Info

DIRECT - Ukraine : les autorités ukrainiennes se préparent à une offensive à l’est

Les habitants de Borodianka, à une quarantaine de kilomètre au nord-est de Kiev, font la queue près d'une église pour recevoir de la nourriture. Beaucoup d'immeubles ont été détruits au cours des combats entre forces russes et ukrainiennes ces derniers jours. La ville n'a plus d'eau, de chauffage et d'électricité.
Les habitants de Borodianka, à une quarantaine de kilomètre au nord-est de Kiev, font la queue près d'une église pour recevoir de la nourriture. Beaucoup d'immeubles ont été détruits au cours des combats entre forces russes et ukrainiennes ces derniers jours. La ville n'a plus d'eau, de chauffage et d'électricité.
© AP Photo/Petros Giannakouris
Les habitants de Borodianka, à une quarantaine de kilomètre au nord-est de Kiev, font la queue près d'une église pour recevoir de la nourriture. Beaucoup d'immeubles ont été détruits au cours des combats entre forces russes et ukrainiennes ces derniers jours. La ville n'a plus d'eau, de chauffage et d'électricité.
Les évacuations continuent à Kramatorsk, dans l'est de l'Ukraine qui craint de nouveaux bombardements des forces russes. Une vieille dame attend ce dimanche 10 avril d'être prise en charge.

Kiev dit se préparer à livrer une "grande bataille" dans l'est de son territoire. Cette zone est désormais la cible prioritaire de Moscou, où l'évacuation des civils se poursuit dans la crainte d'une offensive imminente. En Europe, les 27 se préparent à prendre un nouveau paquet de sanctions contre Moscou. 

 

Ce qu'il faut retenir le 10 avril

- Les ministres des Affaires étrangères de l'Union Européenne discutent lundi à Luxembourg d'un 6ème paquet de sanctions contre Moscou.

- Les évacuations continuent à Kramatorsk.
L'aéroport de Dnipro à nouveau bombardé par les Russes serait complètement détruit.
- Plus de 1.200 corps ont été découverts à ce jour dans la région de Kiev révèle la procureure générale Iryna Venediktova sur la chaîne britannique Sky News.  
- L'Ukraine a ouvert 5.600 enquêtes pour crimes de guerre présumés sur son territoire depuis le début de l'invasion russe. 
- Le chancellier autrichien Nehammer rencontrera Poutine lundi à Moscou.
- Le Pape François demande une "trêve de Pâques" en Ukraine.
- Le Patriarche orthodoxe Kirill appelle à "faire corps" autour du Kremlin pour combattre les "ennemis extérieurs et intérieurs" de la Russie.
- Le couvre-feu est établi à Odessa, grand port ukrainien sur la mer Noire jusqu'à lundi matin.
- Selon le ministère britannique de la Défense, l'armée russe cherche à régénérer ses forces en rappelant des militaires qui n'étaient plus en service depuis 2012 et en recrutant des hommes dans le territoire séparatiste prorusse de Transniestrie, en Moldavie voisine.

21h02 TU. La Banque mondiale prévoit une contraction de 45,1% du PIB de l'Ukraine en 2022, de 11,2% pour la Russie.

Façade de la Banque Mondiale à Washington.
Façade de la Banque Mondiale à Washington.
© AP Photo/Andrew Harnik, File


L'économie de l'Ukraine va se contracter de 45,1% cette année en raison de la guerre menée par la Russie dont le PIB devrait lui-même s'effondrer de 11,2%, selon les dernières prévisions de la Banque mondiale.

Toute la région subit les conséquences économiques de ce conflit: l'institution table ainsi sur une contraction de 4,1% du PIB pour les pays émergents et en développement d'Europe et d'Asie centrale. La seule Europe de l'Est devrait subir une récession de 30,7%.


20h13 TU. La Slovaquie confirme des négotations pour vendre des fusils automoteurs Zuzana 2 à l'Ukraine (selon le Kiyv Independent).

Ces obusiers ont un portée de 50 kilomètres. Le ministre de la Défense slovaque Jaroslav Nad lors d'un débat télévisé a déclaré "je peux confirmer que nous sommes en négotiations avec l'Ukraine".

