Info

DIRECT - l’interdiction de visa pour les Russes discutée par l’UE à la fin du mois

Le chef de la diplomatie tchèque Jan Lipavsky discute avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky le 20 juillet 2022. Ce 12 août, il annonce que l'Union Européenne va discuter de l'interdiction de visa pour les ressortissants russes. 
Le chef de la diplomatie tchèque Jan Lipavsky discute avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky le 20 juillet 2022. Ce 12 août, il annonce que l'Union Européenne va discuter de l'interdiction de visa pour les ressortissants russes. 
AP

Le chef de la diplomatie tchèque Jan Lipavsky affirme qu'une interdiction de visa pour tous les Russes va être discutée fin août par l'Union européenne. La mesure, réclamée par les autorités ukrainienne pour sanctionner la Russie, divise les Vingt-Sept.


18H35 TU. Ukraine : deux morts dans une frappe russe sur Kramatorsk, dans l'Est (gouverneur)
 
Deux enfants regardent des ouvriers nettoyer les décombres d'une maison touchée par un obus russe à Kramatorsk ce 12 août 2022. Ici, il n'y a eu aucun blessé.
Deux enfants regardent des ouvriers nettoyer les décombres d'une maison touchée par un obus russe à Kramatorsk ce 12 août 2022. Ici, il n'y a eu aucun blessé.
© AP Photo/David Goldman
Au moins deux personnes ont été tuées et 13 autres blessées vendredi dans un bombardement russe sur Kramatorsk, la dernière grande ville encore sous contrôle ukrainien dans la région de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine, a annoncé le gouverneur.

"Une nouvelle attaque sur Kramatorsk - selon de premières informations, nous avons deux civils morts et 13 blessés avec certitude. Les bombardements ont endommagé au moins 20 bâtiments et un incendie s'est déclaré", a dit sur Facebook Pavlo Kyrylenko, le gouverneur de la région de Donetsk, appelant une nouvelle fois la population locale à évacuer.

Un responsable local à Zaporijjia, Anatoli Kourtev, a de son côté rapporté sur Telegram la mort d'une femme dans des frappes russes ayant également fait deux blessés qui ont été hospitalisés.

Depuis le retrait des forces russes des environs de Kiev et de Kharkiv fin mars, l'essentiel des combats se déroule dans le Donbass, un bassin industriel de l'Est ukrainien, et dans le Sud, où Kiev mène une contre-offensive.

Dans son messsage du soir, le ministère ukrainien de la Défense a reconnu des "succès partiels" des forces russes dans la direction de Bakhmout, sur la route vers Kramatorsk, où les troupes de Moscou tentent désormais de "prendre pied".

15H08 TU. L'artiste américain Trek Thunder Kelly peint des fleurs sur des carcasses de voiture à Irpin.

L'artiste basé à Venice en Californie est connu pour peindre d'immenses fresques murales. Il est venu en Ukraine librement, pour peindre des voitures, le palais de la Culture détruit par les bombes et des sous-sols d'établissement scolaires dans le cadre de son projet "Fleurs d'espoir". Une façon d'apporter un peu de distraction dans des environnements dévastés par la guerre et de collecter des dons pour de l'aide humanitaire.
 
Trek Thunder Kelly peignant des fleurs sur des carcasses de voiture à Irpin, le 12 août 2022.
Trek Thunder Kelly peignant des fleurs sur des carcasses de voiture à Irpin, le 12 août 2022.
© AP Photo/Evgeniy Maloletka
13H35 TU. Un cargo de l'ONU se dirige vers l'Ukraine pour réceptionner un chargement de céréales pour l'Afrique.
Un camion déverse son blé dans une grange dans le village de Zgourivka en Ukriane  le 9 août 2022.
Un camion déverse son blé dans une grange dans le village de Zgourivka en Ukriane  le 9 août 2022.
© AP Photo/Efrem Lukatsky, File

Le président du Conseil de l'Europe, Charles Michel a annoncé que le premier chargement du PAM à destination de l'Afrique devrait bientôt s'approvisionner en Ukraine à destination de l'Éthiopie. Le "Brave Commander" devrait transporter 23 000 m3 de céréales, une infime partie des 20 millions de tonnes de cérales qui sont bloquées en Ukraine. Le bateau doit ensuite faire une escale à Djibouti.
 
L'Éthiopie et ses voisins la Somalie et le Kénya sont la proie d'une sécheresse d'une gravité sans précédents depuis 40 ans. Des milliers de personnes sont mortes de faim ou de maladie cette année. Les prévisions pour les prochaines semaines indiquent que la saison des pluies n'aura pas lieu pour la 5ème année consécutive. 

Bien qu'un seul chargement ne va pas vraiment avoir d'effet sur cette crise, le PAM souligne qu'il s'agit d'un "pas important" pour parvenir à sortir le grain ukrainien du pays et l'acheminer vers ceux qui en ont le plus besoin.

Selon le PAM, un nombre record de 345 millions de personnes dans 82 pays sont aujourd'hui confrontées à une insécurité alimentaire aiguë, tandis que jusqu'à 50 millions de personnes dans 45 pays risquent de sombrer dans la famine sans aide humanitaire.


