy Maloletka

L'armée ukrainienne anonce ce soir que ses soldats se sont retirés de Lyssytchansk, ville-clé de l'est de l'Ukraine qui faisait l'objet depuis des semaines de violents combats avec l'armée russe. Les Russes affirment avoir pris le contrôle de la région de Lougansk. 
 

Ce qu'il faut retenir de ce dimanche 3 juillet, 130eme jour de guerre : 

- Les combats se poursuivent dans l'est du pays, où l'armée russe vise la domination totale. Moscou affirme avoir pris le contrôle de toute la région de Lougansk, et notamment la grande ville de Lyssytchansk. L'armée ukrainienne a annoncé son retrait de cette villle à 17h TU.
- L'Institut américain pour l'étude de la guerre (ISW) juge probable que les forces russes se concentrent "sur les positions ukrainiennes à Siversk avant de se tourner vers Sloviansk et Bakhmut."
- L'armée ukrainienne a "mis hors service" dans la nuit de samedi à dimanche une base militaire russe à Melitopol, grâce à "30 frappes" aériennes.
- Côté russe, de violentes explosions ont été rapportées dans la ville de Belgorod, proche de la frontière ukrainienne. Au moins trois personnes sont mortes selon les autorités russes, qui accusent Kiev d'avoir orchestré cette attaque.
- Le Premier ministre australien, Anthony Albanese, est arrivé en Ukraine. Il a visité les sites où les forces russes ont été particulièrement brutales : Boutcha, Hostomel et Irpin.
17h02  TU. L'armée ukrainienne annonce se retirer de Lyssytchansk

15h50 TU. Le Premier ministre australien a visité les sites de Boutcha, Hostomel et Irpin

Le Premier ministre australien a promi de l'aide militaire à l'Ukraine après s'être rendu sur les lieux des pires exactions commises par les soldats russes. Le gouverneur de la région de Kiev, Oleksi Kuleba a anonncé sa visite sur Facebook et twitter disant que le Premier minister australien avait été choqué par ce qu'il avait vu.
 

Lors d'un point presse avec le président ukrainien, Albanese a annoncé que l'Australie donnerait à l'Ukraine 14 véhicules blindés de transport de troupes et 20 véhicules Bushmaster. Il a également annoncé de nouvelles sanctions contre les importations d'or russe et des interdictions de voyager pour 16 autres oligarques et ministres russes ce qui porte à 843 le nombre de Russes sanctionnés par l'Australie (source The Guardian).

12h50 TU. "De nombreux morts" après des frappes sur Sloviansk, dans l'est de l'Ukraine (maire)

Des tirs au lance-roquettes multiple sur Sloviansk ont fait ce dimanche "de nombreux morts et blessés", a annoncé le maire de cette ville de l'est de l'Ukraine sous pression de l'armée russe.

"Des tirs au lance-roquettes multiple sur Sloviansk, les plus importants depuis longtemps. Il y a quinze incendies. De nombreux morts et blessés", a déclaré dans une vidéo publiée sur Facebook le maire de la ville, Vadim Liakh.
 

Tetiana Ignatchenko, une porte-parole de la région de Donetsk à laquelle appartient Sloviansk, a précisé au média ukrainien Suspilne que ces frappes ont fait "six morts et quinze blessés" et réitéré l'appel des autorités aux habitants pour qu'ils quittent la région, alors que la ligne de front n'est plus qu'à quelques kilomètres de Sloviansk.
Selon des médias ukrainiens, un des marchés de la ville était notamment en feu suite à ces frappes.

Plus au sud, la ville de Kramatorsk, centre administratif du Donbass sous contrôle ukrainien, a été touché pour le deuxième jour consécutif par des roquettes Smertch, selon le maire de la ville Oleksandr Gontcharenko.

Ces frappes, qui ont touché un quartier résidentiel et un hôtel inoccupé, n'ont pas fait de victimes, a-t-il précisé.

Sloviansk et Kramatorsk, deux villes à haute valeur symbolique, sont directement sous la menace des forces russes, notamment si la prise de Lyssytchansk au nord-est revendiquée dimanche par la Russie venait à être confirmée par Kiev, qui affirme que des combats s'y poursuivent.


​11h54 TU. "Retrait délibéré" des forces ukrainiennes de Lyssytchansk selon l'Institut américain pour l'étude de la guerre. 
 

Sur son compte twitter, l'Institut américain pour l'étude de la guerre (ISW), qui suit la situation sur le terrain en Ukraine au jour le jour affirme que les forces ukrainiennes "ont probablement procédé à un retrait délibéré de Lyssytchansk, entraînant la prise de la ville par la Russie le 2 juillet". 
 

Des images géolocalisées "ont montré des forces russes se promenant avec désinvolture dans les quartiers nord et sud-est de Lyssytchansk", laissant penser qu'il n'y avait peu ou plus de forces ukrainiennes sur place, ajoute l'ISW.

L'institut américain juge probable que les forces russes établissent leur contrôle sur le "territoire restant de l'oblast de Lougansk dans les prochains jours" et se concentrent "sur les positions ukrainiennes à Siversk avant de se tourner vers Sloviansk et Bakhmut."


10h07 TU. La Russie dit avoir conquis Lyssytchansk et toute la région de Lougansk
 

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou affirm que les forces du Kremlin contrôlent toute la région de Lougansk, dans l'est de l'Ukraine, après avoir conquis la ville-clé de Lyssytchansk, au coeur d'intenses combats depuis plusieurs jours.