Un fusil autoporteur slovaque Zuzana 2.
Un fusil autoporteur slovaque Zuzana 2.
D.R.


18h00 TU. Vladimir Poutine nomme le général Alexander Dvornikov, 60 ans, à la tête des opérations en Ukraine.

Le Général Alexander Dvornikov vient d'être nommé par Vladimir Poutine à la tête des opérations en Ukraine. (Ici en mars 2016 quand il est décoré de la médaille de héros de la Russie, une des plus hautes distinctions russes)
Le Général Alexander Dvornikov vient d'être nommé par Vladimir Poutine à la tête des opérations en Ukraine. (Ici en mars 2016 quand il est décoré de la médaille de héros de la Russie, une des plus hautes distinctions russes)
© Alexei Nikolsky/Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP


Selon les services secrets américains, le général Dvornikov est connu pour des actions de brutalité contre des civils en Syrie et sur d'autres théâtres de guerre. Jusqu'à présent, la Russie n'avait pas de chef de guerre central sur le terrain.

La nomination du général a été confirmée par un haut responsable américain qui a voulu rester anonyme. Mais le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, a déclaré : "Aucune nomination de général ne peut effacer le fait que la Russie a déjà fait face à un échec stratégique en Ukraine".

Alexander Dvornikov est un officier militaire de carrière et a régulièrement gravi les échelons après avoir commencé comme commandant de peloton en 1982. Il a combattu pendant la seconde guerre en Tchétchénie et a occupé plusieurs postes de haut niveau avant d'être nommé responsable des troupes russes en Syrie en 2015. Sous son commandement, les forces russes en Syrie étaient connues pour écraser la dissidence en détruisant des villes, en effectuant des tirs d'artillerie et en lançant ce qui était souvent des bombes-barils grossièrement fabriquées lors d'attaques soutenues qui ont déplacé des millions de civils syriens. Les Nations Unies affirment que la guerre durée plus de dix ans a tué plus de 350 000 personnes en Syrie.

En 2016, le président russe Vladimir Poutine a décerné à Dvornikov la médaille du héros de la Russie, l'une des plus hautes distinctions du pays. Dvornikov est le commandant du district militaire sud depuis 2016. (Source Associated Press)


17h08 TU. Le chancellier autrichien Karl Nehammer rencontrera Vladimir Poutine à Moscou demain.

Le chancellier autrichien Nehammer à Kiev lors d'un point presse avec le président ukrainien le 9 avril.
Le chancellier autrichien Nehammer à Kiev lors d'un point presse avec le président ukrainien le 9 avril.
© AP Photo/Evgeniy Maloletka


Karl Nehammer s'était rendu à Kiev le 9 avril où il avait rencontré le président Volodymyr Zelensky. Le chancellier a réclamé plus de sanctions de la part de l'Union européenne mais défend la position de son pays qui n'est pas prêt à couper les importations de gaz russe.

16h17 TU. Alexander Lukachenko et Vladimir Poutine devraient se rencontrer le 12 avril dans la Russie extrême orientale (agence officielle russe via The Kyiv Independent).
 

Le président russe Vladimir Poutine avec le président bélarusse Alexander Lukachenko au Kremlin le 11 mars 2022.
Le président russe Vladimir Poutine avec le président bélarusse Alexander Lukachenko au Kremlin le 11 mars 2022.
© Mikhail Klimentyev, Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP


Le quotidien indépendant ukrainien The Kyiv independent cite l'agence de presse officielle russe qui annonce une rencontre entre le "dictateur Poutine" et le "dictateur Lukachenko" au Cosmodrome de Vostochny, dans le sud-est de la Sibérie, pour parler de la situation en Ukraine.
 

Capture d'écran du Kyiv Independent du 10 avril 2022.
Capture d'écran du Kyiv Independent du 10 avril 2022.


14h59 TU : l'aéroport de Dnipro complètement détruit par des frappes russes selon le gouverneur de l'Oblast de Donetsk Valenztyn Reznichenko.
 

