Info

États-Unis : le nombre de foyers ayant du mal à se nourrir a explosé avec la crise sanitaire

Des bénévoles travaillant pour la banque alimentaire de Tampa Bay distribuent de la nourriture aux habitants nécessiteux de Hillsborough College, en mai 2020 en Floride. La crise sanitaire a fait exploser les demandes d'aide alimentaire aux États-Unis. (Photo AP / Chris O'Meara)

La faim tenaille des millions de foyers américains qui n'arrivent plus à manger suffisamment tous les jours, dont une grande partie sont des foyers avec des enfants, issus des minorités afro-américaines et hispaniques. Ce phénomène très inquiétant est amplifié par la pandémie de Covid-19 et des programmes fédéraux insuffisants. Explications.

Le Bureau du recensement et du ministère de l'Agriculture vient de publier une étude  alarmante sur l'insécurité alimentaire aux États-Unis. Cette année — selon cette étude — le "niveau de faim" dans les ménages américains qui n'ont pas un accès correct et quotidien à la nourriture, a triplé par rapport à 2019. Plus inquiétant encore, la proportion d'enfants américains qui n'ont parfois pas assez à manger est aujourd'hui 14 fois plus élevée qu'elle ne l'était l'année dernière. La crise sanitaire — et ses conséquences économiques délétères — a décuplé ce phénomène d'insécurité alimentaire dans ce pays, par ailleurs le plus riche du monde.

La faim explose dans le pays le plus riche du monde

Le Centre sur les priorités budgétaires et politiques (CPBP) de Washington, dans un long article du 10 septembre 2020, analyse les chiffres qui viennent de tomber sur l'insécurité alimentaire aux États-Unis. Cette analyse souligne — au-delà de la croissance du nombre de personnes touchées — les disparités entre les différentes populations touchées : "Environ 10 pour cent de tous les adultes ont déclaré que leur ménage n'avait parfois ou souvent, pas assez à manger au cours des sept derniers jours, selon les dernières données recueillies du 19 au 31 août. Les chiffres sont encore plus élevés pour les adultes noirs et latinos, avec 19 pour cent des Noirs et 17 pour cent des adultes latinos, contre 7 pour cent des adultes blancs."
Des voitures font la queue pour la distribution de nourriture à Tampa, en Floride début mai 2020. Cette banque alimentaire avant déjà l'intention de distribuer plus de 3500 repas au public aux prises avec les effets du coronavirus, à l'époque. (AP Photo/Chris O'Meara)
Le nombre de familles ayant des difficultés à se nourrir n'est pas un phénomène nouveau aux Etats-Unis, mais "il a explosé pendant le Covid-19" comme le stipule le CPBP. Des grandes villes aux villes moyennes, les banques alimentaires privées déclarent être débordées. Pour exemple, au Texas, des milliers de personnes font la queue dans leur voiture pour obtenir de la nourriture. Une augmentation de 600 pour cent de la demande a eu lieu dans une banque alimentaire du sud de la Floride. À New York, le nombre de personnes desservies par un "garde-manger d'urgence" est passé de 3 715 en février à plus de 18 000 aujourd'hui.

Une responsable — depuis 23 ans — de banque alimentaire à Milwaukee, Sherrie Tussler, témoigne auprès du journal en ligne The Intercept :  "Au cours de ma carrière, j'ai rencontré de nombreuses personnes désespérément pauvres, mais je n’ai jamais vu de circonstances aussi bizarres et compliquées qu’à l’heure actuelle." La faim touche plusieurs millions de personnes aux États-Unis en 2020 dont une part importante sont des enfants.

Enfants pauvres américains en insécurité alimentaire

L'augmentation de la faim chez les enfants américains est particulièrement inquiétante. Le CPBP explique ainsi que "les parents veulent protèger leurs enfants de la faim, et parfois, à l'heure du repas, ils retournent dans la cuisine pour que les enfants ne remarquent pas qu'ils ne mangent pas eux-mêmes."  Le problème est que lorsque les enfants ont faim, il y a peu de nourriture pour tout le monde.

