Info

DIRECT - Ukraine : violents combats à Lyssytchansk, le Bélarus menace

Soldats ukrainiens rejoignant leurs postes de combat dans la région de Donetsk, ce 2 juillet 2022.
Soldats ukrainiens rejoignant leurs postes de combat dans la région de Donetsk, ce 2 juillet 2022.
© AP Photo/Efrem Lukatsky
Soldats ukrainiens rejoignant leurs postes de combat dans la région de Donetsk, ce 2 juillet 2022.
Les services de secours de la ville de Krementchouk, à l'est de l'Ukraine, travaillent parmi les débris d'un centre commercial détruit par un tir de missile russe, le 28 juin 2022. 

Dans le Donbass, région industrielle de l'est de l'Ukraine, en partie contrôlée par les séparatistes prorusses depuis 2014 et dont Moscou vise la conquête, les informations en provenance de Lyssytchansk étaient contradictoires. Moscou affirme que la ville est encerclée, Kiev dément. Pendant que les combats font rage, le président de la Biélorussie affirme avoir abattu des missiles tirés depuis l'Ukraine.

Ce qu'il faut retenir de ce samedi 2 juillet, 129ème jour de guerre
- Combats acharnés à Lystchansk. Les troupes séparatistes pro-Russes affirment l'avoir encerclée. Mais dans la matinée l'état-major ukrainien affirme avoir repoussé l'offensive des Russes.
- 4 civils tués et 12 blessés à Sloviansk depuis vendredi. Kharkiv a été particulièrement agitée selon le gouverneur Oleg Sinegoubov. Les Russes affirment avoir frappé l'usine de tracteurs de la ville où se trouvaient des troupes et des équipements de la 10e brigade d'assaut de montagne ukrainienne.
- Selon le porte-parole du ministère de la Défense russe, Igor Konachenkov, l'armée russe a atteint avec des tirs d'artillerie ou des frappes aériennes 39 centres de commandement et deux dépôts de munitions près de Mykolaïv.
- Le ministre des Affaires étrangères ukrainien, Dmytro Kouleba, a indiqué sur Twitter avoir discuté avec le chef de la diplomatie de l'Union européenne, Josep Borrell et d'être tombés d'accord "sur la nécessité du septième paquet de sanctions de l'UE contre la Russie".
-
Le président de la Biélorussie accuse Kiev d'avoir tiré des missiles sur son pays. Alexandre Loukachenko menace de riposter "instantanément" à toute frappe ennemie contre le territoire du Bélarus", un message visiblement destiné à Kiev et aux Occidentaux.
17h14 TU. Loukachenko accuse Kiev d'avoir tiré des missiles sur la Biélorussie

Le président bélarusse Alexandre Loukachenko affirme que son armée avait abattu des missiles tirés depuis l'Ukraine sur la Biélorussie en pleine spéculation sur une implication grandissante de Minsk dans le conflit entre Kiev et Moscou.
Le président de la Biélorussie Loukachenko avec Vladimir Poutine à Saint Petersbourg le 25 juin dernier.
Le président de la Biélorussie Loukachenko avec Vladimir Poutine à Saint Petersbourg le 25 juin dernier.
© Maxim Blinov, Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP
"On nous provoque. Je dois vous dire qu'il y a environ trois jours, peut-être plus, on a essayé depuis l'Ukraine de frapper des cibles militaires au Bélarus. Dieu soit loué, nos systèmes anti-aériens Pantsir ont intercepté tous les missiles tirés par les forces ukrainiennes", a-t-il affirmé, cité par l'agence de presse d'État Belta. "Je vous le répète, comme je l'ai dit il y a plus d'un an, nous n'avons pas l'intention de combattre en Ukraine", a-t-il toutefois assuré.

Le régime d'Alexandre Loukachenko, sous lourdes sanctions occidentales, est très dépendant militairement et économiquement de la Russie.

La semaine dernière, le président russe Vladimir Poutine a annoncé que Moscou allait livrer "dans les prochains mois" à la Biélorussie des missiles Iskander-M capables de transporter des charges nucléaires.


14h30 TU. La police ukrainienne confisque 41 wagons de chemins de fer russes dont les marchandises sont évaluées à 1 million de dollar (The Kiev Independant)

Les trains se trouvaient en Ukraine avant l'invasion des Russes explique la police de l'oblast de Soumy, une ville proche de la frontière russe, dans le nord-est de l'Ukraine. "En raison du fait qu'ils contenaient des substances dangeureuses", ils les ont déplacés vers une zone moins peuplées et confisqué les marchandises contenus dans la valeur est estimée à 30 millions de hryvnias, soit un peu moins d'un million d'euros.
 


