Info

DIRECT - Ukraine : le rapport de l’AIEA sur la centrale de Zaporijjia vivement critiqué par Moscou

Le président russe Vladimir Poutine aux côtés du Général Valeri Guerassimov, le chef d'État major des forces armées russes. Ils assistent aux exercices militaires menés à Vladivostok. Russie, 6 septembre 2022.
Le président russe Vladimir Poutine aux côtés du Général Valeri Guerassimov, le chef d'État major des forces armées russes. Ils assistent aux exercices militaires menés à Vladivostok. Russie, 6 septembre 2022.
AP/Mikhail Klimentyev
Le président russe Vladimir Poutine aux côtés du Général Valeri Guerassimov, le chef d'État major des forces armées russes. Ils assistent aux exercices militaires menés à Vladivostok. Russie, 6 septembre 2022.
Le président ukrainien Volodymy Zelensky serre la main au directeur général de l'agence internationale de l'énergie atomique. Les deux hommes se sont rencontrés à kiev, en Ukraine. 30 août 2022.

Mardi 6 septembre, l’agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a remis un rapport sur l’état de la centrale nucléaire de Zaporijia en Ukraine. Les experts onusiens révèlent que le site est endommagé. Moscou dénonce une responsabilité de Kiev. Dans la nuit, le président ukrainien a salué le travail des inspecteurs de l’ONU. 

20h10 TU. "Accusations crédibles" d'enfants transférés de force en Russie 

Il existe des "accusations crédibles" d'enfants seuls transférés de force d'Ukraine vers la Russie, a déclaré la sous-secrétaire générale des Nations unies pour les droits de l'Homme, s'inquiétant de leur possible adoption par des familles russes.

"Il y a des accusations crédibles de transferts forcés d'enfants non accompagnés vers le territoire occupé par la Russie ou vers la Fédération de Russie elle-même", a déclaré Ilze Brands Kehris lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU sur les déplacements forcés en Ukraine.

19h55 TU. Zelensky affirme que l'Ukraine a repris plusieurs localités aux Russes près de Kharkiv
 

Le président ukrainien a affirmé que les forces de Kiev avaient repris aux troupes russes plusieurs localités de la région de Kharkiv, dans le nord-est de l'Ukraine, sans préciser davantage.

"Cette semaine, nous avons de bonnes nouvelles de la région de Kharkiv", a  déclaré Volodymyr Zelensky dans son discours vidéo du soir diffusé sur les réseaux sociaux. Refusant de les nommer, il a évoqué des "localités où le drapeau ukrainien est revenu".

17h40 TU. L'Ukraine reconnaît pour la première fois avoir frappé des bases russes en Crimée.


Le commandant en chef de l'armée ukrainienne, Valery Zaloujny, a pour la première fois reconnu, ce mercredi, avoir mené des frappes de missiles ayant visé en août des bases russes en Crimée annexée, menaçant de poursuivre ce type d'opérations.

L'Ukraine a "effectué avec succès des frappes de missiles sur des bases militaires de l'ennemi, notamment sur l'aérodrome de Saki", a-t-il écrit dans un article publié par l'agence de presse publique Ukrinform.
Des explosions avaient retenti début août sur cet aérodrome russe situé en Crimée et avaient fait un mort et plusieurs blessés et détruit notamment des munitions destinées à l'aviation militaire.

14h45 TU. Le parti de Poutine propose des référendums d'annexion de territoires ukrainiens le 4 novembre.
 

Russie Unie, le parti de Vladimir Poutine, a proposé d'organiser des référendums dans les territoires ukrainiens occupés par les forces russes pour les rattacher à la Russie. Ils pourraient avoir lieu le 4 novembre, jour où la Russie célèbre la Journée de l'Unité nationale. 

