Info

DIRECT-Ukraine : Les dirigeants du G7 réunis en Allemagne veulent bannir les importations d'or russe

Le président américain Joe Biden en Bavière, le 25 juin. L'Ukraine sera au coeur des discussions du G7.
Le président américain Joe Biden en Bavière, le 25 juin. L'Ukraine sera au coeur des discussions du G7.
AP Photo/Markus Schreiber

Les dirigeants du G7 se retrouvent ce dimanche dans le sud de l’Allemagne. La poursuite du soutien à l’Ukraine, où l’offensive russe entre dans son cinquième mois, est au coeur de cette réunion. Les grandes puissances du G7 ont annoncé, au premier jour de ce sommet, leur intention de bannir les importations d'or russe. Plusieurs explosions ont retenti ce matin à Kiev, la capitale de l'Ukraine, quelques heures avant l'ouverture de ce sommet du G7.  L'Ukraine a réclamé ce dimanche aux occidentaux plus d'armes et de sanctions contre Moscou.
 

Ce qu'il faut retenir de ce dimanche 26 juin 

  • Nouvelles frappes russes sur Kiev, le maire dénonce une "tentative d'intimidation". 
  • Moscou dit avoir frappé un centre d'entraînement militaire près de la frontière polonaise.
  • Réunis en Allemagne, les dirigeants du G7 veulent bannir les importations d'or russe.
  • Les forces russes se sont emparées totalement de la ville stratégique de Severodonetsk et ont pénétré dans celle voisine de Lyssytchansk, samedi.
  • L’Ukraine demande à ses alliés de renforcer sa puissance de feu
  • Le président russe Vladimir Poutine a annoncé que son pays allait "dans les prochains mois" livrer au Bélarus, d'où des frappes ont été effectuées contre le territoire ukrainien, des missiles capables de transporter des charges nucléaires.

14h45 TU. Nouvelles frappes russes sur Kiev, le maire dénonce une "tentative d'intimidation".

Kiev a été visée par de nouvelles frappes russes qui ont fait au moins un mort et quatre blessés, dans un quartier déjà touché ces dernières semaines, au jour de l'ouverture d'un sommet du G7 en Bavière.  Quatre missiles ont frappé le quartier à partir de 06H30 (03H30 GMT).

Selon un nouveau bilan fourni dimanche 26 juin dans l'après-midi par le maire de Kiev, Vitaly Klitschko, "un corps a été retrouvé, six habitants ont été blessés dont quatre ont été hospitalisés, parmi lesquels une fille de sept ans"

Le quartier abrite une usine d'armement, dénommée Artem. Fondée à la fin du XIXe siècle, elle produit notamment des roquettes air-air et anti-char et des missiles de gros calibre, selon un site militaire spécialisé ukrainien.

Le ministère russe de la Défense a confirmé en fin de journée que cette usine "était la cible" et qu'un missile russe avait "précisément touché (ses) ateliers". Il a affirmé que les dégâts causés à l'immeuble résidentiel voisin étaient dus à un missile ukrainien de défense antiaérienne. 

Vitaly Klitschko a accusé les Russes de vouloir "intimider les Ukrainiens (...) à l'approche du sommet de l'Otan" et de celui du G7, les deux événements s'enchaînant en Bavière puis en Espagne à partir de ce dimanche et jusqu'à jeudi.

Un peu plus tard, il a appelé les habitants de la capitale - nombreux à ne pas obéir aux alertes quasi-quotidiennes les enjoignant à chercher un abri - à la vigilance. 

L'ennemi "essaye de nous intimider, de semer la panique et le désespoir. Restons vigilants ! Respectons les règles de sécurité de base qui pourront nous sauver la vie. Dès que vous entendez le signal d'alerte, descendez dans les abris, ne négligez pas votre sécurité", a-t-il souligné.


13h31 TU. Le G7 s'amuse... sur le dos de Vladimir Poutine.