12H15 TU. L'UE va discuter d'une interdiction de visa pour les Russes.
 

Une interdiction de visa pour tous les Russes afin de sanctionner Moscou pour la guerre en Ukraine va être discutée fin août par l'Union européenne, déclare le chef de la diplomatie tchèque Jan Lipavsky, dont le pays préside le Conseil de l'UE. La mesure, réclamée par les autorités ukrainiennes, divise l'UE. Les sanctions européennes doivent être adoptées à l'unanimité des Vingt-Sept.

Jan Lipavsky le ministre des Affaires étrangères tchèques à gauche sur la photo visitant les débris d'un Antonov An-225, un des plus gros avions cargos au monde, détruit par des frappes russes à Hostomel près de Kiev. A droite sur la photo, le ministre des Affaires étrangères autrichien Alexander Schallenberg. le 20 juillet 2022.
Jan Lipavsky le ministre des Affaires étrangères tchèques à gauche sur la photo visitant les débris d'un Antonov An-225, un des plus gros avions cargos au monde, détruit par des frappes russes à Hostomel près de Kiev. A droite sur la photo, le ministre des Affaires étrangères autrichien Alexander Schallenberg. le 20 juillet 2022.
© Ministère des Affaires étrangères ukrainien via AP.

"L'interdiction totale des visas russes par tous les États membres de l'UE pourrait être une autre sanction très efficace contre la Russie", plaide Jan Lipavsky. Le ministre va sonder ses homologues lors d'une réunion informelle fin août à Prague.

Le ministre tchèque doit toutefois convaincre le chef de la diplomatie européenne, l'Espagnol Josep Borrell, qui préside les conseils des ministres des Affaires étrangères et de la Défense. Les propositions de sanctions sont une de ses prérogatives.

Mais la Commission ne cache pas ses réticences face à une mesure qui pénaliserait tous les ressortissants russes et insiste sur la nécessité de protéger les dissidents, les journalistes et les familles.

"Les États membres disposent d'une marge importante pour la délivrance de visas pour les courts séjours et ils examinent les demandes au cas par cas sur la base de leurs mérites", a rappelé une de ses porte-paroles.

"Les Russes soutiennent massivement la guerre, applaudissent les frappes de missiles sur les villes ukrainiennes et les meurtres d'Ukrainiens. Laissez donc les touristes russes profiter de la Russie", a plaidé le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba dans un message sur Twitter.
 


12H06 TU. L'Allemagne va baisser le chauffage dans ses bâtiments publics à 19 degrés.

L'écologiste Robert Habeck, également ministre de la Protection du climat, avait déjà présenté en juillet des mesures pour faire des économies d'énergie. "En plus (de ces mesures), il ne faudra plus chauffer au dessus de 19 degrés dans les bâtiments publics, à l'exception bien-sûr des hôpitaux et institutions sociales", a-t-il affirmé dans un entretien au quotidien Süddeutsche Zeitung. "Nous allons prendre des décrets" en ce sens, a-t-il ajouté, selon un extrait de cet entretien à paraître samedi.

En outre les bâtiments et monuments historiques ne devront plus être éclairés la nuit, une mesure que certaines villes d'Allemagne comme Berlin ont déjà adoptée.
"Dans le monde du travail, davantage d'économies sont nécessaires", a jugé Robert Habeck, assurant que des discussions sont en cours avec le ministère du Travail et les partenaires sociaux.

Depuis plusieurs semaines, le gouvernement du chancelier Olaf Scholz a appelé à la mobilisation nationale pour réaliser des économies d'énergie, dont les prix ont explosé et alors que l'approvisionnement pourrait se dégrader cet hiver en raison de la guerre en Ukraine.

L'automne et l'hiver s'annoncent redoutables dans la principale économie européenne en raison de la crise énergétique "encore à venir pour l'économie", selon de précédentes déclarations du ministre de l'Économie qui prévoit "un hiver difficile".


11h15 TU. L'Iran veut acquérir trois nouveaux satellites russes.

 

L'Iran prévoit de se doter de trois autres versions du satellite Khayyam lancé cette semaine par la Russie, a déclaré vendredi le porte-parole du gouvernement iranien.

"La construction de trois autres satellites Khayyam avec la participation de scientifiques iraniens est à l'ordre du jour du gouvernement", déclare Ali Bahadori-Jahromi, sur son compte Twitter.

Le satellite Khayyam a été lancé mardi par une fusée Soyouz-2.1B depuis le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan, contrôlé par Moscou. 


9h25 TU. La centrale de Zaporijjia peut-elle être à l'origine d'une catastrophe nucléaire ?

Jeudi 11 août aux alentours de 15 heures de nouveaux bombardements ont été signalé autour de la centrale nucléaire de Zaporijia. L’exploitant de la centrale, l’entreprise ukrainienne Energoatom, annonce "cinq nouvelles frappes à proximité directe d'un dépôt de substances radioactives". Existe-t-il un risque élevé d'incident nucléaire autour de cette centrale ? Éléments de réponse avec Emmanuelle Galichet, docteure en physique nucléaire.

