Info

DIRECT - Ukraine : Zelensky se ravise sur le missile, nouvelles frappes russes sur plusieurs villes en Ukraine

Un enfant regardant des chars et des véhicules blindés russes détruits après une chute de neige dans le centre-ville de Kyiv, en Ukraine, le jeudi 17 novembre 2022.
Un enfant regardant des chars et des véhicules blindés russes détruits après une chute de neige dans le centre-ville de Kyiv, en Ukraine, le jeudi 17 novembre 2022.
©AP Photo/Andrew Kravchenko

La Russie a de nouveau lancé des frappes ce jeudi contre plusieurs villes d'Ukraine, dont la capitale Kiev, des bombardements qui coïncident avec de premières chutes de neige dans un pays miné par les coupures d'électricité provoquées par la Russie.

Le point sur la chute d'un missile en Pologne

 Que s'est-il passé? 

Un missile a frappé le village polonais de Przewodow, à environ six kilomètres de la frontière ukrainienne, mardi après-midi, tuant deux hommes. Le site d'informations Gazeta.pl indique que l'explosion s'est produite vers 15H00 GMT dans une installation de séchage de céréales, située près d'une école. 

Le missile est tombé alors que la Russie menait mardi des frappes massives sur les infrastructures civiles ukrainiennes, qui ont laissé des millions de foyers sans électricité. Les missiles russes ont frappé des villes dans tout le pays, dont Lviv (ouest), près de la frontière polonaise.

Qui a tiré le missile? 

La Russie, qui a envahi l'Ukraine le 24 février, a été immédiatement désignée comme suspecte. Mais le président polonais Andrzej Duda a déclaré qu'il n'existait pas de preuve claire désignant l'auteur du tir de missile, qui était"très probablement de fabrication russe"Varsovie a ensuite jugé "hautement probable" qu'il s'agisse d'un projectile antiaérien ukrainien"un accident malheureux".

Kiev a, de son côté,  réaffirmé mercredi que le missile ayant tué deux personnes la veille dans un village polonais près de la frontière avec l'Ukraine était "russe", contredisant l'Otan et Washington qui accréditent plutôt la thèse d'un missile de défense ukrainien.

Les États-Unis ont en effet  affirmé que la Maison Blanche n'a "rien vu qui contredise" l'hypothèse, avancée par Varsovie, selon laquelle le missile tombé en Pologne provenait "selon toute probabilité" de la défense antiaérienne ukrainienne, a estimé la porte-parole du Conseil de sécurité nationale, Adrienne Watson.

Quelles sont les conséquences? 

L'explosion fait craindre que l'Otan, que la Pologne a rejointe en 1999, soit entraînée dans le conflit entre la Russie et l'Ukraine. La Pologne est protégée par l'engagement de défense collective de l'Otan, formalisé dans l'article 5 de son traité fondateur, mais la réaction de l'Alliance atlantique sera calibrée en fonction du caractère accidentel ou intentionnel de l'incident.

Une réunion d'urgence des ambassadeurs de l'Otan a eu lieu mercredi matin pour faire le point sur la situation en Pologne. Cette dernière a placé ses forces armées en état d'alerte renforcé suite à l'explosion. Elle a également convoqué l'ambassadeur de Russie pour des "explications détaillées immédiates".

19h30 TU. La basketteuse américaine Griner transférée dans une prison en Mordovie

La championne américaine de basket Brittney Griner a été transférée dans une colonie pénitentiaire du centre de la Russie pour purger une lourde peine de prison pour "trafic de drogues", ont annoncé ses avocats.

"Brittney a commencé à purger sa peine à (la colonie pénitentiaire) IK-2 en Mordovie", une région du centre de la Russie réputée pour ses prisons et son climat rigoureux, ont annoncé les avocats Maria Blagovolina et Alexandre Boïkov dans un communiqué, ajoutant qu'ils avaient pu rendre visite à leur cliente plus tôt cette semaine.

19h00 TU. Des experts ukrainiens sont arrivés en Pologne

Des experts ukrainiens sont arrivés en Pologne pour participer à l’enquête visant à déterminer l’origine du missile ayant tué deux personnes en Pologne, a fait savoir le chef de la diplomatie ukrainienne sur Twitter.

"Nous espérons qu’ils accéderont rapidement au site" de l’explosion, "en coopération avec les forces de l’ordre polonaises", a ajouté Dmytro Kuleba.

17h05 TU. À Kherson, un haut responsable ukrainien fait état d’une "étendue simplement horrible" de tortures

Un haut responsable ukrainien chargé des droits humains a fait état d’une "étendue simplement horrible" de tortures à Kherson pendant l’occupation russe de cette ville du sud de l’Ukraine, reprise la semaine dernière par les forces de Kiev. "Je n’ai pas encore vu" de tortures "à une telle échelle", "après avoir visité toutes les salles de torture dans diverses régions de l’Ukraine", a déclaré Dmytro Lubinets à la télévision nationale.