"Donetsk, Lougansk et de nombreuses autres villes russes vont enfin retrouver leur port d'attache. Et le monde russe, aujourd'hui divisé par des frontières formelles, retrouvera son intégrité", a déclaré le secrétaire du Conseil général de Russie Unie, Andreï Tourtchak. 

13h40 TU. Selon Poutine, les céréales ukrainiennes vont aux pays de l'UE, pas aux pays pauvres.


"Presque toutes les céréales exportées d'Ukraine sont envoyées non pas aux pays en développement et aux pays les plus pauvres, mais aux pays de l'Union européenne", a affirmé Vladimir Poutine lors d'un forum économique à Vladivostok.
"Ce que nous observons est une tromperie (...), une attitude grossière et imprudente envers ces partenaires pour qui tout cela était censé être fait", ce qui pose, selon lui, un risque de "catastrophe humanitaire".

Des affirmations pas totalement confirmées par les chiffres fournis par la Turquie, selon lesquels 36% seulement du tonnage de céréales ukrainiennes est allé à des pays de l'Union européenne.

12h45 TU. Les pays occidentaux coupables de "provocation" envers la Russie, accuse Erdogan.

"Je peux dire très ouvertement que je ne trouve pas que l'attitude actuelle de l'Occident (...) soit la bonne. L'Occident mène une politique basée sur la provocation", a déclaré le chef de l'Etat turc lors d'une conférence de presse avec son homologue serbe Aleksandar Vucic, en réponse à une question sur la crise énergétique en Europe.

"Tant que vous essaierez de mener une telle guerre de provocation, vous ne pourrez pas obtenir les résultats escomptés", a-t-il ajouté. Il a tenu à rappeler que, selon lui, la "Turquie, a toujours maintenu une politique d'équilibre entre la Russie et l'Ukraine".

Si elle a fourni à Kiev des drones militaires, la Turquie a refusé de se joindre aux sanctions occidentales décrétées contre la Russie après le déclenchement de son offensive en Ukraine.

10h17 TU. Bruxelles prépare une nouvelle aide financière de 5 milliards d'euros.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a proposé que l'UE verse une aide financière de cinq milliards d'euros pour aider l'Ukraine à faire face aux conséquences de la guerre.

Il s'agit de la deuxième tranche d'un paquet maximum de neuf milliards pour 2022 proposé le 18 mai.

10h06 TU. Un accident nucléaire à Zaporijjia affecterait l'Ukraine et ses voisins, alerte Kiev.

Un accident nucléaire à la centrale de Zaporijjia, occupée par les Russes, risque d'affecter non seulement l'Ukraine mais aussi des pays voisins. C'est le message transmis par l'agence d'inspection chargée de la sécurité nucléaire en Ukraine. En cas de dommages au coeur du réacteur, "il y aura des conséquences non seulement pour l'Ukraine, mais aussi, clairement, des conséquences au-delà des frontières", a prévenu Oleg Korikov, le chef par intérim de cette structure, lors d'une conférence de presse en ligne.

09h31 TU. La Russie ne livrera plus ni pétrole ni gaz si les prix sont plafonnés, prévient Poutine.

La Russie ne livrera plus de pétrole ou de gaz aux pays qui plafonneraient les prix des hydrocarbures vendus par Moscou, a prévenu mercredi le président Vladimir Poutine, au moment où les Occidentaux travaillent à une telle mesure. Plafonner les prix "serait une décision absolument stupide", a lancé M. Poutine lors d'un forum économique à Vladivostok (Extrême-Orient russe). "Nous ne livrerons rien du tout si c'est contraire à nos intérêts, en l'occurrence économiques. Ni gaz, ni pétrole, ni charbon (...). Rien", a-t-il ajouté.
 
Nous ne livrerons rien du tout si c'est contraire à nos intérêts, en l'occurrence économiques. Ni gaz, ni pétrole, ni charbon (...) Rien.
Vladimir Poutine, président russe.
08h42 TU. Poutine se dit prêt à reprendre les exportations de gaz russe vers l'Europe.

