Info

DIRECT-Ukraine : L'Italie place sous tutelle une raffinerie du russe Loukoïl jugée stratégique

Les locaux du pétrolier russe Lukoil à Sofia, en Bulgarie, le 27 juillet 2011.
Les locaux du pétrolier russe Lukoil à Sofia, en Bulgarie, le 27 juillet 2011.
AP/Valentina Petrova

Le gouvernement italien dirigé par Giorgia Meloni place sous "administration provisoire" de l'État une raffinerie du géant pétrolier russe Loukoïl située à Priolo en Sicile, afin de garantir la continuité de l'approvisionnement énergétique national. Le gouvernement serbe a nommé Aleksandar Vulin, un pro-russe proche du président Aleksandar Vucic, à la tête des services de renseignement serbes.

21h30 TU. L'Italie place sous tutelle une raffinerie du russe Loukoïl jugée stratégique

Le gouvernement italien dirigé par Giorgia Meloni place sous "administration provisoire" de l'État une raffinerie du géant pétrolier russe Loukoïl située à Priolo en Sicile, afin d'éviter sa fermeture et garantir la continuité de l'approvisionnement énergétique national.

La Première ministre Giorgia Meloni lors d'une conférence de presse à Rome, le 22 novembre 2022.
La Première ministre Giorgia Meloni lors d'une conférence de presse à Rome, le 22 novembre 2022.
AP/Gregorio Borgia

La raffinerie ISAB contrôlée par Loukoïl, l'une des plus grandes en Europe, risquait de devoir arrêter sa production en raison de l'entrée en vigueur le 5 décembre de l'embargo de l'Union européenne sur l'importation de pétrole brut russe par voie maritime.

En mettant sous tutelle la raffinerie, Rome suit l'exemple de Berlin qui avait pris en septembre le contrôle des activités en Allemagne du groupe pétrolier russe Rosneft, qui y gère de nombreuses raffineries.

18h04 TU. Plus de 1 300 prisonniers libérés depuis le début de la guerre, selon le président ukrainien 

Plus de 1 300 prisonniers ukrainiens ont été libérés lors d'échanges avec la Russie depuis le début de la guerre en février, a annoncé le président Volodymyr Zelensky après un nouvel échange entre Kiev et Moscou.

"Nous ne nous arrêterons pas tant que nous ne (les) aurons pas tous récupérés. Après l'échange d'aujourd'hui, ce sont déjà 1.319 héros qui sont rentrés chez eux", s'est félicité le président ukrainien sur Telegram.

Le président ukrainien est à Kherson, ville libérée par l'armée de Kiev. Ukraine, 14 novembre 2022.
Le président ukrainien est à Kherson, ville libérée par l'armée de Kiev. Ukraine, 14 novembre 2022.
AP/Roman Hrytsyna

Selon son chef de cabinet, Andriï Iermak, "50 défenseurs de l'Ukraine ont été libérés", dont des "défenseurs de Marioupol et d'Azovstal", l'aciérie de cette ville portuaire du sud de l'Ukraine pilonnée au printemps par l'armée russe avant de tomber.

Andriï Iermak a précisé que "des prisonniers qui se trouvaient à Olenivka", une prison contrôlée par la Russie dans l'est de l'Ukraine, avaient été également libérés.

16h51 TU.  Un pro-russe nommé à la tête du renseignement serbe

Le gouvernement serbe a nommé Aleksandar Vulin, un pro-russe proche du président Aleksandar Vucic, à la tête des services de renseignement serbes (BIA), a annoncé la télévision d'Etat (RTS).

Aleksandar Vulin, 50 ans, ancien ministre de la Défense et de l'Intérieur est connu pour ses déclarations nationalistes qui ont souvent causé des froissements diplomatiques avec les pays voisins de la Serbie.

Il est aussi un des rares responsables étrangers européens à s'être rendu à Moscou après le début de l'invasion russe de l'Ukraine.

Le nouveau chef du renseignement russe Aleksandar Vulin à Belgrade, en Serbie, le 8 octobre 2022.
Le nouveau chef du renseignement russe Aleksandar Vulin à Belgrade, en Serbie, le 8 octobre 2022.
AP Photo/Darko Vojinovic

Il avait rencontré en août dernier le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et lui avait répété que Belgrade n'introduirait pas de sanctions contre la Russie. Avant son déplacement à Moscou, il avait déclaré que la Serbie "ne ferait pas partie de l'hystérie anti-russe".

15h42 TU. Selon la diplomatie européenne, la Russie doit payer pour la reconstruction de l'Ukraine 

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a annoncé qu'il allait étudier avec ses partenaires de l'OSCE, dont la réunion s'est ouverte à Lodz en Pologne, "toutes les possibilités légales" destinées à contraindre la Russie à payer pour la destruction de Ukraine.

"Nous avons saisi près de 20 milliards d'euros auprès d'oligarques et de personnes soutenant la Russie et nous contrôlons environ 300 milliards de ressources financières de la banque centrale russe", a-t-il dit.