Des "dizaines de personnes" étaient "électrocutées, battues avec des tuyaux métalliques. Leurs os étaient brisés" et "les Russes ont filmé tout cela", a-t-il accusé. "Je suis sûr que dans chaque localité importante on va découvrir une salle de torture. Car c’est un système mis en place par la Russie."

12h29 TU. La Russie porte la "responsabilité ultime" pour la chute du missile en Pologne​

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken a assuré ce jeudi que la Russie portait la "responsabilité ultime" pour la chute meurtrière d'un missile en Pologne, alors qu'une enquête doit déterminer d'où celui-ci a été tiré.

"Quelle que soit la conclusion de l'enquête, nous savons déjà la partie qui porte la responsabilité ultime pour cet incident tragique : la Russie", a-t-il déclaré depuis Bangkok, avant un sommet de dirigeants de la Coopération économique Asie-Pacifique (Apec).

11h54 TU. Missile tombé en Pologne: "Je ne sais pas ce qu'il s'est passé", dit Zelensky

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré ce jeudi "ne pas savoir ce qu'il s'est passé" en Pologne où un missile est tombé mardi, tuant deux personnes, après avoir pourtant affirmé que le projectile était "russe".

"Je ne sais pas ce qu'il s'est passé. Nous ne savons pas avec certitude. Le monde ne le sait pas. Mais je suis sûr que c'était un missile russe, je suis sûr que nous avons tiré depuis des systèmes de défense aérienne", a-t-il déclaré, cité dans un communiqué de la présidence ukrainienne.

10h55 TU. Ukraine: les souffrances de civils sont la "conséquence" du refus de Kiev de négocier

Les souffrances de civils en Ukraine, confrontés en plein hiver à des coupures d'électricité après les frappes russes sur les infrastructures énergétiques, sont la "conséquence" du refus de Kiev de négocier avec Moscou, a affirmé le Kremlin.

"C'est la conséquence du manque de la volonté de la partie ukrainienne de régler le problème, d'entamer des négociations, son refus de chercher un terrain d'entente", a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, interrogé sur les coupures d'électricité dont souffrent des millions d'Ukrainiens.

10h31 TU. Guerre en Ukraine: les retombées sécuritaires au menu d'une rencontre ministérielle du G7​

Les ministres de l'Intérieur du G7 réunis ce jeudi en Allemagne veulent renforcer leur coopération face aux "effets massifs" sur la sécurité intérieure de la guerre en Ukraine, comme le risque de cyberattaques ou d'atteintes aux infrastructures stratégiques. 

La chute sur le territoire polonais d'un missile qui a fait deux morts mardi, illustre les vastes retombées de ce conflit. L'Otan et Washington accréditent plutôt la thèse d'un missile de défense ukrainien tout en soulignant que la Russie est, au bout du compte, responsable de ce drame.

"Nous voulons renforcer à nouveau notre coopération et voulons également prendre des décisions concrètes", a déclaré la ministre allemande de l'Intérieur Nancy Faeser, hôte du sommet qui s'est ouvert dans une abbaye à Eltville (ouest), non loin de Francfort.

10h27 TU. Moscou confirme la reconduite de l'accord céréalier

a Russie a confirmé ce jeudi la reconduite "sans aucun changement" de l'accord sur les exportations de céréales ukrainiennes, après que la Turquie, l'ONU et l'Ukraine ont annoncé sa prolongation plus tôt jeudi.

"La partie russe autorise l'extension technique de +l'Initiative de la mer Noire+ sans aucun changement dans ses termes et sa portée", a déclaré la diplomatie russe dans un communiqué. Moscou s'était brièvement retiré fin octobre de l'accord, dénonçant l'utilisation du couloir humanitaire par Kiev "à des fins militaires".

09h28 TU. "Ni les États-Unis, ni la Russie ne tenteront d'utiliser l'arme nucléaire", selon Erdogan​

"Ni les Etats-Unis ni la Russie ne tenteront d'utiliser l'arme nucléaire", a affirmé ce jeudi le président turc Recep Tayyip Erdogan après la réunion des patrons des renseignements de ces deux pays à Ankara.

"Selon les informations que j'ai reçues de la part de mon directeur du renseignement concernant les États-Unis et la Russie, aucune des deux parties ne sera tenté d'utiliser l'arme nucléaire" a déclaré Recep Tayyip Erdogan cité par l'agence officielle Anadolu.


09h05 TU. Mardi 15 novembre, l'Ukraine a essuyé le "plus grand nombre de frappes menées par la Russie en une seule journée depuis la première semaine de l'invasion"

Dans son rapport quotidien publié sur Twitter, le ministère de la Défense britannique informe qu'"au cours de l'après-midi du 15 novembre, la Russie a effectué jusqu'à 80 frappes de missiles à longue portée, principalement contre des cibles d'infrastructures électriques à travers l'Ukraine".

