Info

DIRECT - Ukraine : la situation humanitaire "se dégrade" affirme le ministère russe de la Défense

Un homme joue avec une petite fille avant de la remettre dans le train qui quitte Kiev pour Lviv. Ce 12 mars, plus de 10.000 Ukrainiens ont quitté en train la capitale encerclée par les Russes.
Un homme joue avec une petite fille avant de la remettre dans le train qui quitte Kiev pour Lviv. Ce 12 mars, plus de 10.000 Ukrainiens ont quitté en train la capitale encerclée par les Russes.
© AP Photo/Vadim Ghirda
Un homme joue avec une petite fille avant de la remettre dans le train qui quitte Kiev pour Lviv. Ce 12 mars, plus de 10.000 Ukrainiens ont quitté en train la capitale encerclée par les Russes.
Un soldat ukrainien dans les rues de Marioupol. La situation est particulièrement grave dans ce port clé du Sud de l'Ukraine, où <em>"des centaines de milliers de personnes dont des étrangers"</em> sont pris au piège, affirme le Général Mikhaïl Mizintsev, blâmant les <em>"nationalistes"</em> ukrainiens pour cette situation.

Les forces russes resserrent l'étau sur Kiev et continuent à bombarder d'autres villes ukrainiennes, touchant notamment plusieurs hôpitaux à Mykolaïv et la cité portuaire stratégique de Marioupol. Le ministère russe de la Défense estime que la situation humanitaire se dégrade en Ukraine et qu'elle était "catastrophique" dans certaines villes.

Tous les horaires sont donnés au format temps universel coordonné (UTC). Pour information, la France se situe dans le fuseau horaire UTC+1. 

Samedi 12 mars


21h12 TU. La mairie de Kiev communique sur le risque imminent d'invasion par les Russes.

Sur son site, la mairie de Kiev fait le point sur la journée qui s'est écoulée "calmement" mais elle estime que la capitale est menacée d'invasion. Elle demande aux Kiéviens de rester chez eux. Le couvre-feu est maintenu.
Site officiel de la Mairie de Kiev.
Site officiel de la Mairie de Kiev.

20h05 TU. Les Russes veulent mettre en scène un référendum pour créer une république indépendante à Kherson, ville proche de la Crimée, dont ils ont pris le contrôle le 3 mars.

Le ministre des Affaires étrangères ukrainien Dmytro Kouleba le dénonce dans un tweet. "Après le scénario de 2014, les Russes essaient désespérément d'organiser un 'faux' référendum pour une 'fausse' république du peuple à Kherson".
 
"Compte-tenu du fait qu'il n'y a aucun soutien populaire, cela sera entièrement mis en scène", a-t-il pronostiqué, appelant à infliger de "sévères sanctions" contre la Russie si cela était le cas. "Kherson est et sera toujours en Ukraine".

18h50 TU. Le ministère russe de la Défense estime que la situation humanitaire se dégrade en Ukraine et qu'elle était "catastrophique" dans certaines villes.

Le général Mikhaïl Mizintsev déclare ce soir que "la situation en Ukraine, malheureusement, continue de se dégrader rapidement et, dans certaines villes, elle a atteint des proportions catastrophiques".

La situation est particulièrement grave à Marioupol, port clé du Sud de l'Ukraine, où "des centaines de milliers de personnes dont des étrangers" sont pris au piège, a poursuivi Milkhaïl Mizintsev, blâmant les "nationalistes" ukrainiens pour cette situation.
 
Le Général Mikhail Mizintsev (ici en septembre 2018) accuse les <em>"nationalistes"</em> ukrainiens de miner les zones résidentielles.
Le Général Mikhail Mizintsev (ici en septembre 2018) accuse les "nationalistes" ukrainiens de miner les zones résidentielles.
© AP Photo/Alexander Zemlianichenko


18h48 TU. Les Ukrainiens accusent l'armée russe d'avoir tué sept civils dont un enfant en train d'évacuer près de Kiev.

"Les Russes ont tiré sur une colonne de femmes et d'enfants dans la région de Kiev" dénoncent les services de renseignement militaire ukrainiens sur Facebook. Ils expliquent que ces civils étaient en train d'être évacués par un couloir approuvé à l'avance entre les belligérants. 

17h00 TU. Des ingénieurs russes dépêchés à la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporojie.
 

Des responsables du géant du nucléaire russe, Rosatom, sont arrivés vendredi à la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporojie. La centrale avait été bombardée le 4 mars et occupée depuis par les Russes.

