Info

Etats-Unis : Donald Trump se débarrasse d'un ministre et d'un journaliste

Chargement du lecteur...
©S. Roussi, E. Banceline / TV5MONDE

Donald Trump aura attendu les résultats des élections de mi-mandat pour pousser vers la sortie le ministre de la Justice Jeff Sessions. Cible régulière du président américain, il a remis sa démission. Hier c'est un journaliste de CNN qui s'est vu aussi retirer son accréditation par la Maison Blanche.
 

dans
Et un de plus... On le savait sur la sellette, en disgrâce, la messe a été dité hier pour Jeff Sessions. Le ministre américain de la Justice, pourtant soutien de longue date de Donald Trump a été poussé vers la sortie. Une démission forcée. 

Jeff Sessions paye le fait de ne pas avoir assez soutenu son président dans le cadre de l'enquête menée par le procureur spécial Mueller sur les interférences russes dans la campagne présidentielle de 2016. Donald Trump lui reprocherait de s'être récusé refusant de superviser les enquêtes.

"Il n'aime vraiment pas Jeff Sessions, assure Jessica Levinson, professeure de droit. Il pense qu'il est un traître. Il ne pense pas qu'il est un bon procureur général et il attendait réellement le moment de la fin du mandat intermédiaire pour pouvoir le renvoyer. Je pense que cela montre le fait qu'il souhaite que quelqu'un dont la pensée est plus conforme à la sienne soit en charge de l'enquête Mueller. Et c'est Mr. Whitaker. "

Un journaliste de CNN malmené

Et comme décidément Donald Trump n'aime pas la contradiction et que l'on fouine sur cette affaire russe, un autre coup d'éclat a marqué le lendemain des midterms.

Lors de sa conférence de presse, une altercation a éclaté avec un journaliste de CNN, Jim Costa traité de "personne horrible" et qui s'est vu retirer son accréditation.

- Jim Acosta: "M. le Président, si je peux vous poser une autre question concernant l'enquête russe, êtes-vous inquiet quant à..."
- Donald Trump: "Je ne suis inquiet de rien du tout quant à l'enquête russe parce que c'est un canular, ça suffit, rendez le micro." 

La victoire des démocrates à la chambre des représentants pourrait relancer la polémique et les enquêtes sur l'éventuelle ingérence russe. Donald Trump n'a pas fini de dénoncer "une chasse aux sorcières " comme il se plait à le répéter.