"Cet argent doit être utilisé pour la reconstruction de l'Ukraine", a-t-il insisté au cours de cette réunion ministérielle de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

Le haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borell, devant la presse, à New York, aux Etats-Unis, le 20 septembre 2021.
Le haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borell, devant la presse, à New York, aux Etats-Unis, le 20 septembre 2021.
© AP Photo/Brittainy Newman

14h35 TU. Macron confirme qu'il parlera dans les prochains jours avec Poutine​

Le président français Emmanuel Macron, en visite d'Etat à Washington, confirme qu'il s'entretiendra dans les prochains jours avec son homologue russe Vladimir Poutine, dans une interview à la télévision américaine. 

"Je voulais d'abord faire la visite d'État et avoir une discussion poussée avec le président Biden et nos équipes ensemble", a expliqué Emmanuel Macron sur la chaîne ABC, indiquant qu'il parlerait au président russe "dans les prochains jours". 

Le président Joe Biden et la Première dame Jill Biden accueille le président français  Emmanuel Macron et sa femme Brigitte Macron à Washington, le 1er décembre 2022.
Le président Joe Biden et la Première dame Jill Biden accueille le président français  Emmanuel Macron et sa femme Brigitte Macron à Washington, le 1er décembre 2022.
AP/Andrew Harnik

Parmi les nombreux sujets évoqués lors de cette visite d'État à Washington, Joe Biden et Emmanuel Macron voudront certainement afficher leur entente sur la réponse à apporter à l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Le chef d'État français a appelé à "une paix durable" pour mettre fin à ce conflit.

13H18 TU. Kiev limoge le nouveau directeur ukrainien de la centrale de Zaporijjia, nommé la veille par Moscou et l'accuse d'être un "traître"  

L'opérateur nucléaire ukrainien Energoatom a annoncé limoger le nouveau directeur ukrainien de la centrale de Zaporijjia, nommé la veille par la Russie qui s'est appropriée le site, tout en appelant une nouvelle fois les employés à ne pas collaborer avec Moscou.

Iouriï Tchernitchouk, qui travaillait déjà dans la centrale, avait annoncé dans un communiqué "accepter" la proposition russe de diriger ce site nucléaire.

Un soldat russe patrouille devant la centrale de Zaporijjia, en mai 2022. AP/ Alexander Zemlianichenko. 
Un soldat russe patrouille devant la centrale de Zaporijjia, en mai 2022. AP/ Alexander Zemlianichenko. 

12h28 TU. Kiev appelle les Occidentaux à sanctionner l'industrie russe de production de missiles (diplomatie)

Le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kouleba, a appelé les Occidentaux à sanctionner l'industrie russe de production de missiles, à la suite des frappes massives qui ont infligé de lourds dommages aux infrastructures énergétiques en Ukraine.

Après avoir essuyé des défaites militaires humiliantes sur le terrain, la Russie a commencé en octobre à viser des installations énergétiques ukrainiennes, entraînant de graves coupures d'électricité qui affectent des millions d'Ukrainiens chaque jour. 

11H26 TU. Génocide par la faim en Ukraine : Moscou accuse Berlin de "diaboliser" la Russie

La Russie a accusé Berlin de chercher à la "diaboliser" après que les députés allemands ont voté une résolution qualifiant de "génocide" la famine orchestrée par Staline qui a fait des millions de morts en Ukraine dans les années 1930.

En 1932 et 1933, environ 3,5 millions d'Ukrainiens ont péri du fait de l'"Holodomor", un terme qui signifie, en ukrainien, l'extermination par la faim. Les récoltes étaient alors confisquées par le régime stalinien au nom de la collectivisation des terres.

A re(voir) : Ukraine : il y a 90 ans l'Holodomor

Chargement du lecteur...

10H32 TU. 7,5 milliards d'avoirs russes gelés en Suisse

Le montant des avoirs russes gelés en Suisse suite aux sanctions prises contre Moscou après son invasion de l'Ukraine s'éleve à 7,5 milliards de francs suisses (7,6 milliards d'euros) au 25 novembre,  selon le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco). Soit presque un milliard de francs suisses de plus que le montant qui avait été rendu public par le Seco en juillet.

10H26 TU. Un tribunal sur l'intervention russe en Ukraine n'aurait "aucune légitimité" (Kremlin)

Le Kremlin affirme que la création d'un tribunal pour juger les actions de Moscou en Ukraine, notamment de possibles crimes de guerre, n'aurait "aucune légitimité", Bruxelles s'étant déclaré la veille favorable à un tel projet.

"En ce qui concerne ces tentatives de créer des tribunaux, elles n'auront aucune légitimité, nous ne les accepterons pas et nous les condamnerons", selon le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

10H01 TU. Sergueï Lavrov dénonce les propos du pape sur les minorités ethniques en Russie

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a dénoncé jeudi des propos "pas chrétiens" du pape François, après que ce dernier eut qualifié de "cruels" les soldats russes issus de certaines minorités ethniques et combattant en Ukraine.

