Info

DIRECT-Ukraine : Poutine refuse le plafonnement du prix du baril du pétrole russe et cherche d'autres acheteurs

Un pétrolier est amarré au complexe Sheskharis, à Novorossiysk, en Russie, le mardi 11 octobre 2022, l'une des plus grandes installations de pétrole et de produits pétroliers du sud de la Russie.
Un pétrolier est amarré au complexe Sheskharis, à Novorossiysk, en Russie, le mardi 11 octobre 2022, l'une des plus grandes installations de pétrole et de produits pétroliers du sud de la Russie.
(AP Photo, Fichier)

Vladimir Poutine a déclaré continuer à trouver des acheteurs pour son pétrole, malgré l'accord validé par l'Union européenne, le G7 et l'Australie pour plafonner le prix du baril de pétrole russe à 60 dollars. Le Kremlin a également menacé de ne plus vendre de pétrole aux pays qui appliqueraient cet accord. 

 

20h00 TU. Emmanuel Macron doit s'entretenir "prochainement" avec le patron de l'AIEA et Vladimir Poutine. 

Le président français a annoncé dans un entretient au Parisien qu'il parlerait "prochainement" avec Vladimir Poutine, sur les questions de sécurité autour du "nucléaire civil" en Ukraine, après s'être d'abord entretenu dimanche avec le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). 

(Re)voir : Ukraine : quels sont les enjeux autour de la centrale nucléaire de Zaporijjia ?

Chargement du lecteur...

19h24 TU. Emmanuel Macron accuse Marine Le Pen d'entretenir un "discours de capitulation"​.

Dans un entretien au journal français Le Parisien, Emmanuel Macron a accusé la présidente des députés RN Marine Le Pen d'entretenir "un discours de capitulation", depuis le début de l'invasion de l'Ukraine, car "elle est l'amie du pouvoir russe".

M. Macron a argué que si Mme Le Pen était à "sa place", "ce serait l’isolement, la marginalisation de la France et surtout moins de chance pour l’Ukraine de résister". 



19H06 TU. Pour Volodymyr Zelensky, le plafonnement du prix du pétrole russe n'est "pas une décision sérieuse". 

Volodymyr Zelensky a critiqué samedi le plafonnement du prix de baril de pétrole russe à 60 dollars, après l'accord scellé par les pays de l'UE, du G7 et de l'Australie. Le président ukrainien estime qu'il ne s'agissait pas d'une "décision sérieuse", Kiev suggérant un prix deux fois plus bas.

"Ce n’est pas une décision sérieuse de fixer une telle limite pour les prix russes, ce qui est tout à fait confortable pour le budget de l’État terroriste", a-t-il affirmé, selon les services de la présidence.

(Re)voir : le plafonnement du prix du pétrole russe est acté

Chargement du lecteur...

Le cours du baril de pétrole russe (brut de l'Oural) évolue actuellement autour de 65 dollars, soit à peine plus que le plafond européen, impliquant un impact limité à court terme.

13h30 TU. Vladimir Poutine ira dans le Donbass "en temps voulu"​.

Vladimir Poutine ira dans le Donbass "en temps voulu", assure le Kremlin, alors que le président russe ne s'est pas encore rendu dans cette zone de l'est de l'Ukraine qu'il a annexée fin septembre.

"En temps voulu, bien sûr, une telle visite se produira. C'est une région de la Russie", a déclaré le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

10H17 TU. Les autorités ukrainiennes appellent la population à "tenir" face aux coupures régulières de courant.

Les autorités ukrainiennes ont appelé la population à "tenir" face aux coupures de courant qui rythment désormais leur vie quotidienne à la suite de frappes russes ces dernières semaines qui ont largement endommagé le réseau électrique national.

"A partir de lundi, j'exigerai qu'Oblenergo (un opérateur) revoie les horaires de la région. Il y aura très probablement des arrêts de quatre heures", a indiqué sur Telegram le gouverneur de la région de Mykolaïv (sud), Vitaliï Kim.

Il a décrit une "consommation en hausse" d'électricité, ce qui selon lui doit nécessiter des interruptions plus longues de façon à soulager le réseau électrique régional.

"Il faut tenir", a-t-il lancé aux habitants de sa région.