"Nous sommes prêts à (reprendre les exportations via Nord Stream) demain. Tout ce que vous avez à faire est d'appuyer sur un bouton", a-t-il lancé à l'adresse des Européens. "Donnez-nous une turbine et demain nous relancerons Nord Stream", a encore dit Vladimir Poutine. Le chef du Kremlin rappelle que ce n'était pas la Russie qui avait "imposé des sanctions". Selon lui, "nous nous sommes enfoncés dans une impasse à cause des sanctions" occidentales en représailles à l'offensive russe en Ukraine.

08h33 TU. L'opérateur nucléaire ukrainien favorable à l'envoi de casques bleus à Zaporijjia.

L'Ukraine est favorable à l'envoi de casques bleus de l'ONU à sa centrale nucléaire de Zaporijjia. Le plus grand site nucléaire d'Europe est occupé par les troupes russes depuis plusieurs semaines. Ce mercredi, Petro Kotine, le chef de l'opérateur public Energoatom a déclaré que "déployer le contingent du maintien de la paix et sortir les militaires russes peut être un des moyens pour créer la zone de sécurité à la centrale nucléaire de Zaporijjia". Ces déclarations sont formulées au lendemain de l'appel par l'Agence internationale de l'énergie atomique à la création d'une "zone de sécurité" autour du site.
Ce composite d'images satellites montre la fumée s'élevant des feux de la centrale nucléaire de Zaporijjia, mercredi 24 août 2022. AP/ Planet Labs PBC. 
Ce composite d'images satellites montre la fumée s'élevant des feux de la centrale nucléaire de Zaporijjia, mercredi 24 août 2022. AP/ Planet Labs PBC. 
08h20 TU. Poutine dément que la Russie utilise l'énergie comme une "arme" contre l'Europe.

Le président russe Vladimir Poutine a démenti mercredi que Moscou utilisait l'énergie comme une "arme" contre l'Europe, quelques jours après l'arrêt des livraisons de gaz russe via le gazoduc Nord Stream. "(Les Occidentaux) disent que la Russie utilise l'énergie comme une arme. Encore un non-sens! Quelle arme utilisons-nous? Nous fournissons autant que nécessaire selon les demandes faites" par les pays importateurs, a déclaré M. Poutine lors d'un forum économique à Vladivostok (Extrême-Orient russe).
 
C'est la Russie qui attaque l'Ukraine et détruit l'ordre de paix européen par la force des armes.
Bärbel Bas, la présidente du Bundestag, chambre basse du parlement allemand.
08h11 TU. Au Budestag, la Russie accusée de détruire "l'ordre de paix européen par la force des armes".

Bärbel Bas, la présidente du Bundestag, chambre basse du parlement allemand, a rendu hommage à l'ancien président de l'URSS, Mikhaïl Gorbatchev. Décédé le 31 août à l^'age de 91 ans, il a joué un rôle décisif dans le processus de réunification de l'Allemagne en 1990. "Michael Gorbatchev a défendu un ordre mondial dans lequel les États règlent les conflits par le dialogue et le droit et cherchent des solutions communes aux problèmes mondiaux", a observé Mme Bas. "C'est la Russie qui, sous (le règne du président Vladimir) Poutine, a rompu avec cet esprit (...) C'est la Russie qui attaque l'Ukraine et détruit l'ordre de paix européen par la force des armes", a-t-elle encore déclaré.

07h11 TU. Les céréales ukrainiennes vont aux pays de l'UE, pas aux pays pauvres, accuse Poutine.