Malheureusement, les orcs sont devenus plus fréquents aujourd'hui avec leurs attaques. Nous avons à nouveau des <em>"arrivées"</em>. À Zvonetsky, ils visaient une installation d'infrastructure. Les sauveteurs y travaillent désormais. Nous clarifions les données sur les destructions et le nombre de victimes. Et une autre attaque contre l'aéroport du Dniepr. Il n'y a plus d'espace vital de lui. L'aéroport lui-même et les infrastructures à proximité ont été détruits. Et les fusées volent et volent. Nous découvrons le nombre de victimes. Dès qu'il y aura des informations - je vous informerai. Tout sera l'Ukraine ! (traduit par Google traduction)
Malheureusement, les orcs sont devenus plus fréquents aujourd'hui avec leurs attaques. Nous avons à nouveau des "arrivées". À Zvonetsky, ils visaient une installation d'infrastructure. Les sauveteurs y travaillent désormais. Nous clarifions les données sur les destructions et le nombre de victimes. Et une autre attaque contre l'aéroport du Dniepr. Il n'y a plus d'espace vital de lui. L'aéroport lui-même et les infrastructures à proximité ont été détruits. Et les fusées volent et volent. Nous découvrons le nombre de victimes. Dès qu'il y aura des informations - je vous informerai. Tout sera l'Ukraine ! (traduit par Google traduction)

Les Orcs est le surnom que les Ukrainiens donnent aux soldats russes, un terme emprunté au Seigneur des anneaux de l'écrivain britannique Tolkien mis à l'écran par Steven Spielberg.

L'accès à l'aéroport a été interdit aux journalistes comme nous l'explique notre envoyé spécial sur place, Anthony Fouchard :

Chargement du lecteur...

"Nouvelle attaque contre l'aéroport de Dnipro. Il n'en reste plus rien. L'aéroport lui-même et les infrastructures à proximité ont été détruits. Et les missiles continuent de voler", a écrit sur Telegram Valentin Reznitchenko, le gouverneur régional.


14h20 TU. Plus de 1.200 corps découverts dans la région de Kiev selon la procureure générale d'Ukraine Iryna Venediktova. 

"A ce jour, nous avons 1.222 personnes tuées seulement pour la région de Kiev", a déclaré Iryna Venediktova qui s'exprimait en anglais sur la chaîne britannique Skynews. Elle a également fait état de 5.600 enquêtes ouvertes pour crimes de guerre présumés depuis le début de l'invasion russe le 24 février.


13h27 TU. L'inflation annuelle a atteint 12,1% en mars en Égypte, soit près du triple du taux un an plus tôt, en raison de la hausse du prix du pain et de l'huile provoquée par la guerre en Ukraine. 

Des "baladis" fraîchement sortis du four à el-Sharabia, au Caire. Depuis le début de la guerre en Ukraine, les Égyptiens font face à une hausse exponentielle des prix.
Des "baladis" fraîchement sortis du four à el-Sharabia, au Caire. Depuis le début de la guerre en Ukraine, les Égyptiens font face à une hausse exponentielle des prix.
© AP Photo/Nariman El-Mofty

"L'inflation annuelle a atteint 12,1% en mars 2022 contre 4,8% l'année dernière", a annoncé dans un communiqué l'agence nationale des statistiques (CAPMAS).

Alors que Le Caire discute avec le Fond monétaire international (FMI) un nouveau prêt, la Banque centrale a révélé le 7 avril que ses réserves de change étaient passées de 41 milliards de dollars en février à 37 milliards en mars. Elle a justifié cette fonte par des injections de devises pour "calmer les marchés" bouleversés par l'invasion russe de l'Ukraine. 

13h11 TU.  Le président Zelensky s'est entretenu au téléphone avec le chancellier Olaf Scholz. Ils ont évoqué de nouvelles sanctions contre la Russie et surtout la nécessité d'enquêter sur les crimes de guerres commis en Ukraine.
 



13h11 TU. Plus de 4,5 millions de réfugiés ukrainiens ont fui leur pays depuis l'invasion russe le 24 février, selon les chiffres du Haut commissariat aux réfugiés (HCR).

