Info

Epizootie de grippe aviaire H5N8 : quels sont les pays touchés ?

Foyer de grippe aviaire dans la région de Jammu-et-Cachemire (Inde), le 7/01/2021. 
Foyer de grippe aviaire dans la région de Jammu-et-Cachemire (Inde), le 7/01/2021. 
AP Photo/Channi Anand.

Alors que la planète entière a les yeux rivés sur la pandémie de Covid-19, un autre virus, celui de la grippe aviaire sévit actuellement dans le monde. Des centaines de milliers de canards vont encore être abattus en France, notamment dans le sud-ouest où la situation a été jugée "hors de contrôle". Mais la France est loin d'être le seul pays touché. Le H5N8 sévit dans plusieurs pays depuis le début de 2020, y compris au Japon où quelque 150.000 volailles ont été abattues en décembre. Tour d'horizon.

Après l'apparition de foyers en Russie et au Kazakhstan à l'été 2020, l'épizootie de grippe aviaire, qui n'est pas dangereuse pour l'homme, a progressé récemment vers l'Europe de l'Ouest, où les niveaux d'alerte ont été relevés. La maladie n'est pas considérée comme dangereuse pour l'homme et la consommation de volailles et d’œufs n'est pas déconseillée.

France

Des centaines de milliers de canards vont encore être tués, a prédit ce vendredi 8 janvier le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie invoquant le besoin "d'accélérer dans la course contre la montre" pour venir à bout du virus "hautement pathogène" de la grippe aviaire. 

Depuis décembre, "ce sont quasiment 400.000 canards qui ont été abattus dans le département des Landes [dans le sud-ouest] (...) ça va être encore des centaines de milliers, c'est une certitude", a déclaré le ministre quelques heures avant une visite auprès d'éleveurs touchés dans ce département qui est le premier producteur de palmipèdes gras.

Le ministre a reconnu "ne pas pouvoir dire" combien il restera de canards dans ce département. "Mon objectif c'est qu'il en reste le plus possible (...) L'objectif, c'est de faire un dépeuplement massif pour contenir l'épidémie", non transmissible à l'homme.

Depuis les premiers cas détectés en décembre dans des élevages français, quelque 124 foyers d'infection à la grippe aviaire ont été recensés, dont 119 dans les Landes.

Evoquant l'avenir d'une filière déjà durement frappée par des épisodes de grippe aviaire lors des hivers 2015-16 et 2016-17, le ministre a estimé que "la seule solution efficace" passe par la biosécurité.

D'où vient ce virus ? Il ne s'est pas créé dans les Landes, pas dans les autres départements où il est aujourd'hui. Il vient des oiseaux migrateurs, (or) on ne va pas arrêter les migrations des oiseaux.

Julien Denormandie, ministre français de l'Agriculture

Selon lui, il faut donc à chaque fois voir comment on peut renforcer ces protocoles de biosécurité et ne pas laisser l'éleveur seul face à cela, mais que l'Etat investisse à ses côtés.

S'agissant d'un éventuel vaccin, il a rappelé qu'à l'heure actuelle, "il n'y a pas de vaccin homologué". En outre, s'agissant d'une filière qui "exporte beaucoup", "un certain nombre de pays à l'export refusent d'acheter des volailles vaccinées car ils craignent que cette volaille soit porteuse saine du virus et puisse contaminer les volailles du pays localement". Donc "je ne suis pas sûr que (le vaccin) soit véritablement uniquement la bonne solution", a estimé le ministre.

La Chine a annoncé mercredi 6 janvier la suspension de ses importations de volaille française en raison de l'épizootie de grippe aviaire qui sévit dans l'Hexagone.

Cette annonce officialise la suspension des importations chinoises intervenue depuis l'apparition du virus en novembre sur le sol français. 

La Chine n'est pas un gros importateur de volaille française. Elle achète pour l'essentiel du poulet et du foie gras, dans des proportions très inférieures à ses achats de viande de porc.

Sénégal

Le Sénégal avait été jusqu'ici épargné par la grippe aviaire. Mais en début d'année, le 2 janvier, le pays a abattu près de de 42.000 volailles dans une ferme à Pout, dans la région de Thiès dans l'ouest du pays, à la suite de l'apparition fin 2020 d'un foyer de grippe aviaire dans une ferme privée.

La mort de près de 60.000 volailles les semaines précédentes avait alerté les services de l'élevage qui ont contacté un laboratoire dont les analyses ont révélé le foyer de grippe aviaire, a déclaré un responsable du ministère de l'Elevage, sans plus de détail sur la souche à l'origine de la maladie. 

"La grippe aviaire a été confirmée le 30 décembre par le laboratoire. Le foyer (de grippe aviaire) a été ensuite étouffé (avec l'abattage des bêtes). Les enquêtes sont en cours pour déterminer l'origine de la contamination", a-t-il ajouté.

Les opérations d'abattage ont été menées en coordination avec notamment le ministère de l'Agriculture et l'Organisation mondiale de la santé animale.

Le Sénégal a depuis 2005, à la suite de l'épidémie alors déclarée dans le monde, fermé ses frontières aux produits avicoles pour éviter une contamination. 

"Il y a pour autant des importations frauduleuses. Des gens vont nuitamment dans des pays voisins pour amener des produits avicoles dans le pays. C'est une source probable de contamination", a affirmé le responsable du ministère. 

Belgique

La Belgique a recensé fin 2020 des foyers d'un virus hautement pathogène de grippe aviaire dans deux élevages de volailles situés à Menin (ouest) et à Dinant (sud), non loin de la France, et les animaux ont été abattus, ont annoncé les autorités sanitaires.