Le président russe Vladimir Poutine a affirmé mercredi que les exportations de céréales ukrainiennes allaient majoritairement vers les pays européens et non pas vers les pays pauvres, ce qui pose un risque de "catastrophe humanitaire"."Presque toutes les céréales exportées d'Ukraine sont envoyées non pas aux pays en développement et aux pays les plus pauvres, mais aux pays de l'Union européenne", a déclaré le dirigeant russe lors d'un forum économique à Vladivostok (Extrême-Orient russe).
Vladimir Poutine, président de la Russie lors d'un forum économique organisé à Vladivostok le 7 septembre 2022.
Vladimir Poutine, président de la Russie lors d'un forum économique organisé à Vladivostok le 7 septembre 2022.
AP
Lire aussi : Ukraine : le Brave Commander, premier cargo de céréales à destination de l'Afrique
Presque toutes les céréales exportées d'Ukraine sont envoyées non pas aux pays en développement et aux pays les plus pauvres, mais aux pays de l'Union européenne.
Vladimir Poutine, président de la Russie.
07h01 TU. Poutine salue le "rôle croissant" de l'Asie-Pacifique dans les affaires du monde.

Le président russe Vladimir Poutine a salué mercredi le "rôle croissant" de la région Asie-Pacifique dans les affaires du monde. Ces pays seraient à l'opposé d'un Occident qu'il a dépeint comme "sur le déclin". "Le rôle des pays de la région Asie-Pacifique a connu une forte croissance", a déclaré le dirigeant russe lors d'un forum économique tourné vers l'Asie à Vladivostok (Extrême-Orient russe). Durant ce sommet, il devait notamment s'entretenir avec des dirigeants et hauts responsables asiatiques.

07h00 TU. Il est "impossible d'isoler la Russie", lance le président russe Vladimir Poutine.

Il est "impossible" pour les pays occidentaux d'isoler la Russie en dépit des sanctions contre Moscou qui représentent une "menace pour le monde entier". C'est ce qu'a déclaré mercredi le président russe Vladimir Poutine. "Peu importe combien certains voudraient isoler la Russie, il est impossible de le faire", a lancé le dirigeant, alors qu'il assiste à un forum économique tourné vers l'Asie à Vladivostok (Extrême-Orient russe). La pandémie de nouveau coronavirus "a été remplacée par de nouveaux défis d'ordre global, qui menacent le monde entier. Je veux parler de la fièvre de sanctions de l'Occident", a-t-il ajouté.

06h19 TU. Moscou dénonce des "pressions" de l'Occident sur l'AIEA. 

La porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova dénonce des "pressions" de l'Occident sur l'AIEA. "Il est évident que l'Occident a tout le temps mis des pressions (sur l'AIEA, ndlr) et qu'il n'arrête pas de le faire", a-t-elle déclaré, citée par l'agence publique Ria-Novosti. Le directeur du géant russe du nucléaire Rosatom, Alexeï Likhatchev, a déclaré mercredi que Moscou ferait "de son mieux pour assurer le fonctionnement en toute sécurité de la centrale en contact exclusif avec l'AIEA".
  05h58 TU. La Russie a demandé des "clarifications" à l'AIEA sur son rapport.

La Russie demande des "clarifications" à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) après la publication de son rapport sur la situation à la centrale nucléaire de Zaporijjia en Ukraine. "Il y a un besoin d'obtenir des clarifications supplémentaires, parce que le rapport contient un certain nombre de points d'interrogation (...) Nous avons demandé ces clarifications au directeur général de l'AIEA", a déclaré le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov à l'agence russe Interfax.
<p>Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie<br />
AP</p>

Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie
AP

Le rapport contient un certain nombre de points d'interrogation.
Sergueï Lavrov, chef de la diplomatie russe.
05h00 TU. Les réfugiés ukrainiens installés en Autriche racontent leur quotidien.

Sur les 7 millions de déplacés enregistrés en Europe, d'après les derniers chiffres de l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), peu d'hommes ont échappé à la mobilisation générale. À Vienne en Autriche, des réfugiés ukrainiens sont à l'aube d'une nouvelle vie. À l'instar de la famille Titkov, arrivée peu après l'invasion russe de l'Ukraine. Aujourd'hui, la rentrée scolaire des trois garçons est synonyme de nouveau départ.
 