Le HCR recensait exactement 4.503.954 réfugiés ukrainiens dimanche. Ce sont 62.291 de plus que lors du précédent pointage samedi. L'Europe n'a pas connu un tel flot de réfugiés depuis la Deuxième guerre mondiale.

Quelque 90% de ceux qui ont fui l'Ukraine sont des femmes et des enfants, les autorités ukrainiennes n'autorisant pas le départ des hommes en âge de porter les armes.

Un enfant réfugié fait la queue après avoir fui la guerre depuis l'Ukraine voisine au poste frontière de Medyka, dans le sud-est de la Pologne, le dimanche 10 avril 2022. (AP Photo/Sergei Grits)
Un enfant réfugié fait la queue après avoir fui la guerre depuis l'Ukraine voisine au poste frontière de Medyka, dans le sud-est de la Pologne, le dimanche 10 avril 2022. (AP Photo/Sergei Grits)

13h03 TU. L'Ukraine ouvre 5.600 enquêtes pour crime de guerre présumés sur son territoire depuis le début de l'invasion russe.

C'est ce qu'a indiqué dimanche la procureure générale d'Ukraine Iryna Venediktova, sur la chaîne britannique Sky News.

Qualifiant le président russe Vladimir Poutine de "principal criminel de guerre du 21e siècle", la procureure générale ukrainienne a affirmé avoir identifié 5.600 cas de crimes de guerre présumés, ainsi que 500 criminels de guerre russes.

Elle a notamment cité l'attaque ayant visé la gare de Kramatorsk (est) dans laquelle 52 civils dont cinq enfants ont été tués dans une frappe attribuée à un missile russe.

13h22 TU. L'aéroport de Dnipro, à l'est de l'Ukraine, a été bombardé par les Russes et "complètement détruit".

"Nouvelle attaque contre l'aéroport de Dnipro. Il n'en reste plus rien. L'aéroport lui-même et les infrastructures à proximité ont été détruits. Et les missiles continuent de voler", a écrit sur Telegram Valentin Reznitchenko, le gouverneur régional."On est en train de déterminer le nombre de victimes". 

12h59 TU. Le Patriarche orthodoxe Kirill, l'un des piliers du régime de Vladimir Poutine, appelle à se rallier autour du pouvoir pour combattre les "ennemis extérieurs et intérieurs" de la Russie.

"Dans cette période difficile pour notre Patrie, que le Seigneur aide chacun de nous à faire corps, y compris autour du pouvoir, et qu'il aide le pouvoir à assurer sa responsabilité devant le peuple et à le servir avec humilité et bonne volonté jusqu'à lui donner sa propre vie", a déclaré Kirill lors d'une messe à Moscou.

"C'est ainsi qu'une véritable solidarité apparaîtra dans notre peuple, ainsi qu'une capacité à repousser les ennemis extérieurs et intérieurs, et à construire une vie avec plus de bien, de vérité et d'amour", a-t-il poursuivi, cité par l'agence de presse publique TASS.

Le patriarche de l'Église orthodoxe russe Kirill lâche un oiseau célébrant l'Annonciation précédant la célébration de Pâques orthodoxe, devant la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, en Russie, jeudi 7 avril 2022.<br />
AP Photo/Alexander Zemlianichenko
Le patriarche de l'Église orthodoxe russe Kirill lâche un oiseau célébrant l'Annonciation précédant la célébration de Pâques orthodoxe, devant la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, en Russie, jeudi 7 avril 2022.
AP Photo/Alexander Zemlianichenko

12h49 TU. Le chef de la diplomatie ukrainien Dmytro Kouleba appelle les scientifiques à étudier les effets de la propagande russe. Selon lui, elle a préparé le terrain pour les atrocités de Boutcha.

"Boucha ne s'est pas fait en un jour. Pendant de nombreuses années, les élites politiques et la propagande russes ont incité à la haine, déshumanisé les Ukrainiens, nourri la supériorité russe et préparé le terrain pour ces atrocités", a écrit M. Kouleba sur Twitter. 

"J'encourage les chercheurs du monde entier à examiner ce qui a conduit à Boutcha", a-t-il poursuivi. 