Ces ingénieurs russes sont là pour vérifier le niveau de radiation selon l'agence nucléaire ukrainienne Energoatom.  

16h40 TU. L'état-major russe affrime avoir détruit neuf infrastructures militaires en Ukraine, ainsi que quatre centre de commandement et de communication, deux systèmes anti-missiles, trois lanceurs de roquettes multiples, six dépots de munition et de lubrifiants ainsi que 54 dépôts de munitions.

Dans un point presse, le porte-parole du ministère de la Défense russe, Igor Konashenkov a également affirmé que l'armée russe avait détruit depus le début de l'offensive, 3593 infrastructures militaires, 61 hélicoptères, 126 drones, 1159 tanks et autre véhicule sblindés, 436 pièces d'artilleries et 973 véhicules militaires.

 

Igor Konashenkov, porte-parole du ministère de la Défense russe.
Igor Konashenkov, porte-parole du ministère de la Défense russe.
© Ministère de la Défense russe via Eurovision

16h00 TU. Le président Zelensky s'est dit "content d'avoir un signal de la Russie".


Le président ukrainien parle d'une "approche fondamentalement différente" de Moscou dans ses pourparlers avec les Ukrainiens. 

Lors d'une conférence de presse à Kiev, Volodymyr Zelensky explique : "on a commencé à parler", et Moscou "ne pose plus simplement des ultimatums", ce qui constitue "une approche fondamentalement différente".
 

Volodymyr Zelensky, ce 12 mars.
Volodymyr Zelensky, ce 12 mars.
© Service de presse de la présidence ukrainienne via AP
Ce qu'il faut retenir de cette mi-journée à 16h00 TU. :

Les forces russes resserrent l'étau sur Kiev et continuent les bombardements sur d'autres villes ukrainiennes, touchant plusieurs hôpitaux à Mykolaïv et la cité portuaire stratégique de Marioupol.

8h55 TU. Le ministère des Affaires étrangères ukrainien annonce le bombardement de la mosquée de Marioupol.

11h00 TU. Vladimir Poutine s'entretien pendant deux heures au téléphone avec Emmanuel Macron et Olaf Scholz.

13h20 TU. Le directeur de l'association de la mosquée de Marioupol dément l'information. Il tente d'organiser l'évacuation des 80 civils, dont une partie sont de nationalité turque, qui s'y sont réfugiés. L'armée russe a bombardé le quartier où se site la mosquée.

15h15 TU. Le président Zelensky demande la médiation d'Emmanuel Macron et Olaf Scholz pour libérer le maire de Melitopol. Il estime  à 1300 hommes les pertes de l'armée ukrainienne depuis le début de l'invasion russe.

15H15 TU. Emmanuel Macron exhorte Vladimir Poutine à "lever le siège de Marioupol" où la situation est "humainement insupportable".

14h28 TU. Le président Zelensky demande l'aide de ses homogues français et allemand pour libérer le maire de Melitopol, Ivan Fedorov, capturé par l'armée russe vendredi soir.


14h10 TU. Pascal Lamy explique pourquoi les pays occidentaux doivent arrêter d'importer du pétrole et du gaz russe. Selon l'ancien directeur de l'OMC, un embargo constituerait la meilleure des sanctions.

"Quand Poutine nous vend du pétrole qui lui coûte 5 dollars 100 dollars le baril, il se met 95 dollars dans la poche" déclare Pascal Lamy, sur le plateau d'Internationales, sur TV5 MONDE. Le président russe et ses oligarques sont "largement dépendants de la rente pétrolière et gazière."



13h20 TU. Information contradictoire autour de la mosquée de Marioupol : le président de l'association de la mosquée sur place assure qu'elle n'a pas été touchée bien que le quartier sois sous le feu de l'armée russe.

Le gouvernement ukrainien avait dénoncé le bombardement "de la mosquée du sultan Souleïman le Magnifique et de son épouse Roxolana à Marioupo par les envahisseurs russes". 80 civils, dont certains de nationalité turque, s'y sont réfugiés. 

Cette information a été démentie par le président de l'Association de la mosquée , Ismail Hacioglu, qui tente d'organiser des évacuations bloquées par les Russes. Joint par la chaîne turque Haber Türk, il a assuré que le quartier était sous le feu de l'armée russe mais que la mosquée elle-même n'avait pas été touchée.

12h30 TU. L'Allemagne envisage de se passer du pétrole russe d'ici fin 2022.

