Info

En Indonésie, un Français condamné à mort pour trafic de drogue

Félix Dorfin accompagné par un interprète avant son procès au tribunal de Mataram, lundi 20 mai.
Félix Dorfin accompagné par un interprète avant son procès au tribunal de Mataram, lundi 20 mai.
© AP Photo

Soupçonné de trafic de drogue, un Français de 35 ans, a été condamné à mort lundi 20 mai en Indonésie. Une sentence inattendue, qui va au delà de ce qu'avait requis le parquet. Félix Dorfin était "sous le choc" selon Deny Nur Indra, son avocat.

Le parquet avait requis 20 ans d'emprisonnement et 700 000 dollars d'amende contre Félix Dorfin. Il n'en sera rien. Le tribunal de Mataram, sur l'île de Lombok, en a décidé autrement, en le condamnant à la peine capitale : "Nous déclarons Félix Dorfin coupable (…) d’avoir importé de la drogue (…) nous condamnons Félix Dorfin à la peine de mort et lui ordonnons de rester en détention".

Les autorités françaises ont rapidement réagi en indiquant qu'elles étaient préoccupées. "Nous prenons note de sa volonté de faire appel et nous restons attentifs à sa situation", a indiqué le Quai d'Orsay.

Pour rappel, en septembre 2018, Félix Dorfin est arrêté à l'aéroport de Lombok, une île touristique proche de Bali, en provenance de Singapour. Les douaniers retrouvent 3 kg d'ecstasy, d'amphétamines et de kétamine dissimulés dans une valise à double fond.

Tentatives d'évasion de Félix Dorfin

Autre facteur défavorable, Félix Dorfin a tenté de s'échapper deux fois de prison. La première fin 2018 juste après son interpellation, la seconde en janvier dernier. Après onze jours de cavale, il a été retrouvé le 1er février dans une forêt du nord de l’île de Lombok où il se cachait.

Un autre Français, Serge Atlaoui, a lui aussi été condamné à la peine de mort en 2007, pour trafic de drogues. L'Indonésie a fait de la lutte contre les stupéfiants une priorité. Les trafiquants encourent de lourdes de peines, pouvant aller jusqu'à la peine de mort. Il y avait en Indonésie, fin 2018, 308 condamnés dans le couloir de la mort, alors qu'il n’y a pas eu d’exécutions dans ce pays depuis 2016.