La Russie a massivement bombardé depuis octobre les installations énergétiques ukrainiennes, provoquant de graves dégâts et entraînant des coupures de courant qui affectent des millions d'Ukrainiens, plongés chaque jour dans le noir et le froid.

Sur le terrain militaire, les combats sont "durs" dans l'est du pays car "les Russes ont eu le temps de se préparer" aux attaques de Kiev, a indiqué à la télévision ukrainienne le gouverneur de la région de Lougansk, Serguiï Gaïdaï.

"Les forces armées ukrainiennes poussent lentement à travers la (défense) russe en direction de Svatové-Kreminna", a-t-il toutefois noté, sans donner plus de détails

 

09H17 TU. Prix du pétrole russe plafonné: Kiev prédit à Moscou la chute de son économie.

Kiev a prédit à la Russie que son économie serait détruite par le plafonnement du prix de son pétrole, sur lequel se sont accordés l'Union européenne, le G7 et l'Australie, afin de limiter les moyens de Moscou pour financer le conflit en Ukraine.

"Nous atteignons toujours notre objectif et l'économie de la Russie sera détruite, et elle paiera et sera responsable de tous ses crimes", a affirmé sur Telegram le chef de cabinet de la présidence ukrainienne, Andriï Iermak.

Vendredi 2 décembre, les 27 pays de l'Union européenne, le G7 et l'Australie s'étaient mis d'accord après des semaines de discussions sur "un prix maximum de 60 dollars américains pour le pétrole brut d'origine russe transporté par voie maritime", selon les termes d'un communiqué commun.

Dans cette première réaction officielle de Kiev, Andriï Iermak a noté samedi qu'"il aurait toutefois fallu abaisser (le prix plafond) à 30 dollars pour détruire (l'économie russe) encore plus rapidement".

Le cours du baril de pétrole russe (brut de l'Oural) évolue actuellement autour de 65 dollars, soit à peine plus que le plafond européen, impliquant un impact limité à court terme.

La secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a toutefois salué l'annonce, qui "est l'aboutissement de mois d'efforts de notre coalition".

L'accord a été permis par le consensus trouvé vendredi par les Vingt-Sept de l'Union européenne.

Les ministres des Finances des pays du G7 s'étaient, eux, entendus début septembre sur cet outil, conçu pour priver la Russie de moyens financiers.

Le mécanisme entrera en vigueur lundi 5 décembre "ou très peu de temps après", précisent le G7 et l'Australie. C'est en effet lundi que débute l'embargo de l'UE sur le pétrole russe acheminé par voie maritime.

Ainsi, seul le pétrole vendu par la Russie à un prix égal ou inférieur à 60 dollars pourra continuer à être livré. Au-delà de ce plafond, il sera interdit pour les entreprises de fournir les services permettant le transport maritime (fret, assurance, etc.).


09H23 TU. L'Espagne a envoyé son premier système de missiles de défense aérienne Hawk en Ukraine.

Le système de construction américaine Raytheon peut être utilisé à la fois contre des avions et des missiles,  tous deux été utilisés par la Russie pour attaquer l'Ukraine (centrales électriques et maisons).

L'Espagne a promis de fournir six de ces unités à l'Ukraine.

08H56 TU. La Russie a déclaré qu'elle continuerait à trouver des acheteurs pour le pétrole, malgré un plafond de prix fixé à 60 dollars le baril.

Un groupe de pays occidentaux, comprenant des pays de l'UE, des pays du G7 et l'Australie, ont convenu du plafond alors qu'ils tentent de limiter les revenus de Moscou et sa capacité à financer sa guerre en cours en Ukraine.

En représailles, le président Vladimir Poutine et les responsables du Kremlin ont déclaré qu'ils ne vendraient pas de pétrole aux pays qui l'appliquent. L'ambassade de Russie aux États-Unis a déclaré samedi que la politique "refaçonnait" le marché libre et a insisté sur le fait que le pétrole continuerait d'être vendu.

Sur Telegram, il a déclaré: "Des mesures comme celles-ci entraîneront inévitablement une incertitude croissante et imposeront des coûts plus élevés aux consommateurs de matières premières. Nous sommes convaincus qu'il y aura toujours de la demande pour le pétrole russe."

