Info

Donald Trump annule sa rencontre avec le président nord-coréen

Chargement du lecteur...
TV5MONDE

Deux mois et demi après avoir accepté la main tendue de son homologue nord-coréen, le président américain Donald Trump annule le sommet qui devait se tenir dans moins de trois semaines à Singapour avec Kim Jong-Un. Et ce, le jour même où ce dernier déclarait avoir démantelé son seul site connu d'essais nucléaires...

dans

Donald Trump est imprévisible et il l'a une nouvelle fois démontré en annonçant, par courrier, l'annulation du sommet prévu le 12 juin à Singapour : "...j'estime qu'il n'est pas opportun, à ce stade, de maintenir cette rencontre prévue depuis longtemps," écrit-t-il.

Les réactions sont nombreuses tant ce revirement américain plonge une nouvelle fois la péninsule coréenne dans l'incertitude. La Corée du Nord assure pourtant avoir totalement détruit son seul site d'essais nucléaires. Un geste qui ne semble pas avoir convaincu les Etats-Unis.

C'est par cette lettre que Donald Trump a fait part de son désistement :
 

Cher Président

Nous avons beaucoup apprécié le temps, la patience et les efforts que vous avez consacrés à nos récentes négociations et discussions relatives au sommet, désiré de longue date par les deux parties, qui devait se tenir le 12 juin à Singapour.

Nous avons été informés que ce sommet avait été réclamé par la Corée du Nord mais cela n'a pas d'importance pour nous et j'étais impatient de vous retrouver là-bas.

Malheureusement, au regard de l'énorme colère et de l'hostilité affichée dans votre dernière déclaration en date, j'estime qu'il n'est pas opportun, à ce stade, de maintenir cette rencontre prévue depuis longtemps.

Par conséquent, que cette missive vous informe que, pour le bien des deux parties, mais au détriment de celui du reste du monde, le sommet de Singapour n'aura pas lieu.

Vous évoquez votre arsenal nucléaire, mais le nôtre est si massif et puissant que je prie Dieu que nous n'ayons jamais à en faire usage.

J'avais l'impression qu'un merveilleux dialogue était en train de s'instaurer entre vous et moi, et en dernier ressort, c'est le seul dialogue qui compte.

Un jour je serai très heureux de vous rencontrer. En attendant, je veux vous remercier pour la libération des otages qui sont de retour à la maison avec leur famille. C'était un très beau geste qui a été très apprécié.

Si vous changez d'avis en ce qui concerne ce très important sommet, s'il-vous-plaît n'hésitez pas à m'appeler ou à m'écrire. Le monde - et la Corée du Nord en particulier - ont perdu une immense occasion d'instaurer une paix, une grande prospérité et des richesses durables. Cette occasion ratée est un triste épisode dans l'Histoire.

Sincèrement vôtre

Donald J. Trump

Président des États-Unis"

Après les discours d'apaisement, c'est donc un Donald Ttrump va-t-en guerre qui promet de nouveau une pression maximale sur Pyongyang : "Nous espérons que des choses positives vont avoir lieu concernant l'avenir de la Corée du Nord. Mais si cela ne se produit pas, nous sommes plus prêts que jamais, sur le plan militaire."
 

On a mis la charrue avant les boeufs

Philippe Renaz , correspondant de la RTS à Washington

Même s'il est prévu de longue date, ce sommet a peut-être été mal préparé, suggère
Philippe Renaz : "On a mis la charrue avant les boeufs. Normalement, un tel sommet devrait être préparé  minutieusement de longue date, par de longues négociations en amont. Là, on a annoncé le succès du sommet avant même de définir ce qu'on en attendait. Voulait-on que la Corée du Nord renonce tout de suite à toutes ses armes nucléaires ? " explique-t-il. Fallait-il pour autant annuler ce sommet historique ? Invité du JT international de TV5MONDE, le journaliste Dorian Malovic estime que tout n'est pas perdu pour autant et qu'il faut encore s'attendre à maints rebondissements.

La France, néanmoins, regrette la situation : actuellement en visite en Russie, Emmanuel Macron, tout comme son homologue russe,  déclare souhaiter la poursuite de la dénucléarisation de la péninsule coréenne...

Et pourtant, Pyongyang se dit "toujours ouverte au dialogue avec les Etats-Unis", et peu importe le volte-face des Etats-Unis, la Corée du Sud annonce qu'elle poursuivra le rapprochement avec son voisin du Nord, entamé le mois dernier.