Il ajoute : "Il s'agit probablement du plus grand nombre de frappes menées par la Russie en une seule journée depuis la première semaine de l'invasion.Les munitions ont été lancées à partir de plates-formes aériennes, maritimes et terrestres. Bien qu'une grande partie des missiles aient été interceptés avec succès, l'Ukraine est confrontée à une diminution significative de l'électricité disponible sur son réseau national. Cela aura un impact sur l'accès des civils aux communications, au chauffage et à l'approvisionnement en eau.La poursuite des frappes à cette échelle puise profondément dans les réserves de missiles de croisière conventionnels de la Russie, car la dégradation de l'infrastructure nationale ukrainienne est devenue un élément clé de l'approche stratégique de la Russie dans la campagne".

08h22 TU. Missile tombé en Pologne : la Russie est "entièrement responsable"​

La Russie est "entièrement responsable" de la chute d'un missile en Pologne, qui a tué mardi deux personnes, a affirmé jeudi le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kouleba, à la suite d'un entretien téléphonique avec son homologue américain Antony Blinken.

"Nous partageons le point de vue selon lequel la Russie porte l'entière responsabilité de sa terreur par missiles et de ses conséquences sur le territoire de l'Ukraine, de la Pologne et de la Moldavie", a indiqué le ministre ukrainien sur Twitter.


08h00 TU. Moscou a utilisé au moins sept types de mines antipersonnel en Ukraine​

La Russie a utilisé au moins sept types de mines antipersonnel à fragmentation et à effet de souffle depuis son invasion en Ukraine le 24 février, révèle le rapport 2022 de l'Observatoire des Mines rendu public jeudi.

C'est une "situation sans précédent, dans laquelle un pays qui n'est pas encore partie au traité utilise l'arme sur le territoire d'un Etat partie", selon ce rapport qui mesure la mise en oeuvre de la Convention sur l'interdiction des mines antipersonnel de 1997 (ou Traité d'Ottawa).

07h00 Le Secrétaire général de l'ONU "salue" la reconduite de l'accord sur les céréales​

Le Secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a "salué" ce jeudi la reconduite de l'accord sur les céréales ukrainiennes en Mer Noire.

Dans un communiqué transmis à l'AFP par le Centre de coordination conjointe (JCC) qui supervise les exportations, basé à Istanbul, Antonio Guterres affirme que "l'Onu est pleinement engagée à lever les obstacles qui entravent les exportations de produits agricoles et engrais de la Fédération de Russie".

06h59 TU. Nouvelle vague massive de frappes russes contre l'Ukraine​

Une nouvelle vague de frappes russes a touché jeudi matin plusieurs régions d'Ukraine, où la première neige est arrivée sur fond de vastes coupures d'électricité provoquées par des bombardements des troupes de Moscou. 

A Dnipro (centre-est), huit personnes dont un adolescent de 15 ans ont été blessées dans un bombardement, a indiqué le maire Borys Filatov, sur Facebook. Deux "infrastructures" ont été touchés dans cette ville, selon la présidence, sans préciser lesquelles. 

Tout proche de Kiev, deux missiles de croisière et des drones kamikazes ont été abattus par la défense ukrainienne, a indiqué l'administration militaire de la ville. Un journaliste de l'AFP a vu un de ces missiles survoler un quartier résidentiel dans l'est de la capitale. 

Dans la région d'Odessa (sud), les Russes ont frappé un site d'infrastructure blessant trois personnes, a indiqué l'administration régionale.

06h43 TU. Céréales ukrainiennes : la Turquie confirme "la reconduite" de l'accord

La Turquie a confirmé ce jeudi la reconduite de l'accord sur les exportations de céréales ukrainiennes pour quatre mois "selon les mêmes conditions" que celles observées depuis le mois de juillet, a annoncé un haut responsable à l'AFP sous couvert d'anonymat.

Selon ce responsable, toutes les parties se sont accordées pour que "l'accord reste en place pour 120 jours durant les mois d'hiver" et de "nouveaux arrangements" pourront être pris ensuite à la sortie de la mauvaise saison.

Chargement du lecteur...

06h42 TU. L'accord céréalier prolongé de 120 jours affirme l'Ukraine​

L'accord céréalier permettant de poursuivre les exportations de céréales ukrainiennes par la mer Noire a été prolongé de 120 jours, a annoncé jeudi le ministre ukrainien des Infrastructures. 

L'"Initiative céréalière de la mer Noire va être prolongée de 120 jours", a annoncé sur Twitter le ministre Oleksandre Koubrakov qui s'est félicité d'un pas "important dans la lutte contre la crise alimentaire mondiale". Cet accord qui expire vendredi soir a permis de sortir plus de 11 millions de tonnes des ports ukrainiens en quatre mois.
 