L'Allemagne veut pouvoir se passer du charbon et du pétrole russe d'ici la fin de l'année."Chaque jour, voire chaque heure en fait, nous disons un peu plus adieu aux importations russes" déclare le ministre de l'Économie et vice-chancellier écologiste Robert Habeck au quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung. "Si nous y parvenons, nous serons indépendants du charbon russe à l'automne et presque indépendants du pétrole de Russie à la fin de l'année".
 

La plateforme de forage de Prirazlomnaya en mer de Pechora dans le nord de la Russie.
La plateforme de forage de Prirazlomnaya en mer de Pechora dans le nord de la Russie.
© AP Photo/Andrei Pronin


11h25 TU. La Russie menace de cibler les livraisons d'armes occidentales à l'Ukraine.

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères menace les États-Unis, affirmant que la Russie pourrait prendre pour cible leurs livraisons d'armes à l'Ukraine. "Nous avons averti les États-Unis que la livraison d'armes qu'ils orchestrent depuis un certain nombre de pays n'est pas seulement un geste dangereux, c'est un acte qui font des convois mentionnés en cibles légitimes", averti Sergueï Riabkov dans une interview à la chaîne télévisée Pervy Kanal.

11h00 TU. Entretien en cours entre Scholz, Macron et Poutine.

Le président français Emmanuel Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz s'entretiennent une nouvelle fois par télé-conférence avec le président Vladimir Poutine.

Photo d'archive de Vladimir Poutine au téléphone le 2 juin 2020.
Photo d'archive de Vladimir Poutine au téléphone le 2 juin 2020.
© Alexei Nikolsky, Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP

9h50 TU. Plusieurs hôpitaux touchés par des bombardements à Mykolaïv.

La ville portuaire de Mykolaïv, située dans le sud de l'Ukraine, près d'Odessa, a été bombardée sans répit dans la nuit de vendredi à samedi, les tirs touchant notamment un centre de soins pour le cancer et un hôpital ophtalmologique selon une journaliste de l'AFP. 

8h55 TU. Une mosquée abritant 80 civils bombardée à Marioupol selon le ministère des Affaires étrangères ukrainien.

Une mosquée abritant 80 civils, dont des citoyens turcs, a été bombardée à Marioupol, port du sud-est de l'Ukraine où des milliers de personnes sont assiégées depuis des jours, selon le ministère ukrainien des Affaires étrangères. 
 

6h50 TU. La Russie affirme que les sanctions pourraient provoquer l'"amerrissage" ou l'"atterrissage" de la Station spatiale internationale.

Les sanctions occidentales introduites contre la Russie pourraient provoquer la chute de la Station spatiale internationale, selon Dmitri Rogozine, le patron de l'agence spatiale russe Roscosmos. Selon lui, le fonctionnement des vaisseaux russes ravitaillant l'ISS sera perturbé par les sanctions, affectant en conséquence le segment russe de la station, qui sert notamment à corriger l'orbite de la structure orbitale.

Cette photo d'archive fournie par la NASA montre la Station spatiale internationale le 23 mai 2010.
Cette photo d'archive fournie par la NASA montre la Station spatiale internationale le 23 mai 2010.
© NASA via AP

5h00 TU.  Des sirènes d'avertissement anti-bombardement d'après les médias locaux ukrainiens.

Les médias locaux rapportent samedi matin des sirènes d'avertissement anti-bombardement sur l'ensemble du territoire ukrainien, notamment les grandes villes Kiev, Odessa, Dnipro et Kharkiv.

L'armée russe progresse sur plusieurs fronts malgré la forte résistance ukrainienne.
L'armée russe progresse sur plusieurs fronts malgré la forte résistance ukrainienne.
TV5MONDE

0h10 TU. Zelensky parle aux mères de soldats russes.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé les mères de soldats russes à empêcher que leurs fils soient envoyés à la "guerre" en Ukraine.

Dans cette image tirée d'une vidéo fournie par la présidence ukrainienne et publiée sur Facebook tôt le samedi 12 mars 2022, le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'exprime à Kiev, en Ukraine.
Dans cette image tirée d'une vidéo fournie par la présidence ukrainienne et publiée sur Facebook tôt le samedi 12 mars 2022, le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'exprime à Kiev, en Ukraine.
©Bureau de presse présidentiel ukrainien via AP

0h00 TU. Le maire d'une ville du sud enlevé par des soldats russes.

Le maire de Melitopol a été enlevé vendredi par des soldats russes qui occupent cette ville du sud de l'Ukraine, ont affirmé des responsables ukrainiens, une information confirmée par le président Volodymyr Zelensky.

Capture d'écran du compte Twitter du Parlement ukrainien
Capture d'écran du compte Twitter du Parlement ukrainien