Les grands dirigeants mondiaux se sont amusés à ironiser sur l'image virile volontiers affichée par le président russe Vladimir Poutine en se demandant s'ils pouvaient ôter leur veste --voire davantage-- à l'ouverture du sommet du G7 en Allemagne.

"On garde les vestes? On les enlève?", interroge le Premier ministre britannique Boris Johnson en s'asseyant à la table de travail au château d'Elmau en Allemagne où le chancelier Olaf Scholz accueille jusqu'à mardi les dirigeants des Etats-Unis, du Canada, de Grande-Bretagne, d'Allemagne, de France, d'Italie, du Japon et de l'Union européenne.

Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, suggère alors d'attendre la photo officielle pour tomber la veste mais Boris Johnson lance: "nous devons montrer que nous sommes plus forts que Poutine". Et la boutade en inspire d'autres.

"Nous allons avoir droit à la démonstration d'équitation torse nu", renchérit Justin Trudeau, se référant à une fameuse scéance photo de Vladimir Poutine à cheval torse nu en 2009.

"L'équitation, c'est ce qu'il y a de mieux", réplique sobrement Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne --seule femme de cette réunion-- sans apparemment se prononcer sur la question de l'habillement elle-même. 

"Nous devons leur montrer nos pectoraux", insiste Boris Johnson.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, au centre, flanqué du chancelier allemand Olaf Scholz, à gauche, et le Premier ministre italien Mario Draghi, à droite, sont entourés de personnes après une photo de famille avec les dirigeants du G7 lors du sommet du G7 à Elmau, en Allemagne, le dimanche 26 juin. , 2022.
Le Premier ministre britannique Boris Johnson, au centre, flanqué du chancelier allemand Olaf Scholz, à gauche, et le Premier ministre italien Mario Draghi, à droite, sont entourés de personnes après une photo de famille avec les dirigeants du G7 lors du sommet du G7 à Elmau, en Allemagne, le dimanche 26 juin. , 2022.
(AP Photo/Susan Walsh, piscine)

C'est finalement en costume, ayant simplement tombé les cravates, que les sept dirigeants ont pris place sur le podium pour la traditionnelle photo de famille.


10h50 TU. Les frappes sur Kiev relèvent de la "barbarie", juge Joe Biden.

Le président américain Joe Biden a jugé dimanche en Allemagne que les nouveaux bombardements sur un quartier de Kiev, proche d'une usine d'armement déjà touché ces dernières semaines, relevaient de la "barbarie".

"C'est encore leur barbarie", a-t-il dit, en faisant référence aux Russes, alors qu'il participe jusqu'à mardi au sommet du G7 à Elmau, dans les Alpes bavaroises.

(Re)voir Ukraine : Kiev à nouveau bombardée

Chargement du lecteur...

10h30 TU. Moscou dit avoir frappé un centre d'entraînement militaire près de la frontière polonaise.

La Russie a déclaré dimanche avoir frappé trois centres d'entraînement militaires dans le nord et l'ouest de l'Ukraine, dont un situé à proximité de la frontière polonaise. Ces frappes interviennent quelques jours avant un sommet de l'Otan dont Varsovie est membre.

Ces bombardements ont été effectués avec des "armes de haute précision des forces aérospatiales russes et des missiles (de croisière) Kalibr", a indiqué le ministère russe de la Défense dans un communiqué. Parmi les cibles visées figure un centre d'entraînement militaire des forces ukrainiennes dans le district de Starytchi, dans la région de Lviv, à une trentaine de kilomètres de la frontière polonaise.

Après ces frappes, plusieurs brigades ukrainiennes "ont entièrement perdu leurs capacités de combat" et les "plans visant à les déployer dans des zones de combat ont été contrecarrés", a affirmé Igor Konachenkov, le porte-parole du ministère russe de la Défense.

