Info

Extinction des insectes : "On parle sérieusement de fin du monde"

Papillons, coccinelles, fourmis et scarabées... "A moins que nous ne changions notre façon de produire nos aliments, les insectes auront pris le chemin de l'extinction en quelques décennies" souligne une étude australienne parue fin janvier. (Photo AP / Charlie Neibergall)
Papillons, coccinelles, fourmis et scarabées... "A moins que nous ne changions notre façon de produire nos aliments, les insectes auront pris le chemin de l'extinction en quelques décennies" souligne une étude australienne parue fin janvier. (Photo AP / Charlie Neibergall)

La planète n'a rien connu de tel depuis la disparition des dinosaures. Près de la moitié des espèces d'insectes sont en déclin dans le monde entier. Mathieu de Flores, entomologiste à l'Office pour les insectes et leur environnement (OPIE), décrypte pour TV5MONDE un rapport effrayant.

TV5MONDE : Une étude australienne parue dans la revue scientifique Biological Conservation alerte sur une extinction mondiale des insectes : près de la moitié des espèces sont en déclin rapide. Un tiers sont menacées d'extinction et "chaque année environ 1% supplémentaire s'ajoute à la liste" expliquent ses auteurs Francisco Sanchez-Bayo et Kris Wyckhuys, des universités de Sydney et du Queensland. Que faut-il en penser?

Mathieu de Flores : La méthode scientifique de cette nouvelle étude est robuste. Il s'agit d'une synthèse de 73 études réalisées dans le monde entier. Et il apparaît que les résultats observés au niveau local partout dans le monde concordent tous et aboutissent à la même conclusion, à l'instar de cette autre étude internationale parue en 2017 qui alertait sur la disparition de près de 80% des insectes depuis 30 ans en Europe.

Quand on observe la nature, les trois quarts des espèces connues sont des insectes. La science en a répertorié plus d'un million mais on estime qu'il en existe au moins dix fois plus. 

Comment expliquer ce déclin ?

Il y a plusieurs facteurs. Le premier, c'est la destruction des habitats, qui est essentiellement due à l'intensification de l'agriculture. Quand un paysage bocager perd toutes ses haies pour favoriser la monoculture, les insectes n'ont plus d'endroit où nicher. Même chose pour les forêts du Brésil et d'Indonésie qui disparaissent au profit de plantations agricoles.

Le corollaire de cette agriculture intensive, c'est l'utilisation massive des pesticides. L'objectif des insecticides est bien de tuer des insectes, donc il n'y a rien de surprenant à ce que les insectes meurent !

On met aussi en cause l'urbanisation grandissante, sans oublier le changement climatique. Une étude réalisée à Porto Rico a démontré qu'au sein d'une forêt protégée, les températures avaient augmenté de 2 degrés au cours des 30 dernières années, et pendant le même temps ​98% de la faune du sol avait disparu et 90% au niveau de la canopée.
 


Quelles sont les conséquences possibles d'une extinction des insectes ?

La vie sur Terre est impossible sans les insectes, ils sont à la base de tous les écosystèmes. Même si on vit dans un espace où ils sont peu présents, cela ne veut pas dire qu'on n'en a pas besoin.

On connaît bien leur rôle dans la pollinisation des plantes à fleurs qui développent ensuite des fruits. Les trois quarts de la diversité de notre alimentation est le résultat de la pollinisation par les insectes. Sans eux, notre alimentation sera moins variée.

On connaît moins leur action dans le recyclage des déchets, des cadavres et des déjections d'animaux. Ainsi en Australie, après une introduction de bovins pour l'élevage, on s'est aperçu que les bouses restaient sur place car les insectes locaux ne mangeaient pas ce type de déjections. On a donc dû importer des scarabées bousiers pour qu'ils fassent le travail. 

On peut aussi imaginer que des plantes qui sont mangées par les insectes pourraient ne plus être limitées dans leur croissance et devenir envahissantes.
 

On n'est pas à l'abri que tout s'effondre.
Mathieu de Flores, entomologiste à l'OPIE


Doit-on craindre un monde sans insecte ?

Je ne crois pas à une extinction totale des insectes car ils ont une grande capacité d'adaptation. En revanche, il est probable qu'il ne restera que quelques espèces du type moustiques ou blattes qui, elles, pulluleront car l'absence de diversité empêchera la régulation naturelle.

Mais surtout on n'est pas à l'abri que tout s'effondre. Si 99% des insectes disparaissent, tout peut s'effondrer. Les conséquences sur la chaîne alimentaire peuvent être dévastatrices. De quoi vont se nourrir les bestioles qui mangent les insectes, et celles plus grosses qui mangent les premières ?

On parle sérieusement de fin du monde. On n'a jamais connu une crise comme celle-ci, la dernière a eu lieu il y a 65 millions d'années et a provoqué l'extinction des dinosaures. La nature est faite d'équilibres, que se passera-t-il si on les rompt ? On ne sait pas, on n'a aucune idée des conséquences réelles.
 


Que peut-on faire pour endiguer le phénomène ?

Chacun peut agir à son échelle, ne serait-ce qu'en repensant sa façon de jardiner, en essayant de laisser des espaces sauvages avec un tas de bois, une zone qu'on ne tond pas, etc. Il s'agit de recréer des équilibres dans les jardins.

En France, les produits phytosanitaires sont désormais interdits à l'usage pour les particuliers depuis le 1er janvier 2019, et c'est une bonne chose. Mais parfois les jardiniers sont désemparés. Comment alors se débarrasser des pucerons de son rosier? En les tolérant ! Car si on les laisse vivre dans un écosystème raisonné, sans pesticides, leurs prédateurs naturels comme les coccinelles viendront les manger.
 

Qu'est-ce que la croissance sinon un indicateur de destruction de notre planète ?Mathieu de Flores, entomologiste à l'OPIE

Il faut également accepter l'idée que certaines espèces ne peuvent être cultivées partout. Utiliser des produits pour faire pousser des tomates à tout prix, au risque de polluer son écosystème et d'empoisonner ses enfants n'a pas de sens. 

Quand on n'a pas de jardin, il faut opter pour une alimentation locale et biologique, si les moyens financiers le permettent et, quoi qu'il arrive, consommer moins de viande pour ne pas favoriser l'agriculture intensive nécessaire aux grands élevages.

Mais il faut souligner que les individus ne peuvent pas tout, une grande part du problème ne pourra être réglée qu'avec des choix politiques drastiques. Cela fait des années que nous alertons sur ces questions, le modèle agricole productiviste est remis en question, mais rien ne se passe concrètement. Le grand public commence seulement à en prendre conscience. J'entends parler sans cesse à la télévision de croissance, mais qu'est-ce que la croissance sinon un indicateur de destruction de notre planète ?