En outre, une contamination par un autre virus H5 de la grippe aviaire, celui-là "faiblement pathogène", a été détectée à Dixmude (Flandre occidentale, ouest), a précisé dans un communiqué l'agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca).

"Les volailles ont été euthanasiées dans les trois foyers", a souligné une porte-parole de l'Afsca, Stéphanie Maquoi.

Cette agence belge avait annoncé à la mi-novembre l'obligation pour "tous les détenteurs de volailles", y compris les particuliers, de confiner leurs oiseaux afin de lutter contre la propagation de la grippe aviaire. Trois oiseaux sauvages d'un refuge d'Ostende (nord) venaient alors d'être testés positifs au virus H5N8.

"A ce jour, 20 cas de grippe aviaire H5 hautement pathogène ont été découverts chez des oiseaux sauvages", a souligné jeudi 7 janvier l'Afsca.

Et le confinement des volailles et autres oiseaux captifs, généralement à l'aide de filets, est donc prolongé.

"Cela vaut également pour les particuliers qui ne possèdent que quelques poules", ajoute l'agence fédérale, qui estime que la menace de contamination par les oiseaux sauvages "pourrait perdurer jusqu'au printemps".

Les deux foyers du virus hautement pathogène concernaient un élevage professionnel de Menin, une ville jouxtant la métropole lilloise (nord de la France), et "un détenteur particulier" de Dinant, dans les Ardennes belges.

Après l'abattage des volailles, les "zones de restrictions" délimitées autour des exploitations concernées ont été levées le 30 décembre.

Inde

L'Inde a ordonné l'abattage de dizaines de milliers de volailles alors qu'une forte épidémie de grippe aviaire sévit actuellement dans plusieurs États où des milliers d'oiseaux ont déjà été décimés, ont annoncé mardi 5 janvier les autorités.

Au moins six États indiens ont intensifié leur efforts pour contenir deux souches de grippe aviaire, H5N1 et H5N8, qui menacent les volailles et les oiseaux sauvages.

Les responsables de l'État de l'Himachal Pradesh (nord) ont déclaré que des milliers de cadavres d'oiseaux avaient été découvertes la semaine dernière autour d'un lac de l'Himalaya, région où transitent des nuées d'oiseaux migrateurs en hiver.

"Au lac Pong, le bilan fait état de 2.400 oiseaux migrateurs morts la semaine dernière. Plus de 600 oiseaux sont encore morts lundi", a déclaré Archana Sharma, responsable des réserves naturelles de l'Etat. 

Des échantillons ont été envoyés pour analyse à l'Institut national de haute sécurité d'épidémiologie vétérinaire (NIHSAD) qui a confirmé que les oiseaux avaient contracté la grippe aviaire de type H5NI. La plupart des oiseaux sauvages victimes de la maladie sont des oies tigrées en provenance des hautes montagnes d'Asie centrale qui migrent par milliers vers l'Asie du Sud chaque hiver.

Les autorités locales ont interdit la vente et l'exportation des volailles dans la région et ont intensifié les contrôles afin de tenter de circonscrire la propagation des virus.

Toujours dans le nord, le Penjab est également touché et les autorités de l'État de l'Haryana se sont alarmées après la mort mystérieuse de près de 150.000 poulets dans plusieurs élevages du district de Barwala. Plus de 20 fermes ont déclaré que leurs élevages avaient été décimés par une "maladie inconnue" alors que sont attendus les résultats d'analyses.

Dans l'État du Kerala (sud), 35.000 volailles ont été abattues, après la découverte que quelque 12.000 canards étaient morts contaminés par le virus H5N8, une sous-catégorie de grippe aviaire. Les autorités ont déclaré que l'abattage avait été ordonné dans un rayon d'un kilomètre autour du foyer infectieux afin de prévenir l'extension de l'épidémie.

Près de 600 corbeaux sont morts  du H5N8, la semaine dernière au Rajasthan (ouest) où déjà quelque 4.500 corbeaux et hérons ont péri de la grippe aviaire ces derniers mois. 

L'Inde a connu des flambées de grippe aviaire ces dernières décennies, dont la plus grave survenue en 2008 avec le virus H5N1, qui lui avait coûté l'abattage de millions de volailles.

Pays-Bas

En novembre, les autorités néerlandaises ont abattu quelque 190.000 poulets après l'apparition d'une souche particulièrement contagieuse de la grippe aviaire dans au moins deux élevages de volailles, selon le ministre de l'Agriculture.

Des travailleurs sanitaires ont abattu environ 100.000 poules dans un élevage situé à Hekendorp, non loin de Gouda (ouest), et 90.000 poussins dans un élevage de Witmarsum, dans la Frise (nord).

Dans les deux cas, les autorités ont soupçonné "une souche hautement contagieuse de la variante H5", a indiqué le ministère dans un communiqué.

La grippe aviaire, propagée principalement par le truchement des oiseaux migrateurs, a été détectée dans plusieurs fermes des Pays-Bas depuis octobre.

Le 23 octobre, la ministre néerlandaise de l'Agriculture Carola Schouten a imposé un confinement préventif à l'intérieur des bâtiments de toutes les exploitations avicoles commerciales après la découverte de deux cygnes morts porteurs d'une forme hautement contagieuse de la grippe aviaire H5N8. 

Royaume-Uni

Au mois de novembre, plus de 10.000 dindes ont été abattues au Royaume-Uni en raison d'un foyer de grippe aviaire détecté dans un élevage du Yorkshire du Nord (nord de l'Angleterre). Selon la vétérinaire en chef du Royaume-Uni, Christine Middlemiss, ces mesures immédiates ont été prises pour empêcher la propagation de l'épidémie.