 

06H41 TU. Première neige en Ukraine, frappée par des coupures d'électricité​

Un léger manteau neigeux recouvrait jeudi matin Kiev, la capitale de l'Ukraine, alors que le pays subit d'importantes coupures d'électricité après de lourdes frappes russes sur les infrastructures énergétiques, a constaté l'AFP.

La neige recouvrait notamment les voitures stationnées dans les rues de la capitale où de nombreux quartiers étaient privés de courant dans la matinée. Le gouverneur régional, Oleksiï Kouleba, a prévenu mercredi que la semaine à venir serait "difficile", avec des températures qui pourront descendre "jusqu'à -10°C".
 

Chargement du lecteur...

20h00 TU. Le Pentagone dénonce un "crime de guerre" en Ukraine

Le chef d'état-major américain, le général Mark Milley, a estimé que la Russie "perdait" sur tous les fronts dans sa guerre en Ukraine, et dénoncé les frappes russes ayant visé le réseau électrique à travers le pays comme d'un "crime de guerre".

"Cibler délibérément le réseau électrique civil, provoquant des dommages collatéraux excessifs et la souffrance inutile de la population civile, est un crime de guerre", a affirmé le général Milley, aux côtés du secrétaire à la Défense Lloyd Austin.

19h20 TU. Zelensky réclame l'accès à "toutes les données" de partenaires

Le président Volodymyr Zelensky a réclamé l'accès pour les experts ukrainiens à "toutes les données" des Occidentaux et au site de l'explosion du missile tombé en Pologne, près de la frontière ukrainienne. 

"Nous voulons établir tous les détails, chaque fait. Voilà pourquoi il nous faut (...) obtenir l'accès à toutes les données dont disposent nos partenaires et au site de l'explosion", a-t-il déclaré dans son adresse traditionnelle du soir.

Chargement du lecteur...

18h30 TU. Le chef d’état-major américain juge peu probable que l’Ukraine puisse déloger les Russes de tout le pays

Lors d’une conférence de presse, le chef d’état-major américain, le général Mark Milley, a estimé peu probable au moins à court terme que l’Ukraine puisse déloger militairement la Russie de l’ensemble des territoires qu’elle occupe dans le pays, y compris la Crimée.

"La probabilité d'une victoire militaire ukrainienne, expulsant les Russes de tout l'Ukraine y compris (...) la Crimée, la probabilité que cela se passe de sitôt n'est pas très élevée militairement", a déclaré le général Milley.

18h00 TU. La Hongrie juge irresponsables les propos de Volodymyr Zelensky sur le missile tombé en Pologne

Le gouvernement hongrois a estimé que le président ukrainien Volodymyr Zelensky donnait "un mauvais exemple" en affirmant que le missile ayant tué deux personnes dans un village polonais près de la frontière avec l’Ukraine était russe.

"Dans une telle situation, les dirigeants mondiaux s’expriment de manière responsable", a déclaré à la presse Gergely Gulyas, chef de cabinet du premier ministre Viktor Orban. Or "le président ukrainien, en accusant immédiatement les Russes, a eu tort", a-t-il ajouté, saluant au contraire l’attitude prudente de la Pologne et des Etats-Unis.

17h20 TU. Zelensky appelle la Chine à "ne pas choisir le côté de la Russie"

"Il est important pour nous que la Chine ne choisisse pas le camp de la Russie", a déclaré le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, à la télévision ukrainienne, alors que Pékin a refusé de condamner l'invasion russe de l'Ukraine et rejette les sanctions occidentales contre Moscou.

17h00 TU. Washington accrédite la thèse d'un missile de défense ukrainien tombé en Pologne

La Maison Blanche n'a "rien vu qui contredise" l'hypothèse, avancée par Varsovie, selon laquelle le missile tombé en Pologne provenait "selon toute probabilité" de la défense antiaérienne ukrainienne, a estimé la porte-parole du Conseil de sécurité nationale, Adrienne Watson.

"Cela étant dit, quelles que soient les conclusions définitives, il est clair que la Russie est, au bout du compte, responsable de cet incident tragique" à cause de ses frappes contre les infrastructures civiles ukrainiennes, a-t-elle estimé dans un communiqué, en ajoutant : "l'Ukraine avait, et a, le droit de se défendre."

16h10 TU. Volodymyr Zelensky persiste : selon lui, le missile tombé en Pologne n’est pas ukrainien

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky assure que l’origine du missile tombé en Pologne n’est pas ukrainienne. "Je n’ai aucun doute, ce n’était pas un de nos missiles", a-t-il insisté dans des médias ukrainiens, rapporte l’agence Interfax. Il a par ailleurs réitéré la volonté de l’Ukraine à accéder au site de l’explosion.