Info

Espèces menacées: décision sur le sort des requins requiem et requins-marteaux

Pendant un vote sur la protection des requins à la COP19, à Panama le 17 novembre 2022
Pendant un vote sur la protection des requins à la COP19, à Panama le 17 novembre 2022
afp.com - Luis ACOSTA
Des participants de la Convention sur le commerce des espèces procèdent à un vote le 17 novembre 2022 à Panama (Panama)
Des participants de la Convention sur le commerce des espèces procèdent à un vote le 17 novembre 2022 à Panama (Panama)
afp.com - Luis ACOSTA
Des représentants de la Convention des espèces menacées sont photographiés lors d'un vote à Panama (Panama) le 17 novembre 2022
Des représentants de la Convention des espèces menacées sont photographiés lors d'un vote à Panama (Panama) le 17 novembre 2022
afp.com - Luis Acosta
Graphique montrant une chute de 71% de la population estimée de requins océaniques depuis 1970, selon une étude publiée en 2021
Graphique montrant une chute de 71% de la population estimée de requins océaniques depuis 1970, selon une étude publiée en 2021
afp.com - John SAEKI
Proportions des espèces de requins et de raies bénéficiant déjà d'une protection contre leur commerce, et des espèces dont les degrés de protection sont examinés pendant la COP19 de la CITES
Proportions des espèces de requins et de raies bénéficiant déjà d'une protection contre leur commerce, et des espèces dont les degrés de protection sont examinés pendant la COP19 de la CITES
afp.com - Julia Han JANICKI

La conférence de la Convention sur le commerce des espèces menacées décidera vendredi à Panama du sort d'une cinquantaine d'espèces de requins requiem et requins-marteaux dont les ailerons sont le principal ingrédient d'une soupe prisée en Chine et en Asie de l'Est.

Le marché des ailerons de requin, dont le centre est à Hong Kong, dépasse le demi-milliard de dollars par an (483 millions d'euros). Ils peuvent se vendre 1.000 dollars le kilo en Asie de l'Est pour confectionner des soupes très réputées de la gastronomie chinoise traditionnelle.

Le sommet, débuté le 14 novembre et qui s'achève vendredi, pourrait faire entrer les requins requiem (Carcharhinidae) et requins-marteaux (Sphynidae) dans l'Annexe II de la Convention limitant strictement le commerce de certaines espèces. Cette initiative est soutenue par l'Union européenne et une quinzaine de pays, dont le Panama, hôte du sommet.

Il s'agit d'espèces qui ne sont pas encore menacées d'extinction mais pourraient le devenir si leur commerce n'était pas étroitement contrôlé. L'Annexe I, elle, interdit complètement le commerce de certaines espèces.

Cette question a été la plus discutée à la 19e Conférence des parties (COP19) de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées (CITES), qui rassemble 183 pays et l'UE.

Le Japon et le Pérou ont tenté, sans succès, d'exclure certaines espèces de requins requiem lors d'un débat de près de trois heures en Comité I préparatoire qui s'est conclu par un vote à bulletins secrets, à 75% des voix en faveur de la protection des requins. La proposition de protection des requins-marteaux devait être approuvée ensuite en quelques minutes par consensus.

- Requins en peluche -

La chaleur des débats a fait de la protection des squales une mesure emblématique de la conférence et plusieurs délégations avaient posé sur leurs bureaux des requins en peluche durant la réunion du Comité.

La question devait être tranchée dès jeudi en séance plénière, mais des votes, notamment sur la protection des hippopotames en Afrique, ont pris plus de temps que prévu, et la décision finale a été reportée à la plénière de vendredi.

Si la réunion plénière de vendredi donne son feu vert, "il s'agira d'une décision historique car pour la première fois la CITES prendrait position sur un très grand nombre d'espèces de requins qui représentent approximativement 90% du marché", a déclaré à l'AFP la déléguée panaméenne Shirley Binder.

"Nous espérons que rien d'inattendu n'empêchera la ratification de l'inscription de familles entières de requins à l'annexe II", a déclaré à l'AFP le délégué du Chili à la conférence, Ricardo Saez.

Le monde "est au milieu d'une grande crise d'extinction des requins" a assuré à l'AFP Luke Warwick, directeur pour la protection des requins de l'ONG Wildlife Conservation Society (WCS). Les squales sont "le deuxième groupe de vertébrés les plus menacés sur la planète", fait-il valoir.

- Raies guitares -

La plénière de la COP19 doit également se prononcer sur la protection des raies guitares (Rhinobatidae) et de raies d'eau douce (Potamotrygon), ainsi que d'espèces de crocodiles, de grenouilles et de tortues du bassin amazonien et de l'Orénoque.

La CITES, en vigueur depuis 1975, fixe les règles du commerce international pour plus de 36.000 espèces sauvages, allant de la délivrance de permis (plus d'un million de transactions autorisées par an) jusqu'à l'interdiction totale.

Organisé tous les deux ou trois ans, le sommet s'est déroulé cette année dans l'ombre et sous l'influence de deux autres conférences de l'ONU, elles aussi cruciales pour l'avenir des êtres vivants sur la planète: la COP27 sur le climat qui s'est achevée dimanche en Egypte et la COP15 sur la sauvegarde de la biodiversité en décembre à Montréal.