11h58 TU. Découverte de deux corps  dans une bouche d'égout d'une station-service sur une autoroute à l'extérieur de Kiev.

Ils ont été trouvés près de la localité de Bouzova qui a été sous occupation russe.

Les victimes semblaient être habillées en civil, mais selon les habitants elles pouvaient faire partie de la défense territoriale.

11h08 TU. Le pape François appelle à une "trêve de Pâques" en Ukraine "pour arriver à la paix à travers de vértiables négociations".

"Que débute une trêve de Pâques, mais pas pour recharger les armes et reprendre le combat. Non. Une trêve pour arriver à la paix  à travers de véritables négociations", a-t-il déclaré après avoir célébré en public la messe des Rameaux place Saint-Pierre.

10h10 TU. Les ministres des Affaires étrangères de l'UE discutent demain à Luxembourg d'un 6e paquet de sanctions contre Moscou.

L'arrêt des achats de pétrole et de gaz pour cesser de financer l'effort de guerre russe divise les 27.

"Nous venons d'imposer de lourdes sanctions à la Russie et nous sommes en train de préparer une sixième vague", a annoncé vendredi la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, lors de sa visite à Kiev avec le chef de la diplomatie Josep Borrell. 

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky ne cesse de demander à tous ses interlocuteurs européens "l'adoption de sanctions puissantes". Il réclame un arrêt des achats de pétrole et de gaz et la fourniture d'armes lourdes pour résister à l'offensive annoncée dans la région du Donbass (est).

Josep Borrell a annoncé son intention de lancer lundi la discussion sur un embargo pétrolier, "mais une proposition formelle n'est pas sur la table", a reconnu vendredi un haut fonctionnaire européen.

"L'unanimité est nécessaire pour l'adoption des sanctions. Or on voit bien les dépendances vis-à-vis de la Russie dans plusieurs Etats membres", a-t-il souligné.

(Re)lire : Guerre en Ukraine : quelles conséquences d’une coupure du gaz russe en Europe ?

07h30 TU. En Grèce, les ONG dénoncent la "claire séparation" entre les réfugiés ukrainiens "accueillis à bras ouverts" et les autres demandeurs d'asiles fuyant guerres et misère.

L'arrivée des milliers de réfugiés ukrainiens dévoile le double langage de la politique migratoire grecque, dénoncent les ONG.

Deux jours après l'invasion russe en Ukraine, le ton est donné quand le ministre grec des Migrations Notis Mitarachi qualifie les Ukrainiens de "vrais réfugiés", suscitant l'ire des ONG de défense des droits de l'homme.

Quinze jours plus tard, le même ministre conservateur annonce que "la Grèce a les bras ouverts pour accueillir les Ukrainiens déplacés" et présente une série d'"initiatives" qui leur sont offertes, dont un site internet pour les "aider à trouver du travail".

Un langage en contraste saisissant avec la politique migratoire dissuasive que mène le gouvernement conservateur grec, soucieux de "réduire les flux" migratoires, mais aussi avec les conditions d'accueil des 32.600 demandeurs d'asile, en majorité afghans, séjournant dans les camps grecs.

(Re)voir : Amnesty International dénonce la politique d'accueil des migrants en France

10 septembre 2020. Des réfugiés et des migrants dorment dans une rue près du camp de Moria, suite à un incendie, sur l'île de Lesbos, en Grèce. L'incendie a laissé environ 12 000 personnes dans le besoin d'un logement d'urgence à l'approche de l'hiver. Les dirigeants européens ont alors juré que ces installations sordides appartiendraient au passé. Mais les agences d'aide affirment qu'un an plus tard, les conditions des demandeurs d'asile dans les îles grecques orientales se sont à peine améliorées.<br />
AP Photo/Petros Giannakouris
10 septembre 2020. Des réfugiés et des migrants dorment dans une rue près du camp de Moria, suite à un incendie, sur l'île de Lesbos, en Grèce. L'incendie a laissé environ 12 000 personnes dans le besoin d'un logement d'urgence à l'approche de l'hiver. Les dirigeants européens ont alors juré que ces installations sordides appartiendraient au passé. Mais les agences d'aide affirment qu'un an plus tard, les conditions des demandeurs d'asile dans les îles grecques orientales se sont à peine améliorées.
AP Photo/Petros Giannakouris

06h41 TU. La Finlande s'interroge sur son adhésion à l'OTAN.

