Info

Espace : le Québécois David Saint-Jacques est arrivé à l'ISS

L'astronaute québécois David Saint-Jacques juste avant son décollage avec Soyuz MS-11 à Baikonour, Kazakhstan, ce 03/12/2018.
L'astronaute québécois David Saint-Jacques juste avant son décollage avec Soyuz MS-11 à Baikonour, Kazakhstan, ce 03/12/2018.
(AP Photo/Dmitri Lovetsky, Pool)

"Complètement abasourdi" : ce sont les premiers mots de David St-Jacques qui vient d'arriver à bord de la Station spatiale internationale. L'astronaute québécois a quitté la terre pour une mission de six mois dans l'espace, en compagnie d'une astronaute américaine et d'un astronaute russe.

dans
Voilà, il est parti et il vient de réaliser son rêve : après plus de 18 mois d’entraînement intensif, David Saint-Jacques s’est envolé pour la station spatiale internationale, où il va passer les six prochains mois à mener majoritairement des expériences médicales. 
 

Suspens à l’Agence spatiale canadienne 

A 6h31 du matin, heure du Québec, la fusée Soyouz a décollé de Baïkonour, au Kazakhstan, sous les yeux inquiets de plus de 200 personnes rassemblées à l’Agence spatiale canadienne, à Saint-Hubert, en banlieue de Montréal. Une salve d’applaudissements a retenti dans la salle quand on a entendu que le lancement s’était déroulé parfaitement et chacun a poussé un gros soupir de soulagement.

La famille et les amis de l’astronaute québécois ne cachaient pas leur inquiétude après le lancement raté de Soyouz le 11 octobre dernier. Heureusement, toute l’opération a été un succès : un peu plus de six heures après le décollage, Soyouz s’arrimait à la station spatiale internationale et c’est vers 14h40, heure de Montréal toujours, que les trois astronautes sont entrés dans la station spatiale internationale et ont retrouvé les trois astronautes qui y sont depuis plusieurs mois déjà. 
 

« Merci pour le bel accueil »

Et c’est un David Saint-Jacques souriant, calme et visiblement en pleine maîtrise de ses moyens, après pourtant un voyage éprouvant dans l’espace qui a duré plus de huit heures, que l’on a pu voir lors de sa première conférence de presse dans l’espace en compagnie de ses cinq acolytes.

La gouverneure générale du Canada, elle-même ex-astronaute, l’a tout d’abord félicité : « Au nom des Canadiens, nous sommes tellement fiers de te voir dans l’espace. Tu le mérites tellement et tu as travaillé tellement fort, nous allons te suivre pas à pas, bravo bravo bravo ! » Puis les parents de David Saint-Jacques et sa femme et mère de leurs trois enfants, Véronique Morin, y sont allés de leur message d’amour et d’encouragement. « Merci, a répondu l’astronaute, la vague d’amour est très forte et on la ressent jusqu’ici, on a fait tout un voyage, et ça ne fait que commencer. Je suis complètement abasourdi par tout ce que j’ai vu jusqu’à maintenant. Le premier lever de soleil que j’ai vu, c’était époustouflant, ce n’est que le début et on va vivre ça tous ensemble ». 

Le cobaye de l’espace

David Saint-Jacques, 48 ans, est un être d’exception : il parle cinq langues, il est astrophysicien, ingénieur et médecin, en plus d’être pilote certifié et plongeur mérite. Et c’est cette qualité de médecin qui l’a tout désigné pour mener des expériences médicales afin de mesurer les effets de l’espace sur le corps humain.

Il va donc devenir pour les six prochains mois une sorte de cobaye de l’espace. « Les expériences qu’il va faire sont surtout au niveau de la santé humaine, l’impact de l’espace sur le corps humain, précise Erick Dupuis, directeur du développement de l’exploration spatiale à l’Agence spatiale canadienne. Il va porter un vêtement intelligent qui va mesurer ses signes vitaux 24h sur 24, 7 jours sur 7 ( l’astroskin, relire notre article) et il y aura des bio-analyseurs qui pourront prendre des échantillons de fluides et faire des analyses directement sur place. David va en effet servir de cobaye pour beaucoup d’expériences ».

Il sera aussi le médecin de bord, prêt à intervenir pour soigner ses collègues au besoin. L’astronaute, qui est le troisième Canadien à faire un vol de longue durée dans la station spatiale internationale, pourra aussi être le mécano de l’espace car il est formé pour manipuler le fameux bras canadien. Et il souhaite ardemment pouvoir faire sa sortie dans l’espace, mais rien n’est encore garanti de ce côté-là pour l’instant.

Un ambassadeur rêvé pour le Canada dans l’espace

Davide Gentile, journaliste de Radio-Canada, est un ami proche de David Saint-Jacques, ils se connaissent depuis le lycée : il n’est pas surpris de le voir arriver là où il est : « Il nous avait fait cette prédiction qu’il serait un jour astronaute, ça faisait partie de ses choix de carrière et il était tellement brillant comme étudiant, qu’on l’avait pris au sérieux ! On est fier de lui parce que c’est une personne hors de la norme : d’abord intellectuellement, il est très fort et puis c’est un homme extrêmement curieux et il a l’humilité de poursuivre constamment les apprentissages, donc c’est peut-être le meilleur ambassadeur dont on pouvait rêver pour aller là-bas nous représenter dans la station spatiale internationale ».

David Gentile ne cache pas son admiration pour son ami : « Il travaille fort, il très appliqué et concentré sur sa tâche, je crois qu’il va savourer et mettre à profit de sa mission dans l’espace, d’ailleurs il a eu de longues discussions avec l’astronaute français Thomas Pesquet qui lui a expliqué ce à quoi il devait s’attendre là-haut. Et David m’a dit qu’il voulait maximiser chacun des instants de sa mission car rien ne dit qu’il pourra y retourner ». Nous lui souhaitons un bon séjour dans l’espace ! 

► Pour aller plus loin : Rencontre avec David Saint-Jacques