Le pape François a fait il y a peu des déclarations pas du tout compréhensibles, absolument pas chrétiennes, désignant deux peuples de Russie, pour dire qu'on doit s'attendre de leur part à des atrocités lors de combats militaires.

Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères.

10H08 TU. Espagne: une autre lettre piégée adressée au Premier ministre 

Les autorités espagnoles ont révélé qu'une lettre piégée, aux caractéristiques "similaires" à celle ayant explosé mercredi à l'ambassade d'Ukraine à Madrid, avait été adressée la semaine dernière au Premier ministre Pedro Sanchez.

Le ministère de l'Intérieur a indiqué dans un communiqué qu'une "enveloppe contenant du matériel pyrotechnique" et adressée "au président du gouvernement Pedro Sanchez" avait été "détectée et neutralisée par les services de sécurité de la Présidence du gouvernement" le "24 novembre".

Des officiers de police autour de l'ambassade ukrainienne  à Madrid, en Espagne, le 30 novembre 2022.
Des officiers de police autour de l'ambassade ukrainienne  à Madrid, en Espagne, le 30 novembre 2022.
AP/ Paul White

09H56 TU. 40% du réseau électrique ukrainien toujours hors d'usage (opérateur)

Près de la moitié du réseau électrique ukrainien restait jeudi hors d'usage, une semaine après les dernières frappes russes sur les infrastructures énergétiques, a indiqué l'opérateur privé DTEK.

"La Russie a détruit 40% du système énergétique ukrainien avec des attaques terroristes aux missiles. Des dizaines de travailleurs de l'énergie ont été tués et blessés".

A re(voir) : Ukraine, Kiev dans le froid de l'hiver et sans électricité

Chargement du lecteur...

09H17 TU. Espagne: nouvelle lettre "suspecte" interceptée dans une base militaire

Une nouvelle lettre "suspecte" a été interceptée jeudi dans une importante base militaire près de Madrid, au lendemain de l'explosion d'une lettre piégée dans l'ambassade d'Ukraine en Espagne, selon le ministère de l'Intérieur.

"Entre trois et quatre heures du matin, les systèmes de sécurité de la base aérienne de Torrejón de Ardoz ont détecté une enveloppe suspecte qui pourrait contenir un certain type de mécanisme", a indiqué le ministère.

Cette base, située non loin de Madrid, est utilisée notamment pour les déplacements en avions officiels des membres du gouvernement espagnol.

Des officiers de police autour de l'ambassade ukrainienne à Madrid, en Espagne, le 30 novembre 2022.
Des officiers de police autour de l'ambassade ukrainienne à Madrid, en Espagne, le 30 novembre 2022.
AP/Paul White
01H50 TU. Bruxelles favorable à un tribunal spécial pour juger "les crimes russes"

La Commission européenne a proposé de travailler à la création d'un tribunal spécial pour juger les "crimes de la Russie" en Ukraine et à des solutions pour mobiliser les avoirs russes gelés afin de reconstruire ce pays.
Chargement du lecteur...
À  re(voir) : À Bakhmout, les ambulanciers sous pression
Chargement du lecteur...
Dans le même temps, sur le terrain des opérations militaires, les forces russes maintiennent la pression en vue de tenter de s'emparer de Bakhmout, une ville de l'est du territoire ukrainien dans les environs de laquelle des combats font rage depuis l'été.
 

"L'ennemi continue de concentrer ses principaux efforts sur la conduite d'actions offensives dans le secteur de Bakhmout", selon l'état-major de l'armée ukrainienne.

Des soldats ukrainiens tirent sur des positions russes près de Bakhmout, dans la région de Donetsk, en Ukraine, le 20 novembre 2022.
Des soldats ukrainiens tirent sur des positions russes près de Bakhmout, dans la région de Donetsk, en Ukraine, le 20 novembre 2022.
AP Photo/LIBKOS.

23H17 TU. L'Assemblée nationale française condamne le "crime d'agression" de la Russie

L'Assemblée nationale a affirmé mercredi son "soutien le plus total" à Kiev et condamné "le crime d'agression" de la Russie envers l'Ukraine, dans une résolution adoptée à une forte majorité.

Déposé par les groupes de la majorité présidentielle, à l'initiative de Pieyre-Alexandre Anglade (Renaissance), le texte appelle à "une zone de protection autour de la centrale nucléaire de Zaporijjia", la plus grande d'Europe, et affirme le "soutien le plus total" de l'Assemblée "à l'Ukraine, son peuple, sa souveraineté et son intégrité territoriale". 

La résolution, qui n'a pas de valeur législative, a été adoptée avec 303 voix pour. Les groupes LFI et RN se sont largement abstenus, un député LFI a voté contre.

La centrale nucléaire de Zaporijjia vue depuis la région de Dnipropetrovsk, à une vingtaine de kilomètres au loin., le 17 octobre 2022.
La centrale nucléaire de Zaporijjia vue depuis la région de Dnipropetrovsk, à une vingtaine de kilomètres au loin., le 17 octobre 2022.
© AP Photo/Leo Correa, File