Impensable il y a encore deux mois avant l'invasion de l'Ukraine, désormais possible et même probable : la Finlande entre cette semaine dans la phase décisive sur son éventuelle candidature à l'Otan, avec un choix final attendu d'ici fin juin. Un "livre blanc" sur la sécurité du pays doit être publié - vraisemblablement jeudi - par le gouvernement du pays nordique, pour tirer les conséquences du nouveau visage du voisin russe.

06h00 TU. Les animaux de compagnie souffrent aussi de la guerre.

Stress, déshydratation, blessures, puces et vers... Chiens, chats, rongeurs, perroquets, furets et autres reptiles portent aussi les stigmates de la guerre déclenchée par la Russie le 24 février. "Certains ont connu les sons et les odeurs de la guerre et leurs propriétaires nous disent que maintenant, dès qu'il y a du bruit, ils réagissent", relate Jennifer Gardner, responsable de programme de l'Ifaw, le Fonds international pour la protection des animaux.


05h45 TU. Volodomyr Zelensky veut réformer l'ONU. 

Le débat sur une réforme de l'ONU et singulièrement de son Conseil de sécurité."Ni les Nations unies, ni le Conseil de sécurité n'ont fonctionné. Des réformes sont requises", a réclamé fin mars le président ukrainien Volodymyr Zelensky au Parlement japonais. "Nous devons développer un nouvel outil préemptif qui puisse réellement arrêter les invasions", a-t-il plaidé, une supplique répétée dans plusieurs pays et encore le 5 avril devant le premier concerné : le Conseil de sécurité.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky examine le site d'une récente bataille à Boutcha, près de Kiev, en Ukraine, le lundi 4 avril 2022.
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky examine le site d'une récente bataille à Boutcha, près de Kiev, en Ukraine, le lundi 4 avril 2022.
© AP Photo/Efrem Lukatsky

04h46 TU. L'Allemagne redoute une importation du conflit ukrainien sur son territoire.

De magasins russes barbouillés de peinture aux injures dans la rue, les agressions envers la communauté russe en Allemagne se multiplient depuis l'invasion de l'Ukraine, faisant redouter aux autorités une importation du conflit sur leur territoire. Pour s'y opposer, des manifestations sous forme de cortège de voitures "contre la russophobie" arborant des drapeaux russes s'organisent dans le pays, qui abrite la plus importante diaspora de l'Union européenne, créant la polémique pour leur manque de distanciation face à l'agression militaire russe.

04h00 TU. L'Ukraine échange 26 prisonniers avec la Russie.

L'Ukraine a annoncé samedi avoir procédé à un nouvel échange de prisonniers avec la Russie depuis le début de l'invasion russe, permettant la libération de 12 soldats et 14 civils ukrainiens. "Douze de nos militaires, dont une femme officier, rentrent chez eux. Nous avons également permis la libération de 14 civils, dont neuf femmes, soit au total 26 personnes", a écrit sur Telegram la vice-Première ministre ukrainienne, Iryna Verechtchouk. Elle n'a pas précisé le nombre de Russes échangés contre ces Ukrainiens.

(Re)lire : L'Ukraine prête pour la "grande bataille" dans l'est, les évacuations se poursuivent


03h00 TU. La Corée du Nord taxe le président américain Joe Biden de "vieil homme d'âge sénile" et de "faible".

Le dirigeant de la Corée du Nord Kim Jong-un.<br />
AP Photo/Wong Maye-E
Le dirigeant de la Corée du Nord Kim Jong-un.
AP Photo/Wong Maye-E

Kim Jong Un s'est lancé dans une violente diatribe contre le président Biden pour avoir accusé son homologue russe Vladimir Poutine de crimes de guerre en Ukraine. Le dirigeant nord-coréen a surtout critiqué le fait que le président des États-Unis ait affirmé que Vladimir Poutine "ne peut pas rester au pouvoir".

