Info

Explosion d'une voiture piégée dans le nord de la Syrie: six morts

L'épave d'une voiture piégée dont l'explosion a fait six morts, le 11 octobre 2021 à Afrine, en Syrie
L'épave d'une voiture piégée dont l'explosion a fait six morts, le 11 octobre 2021 à Afrine, en Syrie
afp.com - Bakr ALKASEM
afp.com - Bakr ALKASEM
Des sauveteurs évacuent le corps d'une victime après l'explosion d'une voiture piégée à Afrine, le 11 octobre 2021 en Syrie
Des sauveteurs évacuent le corps d'une victime après l'explosion d'une voiture piégée à Afrine, le 11 octobre 2021 en Syrie
afp.com - Bakr ALKASEM

Au moins six personnes, dont des civils, ont été tuées lundi dans l'explosion d'une voiture piégée dans une zone du nord de la Syrie sous contrôle des forces turques, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

L'explosion s'est produite dans la ville d'Afrine, située dans la province septentrionale d'Alep, "dans une zone densément peuplée", a précisé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, à la tête de l'OSDH.

Une permanence du groupe islamiste Jaich al-Islam et le marché aux légumes de la ville se trouvent près du lieu de l'explosion.

Parmi les morts figurent trois civils et au moins un combattant de Jaich al-Islam, selon l'OSDH, basée au Royaume-Uni et qui dispose d'un vaste réseau de sources en Syrie. Douze autres personnes, des civils dont deux enfants et des combattants, ont été blessés d'après la même source.

"Les hôpitaux d'Afrine ont reçu des corps carbonisés qui n'ont pas pu être identifiés", a ajouté M. Abdel Rahmane.

Selon l'OSDH, la police locale a arrêté deux jeunes hommes soupçonnés d'être liés à l'attentat.

Un photographe de l'AFP a vu des membres de la Défense civile éteindre la voiture qui avait pris feu, tandis que d'autres transportaient des blessés.

La région kurde d'Afrine a été conquise en mars 2018 par des forces turques et leurs supplétifs syriens, qui en ont délogé la principale milice kurde.

Le secteur, comme tous les territoires tenus par les rebelles proturcs, est régulièrement secoué par des assassinats ciblés, des attentats ou des explosions, imputés généralement par Ankara aux milices kurdes.

Le mois dernier, quatre attaques à l'explosif se sont produites à Afrine, dont une causant la mort d'un chef rebelle proturc.

Des milliers de combattants et de civils évacués des zones reprises par le régime syrien sont regroupés à Afrine, dont des membres de Jaich al-Islam (l'Armée de l'islam), qui était l'un des plus importants groupes de l'opposition dans la région de Damas, après le début de la guerre en Syrie en 2011.

Déclenchée en 2011 par des manifestations pro-démocratie, la guerre en Syrie est devenue de plus en plus complexe au fil des ans, et a fait environ un demi-million de morts et des millions de déplacés et de réfugiés.

Chargement du lecteur...