C'est compliqué de s'habituer à un nouveau pays, de comprendre les règles, la culture, de savoir à qui s'adresser.
Valerii,père de famille ukrainien de 43 ans.
04h46 TU. Kiev continue de lutter pour récupérer Kherson.

L'armée ukrainienne a lancé fin août une contre-offensive d'ampleur pour reprendre la ville de Kherson (sud). Elle est occupée depuis mi-mars par l'armée du Kremlin, qui est parvenue à la contrôler moins d'un mois après le début de l'invasion. Le front se situe sur le fleuve Dniepr, qui coule sur le flan Est de la ville. Kiev ne peut pas la bombarder, elle essaye donc de couper l'occupant de ses soutiens logistiques à l'Est en détruisant les ponts.
  04h25 TU. Volodymyr Zelensky réagit à la publication du rapport de l’AIEA sur la centrale nucléaire de Zaporijjia. 

La semaine dernière, une équipe de 14 membres de l'agence internationale de l’énergie atomique s'était rendue sur le site de la centrale ukrainienne. Rafael Grossi, chef de l'agence des Nations unies, avait déclaré que le site avait été endommagé lors des combats.

"Le rapport mentionne la présence de matériel militaire russe dans l'enceinte de la centrale nucléaire, la pression qui y est exercée sur nos employés, et fait clairement allusion à l'occupation militaire russe. C'est une bonne chose", a déclaré le président ukrainien lors de son message quotidien. Volodymyr Zelensky s'est montré plus dubitatif sur la proposition du rapport de créer une zone de sécurité à la centrale.
04h00 TU. Centrale nucléaire de Zaporijjia : la Russie "regrette" que le rapport de l'AIEA n'accuse pas l'Ukraine des destructions.

L'ambassadeur russe à l'ONU a regretté mardi lors d'une réunion du Conseil de sécurité que le rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) ne pointe pas la responsabilité de l'Ukraine, que Moscou accuse d'avoir bombardé la centrale nucléaire de Zaporijjia. "Nous regrettons que dans votre rapport (...) la source de ces bombardements ne soit pas nommée directement", a déclaré Vassili Nebenzia, estimant que ce rapport présenté à distance par le patron de l'AIEA devant le Conseil était une "confirmation" que la "seule menace" contre le site venait des "bombardements et des sabotages par les forces armées ukrainiennes".
 
Nous regrettons que dans votre rapport (...) la source de ces bombardements ne soit pas nommée directement.
Vassili Nebenzia, ambassadeur de la Russie à l'ONU.
02h15 TU. “Nous essayons de ne pas paniquer” 

Derrière une apparente sérénité, Natalia Sydorenko, 33 ans, reconnait "beaucoup s'inquiéter" pour ses enfants. Avec sa famille, elle vit à Pokrovské, un hameau de 24 habitants dans la région de Mykolaïv (sud), à une quinzaine de kilomètres de la ligne de front. "Nous essayons de ne pas paniquer, de les calmer". Elle aussi refuse de partir de son pays en guerre, disant avoir "travaillé dur pour construire une maison" et économiser de l'argent "pour le futur des filles".

00h17 TU. Truss et Biden s'entendent pour “que Poutine échoue en Ukraine”. 

Un entretien téléphonique a eu lieu mardi 6 septembre entre la toute nouvelle Première ministre britannique Liz Truss et le président des États-Unis Joe Biden. Les deux politiciens ont "convenus de renforcer ces liens, notamment en développant notre profonde alliance de défense par le biais de l'OTAN et de l'AUKUS". "Les dirigeants ont réaffirmé leur engagement à renforcer la liberté mondiale, à s'attaquer aux risques posés par les autocraties et à faire en sorte que Poutine échoue en Ukraine", a ajouté la porte-parole de Downing Street.