"Sergueï Choïgou a informé le commandant en chef des forces armées russes, Vladimir Vladimirovitch Poutine, de la libération de la république populaire de Lougansk", a indiqué un communiqué du ministère de la Défense cité par les agences de presse russes.

Les forces russes auraient pris "le contrôle complet de Lyssytchansk et d'autres villes proches dont les plus notables sont Belogorovka, Novodroujesk, Maloriazantsevo et Belaïa Gora", ajoute le communiqué des autorités russes.

Un immeuble en ruine à <strong style="font-family:roboto,sans-serif; font-size:1em; font-weight:700">Lyssytchansk, dans la région de Lougansk, en Ukraine, le 3 juillet 2022. </strong>
Un immeuble en ruine à Lyssytchansk, dans la région de Lougansk, en Ukraine, le 3 juillet 2022. 
AP
09h40 TU. La Russie accuse Kiev d'avoir lancé des missiles sur Belgorod
 

L'armée russe affirme avoir abattu trois missiles ukrainiens lancés contre la ville de Belgorod, proche de l'Ukraine.

"Les défenses anti-aériennes russes ont abattu les trois missiles Totchka-U à sous-munitions lancés par les nationalistes ukrainiens contre Belgorod. Après la destruction des missiles ukrainiens, les débris de l'un d'entre eux sont tombés sur une maison", a déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov. 

Un incendie dans un dépôt pétrolier à Belgorod, en Russie, le 1er avril 2022. Le Kremlin avait accusé l'Ukraine d'être l'auteur de frappes ayant provoqué l'incendie. 
Un incendie dans un dépôt pétrolier à Belgorod, en Russie, le 1er avril 2022. Le Kremlin avait accusé l'Ukraine d'être l'auteur de frappes ayant provoqué l'incendie. 
AP
09h23 TU. Le gouvernement américain finance des outils pour contourner la censure en Russie. 
 

Le gouvernement américain finance des outils de contournement de la censure en Russie. Les outils informatiques anti-censure sont devenus essentiels pour de nombreux citoyens et militants : depuis le début de l'invasion de l'Ukraine, Moscou a intensifié sa propagande et restreint drastiquement l'accès aux sources d'informations non officielles. 

(Re)lire : guerre en Ukraine : ce que les Russes ne peuvent plus voir, plus dire, plus faire

Le réseaux virtuels privés (VPN) sont donc sur-sollicités par les internautes qui cherchent à contourner la censure. Psiphon, un service de VPN affirme compter plus de 1,45 million d'utilisateurs quotidiens en moyenne - vingt fois plus que l’année dernière.  

Sans le soutien financier de l'administration américaine, "nous n'aurions simplement pas les moyens de fournir des outils aussi sophistiqués, et donc d'avoir un tel impact", indique Dirk Rodenburg, directeur de Psiphon.

(Re)voir : dans la guerre en Ukraine, le combat de Moscou pour contrôler l'information

Chargement du lecteur...
La guerre de l'information entre la Russie et l'Ukraine

06h56 TU. Au moins trois morts après des explosions dans la ville russe de Belgorod. 

 

Une série de "fortes explosions" a fait au moins trois morts et quatre blessés dans la ville russe de Belgorod, indique Viatcheslav Gladkov, le gouverneur de cette région frontalière de l'Ukraine.

Sur Telegram, le gouverneur a indiqué que les explosions avaient eu lieu très tôt dimanche. Onze immeubles résidentiels et 39 maisons ont été endommagés.

"Les circonstances de l'incident sont en train d'être établies, visiblement les défenses antiaériennes ont été activées", a-t-il affirmé, sans plus de précisions. Belgorod a déjà été touchée par des tirs dans le passé.


05h30 TU. Les Russes renforcent leur pression sur Kharkiv. 

Igor Konachenkov, le porte-parole du ministère de la Défense russe, a affirmé que l'armée de l'air russe avait frappé à Kharkiv l'usine de tracteurs locale, un bâtiment qui abritait des troupes et du matériel militaire ukrainien.

(Re)voir : Ukraine : à Kharkiv les combats se poursuivent, le témoignage d'un habitant
Chargement du lecteur...
"L'activité ennemie dans la région de Kharkiv s'intensifie" a reconnu le président ukrainien Volodymyr Zelensky. 

05h00 TU.  Violents combats à Lyssytchansk.

La situation reste incertaine dans la ville de Lyssytchansk. Théâtre de violents combats depuis plusieurs jours, Lyssytchansk serait cernée de toutes parts par les forces pro-russes. Mais côté ukrainien, on assure que la ville reste sous le contrôle de l'armée régulière. 

"Heureusement, la ville n'est pas encerclée et est sous contrôle de l'armée ukrainienne", a assuré Rouslan Mouzytchouk, porte-parole de la Garde nationale de l'Ukraine, dans la journée de samedi. 
Des passants observent un obus fiché dans le sol au beau milieu d'une rue dans la ville de Lysychansk, dans la région de Louhansk, le vendredi 13 mai 2022. 
Des passants observent un obus fiché dans le sol au beau milieu d'une rue dans la ville de Lysychansk, dans la région de Louhansk, le vendredi 13 mai 2022. 
AP / Leo Correa
Lyssytchansk est la dernière grande ville à ne pas être aux mains des Russes dans la région de Lougansk, l'une des deux provinces du Donbass. Pour le président ukrainien Volodymyr Zelensky, c'est "l'épicentre des combats".