10h15 TU. Boris Johnson met Emmanuel Macron en garde contre "toute tentative" d'une solution négociée maintenant.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a mis en garde dimanche le président français Emmanuel Macron contre la tentation d'une solution négociée "maintenant" en Ukraine au risque de prolonger "l'instabilité mondiale", a indiqué Downing Street.

Lors d'une rencontre en marge d'un sommet du G7 en Allemagne, les deux dirigeants "ont convenu qu'il s'agissait d'un moment critique pour l'évolution du conflit et qu'il était possible de renverser le cours de la guerre", a indiqué un porte-parole du gouvernement britannique. "Le Premier ministre a souligné que toute tentative de régler le conflit maintenant ne ferait que causer une instabilité durable et donner à Poutine le droit de manipuler les pays souverains et les marchés internationaux à perpétuité", a-t-il ajouté.

Contrairement à Emmanuel Macron, Boris Johnson refuse tout dialogue avec le président russe Vladimir Poutine, qu'il a qualifié de "dictateur".

09h15 TU. L'Ukraine demande plus d'armes.

L'Ukraine a réclamé ce dimanche plus d'armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière. Une frappe russe plus tôt dans la matinée a visé un complexe résidentiel proche du centre de Kiev.

"Le sommet du G7 doit répondre par plus de sanctions contre la Russie et plus d'armes lourdes pour l'Ukraine", a exhorté sur Twitter Dmytro Kouleba, le chef de la diplomatie ukrainienne. Il a appelé à "vaincre l'impérialisme malade" russe.

09H10 TU. Le G7 et OTAN doivent "rester ensemble" contre l'agression russe de l'Ukraine, déclare Joe Biden.

Le G7 et l'Otan doivent "rester ensemble" contre l'agression russe de l'Ukraine, a déclaré Joe Biden avant un entretien avec le chancelier allemand Olaf Scholz.

Le président russe Vladimir Poutine espérait "que, d'une manière ou d'une autre, l'Otan et le G7 se divisent", a déclaré M. Biden. "Mais nous ne l'avons pas fait et nous ne le ferons pas".

08H30 TU: Le G7 veut bannir l'or russe

Les grandes puissances du G7 ont annoncé ce dimanche, au premier jour de leur sommet, leur intention de bannir les importations d'or russe, coupées du crucial marché londonien. Elles cherchent à intensifier la pression sur Moscou après quatre mois d'invasion de l'Ukraine. "Ensemble, le G7 va annoncer que nous allons interdire l'or russe, une source d'exportation majeure, ce qui privera la Russie de milliards de dollars", a tweeté le président américain Joe Biden.

Les dirigeants de France, des Etats-Unis, du Royaume-Uni, d'Allemagne, d'Italie, du Canada et du Japon se retrouvent pour trois jours dans un château de Bavière, dans le sud de l'Allemagne.

(Re) lire: Comment le G7 veut bannir l'or russe

07:00 TU: Le Royaume-Uni a imposé les sanctions les plus dures au sein du camp occidental contre la Russie

"Nous devons assécher les financements du régime de Poutine. C'est ce que nous faisons avec nos alliés", a déclaré le Premier ministre britannique Boris Johnson,  cité dans un communiqué. Londres, Washington, Ottawa et Tokyo viennent d'interdire les importations d'or russe, ce dimanche. La Russie est un important pays producteur d'or dont les exportations ont représenté près de 15 milliards d'euros en 2021, selon Downing Street.

Bannir l'or sur les marchés londoniens, un important centre financier pour les échanges de matières premières, va donc avoir "un impact énorme sur la capacité de Poutine de lever des fonds", a insisté le gouvernement britannique.

Le Royaume-Uni a imposé parmi les sanctions les plus dures au sein du camp occidental contre la Russie depuis le début de l'invasion de l'Ukraine, il y a quatre mois. ces sanctions visent le secteur financier, le pétrole, des dizaines d'oligarques, représentant au total plus de 100 entités et 1.000 personnes.