13h53 TU. Kiev dément l'encerclement de Lyssytchansk

"Les combats font rage autour de Lyssytchansk. Heureusement, la ville n'est pas encerclée et elle est sous contrôle de l'armée ukrainienne", a déclaré à la télévision ukrainienne Rouslan Mouzytchouk, un porte-parole de la Garde nationale de l'Ukraine.

Plus tôt, un représentant de l'armée séparatiste de Lougansk, Andreï Marotchko, cité par l'agence de presse russe TASS, avait affirmé que "la milice populaire de Lougansk (l'armée séparatiste, ndlr) et les forces armées russes ont occupé les dernières hauteurs stratégiques, ce qui nous permet d'affirmer que la localité de Lyssytchansk est totalement encerclée".

Un autre représentant des autorités séparatistes, Vitali Kisselev, a précisé ces affirmations en indiquant à TASS que les combattants "se trouvent maintenant dans la zone du stade Chakhtar", proche du centre de cette ville qui comptait avant le conflit près de 100.000 habitants.

Lyssytchansk est la dernière grande ville de la région de Lougansk contrôlée par l'armée ukrainienne.


12h00 TU. Les séparatistes pro-russes disent avoir encerclé Lyssytchansk.
 

Les séparatistes pro-russe, soutenus par l'armée russe, affirment avoir "totalement" encerclé Lyssytchansk, dans l'est de l'Ukraine.

"Aujourd'hui, la milice populaire de Lougansk et les forces armées russes ont occupé les dernières hauteurs stratégiques, ce qui nous permet d'affirmer que la localité de Lyssytchansk est totalement encerclée", a annoncé un représentant de l'armée séparatiste de Lougansk, Andreï Marotchko, cité par l'agence de presse russe TASS.

(Re)voir : Ukraine : Lyssytchansk, ville quasiment détruite à l'est de l'Ukraine

Chargement du lecteur...

La prise de Lyssytchansk permettrait à l'armée russe d'avancer ensuite vers Sloviansk et Kramatorsk, deux autres grandes villes de la région industrielle du Donbass, que Moscou cherche à conquérir.

11h13 TU. Deux ressortissants britanniques capturés en Ukraine encourent la peine de mort. 


Andrew Hill et Dylan Healy, deux Britanniques capturés en Ukraine par des séparatistes pro-russes pourraient risquer la peine de mort. D'après le quotidien britannique The Guardian, les deux hommes auraient été arrêtés et sont accusés d'être des mercenaires préparant des attaques terroristes. 
 

Le mois dernier déjà, deux Britanniques et un Marocain avaient été condamnés à mort pour des charges similaires. Aucune date d'exécution n'a été fixée pour le moment. 

08h34 TU. Le contact est rétabli entre l'AIEA la centrale nucléaire de Zaporijia. 

L'agence nucléaire de l'État ukrainien, Energoatom, a réussi à rétablir la connexion entre la centrale nucléaire de Zaporijia, au sud-est de l'Ukraine, et l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). 

"Le 1er juillet, Energoatom a rétabli par ses propres moyens la connexion perdue entre la centrale nucléaire de Zaporijia et l'AIEA" assure Energoatom. "Toutes les données de surveillance obligatoires sont transmises à l'agence, qui en a confirmé la réception" affirme l'agence nucléaire sur son site internet. 

07h27 TU. Volodymyr Zelensky dénonce un nouvel acte de "terreur" russe après les frappes à Odessa. 

Au moins 21 personnes ont été tuées dans des frappes de bombardiers stratégiques en pleine nuit sur des immeubles de la région d'Odessa, dans le sud de l'Ukraine.

Le président ukrainien a dénoncé cette attaque contre des cibles civiles. "J'insiste : il s'agit d'une terreur russe délibérée et non de quelques erreurs ou d'une frappe de missile accidentelle" a accusé Volodymyr Zelensky. 
 
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky tiens une conférence de presse avec le Premier ministre norvégien, Jonas Gahr Store, à Kiev, le 1er juillet 2022. 
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky tiens une conférence de presse avec le Premier ministre norvégien, Jonas Gahr Store, à Kiev, le 1er juillet 2022. 
AP

05h00 TU. Washington annonce une nouvelle aide militaire à l'Ukraine. 

D'un montant de 820 millions de dollars, cette  dernière livraison d'équipement comprend des missiles, des obus et des outils de défense anti-aérienne, pour faire face à l'armée russe au sud et à l'est du pays. 

"Les Etats-Unis continuent de travailler avec leurs alliés et partenaires afin de fournir à l'Ukraine l'équipement nécessaire à un champ de bataille qui évolue", a déclaré Todd Breasseale, porte-parole du ministère américain de la Défense. 
 

Ce nouveau lot d'équipements porte à 6,9 milliards de dollars le montant total de l'assistance américaine à Kiev depuis le début de la guerre.