Analyse du CPBP sur les différences entre 2019 et 2020 (après l'épidémie de Covid-19)

Environ 3,7% des adultes ont déclaré que leur ménage n'avait "pas assez à manger" parfois ou souvent au cours des 12 mois de 2019. 10% des adultes ont signalé ce même problème mais pour la semaine précedente dans les enquêtes d'août 2020. De même, environ 1% des adultes avec enfants dans les données de 2019 ont déclaré que les enfants mangeaient parfois ou souvent pas assez, à un moment donné au cours des 30 derniers jours, contre 14% ayant signalé ce problème au cours des sept derniers jours dans la dernière enquête de l'été 2020.
Sans surprise, se passer de nourriture régulière engendre des problèmes de santé importants pour les enfants. Le CPBP souligne que des études ont montré que les enfants vivant dans des ménages en situation d'insécurité alimentaire souffraient de taux accrus d'anémie, d'asthme, de lésions neurologiques à long terme et de nombreuses autres affections.
 
Statistiques sur l'insécurité alimentaire des enfants américains au 30 juin 2020 :"Des millions d'enfants dans des foyers luttant pour fournir le minimum de base."
— 7 millions d'enfants vivent dans des maisons en location.
— 8 à 15 millions d'enfants vivent dans un foyer où les enfants ne magent pas assez parce qu'ils ne peuvent pas se le permettre.

La pédiatre Megan Sandel, professeure à l'université de médecine de Boston s'inquiète auprès de The Intercept des conséquences médicales chez les enfants causées par l'insécurité alimentaire : "Quand vous pensez à ce que sont les premières années de la vie et que c'est à ce moment-là que vous développez le cerveau dont vous avez besoin pour le reste de votre vie… Cette pandémie va vraiment toucher une génération d'enfants." De plus, et pour ne rien arranger, les enfants qui ont faim pendant la classe n'arrivent pas se concentrer et sont beaucoup plus touchés par l'échec scolaire, comme les études sur le sujet le démontrent.

Les politiques pointés du doigt

L'analyse du CPBP estime que le Congrès n'a pas fait assez pour aider les Américains à "mettre de la nourriture sur la table" malgré le vote d'un système de bons alimentaires en mai dernier. Les derniers chiffres soulignent un échec des programmes alimentaires du gouvernement fédéral, selon l'institution publique.  Le programme d'aide nutritionnelle — c'est-à-dire les bons alimentaires — est accessible aux Américains de tous âges. Mais le programme spécifique de nutrition supplémentaire pour les femmes, les nourrissons et les enfants — mieux connu sous le nom de WIC —  ainsi que le programme national de repas scolaires visant en grande partie spécifiquement à prévenir la faim chez les enfants, sont eux très réduits. Le CPBP dénonce cet "oubli" de la part des autorités fédérales à l'égard des plus fragiles et les plus exposés à l'insécurité alimentaire. Une famille sur 3 avec des enfants n'aurait pas assez de nourriture aujourd'hui aux États-Unis, comme le relaye ce 22 septembre 2020 la chaîne CBS News.

Les populations les plus touchées par cette pauvreté extrême — qui les prive d'une alimentation régulière et suffisante, faute de moyens —, sont pour le CPBP "celles qui subissent de graves inégalités de longue date, souvent liées au racisme structurel. Par exemple, les Noirs et les Latinos travaillent de manière disproportionnée dans des industries à bas salaires avec de profondes pertes d'emplois pendant la récession."

Les difficultés alimentaires sont devenues un problème grave aux Etats-Unis, et le Centre sur les priorités budgétaires et politiques de mettre en garde la classe politique : "Les dirigeants républicains de la Maison Blanche et du Sénat vont devoir changer de cap, car jusqu'à présent, ils ont offert des propositions de secours inadéquates qui n'incluent aucune aide alimentaire supplémentaire." L'élection présidentielle aura lieu dans moins d'un mois et demi,  et si Joe Biden a demandé à Donald Trump en mai dernier "d'augmenter de toute urgence les budgets pour l'aide alimentaire", rien ne semble avoir bougé pour l'instant.

Il n'en reste pas moins que chaque année, selon le ministère de l'Agriculture, 31% de l'approvisionnement alimentaire américain au niveau de la vente au détail et des consommateurs est jeté d'une manière ou d'une autre. Cela se traduit par plus de 60 milliards de milliards de kilos de nourriture gaspillée, d'une valeur de 161 milliards de dollars. Ce montant représente presque deux fois celui que le gouvernement fédéral dépense pour tous ses programmes alimentaires combinés…