(Re) voir: En Ukraine, les journalistes sont-ils une cible ?

Chargement du lecteur...

06h45 TU: Londres, Washington, Ottawa et Tokyo interdisent les importations d'or russe

Le Royaume-Uni, les Etats-Unis, le Canada et le Japon vont interdire les importations d'or russe. Ils prennent ainsi de nouvelles sanctions en réponse à l'invasion de l'Ukraine, a annoncé dimanche Downing Street au premier jour d'un sommet du G7.

"Ces mesures frapperont directement les oligarques russes et s'attaqueront au cœur de la machine de guerre de Poutine", a déclaré le Premier ministre britannique. Boris Johnson retrouve pour trois jours les dirigeants des grandes puissances industrialisées en Allemagne.

06h17: Frappe russe: "intimider les Ukrainiens" à l'approche du sommet de l'Otan, selon le maire de Kiev

Une frappe russe tôt dimanche matin sur Kiev avait pour objectif d'"intimider les Ukrainiens" à l'approche du sommet de l'Otan du 28 au 30 juin à Madrid, a estimé le maire de la capitale ukrainienne, Vitaly Klitschko.

Il s'agit "d'intimider les Ukrainiens (...) à l'approche du sommet de l'Otan", a déclaré M. Klitschko qui s'est rendu sur le lieu de l'explosion, quelques jours avant le sommet de l'Alliance atlantique honnie par la Russie

05h10 TU: Poutine joue avec la peur nucléaire

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé que son pays allait "dans les prochains mois" livrer au Bélarus, d'où des frappes ont été effectuées contre le territoire ukrainien, des missiles capables de transporter des charges nucléaires. Il s'agit d'Iskander-M, a précisé le chef de l'Etat russe au début d'un entretien avec son homologue bélarusse Alexandre Loukachenko à Saint-Pétersbourg, dans le nord-ouest de la Russie.

Dans des déclarations qui risquent de tendre davantage encore les rapports entre Moscou et les Occidentaux, les deux dirigeants ont aussi dit vouloir moderniser l'aviation du Bélarus pour la rendre capable de transporter des armes nucléaires.

05h00 TU: Le conflit en Ukraine au menu des discussions du G7 en Bavière

Les dirigeants des pays du G7 se réunissent dans les montagnes du sud de l’Allemagne à partir de dimanche, au chevet d’un monde en crise, de la guerre en Ukraine à la sécurité alimentaire en passant par le climat. La poursuite du soutien à l’Ukraine, où l’offensive russe entre dans son cinquième mois, sera au coeur de cette réunion puis du sommet de l’Otan, qui se tiendra sur deux jours, à Madrid, à partir du 28 juin. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky interviendra lundi en visioconférence. Il devrait de nouveau demander l’envoi d'armes lourde au pays.

Les leaders des grandes puissances, dont le président américain Joe Biden, ont rendez-vous ce dimanche matin dans les Alpes bavaroises, pour le sommet annuel du club des sept pays industrialisés  comprenant Allemagne, Canada, France, Italie, Japon, Royaume-Uni et Etats-Unis.

Le sommet du G7 devrait déboucher sur "un ensemble de propositions concrètes pour augmenter la pression sur la Russie et montrer notre soutien collectif à l’Ukraine", a ainsi affirmé une source de la Maison Blanche.

(Re) voir: Ukraine : dans les mines du Donbass

Chargement du lecteur...

05h55 TU: quatre explosions entendues à Kiev

Quatre explosions ont été entendues à Kiev tôt dimanche matin, un complexe résidentiel proche du centre-ville a été touché provoquant un incendie et le dégagement d'un important nuage de fumée grise, ont constaté des journalistes de l'AFP. Les déflagrations se sont produites vers 06H30 (03H30 GMT), aucune information sur d'éventuelles victimes n'était disponible dans l'immédiat.

Bonjour. Et bienvenue dans ce direct consacré à la guerre en Ukraine.