"Des remarques aussi irresponsables ne peuvent être faites que par le descendant des Yankees, passé maître dans l'agression et le complot",  a affirmé l'agence de presse officielle nord-coréenne KCNA dans un commentaire publié samedi.

"On pourrait arriver à la conclusion qu'il y a un problème avec ses facultés intellectuelles, et que ses remarques irresponsables ne sont que la preuve de l'imprudence d'un vieil homme d'âge sénile", a poursuivi KCNA.

L'ex-président américain Donald Trump a quant a lui été qualifié de "gâteux" et de "mentalement dérangé".

03h00 TU. Couvre-feu à Odessa.

Un couvre-feu est en vigueur depuis samedi soir et jusqu'à lundi matin à Odessa, le grand port ukrainien sur la mer Noire, face à la "menace" de frappes de missiles, selon les autorités locales.

Gare d'Odessa, 8 avril 2022. Séparation d'une famille qui part se réfugier en Pologne, tandis que le père, Ruslan Mishanin, reste combattre en Ukraine. 
Gare d'Odessa, 8 avril 2022. Séparation d'une famille qui part se réfugier en Pologne, tandis que le père, Ruslan Mishanin, reste combattre en Ukraine. 
© Petros Giannakouris / ASSOCIATED PRESS

02h30 TU. L’est du pays se vide. 

Les autorités ukrainiennes annoncent que près de 200 personnes ont pu quitter la ville portuaire assiégée de Marioupol (sud)et plus d'un millier ont fui Melitopol, Lysychansk, Severodonetsk, Roubijne, Kreminna et Popasna dans la région de Lougansk.

02h00 TU. Poursuite de l’évacuation des civils de Kramatorsk.

Deux jours après le massacre de la gare de Kramatorsk (est), où 52 civils, dont cinq enfants, qui se préparaient à fuir ont été tués dans une frappe attribuée à un missile russe, l'évacuation de la population se poursuivait. Dimanche, la vice-Première ministre ukrainienne, Iryna Verechtchouk, a par ailleurs indiqué que 4.532 civils avaient pu être évacués.

01h30 TU. Boris Johnson à Kiev 

Le Premier ministre britannique, qui a marché samedi dans les rues de Kiev au côté de de Volodymyr Zelensky à l'occasion d'une visite surprise, s'est engagé à fournir à l'Ukraine des véhicules blindés et des missiles antinavires. Il a rendu hommage à l'armée ukrainienne pour "le plus grand fait d'armes du 21e siècle" qui a permis de défendre Kiev et de mettre en échec "les desseins monstrueux de Poutine", selon un communiqué de Downing Street.

01h00 TU. L'Ukraine se prépare à un nouveau durcissement de l'offensive russe.

"L'Ukraine est prête pour les grandes batailles. L'Ukraine doit les gagner, y compris dans le Donbass", région de l'est du pays, a affirmé le conseiller présidentiel ukrainien Mykhaïlo Podoliak, cité par l'agence de presse Interfax-Ukraine. Plus tôt dans la journée, le président Volodymyr Zelensky, avait souligné lors d'une conférence de presse avec le chancelier autrichien Karl Nehammer, qui s'est rendu à Kiev : "Nous sommes prêts à nous battre, et à chercher parallèlement des voies diplomatiques pour arrêter cette guerre".

(Re)lire : Boris Johnson à Kiev, l'Ukraine se prépare à l'offensive russe dans l'Est

00h30 TU. Londres va renforcer son appui militaire à l’Ukraine. 

En déplacement à Kiev, le Premier ministre britannique Boris Johnson a promis des blindés à l'Ukraine, au lendemain d'un bombardement sanglant sur des civils.

 "Nous sommes prêts à nous battre, et à chercher parallèlement des voies diplomatiques pour arrêter cette guerreVolodymyr Zelensky, président de l’Ukraine

00h00 TU.  Une collecte internationale pour aider l’Ukraine.

Une collecte internationale de fonds a permis de réunir 10,1 milliards d'euros destinés à soutenir l'Ukraine envahie par l'armée russe, a annoncé samedi à Varsovie la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.