(Re)lire : Guerre en Ukraine : y a-t-il un risque de catastrophe nucléaire autour de la centrale de Zaporijia ?​

8H50 TU. Dans le Donbass, les civils partagés entre soutien à l'Ukraine ou à la Russie.

 
A Mykolaïvka, après un bombardement, le 5 juillet, des habitants rechargent leurs téléphones car il n'y a plus d'électricité et d'eau dans la ville.
A Mykolaïvka, après un bombardement, le 5 juillet, des habitants rechargent leurs téléphones car il n'y a plus d'électricité et d'eau dans la ville.
© AP Photo/Evgeniy Maloletka

Quand Nadia Gorbounova, 58 ans, parle de ses voisins, qui font la queue dans un bureau de poste de Mykolaïvka, dans l'est de l'Ukraine, elle traverse la rue et baisse la voix car elle les soupçonne de sensibilité prorusse. Selon elle, 80% d'entre eux soutiennent les troupes russes, stationnées à moins de 10 kilomètres de l'autre côté de la rivière Donets, et les revendications du Kremlin sur le Donbass, le bassin industriel de l'est de l'Ukraine où se trouve Mykolaïvka.

Il n'y a pas de confrontation physique, mais l'agressivité des prorusses est palpable.Nadia Gorbounova

Son sac en toile, un brin kitsch, laisse peu de doute sur son allégeance : il représente une sainte ukrainienne qui détruit un char ennemi d'un coup d'épée enflammée. Ce conflit latent gangrène les communes prises en étau sur la ligne de front de cette région à l'épicentre de l'offensive russe. 

7h30 TU. L'industrie de l'aluminium russe subit les conséquences des sanctions internationales. 
 

Le géant russe de l'aluminium Rusal indique être affecté par les sanctions internationales provoquant notamment une demande russe en berne. Le groupe annonce un bénéfice net en fort recul au premier semestre, de 16,7% sur un an. Cela correspond à 1,68 milliards de dollars, selon un communiqué.

Fondé par l'oligarque Oleg Deripaska, le groupe souligne que "les tensions géopolitiques croissantes depuis février 2022 ont fait considérablement augmenter la volatilité sur les marchés de matières premières et de devises". Ces tensions provoquées par l'offensive russe en Ukraine en cours depuis le 24 février et les sanctions internationales contre Moscou qui l'ont suivie "ont affecté de manière négative les activités des entreprises russes dans différents secteurs de l'économie en aboutissant à une baisse de la demande d'aluminium en Russie", selon le communiqué.

6h20 TU. Le travail agricole reprend son cours dans la région du Donesk 

Halyna Borysenko, à gauche, et Oleksandr Piatachenko poussent des vaches dans leurs stalles afin de les traire, à la ferme laitière de KramAgroSvit à Dmytrivka, dans la région du Donetsk à l'est de l'Ukraine le 10 août 2022.
AP Photo/David Goldman
Le travail agricole a pris un coup lorsque plusieurs villes où le lait est distribué ont été prises par les forces russes et sont désormais occupées.

5h25 TU. Quels sont les enjeux autour de la centrale de Zaporijjia ? 

La centrale nucléaire de Zaporijjia est une des plus grandes d'Europe. Passée sous le contrôle des Russes depuis mai, elle a été bombardée le 11 août.  Russes et Ukrainiens se rejettent, une nouvelle fois la responsabilité. Le conseil de sécurité de l'ONU s'est réuni en urgence pour évoquer le dossier. Les détails de notre journaliste Téa Bazdarevic. 
Chargement du lecteur...
5h10 TU. Réunion des Russes sur les mesures de sécurité dans le Donbass. 

Dmitry Medvedev, à la tête du Conseil de Sécurité russe et du Parti Russie uni et Alexander Bortnikov du Service de Sécurité Fédéral prennent par à une réunion sur les mesures sécuritaires dans le Donbass, à Luhansk, le 11 août 2022. 
Sputnik Pool Photo via AP
3h50 TU. L'AIEA craint une aggravation de la situation sur la centrale de Zaporijjia.
 

L'Ukraine et la Russie s'accusent mutuellement du bombardement du site de la centrale nucléaire de Zaporijjia le 11 août. Le patron de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) demande de pouvoir y accéder "aussi vite que possible" au cours d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité.

"La situation s'aggrave (...), plusieurs capteurs de radiation ont été endommagés", tout comme "la station de pompage des eaux usées", relève la compagnie d'Etat ukrainienne Energoatom, selon laquelle des frappes se sont produites près d'un réacteur et "à proximité directe d'un dépôt de substances radioactives".

"À l'heure actuelle, aucune contamination n'a été relevée à la station et le niveau de radioactivité est normal", a toutefois affirmé Evguéni Balitski, le chef de l'administration civile et militaire mise en place dans cette région du sud-est de l'Ukraine occupée par les Russes, soulignant que "plusieurs tonnes" de déchets radioactifs sont stockés sur place.