Info

En Arménie, la francophonie se fait peu à peu une place

©TV5MONDE / Claude Vittiglio

L'Arménie se rêve en terre d'accueil privilégiée pour la langue et la culture française. Avec l'organisation du Sommet de la Francophonie, début octobre 2018, cette ambition est en passe de se réaliser. Mais cela fait déjà plusieurs années que le pays multiplie les efforts pour renforcer sa "francophilie". 

dans

Aux oreilles d'un visiteur francophone, un mot familier revient souvent à la faveur d'une promenade dans les rues d'Erevan. Ce mot est sans doute le plus doux de la langue française : "merci!".
 

"Merci!" plutôt que "shnorhakalutyun!"

Les Arméniens ont pris l'habitude d'utiliser la version française pour exprimer leur gratitude plutôt que d'utiliser le long et formel "shnorhakalutyun!" de la langue arménienne. Cette touche de francophonie est sans doute une exception car l'Arménie, bien que francophile, ne connaît pas un quotidien particulièrement francophone.

Dès 2004, l'Arménie a adhéré à l'Organisation Internationale de la Francophonie. Depuis 2014, elle jouit d'un statut d'Etat membre de plein droit.

Certains chiffres affirment que 200 000 locuteurs ou locuteurs partiels utilisent le français sur environ 3 millions d'habitants. La gouvernement, ces dernières années, s'est lancé dans une opération de promotion de la langue française.
 

Le français, 3ème langue optionnelle

En 2012, l'Arménie a signé un pacte linguistinque avec l'OIF (Organisation Internationale de la Francophonie). Ce document, renouvelé en 2016, regroupe une série d'engagements pour développer l'apprentissage du français dans le petit pays, ancienne entité de l'ex-URSS. Le gouvernement a organisé la formation d'environ 200 fonctionnaires et diplomates à l'utilisation du français dans les organisations internationales, a mis en place un master en Métiers du livre et de l'Édition à l'Université Brusov (Erevan), avec l'appui de l'Agence universitaire de la Francophonie.

La langue française est par ailleurs enseignée désormais dans vingt établissements scolaires d'une dizaine de villes arméniennes, en tant que troisième langue étrangère optionnelle. Les autorités se sont par ailleurs engagées à ajouter la chaîne de télévision TV5MONDE à son offre de télévision numérique terrestre (TNT). (TV5MONDE est déjà diffusée aujourd'hui sur la majorité des réseaux cablés et internet arméniens).

Une "attirance culturelle et historique"

Plus globalement, selon la directrice de la rédaction du site "Courrier d'Arménie", Zara Nazarian, l'Arménie "a une attirance culturelle et historique pour la francophonie." Selon elle, "la France est le pays qui a le mieux accueilli les réfugiés arméniens et les Arméniens ont la mémoire longue, dans le négatif comme dans le positif. Il y avait une bienveillance des Français."

La France compte aujourd'hui une très forte diaspora arménienne, l'une des plus importantes, estimée entre 400 000 et 600 000 personnes, notamment après une vague d'arrivée massive à partir de 1915, date du génocide perpétré par la Turquie.

La journaliste Zara Nazaryan n'oublie pas non plus la figure incontournable qui rapprochait, jusqu'à sa mort, le 1er octobre, l'Arménie et la France : le chanteur Charles Aznavour : "il était parfaitement assis sur ses deux identités, française et arménienne. Son rôle pour le rapprochement des deux nations est indéniable".


>> Revoir le portrait de l'Arménienne Ani Yeganyan, dans notre série de rencontres avec de jeunes francophones