(Re)voir Russie : le plafonnement du prix du pétrole russe est acté
Chargement du lecteur...

08H02 TU. Plus de 7 000 explosifs retirés des environs de Kherson, selon les services d'urgence ukrainiens.

Au total, 7 042 engins explosifs ont été "retirés et neutralisés" de l'oblast de Kherson, selon le service d'urgence de l'État ukrainien.

Des travaux pour débarrasser la zone des mines et autres explosifs se poursuivent depuis le retrait russe de la ville le mois dernier. Les secouristes ukrainiens disent avoir inspecté près de 700 ha de territoire ouvert, 60 km de voies ferrées et 326 habitations.

Les autorités exhortent tous ceux qui retournent à Kherson ou dans les environs à être extrêmement prudents. 

07H15 TU. La Russie investit de gros efforts militaires pour prendre la ville de Donetsk, selon le Royaume-Uni.

Le ministère britannique de la Défense a publié une mise à jour sur les efforts militaires de la Russie en Ukraine.

Les forces russes continuent d'investir une grande partie de leur puissance de feu globale sur un secteur de ligne de front retranché d'environ 15 km de long autour de la ville de Bakhmut dans l'oblast de Donetsk, a indiqué le ministère de la Défense britannique.

Ces derniers jours, la Russie a probablement fait de petites avancées sur l'axe sud de cet assaut et prévoit probablement d'encercler la ville.

"La Russie a donné la priorité à Bakhmut comme son principal effort offensif depuis début août 2022. La capture de la ville aurait une valeur opérationnelle limitée, même si elle permettrait potentiellement à la Russie de menacer les grandes zones urbaines de Kramatorsk et Sloviansk", annonce le ministère.

Leministère ajoute que la campagne a été disproportionnellement coûteuse par rapport à ces gains possibles.

Il existe une possibilité réaliste que la capture de Bakhmut soit devenue principalement un objectif politique symbolique pour la Russie.

23H44 TU. La Lettonie enquête sur une chaîne de télévision indépendante et la soupçonne d'aider les troupes russes.

Le service de sécurité de l'Etat letton déclare qu'il avait commencé à enquêter sur les déclarations de la chaîne de télévision russe indépendante Dozhd, soupçonnée d'aider les troupes pro-Moscou participant à la guerre en Ukraine.

Dozhd, ou TV Rain, diffuse depuis la Lettonie depuis que les autorités russes ont forcé la fermeture de son studio de Moscou. La raison invoquée était que la chaîne aurait délibérément diffusé de fausses informations sur les actions des troupes russes en Ukraine.

Le service de sécurité de l'État a déclaré qu'un animateur d'une émission d'information de Dozhd avait exprimé qu'il espérait que la station avait déjà aidé à fournir à de nombreux soldats russes des équipements et des commodités de base.

"Les déclarations (...) éveillent les soupçons sur la chaîne de télévision fournissant une assistance aux soldats des forces d'occupation russes", a déclaré le service de sécurité de l'Etat, dans un communiqué de presse.

"Aucune forme de soutien à l'agresseur russe n'est justifiable", a-t-il déclaré, ajoutant que toute personne aidant les forces russes était passible de poursuites pénales.

La Lettonie, une ancienne république soviétique avec une importante minorité russophone, a été parmi les critiques les plus virulents de l'invasion russe en Ukraine.

 

21H50 TU. Accord du G7 et de l'Australie pour plafonner le prix du pétrole russe à 60 dollars, comme l'UE, selon un communiqué commun.

Les pays du G7, ainsi que l'Australie, se sont entendus pour plafonner le prix du pétrole russe à 60 dollars par baril, après l'accord trouvé plus tôt dans la journée par les 27 pays de l'Union européenne, selon un communiqué commun.

L'accord sur le principe était déjà acté, mais il restait suspendu à la décision de Varsovie, qui a donné son feu vert vendredi sur ce prix, permettant d'abord un accord au sein de l'UE, puis avec les autres pays du G7 et l'Australie. Le mécanisme entrera en vigueur lundi, est-il précisé dans le communiqué, alors que débute l'embargo de l'UE sur le pétrole russe acheminé par voie maritime